undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

3,3 sur 5 étoiles3
3,3 sur 5 étoiles
Format: PocheModifier
Prix:8,20 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 12 avril 2008
J'ai bien accroché le début. Par contre, passé la première moitié, l'histoire bascule dans le très ordinaire. Une succession de clichés, de situations improbables, de morale à deux sous.
Les premiers chapitres installent poutant un contexte uchronique original, à mi chemin entre gravité et second degré, le style est là et la force descriptive aussi.
Et puis, plus gênant, c'est trop manichéen. Les bons d'un coté, perspicacité et courage infaillibles, les mauvais de l'autre, mais vraiment mauvais alors, rien à récupérer, avec la dose qu'il faut de stupidité chez les uns et d'égocentrisme chez les autres.

Super déçu, aussi parceque je m'attendais à quelque chose de vraiment original, je sais pas, un scénario tordu et fouillé, qui s'écarte des poncifs, une idée de génie quelque part dans ses pages... Bah non, rien, à part une prose sympatoche.
11 commentaire11 sur 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 janvier 2014
En l’an de grâce 1889, le monde n’est pas tout à fait comme l’on pourrait s’y attendre… Surtout en France. En effet, Napoléon III, toujours empereur mais plus vraiment humain, a fait alliance avec une race extraterrestre qui l’aide sans le savoir à maintenir une affreuse dictature sur Terre, tout en colonisant une partie de la Lune où Louis-Napoléon s’acharne à faire construire une flotte de guerre pour partir à la conquête de l’espace. Dans tout ce merdier, Jules Verne revient d’Amérique pour aider la résistance, menée par Victor Hugo, à instaurer un monde de liberté…

Pas convaincu par cet alléchant synopsis ? Moi non plus… Tout d’abord, les personnages sont trop caricaturaux ; l’empereur est devenu un monstre mi-robot mi-humain, complètement cinglé qui a perdu tout sens des réalités. Sur les causes de sa folie, pourquoi pas, mais je doute quand même que l’homme le plus fou du monde veuille s’envoler à la conquête des étoiles au XIXe siècle, avant même, notons-le, d’avoir asservi les autres peuples de la Terre. Même pas les Anglais… Il faut dire que Napoléon III n’entretenait pas de mauvaises relations avec la Reine Victoria.

On en arrive donc à l’aspect plus historique et politique des choses. C’est difficile à juger, comme dans toute uchronie (nouveau mot !) et je respecte les choix de l’auteur. Mais tout est trop manichéen. Victor Hugo trop fier résistant. La police secrète trop vile. L’idée selon laquelle une race si avancée et si ancienne (et constituée en réalité de plusieurs races dont les atouts s’accumulent au fur et à mesure du temps) se laisse prendre par Napoléon III qui leur fait croire qu’il représente l’avis de tous les Terriens pour pouvoir exploiter leurs pouvoirs à son profit… oui, cette idée m’a semblé un peu grosse. Voire éléphantissime. Surtout quand on découvre que les Aliens vivent tranquillement sur la Lune, à quelques encablures des camps de travail forcé des déportés politiques du régime.

Tout cela m’a vraiment gêné. En particulier un léger manque de profondeur sur la situation internationale qui résulte de tout ce mic-mac. Une histoire sociale, historique et politique qu’on reconstitue petit à petit au fil du récit et qui aurait gagné à être plus étoffée et à servir de cadre plus rapidement à l’action. J’adore les uchronies. Alors allons au bout de l’uchronie ! Ne nous contentons pas de décrire la lutte du petit Jules Verne, quasi-seul contre tous.

Mais il faut reconnaître de nombreuses qualités à ce livre. D’abord, c’est de la science-fiction francophone. C’est plutôt bien écrit. En tout cas, je l’ai lu sans déplaisir - mais sans passion non plus. Les machines humano-extraterrestres sont intéressantes. Le mélange constant de la science mécanique humaine portée à son paroxysme et des organismes extraterrestres aux propriétés biologiques étonnantes, donne un résultat très agréable et plaisant à imaginer. L’idée d’une base sur la Lune est très bonne. Ça nous change de l’obsession actuelle pour Mars et ça nous renvoie à quelque chose de plus poétique, de plus romantique, dans la veine du printemps des peuples de 1848 ou des événements de la Commune. On retrouve des personnages historiques et un esprit de fraîcheurs, une bande d’enragés, passionnés et ardents qui nous donnent envie de les suivre dans leur grande révolution.

Découvrez d'autres critiques ainsi que des textes de fantasy et de science-fiction sur stephaneflo.fr !
0Commentaire4 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 mai 2015
Contrairement aux autres commentateurs, j'ai adoré ce livre. (J'ai d'ailleurs acheté la Trilogie entière, pas uniquement le premier tome, puisque le tout est ressorti en un seul exemplaire, La Trilogie de la Lune, qui est par ailleurs un très beau livre, bien qu'un peu volumineux.)
Alors, certes, Johan Heliot ne nous présente clairement pas des personnages de droite, ce qui a pu déplaire aux précédents commentaires, d'après les remarques d'un haut niveau qui ont pu être laissées... Mais je trouve aberrant que ces personnes n'aient pas réussi à comprendre le principe de l'uchronie. Deux choses sont importantes avec l'uchronie : première chose, le contexte réel de l'époque (XIXe siècle, en l'occurrence) doit être assimilé et on ne doit pas chercher à le calquer simplement sur notre expérience de notre propre contexte politique et social (XXIe, rien à voir donc). Deuxième chose, le contexte réel de l'époque est bouleversé par l'évènement qui déclenche l'uchronie et qui chamboule le réel (et donc les opinions qui ont véritablement été par rapport à ce qu'elles sont dans ce roman).

Alors, oui, n'ayons pas peur des mots : Johan Heliot choisit, de ce fait, de faire de Jules Verne (personnage principal du roman) et Victor Hugo (son mentor) des "communistes" tel qu'on pouvait l'entendre au XIXe siècle (le couteau entre les dents, le marteau et la faucille, tout ça, c'est biennn après, les enfants, et ça ne s'appelle pas le communisme mais le stalinisme... et je ne vous parle même pas du commentateur qui a fait référence à Mélenchon, qui n'est d'ailleurs pas communiste, parce que c'est totalement absurde et ça montre qu'il n'a rien compris à l'intérêt de ce roman). Ce qu'il faut surtout retenir, c'est que Jules Verne lutte contre Napoléon III et sa tyrannie. Je n'en dirais pas plus pour ne pas dévoiler l'intrigue mais certains ont fait un peu trop une fixette sur certains passages du livre, sans prêter attention au reste... Ou alors, peut-être font-ils une allergie aux mots ? J'ai écrit "communiste" dans ce commentaire, allez-vous faire une poussée d’urticaire ?

Bref, j'ai adoré ce livre. Parce que je suis allée au-delà de mes considérations d'habitante du XXIe siècle et je me suis attachée aux personnages, à leurs aventures. Je l'ai trouvé non seulement bien écrit mais aussi original, dans son intrigue. De plus, il fait partie des rares romans steampunks français et ça n'est pas rien ! Comme quoi, le steampunk n'est pas uniquement anglais et victorien.
0Commentaire0 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles