Acheter d'occasion
D'occasion - Bon Voir les détails
Prix : EUR 4,95

ou
 
   
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Marge brute [Poche]

Laurent Quintreau
4.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (6 commentaires client)

Voir les offres de ces vendeurs.


Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché EUR 13,20  
Poche --  
10/18

Découvrez notre boutique 10/18.

Description de l'ouvrage

6 mai 2008 Domaine Français (Livre 4130)
Et si l'enfer n'était plus dans l'au-delà mais dans l'état-major d'une multinationale ? Onze cadres prennent la parole autour d'une table lors d'un sacro-saint comité de direction. Il y est question de dividendes, de restructuration et de licenciements. Mais aussi de l'intimité la plus triviale, des désirs les plus inavouables. Entre le quotidien minuté de la mère de famille et le cynisme dépravé du jeune branché, entre le désespoir glacé de la directrice du personnel, la perversion froide de la femme de pouvoir et les fantasmes libidineux du bellâtre bureaucrate, un seul point commun : chacun, du fond de sa frustration, est en guerre contre tous les autres. Au centre de cette Divine Comédie, tel une sorte de Lucifer boursier, trône Rorty, le président, «nettoyeur aux mains propres, serial-killer au regard d'azur».

Laurent Quintreau est l'un des membres fondateurs de la revue Perpendiculaire, qui anima la scène littéraire de la fin des années 90. Chroniqueur pour différentes revues, auteur de théâtre, il est aujourd'hui salarié d'une grande entreprise de communication et syndicaliste. Marge brute est son premier roman.

«Le regard de Quintreau est si acéré, les détails si justes, les remarques de chacun si percutantes et drôles, qu'on rit vraiment en lisant ce Marge brute. Mais on y repensera souvent, non sans inquiétude...»

Josyane Savigneau, Le Monde des Livres

Offres spéciales et liens associés


Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

L'enfer

(1er cercle : les limbes. Meyer)

... ça y est, Rorty vient d'arriver, nous sommes au com­plet, la réunion va pouvoir commencer, je n'ai pas le trac, je n'ai plus le trac, mes portefeuilles sont à jour et mes comptes bénéficiaires, je ne sens plus battre mon coeur, ce tranquillisant est vraiment efficace, ça y est, Rorty est assis, la réunion peut commencer, Rorty porte une chemise blanche et un costume bleu marine à fines rayures grises, coupe stricte, cheveux bruns grisonnants coiffés en arrière à la façon de je ne sais quel avocat quadragénaire de série B, sa cravate est terre de Sienne avec de minuscules motifs jaunes, quels motifs je ne sais pas, je distingue à peine, des coccinelles, non, des balles de tennis, oui des balles de tennis, Rorty pose sa voix, souhaite la bienvenue à tout le monde, remercie chacun d'avoir pu se libérer de ses tâches quotidiennes pour venir participer à ce comité stratégique, j'ai encore quelques aigreurs d'estomac, je devrais prendre moins de café, essayer de me limiter à trois par jour, deux le matin et un après le déjeuner, Rorty répète à quel point il est important que les managers présents ici se sentent impliqués dans le fonctionnement de l'entreprise, une entreprise qui a réalisé une excellente année avec une marge opérationnelle de plus de quinze pour cent au dernier trimestre mais qui doit, plus que jamais, confirmer cette progression, ce n'est pas le moment de baisser la garde, nous devons faire toujours plus, toujours mieux, j'ai bien peur, grimace finement Rorty, que nous soyons tous condamnés à l'excellence, plusieurs personnes sourient, Pujol ricane, la Brémont se tortille sur son siège, Castaglione prend un air entendu, ses petits yeux enfoncés et son nez pointu lui donnent un air de renarde rusée, Tissier acquiesce mollement, de Vais se fend d'un rictus convulsif et sournois, Stoeffer fronce les sourcils, Françoise Clément-Dourville soupire, Roussel fixe un coin de table, Alighieri affiche un drôle de sourire béat, plutôt pas mal ce garçon, il me fait toujours penser à David, même type de visage, même façon d'être, de bouger, de parler, même intensité quand il regarde l'autre, David, en voilà un au moins qui savait m'aimer, trop peut-être, tellement possessif, jaloux, passionné, à force il m'étouffait, si j'avais eu le courage de l'affronter, au lieu de partir du jour au lendemain comme une voleuse, nous serions toujours ensemble, je n'aurais pas rencontré Denis, je ne travaillerais pas ici, nous habiterions encore New York, à la place de Chloé j'aurais eu une autre petite fille, peut-être un garçon, je vivrais dans une jolie maison de Greenwich Village, entourée d'arbres et de verdure, Rorty répète sa volonté de hisser l'entreprise au plus haut niveau de compétitivité et d'expertise pour devenir les lea­ders du secteur, oui, les leaders en communication corporate mais pour cela nous devons continuer à conquérir des parts de marché, gagner de nouveaux clients, être les plus agressifs, les plus mordants, c'est une question de vie ou de mort pour l'entreprise comme pour les hommes qui la composent, nous sommes tous dans le même bateau, les résultats sont encourageants mais le marché reste menaçant, l'avenir plus qu'incertain et les frais de fonctionnement lourds, très lourds, sans parler des charges salariales, hélas, nous sommes tous dans le même bateau mais si le bateau est trop lourd tout le monde tombe à l'eau, réorganiser une entreprise c'est en extraire le meilleur, rien que le meilleur, j'espère que Chloé s'entend bien avec sa nouvelle nounou, avec la dernière elle hurlait qu'elle ne voulait pas rester avec la méchante dame, elle s'agrippait à moi, c'était horrible, (...)

