2 neufs & d'occasion à partir de EUR 0,04

Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Ludwig Van Beethoven (1770-1827) Import


Voir les offres de ces vendeurs.
1 neuf à partir de EUR 19,95 1 d'occasion à partir de EUR 0,04

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Saint-Valentin : nos idées cadeaux
Découvrez toutes nos idées cadeaux pour le 14 février dans la boutique Saint-Valentin.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Emil Gilels

Discographie

Image de l'album de Emil Gilels

Photos

Image de Emil Gilels
Visitez la Page Artiste Emil Gilels
35 albums, Photos, discussions, et plus.

Détails sur le produit

  • CD (1 janvier 1995)
  • Format : Import
  • Label: Classic Adventure
  • ASIN : B002DMAUOE
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Descriptions du produit

Mondscheinsonate, Pathetique, Waldsteinsonate, Für Elise, ....

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 3 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

24 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile  Par Nardis TOP 1000 COMMENTATEURS le 28 octobre 2009
Format: CD
Les mots manquent pour qualifier ce monument de l'histoire pianistique. Pourtant, la concurrence est rude, on s'en doute. Sauf qu'ici, il ne s'agit pas d'une compilation, mais d'une entreprise pharaonique, d'un travail titanesque de relecture et de réflexion sur les partitions. Une vision, une revisitation moderne, donc, mais par un artiste au bagage infiniment lourd, à l'expérience si longue qu'il s'épuisera avant même d'en finir avec ce labeur, et symboliquement, à l'orée de la 32e. Peut-on imaginer plus magnifique conclusion? Il ne saurait même être question de comparer cette somme avec telle ou telle autre (bon, disons Arrau, par exemple). Ce serait absurde. Comme si des alpinistes s'avisaient de comparer la Nanda Devi, le K2 et l'Alpamayo. D'ailleurs, Gilels ne se démarque pas fondamentalement des ses aînés, ni de ses contemporains. Il ne fait pas non plus, fondamentalement, tellement "mieux". Non, ce qui le distingue, c'est l'intégrité, l'homogénéité de son discours, des premières aux dernières sonates. Ce qui fait la valeur de cette quasi intégrale, c'est, tout simplement, qu'elle nous semble venir de Beethoven lui-même - comme si Beethoven se réincarnait dans Gilels, son caractère abrupt, rocailleux, mais aussi son amour de la danse, son côté "peuple" et même un peu ours. Oh, bien sûr, on peut sourire et argumenter que le Beethoven d'aujourd'hui n'est pas celui d'hier ni celui de demain. J'ai la faiblesse de penser différemment. Il y a une telle humilité, une telle noblesse chez ce Gilels-là, un tel acharnement à "servir", et une telle amplitude de moyens, expressifs et digitaux, on se sent comme devant quelque chose de parfaitement abouti et, peut-être, de définitif. L'enregistrement est à la hauteur de l'interprétation, purement et simplement sublime.
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Nicolas TOP 50 COMMENTATEURS le 28 avril 2013
Format: CD
Avec Gulda, Serkin et Arrau, Emils Gilels fait partie de mes 4 pianistes beethoveniens préférés et ce coffret est le témoignage le plus abouti de ce pianiste dans Beethoven même si quelques sonates (dont l'opus 111!) manquent à l'appel, la mort ayant fauché Gilels avant qu'il puisse conclure ce qui demeure tout de même le couronnement de sa carrière discographique.

Qu'est ce qui fait la magie du jeu de Gilels dans Beethoven?

+ Une clarté architecturale, une précision rythmique et une qualité de toucher incroyables
+ Une absence d'alternances mécaniques temps forts / temps faibles pour produire une continuité trop rare chez la plupart des autres
+ Une différenciation et un contrôle stupéfiants: les pédales sont subtilement utilisés pour varier les timbres au lieu de créer des ambiances chopiniennes inadéquates
+ Une tension dramatique basée sur une précision chirugicale presque boulezienne qui dégage une force surnaturelle
+ Une clarté du discours et de l'intention musicale: une rhétorique parfaite
+ Une pesanteur, une frustration, une douleur, une solitude presque autiste qui s'expriment dans un lyrisme romantique aussi implacable qu'irrésistible

La grande frustration, pour l'auditeur cette fois, est l'absence de l'opus 111. Pour atténuer celle-ci, je vous conseille la version de Maurizio Pollini qui s'intègrera très bien à ce cycle.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par DUNCANIDAHO TOP 500 COMMENTATEURS le 23 avril 2010
Format: CD
Que la maladie n'ait pas permis à Emil Gilels de finir cette intégrale.
Tout est en effet ici totalement en accord avec (ce que nous supposons être) la volonté du grand compositeur.
Quand Gilels et son grand ami et compatriote Svialoslav Richter ont commencé à enregistrer les sonates de Beethoven, beaucoup se sont insurgés devant tant d'audace et de vista.
Leurs interprétations semblaient révolutionnaires par rapports à celles des Backhaus et autres Schnabel.
Maintenant on s'apercoit que cette vision, plus rude, plus virile, plus abrupte aussi a fait école.
Cependant comme pour Richter, Gilels est loin de paraitre austère, la poésie est toujours présente,(le mouvement lent de la "Hammerklavier" le lyrisme toujours sous jacent et surtout on sent (comme chez Kempff ou Serkin) un amour et un respect quasi mystique de l'oeuvre.
Gageons que là haut Emil aura pu jouer la 32ème qui manque cruellement ici.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?