Marie Blanche et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 6 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Marie Blanche a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Marie Blanche Poche – 3 mai 2012


Voir les 4 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 45,00 EUR 8,45
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 9,10
EUR 8,63 EUR 2,10

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Marie Blanche + La fille sauvage + Mille femmes blanches
Prix pour les trois: EUR 24,50

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Lake Forest, Illinois. À 96 ans, la vieille dame à laquelle Jim Fergus rend visite a l'air bien inoffensive... Renée De Fontarce McCormick, sa grand-mère, est pourtant une femme de tête, au caractère entier, qui a connu un destin hors du commun. De son aristocratique France natale aux rives du Nouveau Monde en passant par les sables d'Égypte, Jim Fergus retrace son parcours et voit petit à petit apparaître le visage de sa propre mère, Marie-Blanche. Pour essayer de comprendre ; pour, peut-être, renouer avec les femmes de sa vie.

Biographie de l'auteur

Jim Fergus est né à Chicago en 1950 d'une mère française et d'un père américain. Il vit dans le Colorado. Mille Femmes blanches est son premier roman, suivi de La fille sauvage. Journaliste réputé, il écrit des articles sur la gastronomie, la chasse, la pêche et la nature dans les magazines Newsweek, The Paris Review, Esquire sportmen, Outdoor Life, etc. Il est aussi l'auteur d'un ouvrage consacré à ses souvenirs de chasse, A hunter's road, déjà considéré comme un classique dans le domaine de la littérature américaine. Mille Femmes blanches a été salué par l'ensemble de la critique américaine. Hollywood a acheté les droits du livre pour en faire une adaptation. Retrouvez l'auteur sur son site : www.jimfergus.com


Détails sur le produit

  • Poche: 736 pages
  • Editeur : Pocket (3 mai 2012)
  • Collection : Pocket
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266192744
  • ISBN-13: 978-2266192743
  • Dimensions du produit: 17,7 x 3,3 x 10,7 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (20 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 124.224 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.8 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par Mr. Michel Borel le 18 septembre 2011
Format: Broché Achat vérifié
J'avais adoré les deux romans "indiens" tellement meilleurs que ceux de notre enfance. Mais avec Marie Blanche Jim Fergus révèle l'étoffe d'un romancier rarissime. Courageusement il raconte (à quelques détails près) sa propre histoire, qui, hélas, n'est pas particulièrement singulière quoique terrifiante!
Une histoire sur trois générations une histoire vraie, la sienne, d'un tragique non exceptionnel, mais exceptionnellement décrit. Une description toute simple, sans effets de manches, sur l'incapacité d'aimer qui que ce soit et avant tout ses propres enfants, simplicité qui en renforce l'horreur, horreur également renforcée par la pratique aristocratique et se trouvant ainsi légitimée de l'inceste systématisé de vieillards hideux sur des gamines non pubères. Ce qui rend ce livre incontournable c'est qu'il décrit une incontournable vérité.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
13 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile  Par Cichou, multicasquette le 31 décembre 2011
Format: Broché
Ce roman m'a énormément fait penser aux "divins secrets des petites yayas" que j'avais lu juste avant.
Outre le sujet (mettre en parallèle la vie de la mère et la vie de la fille), le style (intercaler un chapitre "mère" avec un chapitre "fille"), il en a également les mêmes défauts, à savoir que je me suis bien plus intéressée à la vie palpitante de Renée, la mère, qu'à celle de sa très banale fille Marie-Blanche. J'avais presque envie de ne lire qu'un chapitre sur deux. A emprunter à la bibliothèque pour les longues soirées d'hiver.
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par J. Valerie le 7 février 2014
Format: Poche
Il est inutile de chercher à y trouver le Fergus de "Mille femmes blanches", de "La fille sauvage" mais bien vouloir y trouver un tout autre Fergus.
J'ai longtemps hésité en lisant les commentaires partagés et finalement je ne regrette pas de l'avoir lu.
A ceux qui s'offusquent de l'histoire d'amour (ou de sexe) entre la nièce et l'oncle, je répondrai que Jim Fergus n'a certainement pas écrit cette relation pour choquer mais bien plutôt pour montrer qu'il n'y a pas un milieu concerné par l'inceste mais qu'on peut avoir un titre de noblesse (malgré la Révolution), se pavaner et se croire indispensable à la patrie et à l'ordre (moral) du monde et être tout à fait détestable...

Les personnages sont crasses et dorment pourtant des draps de soie, ils déglinguent leurs gosses avec leurs perversités immondes et pourtant cela doit être écrit et lu.
Il me semble que Jim Fergus ne soit pas du genre à en rajouter ni à , ce récit est avant tout celui de sa famille et je n'y ai rien trouvé d'inutile puisqu'il a jugé que les actes des uns et des autres pouvaient être dits.

Le style est toujours le même, clair et fluide. L'enchaînement des chapitres (qui alternent l'évocation de la vie de sa grand-mère et de sa mère) ne sont pas un problème. Le principe est même assez ingénieux pour ménager un rien de suspens.

Alors oui, il ne faut pas vouloir y retrouver "Mille femmes blanches" sinon c'est la déception assurée. C'est un ouvrage très personnel et Fergus est, à l'instar de Richard Ford, un écrivain discret. Pas de voyeurisme dans ce récit donc mais au contraire une grande honnêteté et pas de jugement. C'est tellement rare !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Jean Humbert TOP 500 COMMENTATEURS le 4 juillet 2012
Format: Broché
Qui n'a pas adoré les deux premiers romans de Jim Fergus, qui se déroulaient chez les Amérindiens ? Des chefs-d'œuvre inégalés, dans le genre. Son souffle épique, sa qualité narrative, sa beauté, son humanité m'avaient ravi.
Ici c'est fort différent. Point d'Indiens ici, mais des aristocrates bien français ! Le roman se déroule essentiellement dans la première moitié du XXème siècle en France.
Dès le début le roman est terriblement prenant. 2 histoires en parallèle, l'une faisant écho à l'autre : c'est superbe. Je n'y ai trouvé qu'une seule longueur : le séjour en Egypte, c'est endormant et trop convenu : on a bien compris le rôle abject de l'oncle : pourquoi autant insister ? Mais en 730 pages c'est peu, et c'est donc un prodige.
Absolument tout le reste du livre est magnifique, subtil et attachant. Les personnages, tant primordiaux (les deux femmes évidemment, mais pas seulement) que secondaires (tels les domestiques, les gouvernantes) sont incroyables de vérité et de subtilité. La fin est magnifiquement triste. La psychologie, le comportement de tous les personnages sont d'une complexité, d'une authenticité rares.
Ne négligeons cependant pas la description de la Belle Époque, versant aristocratie ! Quelques subtiles critiques sociales bien senties, par de légères touches, montrent aussi la montée de la conscience politique, ou du féminisme (Mlle Ponson).
Une très grande réussite.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?