Quatrième de couverture

Et si l'enfer n'était plus dans l'au-delà mais dans l'état-major d'une multinationale ? Onze cadres prennent la parole autour d'une table lors d'un sacro-saint comité de direction. Onze voix composent ce roman à la manière des cercles de l'Enfer de Dante. Il y est question de dividendes, de restructuration et de licenciements. Mais aussi de l'intimité la plus triviale, des désirs les plus inavouables. Entre le quotidien minuté de la cadre mère de famille et l'hyper-violence autodestructrice de l'ex-chef d'entreprise, entre le cynisme dépravé du jeune branché et le désespoir glacé de la directrice du personnel, entre la perversion froide de la femme de pouvoir et les fantasmes libidineux du bellâtre bureaucrate, un seul point commun : chacun, du fond de sa frustration et même de sa folie, est en guerre contre tous les autres. Au centre de cette Divine Comédie, tel une sorte de Lucifer boursier, trône Rorty, le président, «nettoyeur aux mains propres, serial-killer au regard d'azur». Marge brute est une charge hilarante et cruelle contre la jungle du business et ses névroses. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Détails sur le produit

  • Poche: 122 pages
  • Editeur : 10 X 18 (6 mai 2008)
  • Collection : Domaine Français
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2264045795
  • ISBN-13: 978-2264045799
  • Dimensions du produit: 17,4 x 10,6 x 1,4 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (6 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 311.486 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

4.3 étoiles sur 5
4.3 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 En une seule phrase! 1 octobre 2007
Par Daniel Fattore TOP 500 COMMENTATEURS
Format:Broché
"Marge Brute", c'est sans doute le fruit d'observations et d'une réflexion approfondie sur ce qui se passe dans la tête des gens qui assistent à une réunion pénible conduite par un blaireau. Chacun se reconnaîtra sans doute, à un moment ou à un autre, dans l'une ou l'autre des pensées qui agitent les treize personnages du récit, tous nettement caractérisés par leurs travers. Le tout, sous-tendu par des idées rappelant la Divine Comédie de Dante.

L'auteur fabrique ici une prouesse de style en faisant tenir son récit sur une seule phrase de 122 pages, avec uniquement des virgules (et des sauts de chapitre qui ne sont pas des changements de phrase!) pour faire respirer le lecteur un tant soit peu. Le revers de la médaille est qu'on se retrouve un peu fatigué lors qu'on lit: pas de répit, des chapitres compacts. L'auteur y remédie en partie en ménageant un rythme rapide aux pensées de ses personnages. Idéalement donc, c'est un ouvrage qu'il faut lire d'une traite. Mais il vaut la peine qu'on s'y arrête un instant ou deux...
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Intéressant ! 26 juin 2008
Par Patrick TOP 1000 COMMENTATEURS
Format:Poche
Des personnes livrent leurs "pensées secrètes" lors d'une réunion au sein d'une entreprise. Une critique réussie d'un milieu parfois cruel et hypocrite. Pour un premier roman, c'est une belle réussite !
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 ça me rappelle quelque chose... 13 septembre 2006
Format:Broché|Achat vérifié
et comment dire... un peu les commentaires que l'on peut se faire lors d'une réunion longue, insipide et particulièrement stratégique....

L'écriture est incisive, les phrases font mouche et on rit(cane) quelque fois en se posant la question ultime : "il pense vraiment à ça, X, quand il me regarde ?"...

Promis pour la prochaine réunion, je pose le livre sur la table et j'observe les regards inquiets de mes collègues-lecteurs....

Le bureau comme si vous y étiez.... en plus drôle !
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?