undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles6
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Format: CD|Modifier
Prix:9,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1000 PREMIERS RÉVISEURSle 1 juillet 2015
Après des débuts rock tout en power chords annonçant le hard rock, les Kinks ont publié des splendeurs pop incroyables, Ray Davies faisant le job à lui seul de Lennon et McCartney. A partir de l'album précédent, le très bon "Arthur", le bon Ray montrait bien qu'il voulait aller encore plus loin, ne se satisfaisant plus de la pure forme pop en piochant dans le vaudeville, le jazz, le hard, voire la country pour enrober ses chansons. Dans le même temps, on parle là d'une intense période de composition: "Arthur" était double, "Lola" arrive vite ainsi qu'une musique de film et "Muswell Hillbillies" va bientôt poindre.

Bien sûr, les classiques immaculés des sixties demeurent les meilleurs disques des Kinks, car plus cohérents, voire concis que celui-ci. Néanmoins, "Lola" demeure un excellent album, avec un Ray Davies affuté (et vénère), qui contient son lot de pépites et même, encore un peu, de classiques (moindres qu'à ses grandes heures mais quand même, à ce niveau, de toute façon, on ne va pas chipoter...). Bref, un excellent disque, encore une fois.

L'intérêt, ici, c'est de proposer, outre des bonus dont certains fort intéressants, sur un second CD, cette fameuse bande originale, celle du film "Percy" (jamais vu). Car franchement on hésitait grave à l'acheter car contenant son lot de morceaux parfaitement anecdotiques (particulièrement les instrumentaux). Mais voilà, Davies y glisse encore des merveilles de chansons pop subtiles et délicates, magnifiquement ourlées, dont lui-seul a le secret. Surtout qu'elles versent dans une nostalgie douce-amère, et ça, bien sûr, le Ray Davies, il sait y faire, il connait, c'est même un peu sa spécialité. Un truc comme "The Way Love Used To Be", franchement, c'est pas du mou de veau, c'est carrément sublime.

Alors voilà, plutôt qu'un disque de bonus (surtout qu'il y a ce qu'il faut ici tout de même, largement), c'est bien vu, pour le prix, de nous refourguer "Percy" en plus pour le coup. Je dirai même qu'on tient là une bonne affaire. D'autant que le son est impeccable.
22 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Quand commencent les 70s, les Kinks, le plus typiquement britannique des groupes de la british invasion, viennent d'enchainer leurs deux albums les plus ambitieux, leur deux chefs d'aeuvre de la fin des 60s, the Village Green Preservation Society et Arthur. Ils sont aussi, contrairement à la majorité de leurs contemporains, ceux qui n'ont pas cherché à prendre en marche le train psychédélique. C'est donc, sans avoir vraiment besoin d'autre chose que de continuer à perfectionner leur art, un groupe fier et indépendant, et au sommet de son art, qui se présente avec son deuxième concept album d'affilée, Lola Versus Powerman and the Moneygoround, Part One.
Le concept ? Une lecture sarcastique et un poil désabusée d'une industrie discographique qui ne les comprend pas les prenant, Ray Davies et son acerbe plume en tête, comme un nom de plus, fut-il référentiel, d'une scène où tout ne va pas pour le mieux (séparation des Beatles, des Rolling Stones en plein exil fiscal, l'arrivée d'une nouvelle vague les reléguant ces légendes au rang des oldies). Mais les Kinks ont plus d'un tour dans leur sac à malice et, malheureusement plus pour très longtemps, un talent à confectionner d'excellentes chansons. Et de rocker dur, comme ils ne l'avaient plus fait depuis leurs glorieux débuts (Get Back in Line, Rats, Powerman) avec, en bonus, l'acquis de leur expérience sans, donc, tout à fait laisser de côté une esthétique folk qui leur bien au teint (The Contenders, Strangers) ni oublier qu'ils sont aussi un excellent groupe de pop (Denmark Street, The Moneygoround, A Long Way Home, Apeman) pour une sélection de chansons sans la moindre faute de goût, sans le moindre faux-pas.
Si la suite de leur carrière sera moins décisive, quoique le successeur de Lola, l'impeccable Muswell Hillbillies tutoie les sommets, les Kinks 1964-1970, et ceux de Lola donc, demeurent un essentiel à qui apprécie le rock de qualité très supérieure, tenez-le vous pour dit et n'hésitez pas à plonger où vous voulez dans ce premier septennat qui vaut largement tout ce que produisit leur concurrence d'alors et tout ce qui se fit depuis. Oui, carrément.

