undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles2
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 31 août 2012
La septième est une mine de trouvailles orchestrales qui peut cependant poser des problèmes aux chefs qui se montreraient plus soucieux d'une cohérence globale (cf les parti pris extrémistes de Klemperer ou dans le sens opposé de Bernstein). Abaddo s'en tient à cette essence miniaturiste de l'oeuvre et il y réussit à merveille. Le moindre détail est exposé, et ici tous les détails sont exquis (le duo guitare mandoline du second nocturne par exemple). C'est même encore plus flagrant dans la version de Lucerne. C'est de loin l'apport essentiel d'Abaddo à l'interprétation de Mahler.
0Commentaire4 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
EN 2015, la découverte de la septième de Mahler par le même orchestre et Bernard HaitinkBernard Haitink - Mahler : Symphonies N°4 & 7 m'amène à tempérer un peu mon enthousiasme initial relatif à ce disque. Cette version équilibrée et d'une belle tenue orchestrale peut se voir préférer Haitink/ Berlin, donc, Gielen chez HänsslerMahler:Symphony No.7, et en remontant dans le temps, quelques historiquesMahler:Symphony No.7 Lied der si on en accepte les limites sonores.
44 commentaires8 sur 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus