Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  
EUR 10,69
  • Prix conseillé : EUR 17,99
  • Économisez : EUR 7,30 (41%)
  • Tous les prix incluent la TVA.
Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Il ne reste plus que 6 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Liszt : Intégrale des poè... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 24,99

Liszt : Intégrale des poèmes symphoniques (Coffret 4 CD)

4 étoiles sur 5 3 commentaires client

17 neufs à partir de EUR 10,69 4 d'occasion à partir de EUR 16,80
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Hors cadeaux ou produits vendus par des vendeurs tiers. Voir Conditions sur les coûts en cas d'annulation de commande.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
Boutique Coffrets
Retrouvez tous nos coffrets et intégrales ici.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Bernard Haitink


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Liszt : Intégrale des poèmes symphoniques (Coffret 4 CD)
  • +
  • Liszt : Faust-Symphonie
Prix total: EUR 24,22
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • Interprète: Bernard Haitink
  • Orchestre: London Philharmonic Orchestra
  • Chef d'orchestre: Bernard Haitink
  • Compositeur: Franz Liszt
  • CD (2 novembre 2010)
  • Nombre de disques: 4
  • Label: Decca
  • ASIN : B0033KR5ZC
  • Autres versions : Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5 3 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 9.899 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

  • Ecouter les extraits (Extrait)
1
30
30:34
Album uniquement
2
30
20:46
Album uniquement
3
30
15:03
Album uniquement
Disc 2
1
30
10:59
Album uniquement
2
30
12:54
Album uniquement
3
30
16:19
Album uniquement
4
30
19:44
Album uniquement
Disc 3
1
30
27:12
Album uniquement
2
30
23:06
Album uniquement
3
30
13:58
Album uniquement
Disc 4
1
30
14:58
Album uniquement
2
30
26:53
Album uniquement
3
30
13:47
Album uniquement
4
30
11:07
Album uniquement

Descriptions du produit

COMPLETE TONE POEMS (COLL)


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoiles
0
Voir les 3 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD Achat vérifié
Le LPO, comme tous les orchestres londoniens, implacables machines à enregistrer (et à cachetonner) exige une baguette de fer. Moyennant quoi, il donne le meilleur de lui- même, et peut rivaliser avec Berlin, Vienne ou le Concertgebouw. Avec Haitink, c'est bien évidemment le cas. On imagine derrière cet enregistrement un travail colossal, méticuleux, de mise en place, et le résultat s'impose d'emblée: l'une des plus belles réussites orchestrales que l'histoire du disque ait connues. Tout est parfait, plus que parfait, chaque musicien, chaque solo enchante l'oreille par son absolue justesse. Decca a réussi là l'un de ses grands coup de maître, et il faut saluer cette réédition à prix économique, qui le rend accessible à tous. Liszt, très certainement, aurait été confondu de bonheur à entendre pareilles exécutions, lui qui aura si longtemps lutté avec et contre des orchestres de seconde zone, techniquement et artistiquement bien incapables de lire ses partitions - et encore moins sa pensée. Haitink marque une étape majeure dans l'interprétation de Liszt. Après lui, bien peu ont tenté le pari (hormis Mazur, un peu plus inspiré que d'habitude, ou porté par le Gewandhaus) et bien leur en a pris. Car il faut des épaules solides pour attaquer ce monstre protéiforme, avec ses faiblesses et ses ridicules insupportables, et ses longs moments de pur génie. Haitink assume sa tâche avec la vaillance et la science qu'on lui connaît. Est-ce tout à fait suffisant? Je ne le crois pas. Pour hisser le niveau vers d'autres sommets, il faut une concurrence, qui n'existe pas encore aujourd'hui. Beethoven, Mahler, Shostakovich en ont largement bénéficié. Liszt doit encore attendre son heure, sa véritable renaissance - et elle viendra.
Remarque sur ce commentaire 31 sur 31 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par H. PILA TOP 1000 COMMENTATEURS le 12 décembre 2010
Format: CD
Bernard Haitink, l'un des plus grands chefs actuels, a des affinités certaines avec le compositeur de Weimar, il n'y a qu'à entendre par ailleurs les deux transcendants concertos pour piano avec Brendel pour s'en rendre compte. les Poèmes symphoniques sont d'un abord difficile, parfois pompeux, parfois étrange, il fallait tout le génie de Haitink, à la direction de cet orchestre anglais pour en tirer toute la quintessence et surtout donner à ces chefs d'œuvres toute leur magnificence. Pari réussi, inutile de voir ailleurs, karajan est un puissant soporifique, Solti trop démonstratif.

