Acheter d'occasion
EUR 7,03
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Amazon rachète votre
article EUR 5,15 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Mémoires d'outre-tombe Poche – 18 mars 1998


Voir les 22 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche, 18 mars 1998
EUR 6,11

Il y a une édition plus récente de cet article:


Cahiers de vacances pour toutes les classes de la maternelle au lycée Cahiers de vacances pour toutes les classes de la maternelle au lycée

--Ce texte fait référence à l'édition Broché.

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Amazon.fr

Formidable témoin de son temps, spectateur actif d'une époque tourmentée, Chateaubriand traverse le siècle, le fixe et le transfigure dans ces Mémoires. Mémoires ou fiction ? À bien des moments on hésite, tant il met en scène sa vie comme on écrit un roman, tant ses incroyables aventures font de lui un véritable personnage, dont rêveraient les plus grands romanciers. Des brumes bretonnes aux rives américaines du Mississippi, de Londres à Rome et de Rome à Paris, il est tour à tour exilé, professeur, ambassadeur, ministre, royaliste convaincu et néanmoins grand admirateur de Napoléon... Adulé, courtisé, il décide pourtant de quitter la vie publique pour se consacrer à son grand projet : ses mémoires. Elles l'occuperont plus de trente ans.

D'outre-tombe, la voix du génie s'élève avec toujours autant de force, et rappelle que le vieux maître d'Atala et de René, qui passe pour le père du romantisme, est avant tout l'une des plus extraordinaires plumes de la littérature française. --Karla Manuele

Extrait

Extrait de la préface de Véronique Charpentier :

C'est à Rome, en 1803, que Chateaubriand dit avoir eu «pour la première fois l'idée d'écrire les Mémoires de [sa] vie» : Pauline de Beaumont venait d'expirer dans ses bras. Cette mort d'une femme aimée, dans une ville tombeau qui sublime dans ses ruines la fin des civilisations, ne pouvait qu'inviter l'auteur du Génie du christianisme à dresser, à trente-cinq ans - mais il avait déjà tant vécu et tant vu mourir -, son propre tombeau littéraire.
Grand lecteur de Jean-Jacques Rousseau, l'auteur de René ne désirait pourtant pas écrire de nouvelles Confessions : il ne voulait ni s'expliquer, ni se justifier. La grande tradition des mémoires aristocratiques lui enjoignait de garder le secret sur son intimité, et encore davantage de protéger celle de ses proches. Imaginés en 1803, médités et esquissés dans les années 1807 à 1811, date officielle de leur commencement, achevés solennellement en 1841, souvent repris, augmentés, recomposés, les Mémoires de ma vie sont devenus en 1832 Mémoires d'outre-tombe, temple majestueux voué au souvenir, souvenir des êtres aimés, des temps disparus, des rêves et des illusions, des errances d'un monde à l'autre, des cavalcades épiques ou sanglantes de l'histoire...
Ces Mémoires d'outre-tombe sont justement beau­coup moins une autobiographie qu'un livre d'histoire. Si leur auteur avoue s'être «plu davantage» aux «récits» de «[son] enfance, de [sa] jeunesse, de [ses] voyages», il a aussi compris pendant toutes ces années, de la fin de l'Ancien Régime à la monarchie de Juillet, que, dans les soubresauts d'un régime politique à l'autre, naissait la France moderne. Trempant tour à tour sa plume dans le lyrisme romantique, l'exactitude de la documentation historique, la vérité du témoignage, il fait éprouver à son lecteur les retentissements terribles de l'histoire sur une vie d'homme.
Gardant le souci aristocratique de la réserve, il voulait que ses Mémoires fussent publiés d'«outre-tombe», cinquante ans après sa mort. Mais les soucis d'argent d'un cadet de famille privé d'héritage le contraignent, en 1844, à accepter de les voir paraître en feuilleton, dans ces journaux pour la liberté desquels il a tant lutté. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 5,15
Vendez Mémoires d'outre-tombe contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 5,15, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 1845 pages
  • Editeur : LGF - Livre de Poche; Édition : Nouvelle (18 mars 1998)
  • Collection : Classiques modernes
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2253132403
  • ISBN-13: 978-2253132400
  • Dimensions du produit: 19 x 4,5 x 12,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (22 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 814.959 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Dans ce livre (En savoir plus)
Parcourir et rechercher une autre édition de ce livre.
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Table des matières | Extrait | Quatrième de couverture
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

