Acheter d'occasion
EUR 2,76
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Manifeste d'économistes atterrés : Crise et dettes en Europe : 10 fausses évidences, 22 mesures en débat pour sortir de l'impasse Broché – 30 octobre 2010

4.1 étoiles sur 5 34 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 18,00 EUR 2,76

nouveautés livres nouveautés livres


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction de Philippe Askenazy (CNRS), Thomas Coutrot (Conseil scientifique d'Attac), André Orléan (CNRS, EHESS) et Henri Sterdyniak (OFCE)

La crise économique et financière qui a ébranlé le monde en 2007 et 2008 ne semble pas avoir affaibli la domination des schémas de pensée qui orientent les politiques économiques depuis trente ans. Le pouvoir de la finance n'est nullement remis en cause dans ses fondements. En Europe, au contraire, les États, sous la pression des institutions internationales et des agences de notation, appliquent avec une vigueur renouvelée des programmes de réformes et d'ajustements structurels qui ont dans le passé démontré leur capacité à accroître l'instabilité et les inégalités. Ils vont encore aggraver la crise européenne.
Atterrés par ce constat, nous avons souhaité favoriser l'expression publique des nombreux économistes, issus d'horizons théoriques très divers, qui ne se résignent pas à voir l'orthodoxie néolibérale réaffirmée et jugent nécessaire de changer le paradigme des politiques économiques en Europe.
Les économistes doivent assumer leurs responsabilités vis à vis de la société. La plupart des «experts» qui interviennent dans le débat public le font pour justifier l'actuelle soumission des politiques économiques aux exigences des marchés financiers. Car les hypothèses majeures qui sous-tendent ces politiques sont celles de l'efficience des marchés financiers et du poids excessif de l'État.
Cette double hypothèse s'est définitivement effondrée avec la crise bancaire et financière. À l'instar de celles qui l'ont précédée, cette grande crise exige une refondation de la pensée économique. Nombre de chercheurs ont entrepris de travailler dans cette direction. C'est pour favoriser ces nécessaires remises en cause que nous avons rédigé ce «manifeste d'économistes atterrés».
Ce court texte ne prétend pas constituer un programme clés en main, que ce soit pour fonder une stratégie de recherche scientifique ou pour décrire une politique économique progressiste. Il se contente de critiquer certaines des fausses évidences - nous en avons retenu dix parmi les plus rabâchées - invoquées pour justifier les politiques actuellement menées en Europe, et d'ébaucher quelques propositions pour une autre stratégie économique et sociale. Il s'adresse à la communauté des économistes - et plus de sept cents de nos collègues l'ont signé - mais aussi plus largement à nos concitoyens. Depuis l'éclatement de la crise, le décalage est devenu patent entre le caractère péremptoire des affirmations des «experts» et la fragilité de leurs diagnostics. Nous souhaitons que ce manifeste puisse aider les citoyens à mettre des mots et des concepts sur leurs doutes, puisse les conforter sur le fait que d'autres choix peuvent être mis en débat.

Biographie de l'auteur

Philippe Askenazy (CNRS), Thomas Coutrot (Conseil scientifique d'Attac), André Orléan (CNRS, EHESS), Henri Sterdyniak (OFCE).

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché
Je ne regrette pas que ce livre soit sorti, l'intégralité du texte est aussi disponible gratuitement sur le web. Mais pour réunir les signatures de plus de 700 économistes, ne vous attendez pas à y trouver des idées neuves et très embarrassantes pour le système établi... Ce livre dénonce certes certains excès du néolibéralisme, mais ne le remet pas en cause. Les théories ne sont pas ébranlées.

Cependant, si c'est votre premier livre sur le sujet, si vous vous intéressez à l'économie depuis 6 mois et que vous n'avez rien lu dessus, ou si vous voulez l'offrir à quelqu'un qui ne comprend rien: c'est le livre qu'il vous faut.

