undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles3
3,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
2
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 9 juillet 2008
A la suite de la "passion Lippi" et du "rêve Boticelli", ce livre sur Vinci clôt le travail de Sophie Chauveau sur le "siècle de Florence". De nombreux recoupages avec "Au temps où la Joconde parlait" et donc pas de grande surprise. Cependant, Chauveau fonde une grande partie de son livre sur l'homosexualité de Vinci et s'appesantit sur cet aspect du personnage tout au long des pages. De plus, au fil de la lecture on se demande comment un personnage qui a autant raté de choses peut être resté comme le génie de la renaissance (c'est sans doute ça le génie...). Il y aurait moins de 15 peintures attribuées avec certitude à Léonard de Vinci et il reste à la lecture du livre surtout comme un extraordinaire ordonnateur de fêtes. L'amitié avec François 1er à la fin de sa vie est étonnante, alors que ce type ne pouvait littéralement plus vivre de son art en Italie. On croise dans le livre son cheval Azul, ses amis Lippi et Botticelli, sa haine pour Michel Ange, son âme damnée Salaï et, à la fin de sa vie, son jeune élève secrétaire Melzi
0Commentaire11 sur 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 août 2009
Une vision glauque de la vie de Léonard. Peinture probablement bien documentée de son entourage et de sa vie mais beaucoup de répétitions et , à mon avis, la fascination de l'auteur pour le personnage ne justifie pas le renouvellement des scènes de débauche à chaque chapitre. En résumé, m'a profondément déçu.
0Commentaire6 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 juillet 2010
La trilogie des peintres a ce mérite de retracer une époque, une vie construite sur une même trame publique, mais à chaque fois différente. Le XV° siècle en Italie, les dignitaires et leur cour.... Les habitudes et les lois, l'esprit et les goûts, le peuple et ses dirigeants.... L'auteur s'attarde moins sur le talent de chacun que sur le quotidien de sa vie : c'est une facette souvent obscure et choquante qui donne à l'artiste l'éclairage nécessaire pour être révélé comme un homme avant d'être un peintre. Il émane du « Vinci » une telle diversité, due à la personnalité même de l'homme, qu'on l'oublierait presque dans ce fouillis de passions. Passions des couleurs, des sciences, des stratégies guerrières ou des macchabées, mais aussi la passion des sens et de la débauche. L'auteur était sûrement tenu d'insister sur ces outrances extrêmes pour le faire accepter, comprendre et connaître. C'est heureusement une trilogie : je ne serais pas allée à 4, en séquence immédiate !!!!
0Commentaire3 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,20 €
8,70 €
8,20 €