EUR 6,20
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Le Livre de sable Poche – 22 avril 1983


Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 6,50
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 6,20
EUR 6,20 EUR 1,13

Nouveauté : la collection Folio XL

pauvres_diables
Découvrez la nouvelle collection Folio XL avec notre sélection spéciale.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Le Livre de sable + Fictions + L'Aleph
Prix pour les trois: EUR 20,90

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Ce livre comporte treize nouvelles. Ce nombre est le fruit du hasard ou de la fatalité - ici les deux mots sont strictement synonymes - et n'a rien de magique. Si de tous ces écrits je ne devais en conserver qu'un seul, je crois que je conserverais Le congrès, qui est à la fois le plus autobiographique (celui qui fait le plus appel aux souvenirs) et le plus fantastique. J'ai voulu rester fidèle, dans ces exercices d'aveugle, à l'exemple de Wells, en conjuguant avec un style simple, parfois presque oral, un argument impossible. Le lecteur curieux peut ajouter les noms de Swift et d'Edgar Allan Poe. Je n'écris pas pour une petite élite dont je n'ai cure, ni pour cette entité platonique adulée qu'on surnomme la Masse. Je ne crois pas à ces deux abstractions, chères au démagogue. J'écris pour moi, pour mes amis et pour adoucir le cours du temps.

Quatrième de couverture

«Ce livre comporte treize nouvelles. Ce nombre est le fruit du hasard ou de la fatalité - ici les deux mots sont strictement synonymes - et n'a rien de magique. Si de tous ces écrits je ne devais en conserver qu'un seul, je crois que je conserverais Le congrès, qui est à la fois le plus autobiographique (celui qui fait le plus appel aux souvenirs) et le plus fantastique.J'ai voulu rester fidèle, dans ces exercices d'aveugle, à l'exemple de Wells, en conjuguant avec un style simple, parfois presque oral, un argument impossible. Le lecteur curieux peut ajouter les noms de Swift et d'Edgar Allan Poe.Je n'écris pas pour une petite élite dont je n'ai cure, ni pour cette entité platonique adulée qu'on surnomme la Masse. Je ne crois pas à ces deux abstractions, chères au démagogue. J'écris pour moi, pour mes amis et pour adoucir le cours du temps.»Jorge Luis Borges.


Détails sur le produit

  • Poche: 147 pages
  • Editeur : Gallimard (22 avril 1983)
  • Collection : Folio
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070374610
  • ISBN-13: 978-2070374618
  • Dimensions du produit: 17,5 x 10,7 x 1,3 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (8 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 18.588 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.8 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

26 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile  Par Daniel Fattore TOP 500 COMMENTATEURS sur 7 juin 2006
Format: Poche
Ce recueil propose une collection de nouvelles de Borges. Un homme qui a le chic pour vous raconter des histoires absolument impossibles, et pourtant si vraies: ce livre de sable au nombre infini de pages, il n'existe dans aucune bibilothèque de papier, pas même dans la Bibliothèque de Babel qu'a créée le même Borges... mais n'est-ce pas, avec un peu d'avance, une métaphore de cet Internet aux millions de pages où il est prudent de glisser un signet sur chaque page qui nous captive? Par ses courts textes, qui sont autant de concepts, Jorge Luis Borges a le chic pour captiver et pour saisir avec génie et habileté - une habileté parfois toute cérébrale, mais toujours juste - une réalité du monde qui nous entoure, dans toute sa complexité.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
57 internautes sur 64 ont trouvé ce commentaire utile  Par Vandevenne sur 13 décembre 2000
Format: Poche
Empochez ce livre pour une promenade. Un matin d'automne convient assez bien. Asseyez-vous sur un banc de bois, au bord d'une rivière paresseuse ou d'un lac assoupi. S'il pleut, cachez vous dans une bibliothèque déserte et odorante. Savourez ces contes, lentement. Et ne vous étonnez pas si vous vous y rencontrez. C'est que vous rêvez...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par HOANG THUY DUNG TOP 1000 COMMENTATEURS sur 12 janvier 2014
Format: Poche Achat vérifié
Des thèmes récurrents comme l’Infini et l’Unique (tous les êtres comme manifestation d’une même entité) ou le caractère impénétrable du destin, qu’on trouve déjà dans « Fictions » et « l’Aleph » reviennent dans ce recueil de contes métaphysiques, atténués, comme un écho lointain. En revanche, on trouve ici, des thèmes nouveaux nulle part ailleurs abordés, comme celui du double (dans l’Autre) ou de l’amour (dans Ulrica). Pour l’auteur, «Le Congrès» reste la fable la plus ambitieuse mais on a l’impression que ce n’est qu’une paraphrase de « La bibliothèque de Babel » .On retrouve y l’atmosphère inquiétante des nouvelles de Kafka et d’Edgar Allan Poe, l’auteur concède d’ailleurs qu’il s’en est inspiré.
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Damien Coullon TOP 1000 COMMENTATEURS sur 18 avril 2010
Format: Poche Achat vérifié
Beaucoup des 13 nouvelles laissent un goût d'inachevé, avec de longues entrées en matière souvent superflues, comme un moyen un peu trop artificiel de les faire flotter au-dessus de la réalité.

D'autres sont plus accomplies, comme Arredondo, nouvelle puissante qui illustre une certaine âme sud-américaine, une volonté résolue qui suit son chemin inexorablement, sachant pourtant que ce chemin est sa perte, mais révélant par là-même une croyance profonde en l'existence d'un absolu dépassant l'individuel.

Quelques perles amusantes aussi : « Il tirait vanité de choses diverses : du fait d'être uruguayen, d'être créole, d'attirer toutes les femmes, de s'habiller chez un tailleur très cher et, je ne saurai jamais pourquoi, d'être d'origine basque, alors que cette race en marge de l'histoire n'a jamais rien fait d'autre que de traire des vaches. »

Dans l'ensemble, Le livre de sable manque d'unité, dans les thèmes comme dans le niveau d'aboutissement de la construction des nouvelles. En-deçà de ce à quoi Borgès nous avait habitués.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?