Vraiment la meilleur version, et fort bien enregistrée, (A l'origine, c'est un enregistrement Philips) l'orchestre est tenu d'une main de fer et soutient des tempos adaptés, alerte dans les mouvements rapides, large dans les mouvements lents. somptueuses sonorités d'un orchestre qui semble parfaitement au diapason des musiques venues de l'est. Tout l'art et le génie de Franz Liszt apparaissent tout au long des poèmes.

Et si la vie de Franz Liszt vous intéresse, lisez donc sa biographie en deux volumes, elle est passionnante !
Également, je ne saurais que trop vous conseiller la nouvelle lecture des Années de pèlerinage par un Nicolas Angelich : éblouissant.
Remarque sur ce commentaire 18 sur 22 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par gcj le 20 décembre 2010
Format: CD Achat vérifié
L'orchestre est excellent, le chef un musicien inspiré et implacable.
Cela n'est pas suffisant à mon goût pour sortir de l'ennui la plupart de ces poêmes ou le pompeux se substitue souvent à la périphrase.
Je garde pour moi Liszt et son clavier...je vous laisse l'orchestre.
10 commentaires 12 sur 38 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus utiles sur Amazon.com (beta)

Amazon.com: HASH(0x962cea20) étoiles sur 5 8 commentaires
15 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
HASH(0x962f6e1c) étoiles sur 5 Very dependable and not at all so dull as it might seem at first hearing 1 mai 2011
Par Alexander Arsov - Publié sur Amazon.com
Format: CD
Unlike some (pseudo)reviewers, I do listen to what I review, often several times before commit anything down on paper (figuratively speaking). I am particularly glad I have done so in the case of Bernard Haitink's complete recording of Liszt's symphonic poems, for his essentially restrained approach, which might be a little disconcerting at first, does reward repetitive listening. If anything, Mr Haitink has to be given the credit of the pioneer: his cycle was the first to be recorded (1968-71), about a decade before Masur's. It must have wanted a great deal of courage to record so much Liszt during those dismally anti-Romantic times.

The major problem with Bernard Haitink's conducting is exactly this singular restraint of his which hardly suits Liszt's music. Not surprisingly, the more extrovert works (''Les Preludes'', ''Mazeppa'', ''Tasso'') suffer badly and receive performances that do not even come close to Karajan's fiery renditions. At least at one place - the finale of ''Tasso'' - Haitink's timidity approaches disaster; but he is not alone there: virtually every conductor who has recorded this poem - with the significant exception of Karajan, of course - has made a hash of this glorious finale; even Solti stumbles badly there. Going back to Haitink, he may well lack Lisztian fire and passion, but his supreme musicianship does compensate for that. Liszt's later poems (''Hungaria'', ''Die Ideale'', ''Hamlet''), in which his exuberance is a trifle toned down, receive excellent performances, well paced and finely articulated, with powerful but exquisite sound under impeccable control. Haitink's interpretation of ''Hamlet'' is especially noteworthy, for it is one of the best on record. Among the earlier works Haitink is most successful is the relatively tranquil ''Orpheus'' and, surprisingly, in the highly dramatic ''Prometheus'' where, for once, the conductor lets himself go and delivers a splendidly impassioned performance. (He all but does the same with the First Mephisto Waltz, which is among the most powerful I have ever heard. It stands comparison with both Karajan and Solti.)

