Ludwig Van Beethoven: Symphony No. 4 in B-flat Major / Symphony No. 1 in C Major Op. 21
 
Agrandissez cette image
 

Ludwig Van Beethoven: Symphony No. 4 in B-flat Major / Symphony No. 1 in C Major Op. 21

Deutsche Kammerakademie Neuss & Johannes Goritzki
1 janvier 1991

EUR 7,99 (TVA incluse le cas échéant)
  Titre
Durée
Popularité  
1
Symphony No. 4 In B Flat Major, Op. 60: Adagio - Allegro vivace
11:12
2
Symphony No. 4 In B Flat Major, Op. 60: Adagio
9:42
3
Symphony No. 4 In B Flat Major, Op. 60: Menuetto: Allegro vivace
5:42
4
Symphony No. 4 In B Flat Major, Op. 60: Allegro ma non troppo
6:42
5
Symphony No. 1 in C Major, Op. 21: Adagio molto - Allegro con brio
9:10
6
Symphony No. 1 in C Major, Op. 21: Andante cantabile con moto
7:44
7
Symphony No. 1 in C Major, Op. 21: Menuetto: Allegro molto e vivace
3:28
8
Symphony No. 1 in C Major, Op. 21: Adagio - Allegro molto e vivace
5:49

Détails sur le produit

  • Performers: Deutsche Kammerakademie, Johannes Goritzki
  • Conductors: Johannes Goritzki
  • Date de sortie d'origine : 1 janvier 1991
  • Label: Claves Records
  • Copyright: (c) 1991 Claves Records
  • Durée totale: 59:29
  • Genres:
  • ASIN: B0025EMQJ2
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)

Commentaires en ligne 

4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
5.0 étoiles sur 5
5.0 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Italienische Reise, à contre-courant. 5 juillet 2009
Format:CD|Achat authentifié par Amazon
Au fil des années, j'avais abandonné l'idée d'un coffret "l'intégrale des symphonies de Beethoven" et choisi "à la carte": Kleiber père et fils, Klemperer, Gardiner, Furtwängler ( IX, 51 ), Karajan ( IX, 62 ). Puis, il y a deux ans, j'ai découvert le présent coffret. Depuis, en Beethoven, je suis un fan de Riccardo Muti.
La référence studio pour Beethoven restera toujours l'intégrale par Karajan de 1962, avec la Philharmonie de Berlin. Est-ce que Muti - que la Philharmonie de Berlin aurait volontiers accepté comme le successeur de Karajan - a réussi, 25 ans plus tard, avec le Philadelphia Orchestra, à faire mieux ?
La réponse est oui. L'évènement sonore est plus frais, encore plus somptueux ( on était passé en époque numérique ... ), les orchestres se valent, et leurs chefs aussi ( Muti est, tout comme Dohnanyi, terriblement sousestimé en France ). Karajan avait proposé une lecture classiciste très polie, très léchée, mais qui réflète parfaitement le style "Empire" de la mode et de l'architecture de l'époque. Muti, en "Furtwängler latinisé", propose une autre fidélité au classicisme: la rhétorique rayonnante "et in arcadia ego" - Beethoven avec Goethe en Italie ...
Mais le plus important: Muti respire bien ( sa 3ème prend 52', la 9ème 72' - contre 44'30 et 59'43 par Gardiner ). Et c'est courageux.
Car entre temps il y avait eu l'invention des "instruments d'époque" et des "tempi justes". Est-ce que Muti n'a rien compris ? A vous de juger.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un véritable chef d'oeuvre 7 février 2010
Format:CD|Achat authentifié par Amazon
L'intégrale des symphonies de Ludwig van Beethoven par le Philadelphia Orchestra sous la baguette de Riccardo Muti.
Un véritable chef d'oeuvre d'une grande clarté dans les différents instruments sur un rythme soutenu et une grande maîtrise sur l'enregistrement des 9 symphonies et pour finir la cerise sur le gâteau une excellente qualité du son en DDD.
Musicalement vôtre.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit


ARRAY(0xb6a9a3a8)