Marilyn Manson

Top albums (Voir les 160)


Voir les 160 albums de Marilyn Manson

Marilyn Manson : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 467
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Marilyn Manson
Fourni par l'artiste ou son représentant


Biographie

Marilyn Manson, de son vrai nom Brian Warner, est une personnalitétourmentée, et ce dès son plus jeune âge. Il découvre très tôt le rock« décadent » avec des groupes comme Iron Maiden ou Judas Priest, et sesicônes telles David Bowie ou Alice Cooper. Après quelques expériencesdans le journalisme et la rédaction d'un fanzine, il décide, en 1989,de fonder son propre groupe, Marilyn Manson and The Spooky Kids, avecla ferme intention d'explorer les limites de la censure et de devenirune star de rock.

Aujourd'hui encore il est difficiled'appréhender Marilyn Manson en tant que groupe et non juste ... Lire la suite

Marilyn Manson, de son vrai nom Brian Warner, est une personnalitétourmentée, et ce dès son plus jeune âge. Il découvre très tôt le rock« décadent » avec des groupes comme Iron Maiden ou Judas Priest, et sesicônes telles David Bowie ou Alice Cooper. Après quelques expériencesdans le journalisme et la rédaction d'un fanzine, il décide, en 1989,de fonder son propre groupe, Marilyn Manson and The Spooky Kids, avecla ferme intention d'explorer les limites de la censure et de devenirune star de rock.

Aujourd'hui encore il est difficiled'appréhender Marilyn Manson en tant que groupe et non juste en tantqu'individu, tant la  personnalité extravertie de Brian Warner estdominante. Cette caravane musicale se compose de personnages tous plusexcentriques les uns que les autres, dont Marilyn Manson semble être lemoins « atteint » psychologiquement : chant et guitare sont réservés àla star, la batterie à Sara Lee Lucas, la basse à Olivia Newton-Bundy,les claviers à Zsa Zsa Speck et la guitare à Daisy Berkowitz. Tous ontempruntés leurs noms à de grandes icônes américaines associées à diversserials killers (Brian Warner a ainsi fait un milk-shake de MarilynMonroe et Charles Manson). Leur look, leur musique et les connotationsfortement sexuelles de leurs concerts attirent rapidement un publicfasciné par cette atmosphère SM et gothique.

Mais trèsrapidement, Bundy et Speck se font remplacés par Gidget Gein et MadonnaWayne Gacy. Le groupe rencontre alors Trent Reznor, le leader de NineInch Nails, qui les emmène en tournée et les présente à John A. MalmJR, le boss de son label Nothing. De l'amitié Manson/Reznor naît unnouvel album Portrait of an American Family(1994) où Trent Reznor produit et joue sur plusieurs titres. MarilynManson s'est par ailleurs entouré de Twiggy Ramirez (remplaçant de Ginget Gein), qu'il considère comme son « second » et dont l'influence esttrès présente. L'extrémité de certains titres (« Cake & Sodomy », « Lunchbox » ou « Get your Gunn »)et l'aspect visuel de plus en plus poussé font de Marilyn Manson unAlice Cooper des temps modernes. Il poussera la provocation jusqu'às'allier à la Church of Satan, et de se faire attribuer le titre deRévérend par Anton Szandor Lavey, le dirigeant de l'Eglise sataniste.

Touten accumulant expériences glauques et débauches diverses et variées,Manson va réussir à gagner le grand public avec la reprise du « Sweet Dreams » d'Eurythmics (1995). Un second opus, Smell like children,sortira l'année suivante, qui déchaînera encore plus ces acolytes lorsde la tournée promotionnelle - sur scène et dans les backstages ! - àun point tel qu'il arriva au Révérend de s'en prendre physiquement àses musiciens. Dans le feu de l'action, deux membres du groupe décidentde partir (Lucas et Berkowitz) pour faire place à Ginger Fish et ZimZum, et de cette nouvelle formation naîtra le mythique Antichrist Superstar (1996), véritable tournant musical.

Apartir de ce succès, Marilyn Manson va se tourner vers d'autresdomaines artistiques et décide de faire un « break » musical : il faitses premiers pas au cinéma dans Lost Highway de David Lynch, en compagnie de Twiggy, compose un titre avec Sneaker Pimps pour la B.O. de Spawn, peint, et entame l'écriture de son autobiographie, The Lonh Hard Road Out Of Hell, qui sortira en 1998. C'est notamment suite à la parution de cet ouvrage que Trent Reznor prend ses distances.

Après un nouveau single de remixes « Remixes ans Repent » (1997), « the Manson group » s'enferme de nouveau en studio, mais sans Trent Reznor. Le résultat est prodigieux. Mechanical Animalspermet à Manson et sa bande de prendre un nouveau visage et de sediriger vers un public plus large. C'est à partir de cette époque(1999) qu'il est lié à de nombreux scandales : il séjourne en prisonaprès avoir incendié sa chambre d'hôtel, accusé d'être indirectementresponsable de la tuerie de Colombine, il a soi-disant une mauvaiseinfluence sur la jeunesse... A cette occasion, Marilyn Manson en profitepour rappeler à la société qu' « elle seule est responsable et accuserdes artistes d'être à l'origine de tels comportements, c'est rechercherdes boucs émissaires ». Cette attitude qu'ont les médias de surenchérirà ces actes ne font ni plus ni moins que le jeu de ce personnageatypique qui finalement ne joue que son rôle, et Michael Moore sechargera d'aller dans cette direction en montrant un Marilyn Manson nidétraqué, drogué, hystérique ou violent, dans son documentaire Bowling For Colombine (2002), récompensé aux Oscars 2003.

Musicalement,l'année 2000 est riche en événements pour le groupe : un nouvelarrivant, John 5 (suite au départ de Zim Zum), un nouvel album Holy Wood (In the Shadow of the Valley of Death),et la création du propre label de Manson « Posthuman Record ». Mais,cette année marque aussi un nouveau tournant artistique pour le leader.En effet, l'on verra Marilyn Manson sur scène aux côtés d'Eminem(2001), à l'écriture de son premier roman Holywood - ouvrage reprenant les thématiques de la violence, de la religion et de la politique, comme dans Portraits of an American Family, et qui n'est toujours pas diffusé suite à des problèmes d'édition - ou dans des petits rôles au cinéma (Party Monster de Fenton Bailey et Randu Barbato, Beat the Devil de Tony Scott).

Toute la famille se remettra sérieusement à la musique et donnera naissance à The Golden Age of Grotesqueen 2003 ; un album donnant lieu à beaucoup de critiques négatives maispour le moins intéressant car il reflète l'évolution artistique,musicale et philosophique de Manson. Beaucoup de critiques considèrenten effet cet album comme le plus faible de Manson, proposant qu'ilmanque de l'originalité et du lyrique pensif comparés à sesprédecesseurs. Toutefois, l'événement marquant de cette année resteral'exposition de ses peintures dans une galerie à Los Angeles,signifiant que Marilyn Manson, n'est pas seulement lié à un groupe demusique, mais aussi un artiste à part entière qui délivre son messagedans tous les domaines de l'art.

Le dernier album, Best-Of Lest We Forget (2004), dont la particularité est la reprise du titre « Personnal Jesus » de Depeche Mode, et le clip « (s)AINT »,censuré pour être contestable avec des scènes de drogue, sexe,scarifications... fait le point de dix ans de carrière. C'est à cetteépoque que Marilyn Manson, l'artiste, se tourne vers le grand écran,auquel il attache de plus en plus d'importance, et à une vie médiatiqueplus variée. Il participe à des vernissages, est présent dans desdocumentaires (All we are saying, A Rosanna Arquette Experience et des films (obtient un petit rôle mais le plus intéressant de sa jeune carrière cinématographique dans The Heart is Deceitful Above all Things d'Asia Argento). Il se lance d'ailleurs en 2006 dans un projet d'un nouveau style : une série de video, intitulée Horripilation. La première d'entre elles devraient être Phantasmagoria : the visions of Lewis Caroll ; sorte de scénario horrifique faisant le lien entre Alice aux pays des merveilleset son poème « Phantasmagoria », et qui devrait réunir Marilyn Manson(dans le rôle de Lewis Caroll), Lily Cole (dans le rôle d'Alice) etAngelina Jolie (dans le rôle de la Reine Rouge).

Tous lespersonnages qui composent Marilyn Manson ont une même optique et unmême mode de pensée. Tim Skold, membre depuis 2002, déclared'ailleurs : « Nous aimons utiliser des phrases fortes et des sonoritésfortes. Parfois, c'est fait exprès pour avoir votre attention. Si nousétions des peintres, nous emploierions des couleurs pures. C'est del'art et il n'y a pas une seule ligne de chant qui exprime clairementce qu'elle signifie. C'est ouvert à toutes les interprétations. C'estde la poésie ».

Allure gothique, maquillage excessif, regardtrouble et double, teint blafard, usage de drogues variées, débauchessexuelles, concerts abracadantesques... tous les ingrédients de l'extrêmeprovocation sont mis en oeuvre par Marilyn Manson, qui construit l'imagetrash de son groupe, plusieurs fois renouvelé depuis 1998, et qui saitproposer à chaque nouvel album un concept différent, ou plutôt unpersonnage auquel le chanteur s'identifie : l'antéchrist pour Antichrist Superstar, l'extra-terrestre pop-star décadente Omega à la sortie de Mechanical Animals, Holy Wood présentant Mercury et un arch dandy pour The Golden age of grotesque. Une démarche identique à celle de David Bowie au début des 70's.

Aujourd'huisymbole du rock américain protestataire, véhément et iconoclaste,Marilyn Manson en tant que groupe et artiste ne cesse de noussurprendre et pour cela reste un incontournable de l'histoire de lamusique, qu'il faut à tout prix voir sur scène avec ses mises en scènerelevant d'une théâtralité aussi bien grossière et dérangeante que lepersonnage. La seule limite de Marilyn Manson semble être dans sacapacité à toujours surprendre, car personne (ni fans ni médias) netolèrera désormais que la routine ne s'installe. Copyright 2014 Music Story Music Story

Marilyn Manson, de son vrai nom Brian Warner, est une personnalitétourmentée, et ce dès son plus jeune âge. Il découvre très tôt le rock« décadent » avec des groupes comme Iron Maiden ou Judas Priest, et sesicônes telles David Bowie ou Alice Cooper. Après quelques expériencesdans le journalisme et la rédaction d'un fanzine, il décide, en 1989,de fonder son propre groupe, Marilyn Manson and The Spooky Kids, avecla ferme intention d'explorer les limites de la censure et de devenirune star de rock.

Aujourd'hui encore il est difficiled'appréhender Marilyn Manson en tant que groupe et non juste en tantqu'individu, tant la  personnalité extravertie de Brian Warner estdominante. Cette caravane musicale se compose de personnages tous plusexcentriques les uns que les autres, dont Marilyn Manson semble être lemoins « atteint » psychologiquement : chant et guitare sont réservés àla star, la batterie à Sara Lee Lucas, la basse à Olivia Newton-Bundy,les claviers à Zsa Zsa Speck et la guitare à Daisy Berkowitz. Tous ontempruntés leurs noms à de grandes icônes américaines associées à diversserials killers (Brian Warner a ainsi fait un milk-shake de MarilynMonroe et Charles Manson). Leur look, leur musique et les connotationsfortement sexuelles de leurs concerts attirent rapidement un publicfasciné par cette atmosphère SM et gothique.

Mais trèsrapidement, Bundy et Speck se font remplacés par Gidget Gein et MadonnaWayne Gacy. Le groupe rencontre alors Trent Reznor, le leader de NineInch Nails, qui les emmène en tournée et les présente à John A. MalmJR, le boss de son label Nothing. De l'amitié Manson/Reznor naît unnouvel album Portrait of an American Family(1994) où Trent Reznor produit et joue sur plusieurs titres. MarilynManson s'est par ailleurs entouré de Twiggy Ramirez (remplaçant de Ginget Gein), qu'il considère comme son « second » et dont l'influence esttrès présente. L'extrémité de certains titres (« Cake & Sodomy », « Lunchbox » ou « Get your Gunn »)et l'aspect visuel de plus en plus poussé font de Marilyn Manson unAlice Cooper des temps modernes. Il poussera la provocation jusqu'às'allier à la Church of Satan, et de se faire attribuer le titre deRévérend par Anton Szandor Lavey, le dirigeant de l'Eglise sataniste.

