Acheter d'occasion
EUR 13,39
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Amazon rachète votre
article EUR 5,00 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Magic Bus : Sur la route des hippies d'Istanbul à Katmandou Broché – 13 mars 2008


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché, 13 mars 2008
"Veuillez réessayer"
EUR 13,39

Cahiers de vacances pour toutes les classes de la maternelle au lycée Cahiers de vacances pour toutes les classes de la maternelle au lycée


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

L'appel de la route

Je suis encore tout ébahi, tout ému d'avoir fait ce premier, ce grand pas dans l'inconnu, d'avoir tenté de décrocher la lune ; devant moi la route béante, dans mon dos la mosquée Bleue, à mon oreille les Beach Boys. À perte de vue s'étiraient plus de neuf mille kilomètres, six pays, trois des grandes religions de la planète enjambant l'Occident et l'Orient, le long de la plus sauvage et la plus ancienne voie du monde. J'allais quitter l'Europe et son bon ordre, traverser la Turquie et l'Iran, ce caméléon, avancer jusqu'aux confins de l'Afghanistan, qui venait de rouvrir ses frontières, pour tomber dans le ferment de l'Inde et m'élever en direction des montagnes pures et propres de l'Himalaya, avant d'atteindre mon terminus : le Népal.
Toute ma vie, j'ai vagabondé. Gamin, je filais de chez moi après l'école pour m'égarer le long de rues que je connaissais mal, partant à l'aventure dans les jardins publics et les prairies, afin de grimper aux arbres, d'installer des camps et de parler à des inconnus. Le monde me paraissait vaste, divers, sûr. Du moment que je rentrais chez nous à temps pour le dîner, j'étais aussi libre qu'une feuille emportée par le vent. Jour après jour, je découvrais cette merveille dans mon quartier, dans les rues et les champs situés au-delà, entraîné de plus en plus loin de ce qui m'était familier, le long d'une spirale sans fin.
Mon père aussi adorait les vagabondages. Nuit après nuit, il venait dans ma chambre pour me dire de m'habiller. Nous grimpions dans la voiture et partions pour la Floride, la Californie et jusqu'au Mexique; j'avais huit ou neuf ans et je conduisais, installé sur ses genoux. Il montait le volume de la radio et nous précipitait le long de la route au son de I get around, Magic Carpet Ride, Gates of Eden. Ensemble, nous chantions avec Dylan, avec les Stones, avec des douzaines de stations de radio consacrées aux tubes d'antan, dans l'obscurité des interminables autoroutes inter-États. Le lendemain matin, à mon réveil, nous nous retrouvions en train de cligner des yeux sous la lumière perçante de Times Square ou de la rive du lac Érié, à des centaines de kilomètres de chez nous.
Le monde changea à mesure que je grandissais. On com­mença à se méfier des rues peu familières et des jardins publics isolés. On cessa de croire à la bonté des gens qu'on ne connaissait pas. Loin de rechercher la compagnie de son semblable, on le regardait d'un oeil circonspect. On divisait la société en «eux» et en «nous», perdant l'innocence optimiste à mesure que l'on s'exilait du jardin d'Éden, tant chez soi qu'à l'étranger. Ces escapades nocturnes éblouissantes, tonitruantes, avec mon père m'avaient laissé à la fois charmé et alarmé par leur spontanéité. Mais je rêvais de trouver la destination parfaite où nous n'étions jamais parvenus, lui et moi. Je continuais de vagabonder le long de la piste des merveilles, croyant en une famille humaine, tenaillé par l'envie d'aller jusqu'au bout du plus beau voyage, bercé par les meilleures chansons de tous les temps.

Revue de presse

De son périple, MacLean a rapporté un singulier récit de voyage, porté par la musique de l'époque - Dylan, Joplin, Grateful Dead, The Doors... Partagé entre l'empathie et l'agacement, l'émerveillement et la lucidité, la volonté de comprendre et l'ironie, il donne un livre magnifiquement vivant, un condensé d'histoire contemporaine, un témoignage très incarné du désenchantement du monde. (Michel Abescat - Télérama du 7 mai 2008 )

Fleur à la bouche et, dans les oreilles, les chansons des Rolling Stones ou du Grateful Dead. Sans trop le savoir, les beatniks foulaient la poussière de la plus vieille piste du monde, empruntée par Alexandre le Grand, Mahomet et Marco Polo. Un axe où s'échangeaient les épices, les idées, les croyances. L'ancienne route de la soie devenait celle du kilim, ce tapis (volant ?) des nomades d'Asie centrale...
Son enquête, passionnante, permet de mesurer l'importance de ce tournant culturel : «Les années 60 ont métamorphosé l'Occident.» Et, en réaction, les populations d'Asie centrale. En 1979, le conseil révolutionnaire de Khomeyni décidait de fermer la «piste des hippies». Fin du rêve. Désormais, quiconque veut suivre la mythique route des Indes doit traverser un chapelet de pays fortement islamisés, dont deux en guerre. En Afghanistan, MacLean désirait voir le site des bouddhas géants de Bamiyan, dynamités sur ordre du mollah Omar. Un enfant soldat l'a guidé au milieu des gravats. Le rêve des années peace and love s'est diablement dissipé. (Tristan Savin - Lire, mai 2008 )