At all events, Haitink's elegant, aristocratic musicianship is way superior to Masur's jumble of jarring oddities in virtually every aspect: slower pacing, better phrasing, finer climaxes, more drama. Overall, he definitely lacks the Lisztian temperament of Arpad Joo, but he has the advantage of vastly superior sound. It is true that DECCA do have better sonic achievements from the 1960s than that (indeed the recording was originally made for PHILIPS), but the full, rich and with a fine dynamic range sound here is greatly superior to the digital one that Hungaroton offered Arpad Joo in the mid-1980s. All in all, Haitink's cycle is on the slow side but it seldom sounds dragged. I do often hanker for some excitement while listening to it but, on the other hand, I am never exasperated by abominations a la Masur. At bargain price it is definitely worth having by any self-respected Lisztian - despite the ugly box and the perfunctory liner notes. Contrary to the popular belief, Liszt's symphonic poems contain a great deal more that orchestral effects and an overdose rhetoric. Haitink brings out beautifully the subtle orchestral colours and the numerous ravishing melodic lines. Apart from the few works which do require more vigorous treatment than Haitink's temperament allows, and are therefore preferable under other batons, the only drawback of this set is the limited number of ''bonus tracks'' (only one: the First Mephisto Waltz).

In short, Bernard Haitink remains my second choice after Arpad Joo. The latter's understanding of the peculiar character of Liszt's symphonic poems is unmatched as far as complete cycles go, whereas the former has the advantage of a much better recorded sound and a fine sense for the more lyrical side of these works. Masur is by far not on par with either, and the only thing that may recommend his set is its remarkable comprehensiveness - and a very low price, if possible.
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
HASH(0x962facf0) étoiles sur 5 Spend a few hours on your own Liszt revival 24 août 2013
Par Michael Schell - Publié sur Amazon.com
Format: CD
Liszt in his day was at the forefront of developing drama-based alternatives to classical forms. Along with Wagner, whose Lohengrin, Rheingold, Walküre and Tristan are contemporaneous with these symphonic poems, Liszt represented the opposite school of thought from the classic-romantics like Brahms. History has judged his results to be uneven though, the criticism focusing on a tendency toward bombast and loose-limbed musical structures. Tovey famously ridiculed Ce qu'on entend sur la montagne, for example, as a series of introductions to introductions. And the piece does rather come off that way. On the other hand Tovey might have felt differently if he'd have first assimilated post-WW2 music, whose radicalism is as much felt in the dimension of form as it is in harmony, rhythm, the emancipation of timbre and other parameters that have tended to garner more attention from writers. Whether it the organic structure of a Varèse tape piece, the highly episodic form of something like Schoenberg's string trio, or even an extended improvised music set from 1970s Miles Davis or Sun Ra, our contemporary musical experience is full of successes built atop formal approaches that would have seemed rambling or haphazard to Tovey or most other 19th century authorities.

All this is to say that perhaps the time is ripe for a Liszt revival, or at least a reassessment, of the kind that benefitted the reputation of Berlioz and Mahler during the age of LPs and modern orchestral playing. The long Liszt symphonic poems are at least stylistically coherent, and they often feature powerful and beautiful music. I think they get troublesome mainly when they're overly repetitive (the same problem as with Rimsky-Korsakov). Otherwise, as sprawling as they might be, they're still more listenable to me than a typical 2½ hour Handel oratorio filled with constant starts and stops.

Taking this approach to assessing Liszt's tone poems, it can help to have a somewhat restrained but competent interpreter at hand, and this is what Haitink and the LSO deliver in these recordings from 1969 to 1971. The result is not as sparkly and precise as a new digital edition would be. But it's a low cost way for you to formulate your own opinion on Liszt's proper legacy.
11 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
HASH(0x962fe24c) étoiles sur 5 Liszt: try it, you'll like it! 26 avril 2010
Par Paul Chihara - Publié sur Amazon.com
The Liszt tone poems are among the most important creations in orchestral history, and still today among the most enjoyable to listen to. Yes, I did listen to them all, and have enjoyed their melodies, wonderful harmonies, orchestrations (some by accomplished other composers such as Joachim Raff), and at times sheer creative (and nutty) invention! Wagner and Debussy, among many others, admired them and often stole from them. Only a caveman would dismiss them.
HASH(0x962fe1c8) étoiles sur 5 Four Stars 22 octobre 2015
Par Gerald W Schultz - Publié sur Amazon.com
Format: CD Achat vérifié
Wonderful to have these 13 symphonic poems all together!! I can see the Lone Ranger riding into history!
HASH(0x962fe5c4) étoiles sur 5 Five Stars 12 mai 2015
Par Walter Lee - Publié sur Amazon.com
Format: CD Achat vérifié
Great Product. Fast shipment
Ces commentaires ont-ils été utiles ? Dites-le-nous

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?