Touten accumulant expériences glauques et débauches diverses et variées,Manson va réussir à gagner le grand public avec la reprise du « Sweet Dreams » d'Eurythmics (1995). Un second opus, Smell like children,sortira l'année suivante, qui déchaînera encore plus ces acolytes lorsde la tournée promotionnelle - sur scène et dans les backstages ! - àun point tel qu'il arriva au Révérend de s'en prendre physiquement àses musiciens. Dans le feu de l'action, deux membres du groupe décidentde partir (Lucas et Berkowitz) pour faire place à Ginger Fish et ZimZum, et de cette nouvelle formation naîtra le mythique Antichrist Superstar (1996), véritable tournant musical.

Apartir de ce succès, Marilyn Manson va se tourner vers d'autresdomaines artistiques et décide de faire un « break » musical : il faitses premiers pas au cinéma dans Lost Highway de David Lynch, en compagnie de Twiggy, compose un titre avec Sneaker Pimps pour la B.O. de Spawn, peint, et entame l'écriture de son autobiographie, The Lonh Hard Road Out Of Hell, qui sortira en 1998. C'est notamment suite à la parution de cet ouvrage que Trent Reznor prend ses distances.

Après un nouveau single de remixes « Remixes ans Repent » (1997), « the Manson group » s'enferme de nouveau en studio, mais sans Trent Reznor. Le résultat est prodigieux. Mechanical Animalspermet à Manson et sa bande de prendre un nouveau visage et de sediriger vers un public plus large. C'est à partir de cette époque(1999) qu'il est lié à de nombreux scandales : il séjourne en prisonaprès avoir incendié sa chambre d'hôtel, accusé d'être indirectementresponsable de la tuerie de Colombine, il a soi-disant une mauvaiseinfluence sur la jeunesse... A cette occasion, Marilyn Manson en profitepour rappeler à la société qu' « elle seule est responsable et accuserdes artistes d'être à l'origine de tels comportements, c'est rechercherdes boucs émissaires ». Cette attitude qu'ont les médias de surenchérirà ces actes ne font ni plus ni moins que le jeu de ce personnageatypique qui finalement ne joue que son rôle, et Michael Moore sechargera d'aller dans cette direction en montrant un Marilyn Manson nidétraqué, drogué, hystérique ou violent, dans son documentaire Bowling For Colombine (2002), récompensé aux Oscars 2003.

Musicalement,l'année 2000 est riche en événements pour le groupe : un nouvelarrivant, John 5 (suite au départ de Zim Zum), un nouvel album Holy Wood (In the Shadow of the Valley of Death),et la création du propre label de Manson « Posthuman Record ». Mais,cette année marque aussi un nouveau tournant artistique pour le leader.En effet, l'on verra Marilyn Manson sur scène aux côtés d'Eminem(2001), à l'écriture de son premier roman Holywood - ouvrage reprenant les thématiques de la violence, de la religion et de la politique, comme dans Portraits of an American Family, et qui n'est toujours pas diffusé suite à des problèmes d'édition - ou dans des petits rôles au cinéma (Party Monster de Fenton Bailey et Randu Barbato, Beat the Devil de Tony Scott).

Toute la famille se remettra sérieusement à la musique et donnera naissance à The Golden Age of Grotesqueen 2003 ; un album donnant lieu à beaucoup de critiques négatives maispour le moins intéressant car il reflète l'évolution artistique,musicale et philosophique de Manson. Beaucoup de critiques considèrenten effet cet album comme le plus faible de Manson, proposant qu'ilmanque de l'originalité et du lyrique pensif comparés à sesprédecesseurs. Toutefois, l'événement marquant de cette année resteral'exposition de ses peintures dans une galerie à Los Angeles,signifiant que Marilyn Manson, n'est pas seulement lié à un groupe demusique, mais aussi un artiste à part entière qui délivre son messagedans tous les domaines de l'art.