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 5,00
Vendez Magic Bus : Sur la route des hippies d'Istanbul à Katmandou contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 5,00, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 415 pages
  • Editeur : Hoëbeke (13 mars 2008)
  • Collection : Etonnants voyageurs
  • ISBN-10: 284230313X
  • ISBN-13: 978-2842303136
  • Dimensions du produit: 23 x 3 x 14 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (7 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 545.849 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.3 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Padraigbo le 15 avril 2008
Enfin les lecteurs francophones vont pouvoir découvrir Rory MacLean, un écrivain-voyageur du calibre d'un Nicolas Bouvier!
C'est peu dire que j'ai dévoré la v.o. de "Magic Bus" à sa sortie !
La cinquantaine bien sonnée maintenant, ce livre m'a ramené à mes vingt ans et à mon premier voyage en Inde, à la musique qui m'accompagnait tout au long de la route, aux chocs culturels au hasard des rencontres et à l'extraordinaire bouillonnement d'espérance de l'époque...Rory a su faire revivre tout ça!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par B. Sylvie le 13 février 2009
Ressortez vos pat'eph et vos disques de Janis Joplin,Dylan et autres sixties!!..On part en voyage à bord du Magic bus de Rory : un trip dans le temps et dans l'espace. 40 ans après il a suivi les traces des Hippies vers l'orient, le rêve et le bonheur. Que reste-t-il de tout ça aujourd'hui ? eh bien malgrè les boulversements, les guerres, l'héritage est toujours là.L'auteur nous fait partager ses découvertes à travers des rencontres mémorables, douloureuses ou touchantes...on suit l'ultime voyage de Penny qui, à 70 ans, retourne au Népal par la route sur les lieux d'un bonheur enfuie...Penny, je suis sûre que tu existes quelque part..:-D. Ce livre est aussi l'occasion pour le lecteur de mesurer le chemin parcouru depuis 40 ans par les pays traversés; un road movie plein d'energie, de tendresse..pas de nostalgie, mais une ode à la liberté et à l'ouverture. J'ai adoré !!A quand les prochains livres"en français " de Rory MacLean ???
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Eminian TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 12 août 2008
Achat vérifié
La route de Katmandou a fait rêver des millions de jeunes au milieu des années 60 et ils furent des milliers à s'y lancer, à pied, en stop, ou en bus, le plus souvent sans un sou en poche et la guitare au dos. Assoiffés de liberté et d'idéalisme, ils abandonnaient le monde mercantile en construction pour une quête du bonheur, de sagesse et de spiritualité qu'ils pensaient trouver en Asie. Le chemin passait par la Turquie , l'Iran, l'Afghanistan, le Pakistan, le Népal, l'Inde et Goa. Un trajet de 9000 km sous le signe du Peace & Love avec en fond sonore les Beatles, Dylan et le Jefferson Airplane, avant les guerres et les explosions, avant la destruction des Bouddhas de Banyan et les ayatollahs fanatiques. Rory MacLean refait le périple, pistant les intrépides voyageurs à la recherche des témoins ou des lieux mythiques qui virent les hippies déferler en caftans des fleurs dans les cheveux et de l'herbe magique dans les poches. Certains y laissèrent la vie, d'autres leur esprit, nombreux furent ceux qui revinrent au pays et quelques uns restèrent sur place, mais tous en retirèrent une autre vision du monde. L'auteur nous conte cette formidable aventure en replaçant les pays traversés dans leur contexte politique de l'époque et avec lucidité quant aux effets secondaires découlant de cette « invasion » d'occidentaux dans des cultures et civilisations encore vierges de modernité. Un très bon livre pour parcourir à nouveau ces routes, résurgence de souvenirs pour les uns, réactivation du rêve pour les autres.

« Katmandou est bourré de gens qui lisent le guide Lonely Planet sur le Vietnam.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par jacroger le 10 avril 2008
En 2005, l'auteur refait la route des Indes, en suivant la trace des routards des années 60 et 70, quand les voyages étaient des épopées dont on ne revenait pas toujours. Il essaie de retrouver les témoignages de ceux qui ont connu cette transhumance, voyageurs ou indigènes, raconte parallèlement comment se passait "la route" à l'époque et ce que sont devenus les pays traversés. Turquie, Iran, Afghanistan, Pakistan puis les Indes et Goa... c'est sûr que bien des choses ont changé dans ces coins-là en 45 ans, pas toujours en bien. Et les routards n'existent plus.

Récit très intéressant d'un écrivain-voyageur qui sait faire parler les autres et qui file presque la nostalgie d'un truc que l'on n'a pas nécessairement connu, qui n'existera plus jamais et qui tournait parfois mal (transports homériques à partir d'Amsterdam ou de Paris, drogues, insécurité, etc.).

Hautement conseillé.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?