EUR 9,80
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Lti, la langue du III&egr... a été ajouté à votre Panier
Amazon rachète votre
article EUR 2,50 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Lti, la langue du IIIème Reich Poche – 6 novembre 2003


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 9,80
EUR 9,80 EUR 9,00

Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing

EUR 9,80 Livraison à EUR 0,01. En stock. Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Lti, la langue du IIIème Reich + LQR : La propagande du quotidien
Prix pour les deux : EUR 15,80

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Le philosophe allemand Victor Klemperer s'attacha dès 1933 à l'étude de la langue et des mots employés par les nazis. En puisant à une multitude de sources (discours radiodiffusés d'Adolf Hitler ou de Joseph Paul Goebbels, faire-part de naissance et de décès, journaux, livres et brochures, conversations, etc.), il a pu examiner la destruction de l'esprit et de la culture allemands par la novlangue nazie. En tenant ainsi son journal il accomplissait aussi un acte de résistance et de survie. En 1947, il tirera de son travail ce livre :LTI, Lingua Tertii Imperii, la langue du IIIeReich, devenu la référence de toute réflexion sur le langage totalitaire. Sa lecture, à cinquante ans de distance, montre combien le monde contemporain a du mal à se guérir de cette langue contaminée ; et qu'aucune langue n'est à l'abri de nouvelles manipulations.

Biographie de l'auteur

Victor Klemperer, fils d'un rabbin, est né en 1881 à Landsberg. Philologue et spécialiste de littérature française, il enseigne à l'université de Dresde ; il est destitué de son poste par les nazis en 1935. Protégé de la déportation par un mariage mixte, il est affecté comme manœuvre dans une usine de la ville. Rédigé à partir de 1933, son journal ne sera publié en Allemagne qu'en 1995, où il connaît un succès immédiat. Il meurt en 1960 en RDA où il vivait et avait retrouvé son poste à l'université.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 2,50
Vendez Lti, la langue du IIIème Reich contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 2,50, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 375 pages
  • Editeur : Pocket; Édition : 2e (6 novembre 2003)
  • Collection : Evolution
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266135465
  • ISBN-13: 978-2266135467
  • Dimensions du produit: 17,8 x 11 x 1,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (21 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 35.077 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par Emmanuelle le 13 janvier 2012
Format: Poche
Ce livre n'est ni une étude historique, ni un témoignage classique sur l'époque de l'épanouissement du nazisme en Allemagne. Le grand philologue Klemperer mêle à la fois des récits au jour le jour de ce qu'il vit et l'analyse particulièrement intéressante des mots employés par les Nazis. Cela donne un livre passionnant, qui se lit très bien, sans complexité superflue, et qui apporte un éclairage extrêmement intéressant sur le poids des mots en politique, ce qui nous donne à réfléchir aussi sur leur emploi de nos jours, et sur la place de la communication dans le jeu politique que nous connaissons. C'est par ailleurs un récit poignant de ces jours terribles, avec leur lot de souffrance, mais aussi de révolte et de rencontres, portraits passionnants d'Allemands de cette époque, brossés en quelques mots, et bien moins simplistes que ce que l'on peut en imaginer souvent. Un livre qui éclaire sur les raisons profondes de la montée du Nazisme dans un pays à la culture millénaire et à la population éduquée.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
42 internautes sur 44 ont trouvé ce commentaire utile  Par JoBill le 10 février 2009
Format: Poche Achat vérifié
Un des grands avantages de ce livre réside dans le fait qu'il s'agit d'un journal rédigé pendant les années nationale-socialistes de l'Allemagne (avant et pendant la guerre). Au delà de l'étude de la manière dont les nazis ont pu communiquer, il s'agit en plus d'un formidable texte sur le quotidien d'un juif allemand qui a eu la chance de traverser cette période et de s'en sortir vivant.
Il est aisé penser tout savoir sur cette période, tellement de choses ayant été relatées au travers de différents médias, mais on peut être encore surpris par certains actes décrits dans ce livre et commis au quotidien par les nazis.

L'étude des méthodes utilisées par les nazis (mots, tournures, médias) pour diffuser leurs idées se mêle à la vie de Victor Klemperer, propulsé/aspiré qu'il était dans ce monde que les nazis produisaient.

Ce livre va au delà de l'étude de la langue du IIIème Reich, c'est un formidable témoignage d'acte de résistance intellectuelle (ce qui est souligné par Alain Brossat dans la postface du livre), là où tout autre forme de combat s'avérait inutile et sans espoir.

Cette double lecture m'a donc surpris dans un premier temps (je m'attendais à lire quelque chose de plus technique, plus axé sur le langage), pour finalement me passionner totalement, la forme d'un journal se mariant finalement très bien à ce genre de récit.

A lire.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par Phils31 le 4 mars 2012
Format: Poche
A la suite d'un excellent reportage sur Arte ( c'est presque un pléonasme )il m'a semblé intéressant de lire ce livre qui présente le double avantage :
- de montrer effectivement comment un régime politique basé sur une idéologie ( en l'occurence le nazisme ) peut tronquer une langue et créer des néologismes adaptés à cette idéologie ( Ex.untermensh / sous-hommes )
- montrer , à travers ce récit autobiographique , les conséquences de l'application des lois antijuives sur le quotidien d'un professeur de littérature française -Juif Allemand -à l'université de Dresde
Un document passionnant malgré son côté peut-être un peu ésotérique mais en fait un journal intime qui se lit très facilement
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par clem le 26 octobre 2011
Format: Poche
Ouvrage d'une lecture parfois exigeante, mais d'un très grand intérêt concernant l'emprise du nazisme dans tous les champs de l'existence, et permettant, au-delà des ravages du nazisme, de méditer sur l'impact de toutes les novlangues...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Père Ubu le 6 février 2014
Format: Poche Achat vérifié
Un livre essentiel pour comprendre non seulement le langage, mais aussi la manipulation de la langue quotidienne par la politique. L'édition Pocket est cependant d'une laideur incroyable: impression baveuse, mise en page difficilement lisible, mauvais papier. Un tout petit peu de soin ne serait-il pas souhaitable, même en édition de poche?
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par Thibault Marconnet TOP 500 COMMENTATEURS le 30 janvier 2014
Format: Poche
A l'heure où certains se bouchaient les oreilles, Victor Klemperer, philologue juif allemand marié à une "aryenne", a décidé de les ouvrir bien grandes. Il a noté, jour après jour, tous les mensonges distillés dans la langue allemande par le régime Nazi ; tous les mots inventés, greffés comme des tumeurs pour mieux empoisonner et tuer la conscience. Il a scruté l'ombre qui prenait de l'ampleur en écrivant, en analysant le virus injecté dans la langue. Son diagnostic : Lti, la langue du IIIème Reich.

Sa survie en Allemagne fut possible uniquement grâce son mariage avec une femme allemande. Et cette survie fut rude. Son livre est une sorte de journal testamentaire, qui nous exhorte à ne pas sombrer dans la paralysie de l'esprit, à ne pas abandonner l'esprit critique qui fait les consciences libres et lucides. La pensée doit être vive pour contrer le désastre.
La langue est changée, la langue change encore. Du poison est insufflé en elle. Le mensonge court, il grandit de jour en jour.

La langue que nous servent nos "flics" de la crasse médiatique, est une langue qui ment, une langue taillée pour les morts.
À nous de savoir la décrypter, à nous de veiller dans la grisaille du siècle, l'esprit alerte et en mouvement - afin de dérégler la fréquence du mensonge.

Le sens a pris du plomb dans l'aile. Les chasseurs sont puissants.
Lire la suite ›
7 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?