Le dernier album, Best-Of Lest We Forget (2004), dont la particularité est la reprise du titre « Personnal Jesus » de Depeche Mode, et le clip « (s)AINT »,censuré pour être contestable avec des scènes de drogue, sexe,scarifications... fait le point de dix ans de carrière. C'est à cetteépoque que Marilyn Manson, l'artiste, se tourne vers le grand écran,auquel il attache de plus en plus d'importance, et à une vie médiatiqueplus variée. Il participe à des vernissages, est présent dans desdocumentaires (All we are saying, A Rosanna Arquette Experience et des films (obtient un petit rôle mais le plus intéressant de sa jeune carrière cinématographique dans The Heart is Deceitful Above all Things d'Asia Argento). Il se lance d'ailleurs en 2006 dans un projet d'un nouveau style : une série de video, intitulée Horripilation. La première d'entre elles devraient être Phantasmagoria : the visions of Lewis Caroll ; sorte de scénario horrifique faisant le lien entre Alice aux pays des merveilleset son poème « Phantasmagoria », et qui devrait réunir Marilyn Manson(dans le rôle de Lewis Caroll), Lily Cole (dans le rôle d'Alice) etAngelina Jolie (dans le rôle de la Reine Rouge).

Tous lespersonnages qui composent Marilyn Manson ont une même optique et unmême mode de pensée. Tim Skold, membre depuis 2002, déclared'ailleurs : « Nous aimons utiliser des phrases fortes et des sonoritésfortes. Parfois, c'est fait exprès pour avoir votre attention. Si nousétions des peintres, nous emploierions des couleurs pures. C'est del'art et il n'y a pas une seule ligne de chant qui exprime clairementce qu'elle signifie. C'est ouvert à toutes les interprétations. C'estde la poésie ».

Allure gothique, maquillage excessif, regardtrouble et double, teint blafard, usage de drogues variées, débauchessexuelles, concerts abracadantesques... tous les ingrédients de l'extrêmeprovocation sont mis en oeuvre par Marilyn Manson, qui construit l'imagetrash de son groupe, plusieurs fois renouvelé depuis 1998, et qui saitproposer à chaque nouvel album un concept différent, ou plutôt unpersonnage auquel le chanteur s'identifie : l'antéchrist pour Antichrist Superstar, l'extra-terrestre pop-star décadente Omega à la sortie de Mechanical Animals, Holy Wood présentant Mercury et un arch dandy pour The Golden age of grotesque. Une démarche identique à celle de David Bowie au début des 70's.

Aujourd'huisymbole du rock américain protestataire, véhément et iconoclaste,Marilyn Manson en tant que groupe et artiste ne cesse de noussurprendre et pour cela reste un incontournable de l'histoire de lamusique, qu'il faut à tout prix voir sur scène avec ses mises en scènerelevant d'une théâtralité aussi bien grossière et dérangeante que lepersonnage. La seule limite de Marilyn Manson semble être dans sacapacité à toujours surprendre, car personne (ni fans ni médias) netolèrera désormais que la routine ne s'installe. Copyright 2014 Music Story Music Story

Marilyn Manson, de son vrai nom Brian Warner, est une personnalitétourmentée, et ce dès son plus jeune âge. Il découvre très tôt le rock« décadent » avec des groupes comme Iron Maiden ou Judas Priest, et sesicônes telles David Bowie ou Alice Cooper. Après quelques expériencesdans le journalisme et la rédaction d'un fanzine, il décide, en 1989,de fonder son propre groupe, Marilyn Manson and The Spooky Kids, avecla ferme intention d'explorer les limites de la censure et de devenirune star de rock.

Aujourd'hui encore il est difficiled'appréhender Marilyn Manson en tant que groupe et non juste en tantqu'individu, tant la  personnalité extravertie de Brian Warner estdominante. Cette caravane musicale se compose de personnages tous plusexcentriques les uns que les autres, dont Marilyn Manson semble être lemoins « atteint » psychologiquement : chant et guitare sont réservés àla star, la batterie à Sara Lee Lucas, la basse à Olivia Newton-Bundy,les claviers à Zsa Zsa Speck et la guitare à Daisy Berkowitz. Tous ontempruntés leurs noms à de grandes icônes américaines associées à diversserials killers (Brian Warner a ainsi fait un milk-shake de MarilynMonroe et Charles Manson). Leur look, leur musique et les connotationsfortement sexuelles de leurs concerts attirent rapidement un publicfasciné par cette atmosphère SM et gothique.