1. The Contenders 2:42
2. Strangers 3:20
3. Denmark Street 2:02
4. Get Back in Line 3:04
5. Lola 4:01
6. Top of the Pops 3:40
7. The Moneygoround 1:47
8. This Time Tomorrow 3:22
9. A Long Way From Home 2:27
10. Rats 2:40
11. Apeman 3:52
12. Powerman 4:18
13. Got to Be Free 3:01
Bonus
14. Lola (mono single mix) 4:08
15. Apeman (acoustic demo) 3:41
16. Powerman (acoustic demo) 4:23

Ray Davies - lead vocals, guitar, harmonica, keyboards, resonator guitar
Dave Davies - lead guitar, banjo, backing vocals, lead vocals on "Strangers" and "Rats", co-lead vocal on "Powerman"
Mick Avory - drums, percussion
John Dalton - bass guitar, backing vocals
John Gosling - keyboards, piano, organ
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 5 novembre 2014
Le premier CD s'appuie sur l'album « Lola versus powerman and the moneygoround » curieusement boudé par les britanniques mais qui obtient un certain succès mérité en USA (#35 US) grace au hit « Lola ». Il regorge de bons morceaux à commencer par le percutant « The contenders » suivi de l'excellente composition de Dave Davies « Strangers ». L'arrivée de John Gosling (piano et claviers) permet au groupe des arrangements encore plus variés, c'est le cas de « Denmark street » ou de « Get back in line », un des moments forts de cet album. Puis vient le hit international « Lola » (# 2 UK et # 9 US) qui précède le génial « Top of the pops » qui a contribué en 1970 à mon achat du 30 cm. Ray Davies évoque dans le sautillant « The moneygoround » l'affairisme des maisons d'édition. La mélancolie caractérise « This time tomorrow » et « Long way from home ». Encore un rock colérique de Dave avec « Rats » avant le génial « Apeman » (# 5 UK) que Serge Lama a repris en France. Riff marqué par la guitare de Dave sur « Powerman » suivi du bon « Got to be free ». Des bonus avec deux nouveautés valables « Anytime » et « The good life » ainsi que des variantes de morceaux de l'album.
Le deuxième CD commence par la musique du film peu connu « Percy » commanditée à Ray Davies et les Kinks. Elle commence par un mélodieux et entrainant morceau « God's children » suivi d'une version instrumentale de « Lola ». Une romantique ballade avec « The way love used to be » avant deux bons instrumentaux avec « Completely » et « Running round town » et le nostalgique « Moments ». Un peu de vigueur avec « Animals in the zoo » avant de plonger dans la douceur vieillotte de « Just friends ». « Whip lady » est un intermède avant le mélodique « Dreams » qui alterne douceur et rythme modéré. Encore un bel instrumental bien typique des musiques de film avant l'excellente ballade country « Willesden green ». Ce n'est pas un album génial mais très plaisant à écouter. La fin du CD comprend en bonus des variantes de morceaux des 2 albums.
Double CD à acquérir et à savourer sans retenue.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 octobre 2014
Ce produit vendu comme Deluxe Edition est une arnaque manifeste, packaging plastic mais prix des versions Deluxe.Pourquoi ne pas avoir continué cette magnifique campagne de réédition si bien commencée
22 commentaires|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 octobre 2014
Quelle claque quand ce disque est sorti en 1970, quel niveau de compositions et lyrics alors que l'air du temps était plutôt au hard-rock (Led Zep et Deep Purple c'était bien aussi !) Ici les bonus nous offrent 2 VRAIS inédits typiques des compo de Ray Davies à cette époque ; 'Anytime' quel régal ! et 'The good life'.
Le 2è CD est de qualité aussi avec les superbes chansons de Percy, même si les bonus sont moins intéressants. Ecoutez ça les jeunes !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 décembre 2003
Encore un excellent album des kinks. Lola vs Powerman and the moneygoround part one (on attend toujours la deuxième). Ce disque contient un nombre impressionnant de chansons remarquables : Get back in line, Lola, Top of the pops, This time tomorrow, Apeman, Powerman. Dave Davies, le guitariste lead place deux de ses compositions : l'excellente ballade Strangers et l'agressif Rats. Le dernier grand album des Kinks.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)