EUR 8,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Amazon rachète votre
article EUR 1,50 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Manazuru Poche – 10 février 2012


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 8,00
EUR 8,00 EUR 2,40

A court d'idées pour Noël ?

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Manazuru + Les Années douces + Le temps qui va, le temps qui vient
Prix pour les trois: EUR 23,60

Acheter les articles sélectionnés ensemble



Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 1,50
Vendez Manazuru contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 1,50, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 240 pages
  • Editeur : Philippe Picquier (10 février 2012)
  • Collection : Picquier poche
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2809703272
  • ISBN-13: 978-2809703276
  • Dimensions du produit: 17 x 1,7 x 11 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 134.236 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Hiromi KAWAKAMI est née à Tokyo en 1958 et diplômée de biologie de la faculté des sciences de l'Université féminine d'Ochanomizu.
Sa nouvelle "Hebi o fumu" ("Marcher sur un serpent") est couronnée en 1996 par le prix Akutagawa (l'équivalent de notre Goncourt).
En 1999, "Kamisama" obtient le prix des Deux Magots et le premier prix Pascal des jeunes auteurs de nouvelles ; en 2000, "Oboreru" reçoit le prix de littérature féminine et c'est en 2001 que "Sensei no kaban" (« Les Années douces »)est couronné par le grand prix Tanizaki.
Hiromi a su s'imposer dans le monde littéraire japonais par la tonalité très particulière de son style, à la fois simple et subtil dont les thèmes privilégiés sont le charme de la métamorphose, l'amour et la sexualité.


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.8 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par c02149 sur 3 octobre 2012
Format: Poche
Kawakami Hiromi nous présente ici une ballade sur les côtes de Manazuru, ballade spirituelle où l'héroïne du récit se cherchera à chacun de ses pas. C'est grâce au dialogue avec le fantôme d'une inconnue que la jeune femme trouvera la paix. Cette quête de soi-même est magnifiquement présentée par l'auteure dont chaque histoire est un bol d'humanité et d'un fragile bonheur à saisir.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Eminian TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 2 juin 2014
Format: Poche
Hiromi Kawakami née en 1958 est une romancière japonaise née à Tokyo. Elle est diplômée de l'université pour femmes d'Ochanomizu. Depuis ses débuts en 1994, elle est définitivement devenue l'un des écrivains les plus populaires au Japon, et l'un de ceux qui parviennent à offrir leurs histoires en Occident. En 2000, elle reçut le Prix Tanizaki pour son roman Les Années douces. C’est en 2009 qu’est paru en France, Manazuru.
Kei vit avec Momo, sa fille adolescente, et sa mère. Rei, son mari, a disparu depuis douze ans, parti on sait où, personne ne le sait, mort peut-être. Deux ans plus tard, Seiji est devenu l’amant de Kei. Lorsque Kei découvre le journal intime de son mari et y lit à plusieurs reprises ses passages à Manazuru, petite ville du bord de mer, elle décide de s’y rendre.
J’avais beaucoup aimé La Brocante Nakano, un précédent roman d’Hiromi Kawakami. Légèreté de l’écriture, finesse des sentiments, ellipses aériennes mais une histoire claire. Ici, je suis nettement moins emballé. Certes l’écriture est toujours aussi délicate, les descriptions rapides de petits gestes de la vie quotidienne sont particulièrement réussies, finesse du trait à l’encre de Chine. Mais le roman repose sur une large part de mystère jamais éclairci qui, d’un côté rend le texte délicieusement éthéré et d’un autre carrément ésotérique.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Lisbei13 TOP 1000 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 14 juillet 2013
Format: Poche
Un jour de printemps, ou plutôt, de la fin de l'hiver, Kei se rend à Manazuru, une ville en bord de mer qui lui est inconnue, sur un coup de tête. Là, elle se laisse un peu glisser dans ses souvenirs, les souvenirs de sa vie actuelle, avec son amant Seiji, mais aussi les souvenirs de sa vie d'avant, avec son mari, Rei, disparu du jour au lendemain sans laisser de traces. Ou est-il allé ? Pourquoi l'a-t-il laissée seule avec leur fille de 3 ans, Momo, aujourd'hui adolescente ?

Kei a une vie banale, une vie faite de petits riens qu'elle se prend parfois à regarder de l'extérieur, avec curiosité. Mais Kei n'est pourtant pas toujours seule, des présences ou des ombres flottent parfois à ses côtés, étranges mais pas forcément dérangeantes ... Kei oscille entre la poésie sans mots du monde réel, et le flottement aérien d'un autre monde ... et nous entraîne dans cette oscillation parfois dangereuse.

Voici un roman tout à fait surprenant, dans la mesure où il passe sans transition de la description minutieuse et intense d'un moment du réel à un épisode onirique ou quasiment fantastique. Il est difficile de savoir où se situe la frontière entre la réalité et le rêve, entre le souvenir et la folie ... mais on se laisse bercer par la poésie du texte, par le dépaysement de toutes ces petites choses issues d'une culture si différente de la nôtre, par le parcours de Kei, ses angoisses, ses interrogations et ses espoirs ... un moment de lecture étrange et délicieux, qui vous laisse avec un léger tournis et le sentiment de revenir de très loin ...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Format: Poche
Kawakami Hiromi romancière japonaise. 55 ans. Elle a publié une première nouvelle en 1994.Elle reçu un prix littéraire prestigieux avec « Hebi Wo fumu » (« marcher sur le serpent » ) en 1996
Je viens, moi, de lire son roman « Manazuru », une vraie révélation
Manazuru est le nom d’une station balnéaire a une centaine de kilomètres de Tokyo.un peu comme si on appelait un roman « Trouville » ou « Dieppe » C’est aussi le mot qu’a écrit sur un agenda le mari disparu.

Celle qui raconte l’histoire est sa femme que l'abandon ne cesse de tourmenter depuis des années.

Elle vit avec sa fille Momo, treize ans, sa mère, et elle a un amant assez intermittent . Cette épouse traumatisée par cet abandon inexplicable cherche sans cesse à comprendre cette disparition- évaporation. C’est autant un film mental qu’une vie .
C’est un roman lent, envoûtant, un peu incantatoire qui m’a fait penser à une sorte de marguerite Duras japonaise.. sobriété du ton, la beauté des lumières, des heures, l’évocation de l’espace marin, l’importance des absents dans la vie de tous les jours

Au fil des scènes de train, de chambre d’hôtel, d’errance ,de petites scènes quotidiennes ( admirables scènes sur le tri des vêtements au début de l’été, sur le repassage, sur les odeurs de linge dans les tiroirs ; on sent qu’une partie du puzzle, autour d’une abscence, se reconstitue dans les rues de cette station balnéaire. Une mystérieuse apparence de femme survient, irrégulièrement,, fantomatique, elle accompagne la narratrice, dialogue avec elle et la guide.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?