Mais trèsrapidement, Bundy et Speck se font remplacés par Gidget Gein et MadonnaWayne Gacy. Le groupe rencontre alors Trent Reznor, le leader de NineInch Nails, qui les emmène en tournée et les présente à John A. MalmJR, le boss de son label Nothing. De l'amitié Manson/Reznor naît unnouvel album Portrait of an American Family(1994) où Trent Reznor produit et joue sur plusieurs titres. MarilynManson s'est par ailleurs entouré de Twiggy Ramirez (remplaçant de Ginget Gein), qu'il considère comme son « second » et dont l'influence esttrès présente. L'extrémité de certains titres (« Cake & Sodomy », « Lunchbox » ou « Get your Gunn »)et l'aspect visuel de plus en plus poussé font de Marilyn Manson unAlice Cooper des temps modernes. Il poussera la provocation jusqu'às'allier à la Church of Satan, et de se faire attribuer le titre deRévérend par Anton Szandor Lavey, le dirigeant de l'Eglise sataniste.

Touten accumulant expériences glauques et débauches diverses et variées,Manson va réussir à gagner le grand public avec la reprise du « Sweet Dreams » d'Eurythmics (1995). Un second opus, Smell like children,sortira l'année suivante, qui déchaînera encore plus ces acolytes lorsde la tournée promotionnelle - sur scène et dans les backstages ! - àun point tel qu'il arriva au Révérend de s'en prendre physiquement àses musiciens. Dans le feu de l'action, deux membres du groupe décidentde partir (Lucas et Berkowitz) pour faire place à Ginger Fish et ZimZum, et de cette nouvelle formation naîtra le mythique Antichrist Superstar (1996), véritable tournant musical.

Apartir de ce succès, Marilyn Manson va se tourner vers d'autresdomaines artistiques et décide de faire un « break » musical : il faitses premiers pas au cinéma dans Lost Highway de David Lynch, en compagnie de Twiggy, compose un titre avec Sneaker Pimps pour la B.O. de Spawn, peint, et entame l'écriture de son autobiographie, The Lonh Hard Road Out Of Hell, qui sortira en 1998. C'est notamment suite à la parution de cet ouvrage que Trent Reznor prend ses distances.

Après un nouveau single de remixes « Remixes ans Repent » (1997), « the Manson group » s'enferme de nouveau en studio, mais sans Trent Reznor. Le résultat est prodigieux. Mechanical Animalspermet à Manson et sa bande de prendre un nouveau visage et de sediriger vers un public plus large. C'est à partir de cette époque(1999) qu'il est lié à de nombreux scandales : il séjourne en prisonaprès avoir incendié sa chambre d'hôtel, accusé d'être indirectementresponsable de la tuerie de Colombine, il a soi-disant une mauvaiseinfluence sur la jeunesse... A cette occasion, Marilyn Manson en profitepour rappeler à la société qu' « elle seule est responsable et accuserdes artistes d'être à l'origine de tels comportements, c'est rechercherdes boucs émissaires ». Cette attitude qu'ont les médias de surenchérirà ces actes ne font ni plus ni moins que le jeu de ce personnageatypique qui finalement ne joue que son rôle, et Michael Moore sechargera d'aller dans cette direction en montrant un Marilyn Manson nidétraqué, drogué, hystérique ou violent, dans son documentaire Bowling For Colombine (2002), récompensé aux Oscars 2003.

Musicalement,l'année 2000 est riche en événements pour le groupe : un nouvelarrivant, John 5 (suite au départ de Zim Zum), un nouvel album Holy Wood (In the Shadow of the Valley of Death),et la création du propre label de Manson « Posthuman Record ». Mais,cette année marque aussi un nouveau tournant artistique pour le leader.En effet, l'on verra Marilyn Manson sur scène aux côtés d'Eminem(2001), à l'écriture de son premier roman Holywood - ouvrage reprenant les thématiques de la violence, de la religion et de la politique, comme dans Portraits of an American Family, et qui n'est toujours pas diffusé suite à des problèmes d'édition - ou dans des petits rôles au cinéma (Party Monster de Fenton Bailey et Randu Barbato, Beat the Devil de Tony Scott).

