Manifeste du parti communiste et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 17,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Le Manifeste du parti communiste (Livre audio) CD audio – 15 juin 2011


Voir les 27 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
CD audio
"Veuillez réessayer"
EUR 17,00
EUR 17,00 EUR 13,60

Offres spéciales et liens associés



Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

LE MANIFESTE DU PARTI COMMUNISTE

KARL MARX

Lu par Pierre-François Garel
1 CD MP3 - 17e


Publié en 1848, Le manifeste du Parti communiste est antérieur à toutes les obédiences auxquelles on l'associe machinalement. Marx suit les principes du mouvement dialectique hégélien et l'applique à la politique. On retrouve ici le renversement célèbre du maître et de l'esclave, où c'est finalement le « prolétaire » qui par sa force de production est en position dominante dans la société. Mais cette domination naturelle lui est refusée, il faut donc qu'il la revendique à travers une révolution.


Que les classes dominantes tremblent devant une révolution communiste. Les prolétaires n'ont rien à y perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

Quatrième de couverture

Chef-d'oeuvre précoce de Marx et Engels, le Manifeste marque un tournant dans l'histoire du mouvement ouvrier : retraçant brièvement la genèse de la lutte des classes, Marx et Engels voulaient aussi doter la classe ouvrière d'un programme donnant des fondements scientifiques et durables à toute action révolutionnaire. Le résultat fut cette oeuvre brève, mondialement diffusée et dont la première édition vit le jour en 1848. Le présent volume comporte, outre le texte du Manifeste, un dossier qui inclut les préfaces des différentes éditions et des extraits de la correspondance entre Marx et Engels. --Ce texte fait référence à l'édition Poche .


Détails sur le produit

  • CD: 1 pages
  • Editeur : THELEME EDITION; Édition : Thélème Editions (15 juin 2011)
  • Collection : THELEME PRODUCT
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2878626338
  • ISBN-13: 978-2878626339
  • Dimensions du produit: 0,7 x 14 x 12,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (16 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 412.168 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par Joseph Fouché TOP 50 COMMENTATEURS sur 13 août 2012
Format: Poche
On le trouve dépassé, compassé... Que nenni ! "Le manifeste" de Marx et Engels garde une intelligence historique que l'on ressent si on veut bien, encore, le lire.

L'intelligence historique se perçoit lorsque Marx écrit -alors que nous ne sommes seulement qu'à la moitié du XIXe siècle, soit à peine cinquante après la Révolution Française- que l'adversaire véritable du prolétariat ce n'est pas l'aristocratie mais la bourgeoisie sous ses aspects "libéraux":

« Durant cette phase, les prolétaires ne combattent donc pas leurs propres ennemis, mais les ennemis de leurs ennemis, c'est-à-dire les vestiges de la monarchie absolue, propriétaires fonciers, bourgeois non industriels, petits bourgeois. Tout le mouvement historique est de la sorte concentré entre les mains de la bourgeoisie ; toute victoire remportée dans ces conditions est une victoire bourgeoise. » (P.25)

Ainsi, Marx avait déjà compris -via la loi le Chapelier de 1791- que faire s'entrechoquer peuple et aristocratie était l'intérêt de la bourgeoisie dominante avec la Révolution Français -qui fut une révolution bourgeoise (excepté Robespierre).

Il y a également le sens de l'infrastructure et de la suprastructure expliqué par le matérialisme historique, tout cela dans la cinquantaine de pages que contient le manifeste. Alors l'ouvrage est-il si désuet ?
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par laurent sur 17 février 2014
Format: Poche Achat vérifié
J'avais entendu dire que la lecture du Manifeste était stupéfiante à plus d'un titre. Et c'est vrai que bien des pages de cet opuscule donnent l'impression d'être écrites pour nous. Des passages entiers nous sont tellement proches au niveau de la description des phénomènes économiques que l'Europe subissait déjà il y a plus de cent cinquante ans, que l'on est désorienté à penser que ce petit ouvrage ai été écrit dans la première moitié du dix neuvième siècle! De quoi prendre conscience, se rappeler, et s'enfoncer bien dans le crâne, vigoureusement, que contrairement aux fausses explications très communes, toutes les crises que nous subissons, ne sont ni nouvelles, ni inconnues, ni sans raisons, dans leurs fonctionnements et leurs causes. Elles n'ont rien de surprenant si ce ne sont les violences qu'elles font subir à la société. En réalité, il faut bien l'admettre avec un peu de recul historique, elles sont banales, tragiquement banales, et leurs mécanismes connus de longue date.

La limite du Manifeste tient pour moi dans les dernières pages, c'est à dire dans la tentative de définition de solutions et corollairement l'attaque radicale des autres penseurs et économistes progressistes. Proudhon, lisant Marx, n'avait il pas prédit que son système accoucherait d'une autre forme tyrannie, remplaçant celle de la propriété capitaliste...

C'est en tout cas un ouvrage qu'il faut avoir lu, si l'on s'intéresse un tant soit peu aux phénomènes humains, sociaux, économiques et politiques. Sans nul doute un incontournable.

Laurent
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par GROSSE Jean-Donatien sur 28 janvier 2014
Format: Poche Achat vérifié
Critique complète du livre:
"Je ne m'attarderai pas sur l'importance historique de ce livre, tant elle est évidente.
Ce qui me surprend peut-être le plus, c'est l'incroyable actualité d'un opuscule paru il y a 165 ans maintenant. Mise à part la troisième partie, qui est plus dans l'actualité de son époque, donc qui a vieilli, le reste est toujours absolument exact aujourd'hui. On n'a même pas à changer une virgule pour le relire. C'est la première preuve de l'intelligence phénoménale de ses deux auteurs, pourtant fort jeunes au moment de l'écriture (Marx avait 30 ans et Engels 28 !).

La première partie est la plus extraordinaire. ce n'était pas la première fois que je la lisais, mais à chaque fois c'est une baffe. Les deux auteurs s'y font historiens et sociologues. Il décrivent la montée en puissance de la bourgeoisie jusqu’à sa prise de pouvoir, puis la croissance parallèle du prolétariat. Ils montrent comment la bourgeoisie a transformé le travail, asservissant les ouvriers à leurs machines, rendant les employés interchangeables à volonté. Ils nous parlent de mondialisation, de ces industriels qui vont produire où ils veulent, c'est-à-dire où les coûts de fabrication sont les moins chers (nous sommes en 1848, je le rappelle). Ils racontent les différentes crises qui traversent l'expansion de la bourgeoisie (crises nées des défaillances de ce système économico-politique) et comment la bourgeoisie ne les résout pas mais en repousse plus loin les conséquences. Etc.
Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?