Loin d'être inutile, c'est un livre qui en appelle d'autres sur le sujet.
1 commentaire 95 sur 107 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
D'abord, garder à l'esprit que ce manifeste ne prétend pas constituer un programme, ce qui est en fait, plutôt une bonne chose. En effet, si comme le soulignent les auteurs, les économistes doivent assurer leurs responsabilités vis à vis de la société, il ne faudrait tout de même pas déresponsabiliser les politiques et les citoyens, ni oublier que la crise économique n'est qu'un aspect de la tension ressentie aujourd'hui, qui se nourrit également d'une crise sociale et morale.
Mais pour que les citoyens disposent d'un choix véritable, il convient au préalable de les informer a minima, et c'est le principal objet du manifeste qui leur est dédié.
Ce livre tire profit de la crise financière pour dénoncer "10 fausses évidences" à propos notamment des marchés, de la dette publique et de l'Europe. Il faut reconnaître que les analyses, si elles ne sont pas extrêmement détaillées, ne sont pas pour autant ineptes et il est bien difficile de les prendre sérieusement en défaut. Chaque idée reçue est suivie de propositions, elles aussi ébauchées et là, cette frugalité se révèle plus dommageable. Sans doute en raison d'un consensus difficile à trouver entre 700 économistes, certaines propositions (par exemple : "réaliser un audit public et citoyen des dettes publiques..." ou "supprimer les exonérations consenties aux entreprises sans effets suffisants sur l'emploi") ne trouveront leur intérêt qu'au travers du débat.
Bref, un livre utile comme tous ceux qui fournissent une base solide de discussions et qui permettra à chacun intéressé, d'apporter terreau et arrosage.
1 commentaire 18 sur 20 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
La crise de 2008 est une crise particulière, car intrinsèquement liée au fonctionnement de notre capitalisme néolibéral, remettant partiellement en cause l’hypothèse clé de l’efficience des marchés. Pourtant, la réponse à cette crise utilise exactement les mêmes recettes que d’habitude, fondées sur la soumission aux exigences des marchés financiers ou la réforme pour redonner confiance aux marchés, selon le point de vue qu’on a.

4 économistes reconnus mais aussi marqués politiquement ont donc décidé d’isoler 10 « fausses évidences » utilisées pour justifier les politiques actuelles de réponse à la crise, et une vingtaine de propositions alternatives. Des propositions souvent fortement discutables (e.g. « restructurer la dette publique […] en opérant une discrimination des créanciers selon le volume des titres qu’ils détiennent ») et parfois de la naïveté ou de la malhonnêteté intellectuelle (cf p.29-30, ou en synthèse on dit « la réponse au déficit est plus de déficit, avec les mêmes méthodes qu’avant » : mesures 10 et 11 ; raisonnement A n'est pas terrible, donc B est forcément excellent), mais ce livre a le mérite de faire réfléchir chacun sur ses hypothèses implicites, et de mettre le doigt sur le décalage fort entre le côté péremptoire des affirmations des très nombreux « experts économistes » et la fragilité des modèles sur lesquels ils s’appuient (quand ils s’appuient sur un modèle).
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 1 sur 1 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
En lisant leur manifeste publié en 2010, j'ai été étonné de constater que les Économistes Atterrés défendent une Europe qui n'existe pas. Une Europe imaginaire où la santé (sociale, mentale, physique, culturelle, etc.) de l'humanité serait la première préoccupation de cette union. Il n'en a jamais été question : l'Europe a été fondée sur le principe d'échanges commerciaux. Tout a commencé en 1948 avec le plan Marshall pour la reconstruction économique de l'Europe occidentale dévastée par la guerre financée par une Amérique enrichit par la guerre (elle possédait ses propres usines dans l'Allemagne nazie avec la main-d'oeuvre prisonnière gratuite) et géré par la première union de l'Europe : l'Organisation européenne de coopération économique (O.E.C.E.) dont le titre est clair : favoriser les échanges commerciaux entre l'Amérique et l'Europe*. Suivi en 1951 de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (C.E.C.A.) signée par l'Allemagne fédérale, la Belgique, la France, l'Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas. Jusqu'à aujourd'hui, la communauté européenne se préoccupe d'économie et toutes les autres préoccupations sont rattachées à cette économie et l'entretiennent. Cette économie est particulière, car elle n'est pas destinée à sa population : c'est la « macroéconomie » (sic). Il est vrai que la population ne siège pas au parlement européen et ce qui s'y passe reste obscur pour la majorité des gens.Lire la suite ›
14 commentaires 23 sur 28 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?