70 internautes sur 72 ont trouvé ce commentaire utile  Par Un client le 30 avril 2005
Format: Poche
A l'heure où le commerce débridé envahit la littérature, et où les livres qui font le plus parler d'eux ne sont pas forcément qui le méritent, je pense que pour tout homme qui aime la grande littérature, il est nécessaire de retrouver Chateaubriand. UN classique, pourrait-on dire, oui, un classique, sauf qu'il est génial. Autant une fournée d'auteurs médiatiques explosent-ils l'instant présent, autant CHateaubriand, lui, explose la postérité. Ce n'est d'aileurs pas pour rien que VIctor Hugo, fiévreux de sa lecture, a déclaré dans cette aube du XIXe siècle : "je veux être le Chataubriand de ce siècle !" Amis romantiques, vous cherchez un livre unique, qui décrit avec passion un autre géant de l'histoire - entre autre Napoléon -, qui montre la Révolution française avec un oeil contemporain (qui possède malgré tout ses limites politiques puisque Chateaubriand est royaliste), les premiers instants de l'Amérique (cela inspirera Tocqueville). Vous voulez découvrir un "génie du moi" qui transforme toute chose en solennité, rien que par la force de l'écriture ? Alors il faut lire Chateaubriand ! Au diable la littérature niaise, pasteurisée : avec Chateaubriand, on voit tout de suite la différence.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
28 internautes sur 30 ont trouvé ce commentaire utile  Par de Chair et de Lait le 4 juillet 2006
Format: Poche Achat vérifié
Plutôt qu'un essai historique, il faut lire cette autobioigraphie au style palpitant qui se lit comme un roman. On suit notamment avec émotion l'enfance austère de l'auteur, son voyage aux Amériques puis son retour en Europe où il nous montre une autre face de la Révolution, le combat pour leur simple survie et pour des idéaux d'une petite noblesse bien loin de la morgue des puissants ainsi que la douleur de familles que le sang de la Révolution déchire.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
33 internautes sur 36 ont trouvé ce commentaire utile  Par Fabrice Wasielewski le 23 juillet 2003
Format: Cuir/luxe
L'enchanteur l'appelle-t-on, tant son style est doux à l'oreille, glissant, à la fois imagé et précis.
Il se raconte, du début jusqu'à la fin, dans ce style encore fin XVIII, raconte ses amours, ses combats, ses frustrations.
Aprés un voyage en amérique, la révolution l'envoi en angleterre. Il revient sous Napoléon qu'il admire, pour ensuite le hair suite à l'assassinat du duc d'Enghien. Il devient un ultra.
Impliqué dans la politique jusqu'à la chute de Charles X, qu'il méprise mais qu'il ne veut pas trahir (ne se trahirait-il pas lui même s'il prétait serment à Louis Philippe après charles X?), il se retire. Un homme entier et admiré par un autre homme et non des moindre Victor Hugo.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
29 internautes sur 32 ont trouvé ce commentaire utile  Par Zarak TOP 500 COMMENTATEURS le 5 novembre 2008
Format: Poche Achat vérifié
Les Mémoires d'outre-tombe : 4 volumes, 42 livres, 3300 pages ! Telle est la somme de ce qu'il faut bien appeler dans l'un comme dans l'autre sens les "minutes" d'une vie plutôt extraordinairement remplie. Chateaubriand y relate ce qu'il considère comme les trois grandes phases de sa vie : soldat et voyageur jusqu'à 32 ans, sommité littéraire jusqu'à 46 ans, puis enfin carrière politique.

Entre autres étapes dans ce premier volume : sa jeunesse passionnée et mélancolique à Combourg (passages poignants sur sa soeur adorée Lucile, grande âme morte trop tôt), ses premiers contacts avec le monde littéraire, la naissance de la Révolution (qu'il montre comme il se doit : un idéal qui a mal tourné en passant entre les mains d'une plèbe, qui la dévoiera pour en faire une ignoble boucherie). Il débarque en Amérique jouer les explorateurs et en fait une rapide dissection aussi concise que prophétique (Tocqueville fera de même quelques années plus tard, en plus développé) et en profite pour louer Washington au détriment de l'agité égocentrique Napoléon, qu'il a pris en horreur - contraste hautement symbolique. Il émigrera ensuite à Londres où il connaîtra une cinglante misère, ce qui marquera la fin de sa carrière de voyageur.

Romantique, orgueilleux, passionné, observateur, chirurgical, multiple... Chateaubriand enregistre comme un magnétoscope doublé d'un sismographe le mouvement de son époque par le filtre de son moi. Étrangement, la mélancolie, la tristesse et la mort guettent quasiment chaque page.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Holz le 1 janvier 2009
Format: Poche
A propos des 3 tomes : tout simplement extraordinaire!
Si certains passages peuvent paraître longs et ennuyants (notamment ses différentes lettres...), Chateaubriand a la capacité en très peu de mots ou de phrases de décrire une situation, un événement et de donner à la phrase une tournure éblouissante.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Patrice le 10 septembre 2011
Format: Poche
Je précise que mon commentaire se focalise sur l'édition scolaire classiques hatier, puisque tous les commentaires sont mélangés.
Il s'agit pour cet éditeur de brosser un tableau des "Mémoires" en une centaine de pages, alors que l'oeuvre intégrale comprend plus de 1000 pages.
Les passages choisis sont globalement pertinents, même si je regrette parfois l'absence d'explications. Nous restons, par exemple, sur notre fin et dans le doute concernant le passage sur la rencontre de Chateaubriand avec Charlotte: a-t-il refusé le mariage? Si oui, pourquoi exactement? De même, pour les Floridiennes, le paratexte nous indique que l'auteur va vivre une idylle avec des habitantes de la Floride, mais le texte choisi ne laisse pas vraiment ressortir cet aspect. Chateaubriand semble charmé, mais non amoureux. Du moins, dans cet extrait.

En revanche, les encadrés sont plus bien faits sur Combourg (château de l'enfance de l'écrivain), le phénomène de réminiscence chez lui et chez Proust, la distance narrative, les mémoires (p.86), le mal du siècle. Deux tableaux en noir et blanc sont présents: "L'Odalisque à l'esclave" d'Ingres et "Les Natchez" de Delacroix.

Je dirai que globalement le livre est bien construit ainsi que les questions et les encadrés, même si certains passages restent énigmatiques. Une occasion alors d'aller explorer l'oeuvre intégrale.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?