Toute la famille se remettra sérieusement à la musique et donnera naissance à The Golden Age of Grotesqueen 2003 ; un album donnant lieu à beaucoup de critiques négatives maispour le moins intéressant car il reflète l'évolution artistique,musicale et philosophique de Manson. Beaucoup de critiques considèrenten effet cet album comme le plus faible de Manson, proposant qu'ilmanque de l'originalité et du lyrique pensif comparés à sesprédecesseurs. Toutefois, l'événement marquant de cette année resteral'exposition de ses peintures dans une galerie à Los Angeles,signifiant que Marilyn Manson, n'est pas seulement lié à un groupe demusique, mais aussi un artiste à part entière qui délivre son messagedans tous les domaines de l'art.

Le dernier album, Best-Of Lest We Forget (2004), dont la particularité est la reprise du titre « Personnal Jesus » de Depeche Mode, et le clip « (s)AINT »,censuré pour être contestable avec des scènes de drogue, sexe,scarifications... fait le point de dix ans de carrière. C'est à cetteépoque que Marilyn Manson, l'artiste, se tourne vers le grand écran,auquel il attache de plus en plus d'importance, et à une vie médiatiqueplus variée. Il participe à des vernissages, est présent dans desdocumentaires (All we are saying, A Rosanna Arquette Experience et des films (obtient un petit rôle mais le plus intéressant de sa jeune carrière cinématographique dans The Heart is Deceitful Above all Things d'Asia Argento). Il se lance d'ailleurs en 2006 dans un projet d'un nouveau style : une série de video, intitulée Horripilation. La première d'entre elles devraient être Phantasmagoria : the visions of Lewis Caroll ; sorte de scénario horrifique faisant le lien entre Alice aux pays des merveilleset son poème « Phantasmagoria », et qui devrait réunir Marilyn Manson(dans le rôle de Lewis Caroll), Lily Cole (dans le rôle d'Alice) etAngelina Jolie (dans le rôle de la Reine Rouge).

Tous lespersonnages qui composent Marilyn Manson ont une même optique et unmême mode de pensée. Tim Skold, membre depuis 2002, déclared'ailleurs : « Nous aimons utiliser des phrases fortes et des sonoritésfortes. Parfois, c'est fait exprès pour avoir votre attention. Si nousétions des peintres, nous emploierions des couleurs pures. C'est del'art et il n'y a pas une seule ligne de chant qui exprime clairementce qu'elle signifie. C'est ouvert à toutes les interprétations. C'estde la poésie ».

Allure gothique, maquillage excessif, regardtrouble et double, teint blafard, usage de drogues variées, débauchessexuelles, concerts abracadantesques... tous les ingrédients de l'extrêmeprovocation sont mis en oeuvre par Marilyn Manson, qui construit l'imagetrash de son groupe, plusieurs fois renouvelé depuis 1998, et qui saitproposer à chaque nouvel album un concept différent, ou plutôt unpersonnage auquel le chanteur s'identifie : l'antéchrist pour Antichrist Superstar, l'extra-terrestre pop-star décadente Omega à la sortie de Mechanical Animals, Holy Wood présentant Mercury et un arch dandy pour The Golden age of grotesque. Une démarche identique à celle de David Bowie au début des 70's.

Aujourd'huisymbole du rock américain protestataire, véhément et iconoclaste,Marilyn Manson en tant que groupe et artiste ne cesse de noussurprendre et pour cela reste un incontournable de l'histoire de lamusique, qu'il faut à tout prix voir sur scène avec ses mises en scènerelevant d'une théâtralité aussi bien grossière et dérangeante que lepersonnage. La seule limite de Marilyn Manson semble être dans sacapacité à toujours surprendre, car personne (ni fans ni médias) netolèrera désormais que la routine ne s'installe. Copyright 2014 Music Story Music Story


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page