Version MP3
incluse GRATUITEMENT
ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Egalement disponible en MP3
 
Album MP3 à EUR 13,98
 
 
 
 

Live at donington 1990

Whitesnake CD
4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
Prix : EUR 28,00 Livraison à EUR 0,01 sur les livres et gratuite dès EUR 25 d'achats sur tout autre article Détails
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
 : inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Hors cadeaux ou produits vendus par des vendeurs tiers. Voir Conditions sur les coûts en cas d'annulation de commande.
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le mardi 3 février ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
A télécharger immédiatement en MP3 pour EUR 13,98.

‹  Retourner à l'aperçu du produit

Descriptions du produit

Description du produit

Groupe lors de son passage d'anthologie le 18 août 1990 en tête d'affiche au premier festival des Monsters Of Rock. Ce concert était l'un des points culminants de la tournée mémorable du groupe, le « Liquor & Poker World Tour ». Devant 70 000 fans en furie, ce véritable tour de force est un témoignage historique de la puissance scénique que pouvait avoir alors le « super groupe » composé de David Coverdale au chant, de Steve Vai et Adrian Vandenberg aux guitares, Rudy Sarzo à la basse ainsi que le prodigieux Tommy Aldridge à la batterie. Ce concert est à ce jour le document le plus recherché par les fans du groupe ; des milliers de demandes ont afflué au fil des années sur le site web de Whitesnake. Ce projet a fait l'objet d'une réédition méticuleuse supervisée par Coverdale lui-même. Ainsi, le DVD inclut de nombreux bonus : - des photos du groupe lors de la tournée de 1990 'Liquor & Poker World Tour 1990' - un documentaire très complet sur le processus créatif et la production de l'album 'Slip Of The Tongue' (composition des chansons avec Adrian et David, travail sur les arrangements en studio près du Lake Tahoe, répétitions en studio, séances d'enregistrements à Reno & Los Angeles, EPK tournage du clip vidéo, scènes en coulisse de la tournée avec le show culminant au prestigieux Budokan de Tokyo, etc.) - des vidéos exclusives et inédites issues des archives personnelles de David Coverdale

Critique

Sans atteindre le statut d’annus horribilis, 1990 ne constitua pas la plus épatante période pour Whitesnake. L’année précédente, jouant tout sur le rouge du lifting, le chanteur David Coverdale avait rassemblé autour de lui un nouveau casting, sensé mettre la planète à genoux. En effet, le membre originel de Deep Purple avait fait appel à rien moins qu’au bassiste cubain Rudy Sarzo, qui s’était illustré au côté de Quiet Riot, au roi de la double batterie Tommy Aldridge, et aux deux frappadingues du manche qu’étaient alors un extrêmement virtuose Steve Vai, et le hollandais Adrian Vandenberg. Mais l’album produit par ce prestigieux line-up (Slip of the Tongue) constituera une cuisante déception pour les fans du groupe, ainsi qu’un relatif insuccès commercial.

Ainsi, ce 18 août, Whitesnake vit ses derniers instants avant une longue hibernation (et une implosion de l’équipe) de près de huit années. Mais une invitation au plus important festival britannique du genre – Monsters of Rock – ne se refusant pas, le groupe se résout à brancher encore une fois les amplis devant une foule, nerveuse et conquise d’avance (toujours émouvant d’entendre l’audience énamourée reprendre les refrains en chœur, comme dans « Crying in the Rain »), de plus de 70 000 spectateurs. C’était la troisième fois que les hard-rockers occupaient la scène de cet incontournable rendez-vous, et pour la deuxième occasion en tête d’affiche.

Vingt années plus tard, le son de la performance en est restitué avec l’énergie requise (on a utilisé toute la technologie nécessaire), et tout concourt à faire de cet album public l’une des pierres angulaires du heavy metal. Vai et Vandenberg sont effarants de technicité dans l’enchaînement des thèmes instrumentaux de « Adagio for Strato » et de « Flying Dutchman Boogie », Aldridge percute ses peaux avec une constance de marteau-pilon, en particulier dans le solo de « Crying In The Rain », et Coverdale survole le tout d’un chant à désintégrer le cristal. Á maintes occasions, on salue le propos d’un combo dont le souhait reste gravé dans l’histoire du rock d’unir les énergies conjointes de Deep Purple et Led Zeppelin, une croisade plus particulièrement sensible dans un « Still of Night » conclusif. Et, au final, d’offrir la plus farouche acception d’une éruption de métal en fusion.

Á noter que ce double album, commercialisé à un prix conseillé tout à fait décent, s’accompagne d’un dvd du concert, ainsi que d’un documentaire sur le travail de Whitesnake en studio.



Christian Larrède - Copyright 2015 Music Story
‹  Retourner à l'aperçu du produit