EUR 7,90
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Mars: «Je suis jeun... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Mars: «Je suis jeune et riche et cultivé ; et je suis malheureux, névrosé et seul...» Poche – 6 avril 1982


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 7,90
EUR 7,47 EUR 0,01

Nouveauté : la collection Folio XL

pauvres_diables
Découvrez la nouvelle collection Folio XL avec notre sélection spéciale.
--Ce texte fait référence à l'édition Broché.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Mars: «Je suis jeune et riche et cultivé ; et je suis malheureux, névrosé et seul...» + Le Livre de Pierre : Psychisme et cancer
Prix pour les deux : EUR 30,20

Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Amazon.fr

Sous le pseudonyme de Fritz Zorn se cache un jeune homme pressé. Jeune - il n'a que 32 ans - et pressé d'écrire car il se sait condamné par un cancer qui ne lui laissera aucune chance. Pour qui a vécu, la seule pensée d'une mort imminente fait jaillir le squelette branlant d'une angoisse incompressible et dévorante. Fritz Zorn est à peine révolté, il n'a jamais vécu. Produit d'une éducation pour laquelle l'impassibilité devant les réalités concrètes (donc vulgaires) du monde tient lieu d'obligation morale, Zorn a toujours été un "hors la vie". Propre, sage et faisant honneur à sa famille, fleuron de la grande bourgeoisie zurichoise, il n'a jamais fait de vagues, s'est conformé, a emprunté docilement la voie qu'on lui avait tracé, a écouté la voix qui l'incitait à se méfier du monde extérieur et de ses vices. Pour cet homme qui observe avec simplicité qu'on l'a "éduqué à mort", le cancer n'est que l'issue naturelle d'un étouffement systématique de sa dynamique individuelle.

Ce constat clinique, glacial sans être hermétique à l'humour, Zorn le livre dans sa version brute, pour que son lecteur comprenne. Mars est un témoignage sans précédent, la mise en accusation d'un système qui sacrifie ses enfants. --Lenaïc Gravis et Jocelyn Blériot

Présentation de l'éditeur

Fils d'une famille patricienne de Zurich, celui qui a écrit ce livre sous un pseudonyme fut ce qu'on appelle un enfant bien élevé. Dans la somptueuse villa, au bord du lac, régnait l'entente parfaite. Un certain ennui aussi, qui tient à la bienséance. Non sans humour, Zorn nous décrit les petits travers de ses parents. Humour ? Le mot est faible. Disons plutôt une noire ironie, celle du jeune homme qui, découvrant qu'il est atteint du cancer, pense aussitôt : naturellement. Jamais les contraintes et les tabous qui pèsent, aujourd'hui encore, sur les esprits soi-disant libres n'ont été analysés avec une telle pénétration ; jamais la fragilité de la personne, le rapport, toujours précaire et menacé, entre le corps et l'âme, qu'escamote souvent l'usage commode du terme " psychosomatique ", n'a été décrite avec une telle lucidité, dans une écriture volontairement neutre, par celui qui constate ici, très simplement, qu'il a été " éduqué à mort ". Il avait trente-deux ans. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .


Détails sur le produit

  • Poche: 315 pages
  • Editeur : Gallimard (6 avril 1982)
  • Collection : Folio
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070373681
  • ISBN-13: 978-2070373680
  • Dimensions du produit: 17,5 x 10,7 x 2,3 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (19 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 47.988 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.1 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par John Doe sur 23 février 2012
Format: Poche
"Je suis jeune et riche et cultivé et je suis malheureux, névrosé et seul. Je descends d'une des meilleures familles de la rive droite du lac de Zurich, qu'on appelle aussi la Rive dorée. J'ai eu une éducation bourgeoise et j'ai été sage toute ma vie. Ma famille est passablement dégénérée, c'est pourquoi j'ai sans doute une lourde hérédité et je suis abîmé par mon milieu. Naturellement j'ai aussi le cancer, ce qui va de soi si l'on en juge d'après ce que je viens de dire"

Fritz Zorn s'attaque donc férocement à son passé à travers une critique sociale de son milieu d'origine (la haute finance suisse). Déjouant les hypocrisies de la bourgeoisie traditionnelle, il fustige notamment la famille et Dieu, ce vase dans lequel l'homme doit déverser sa haine. Une lucidité tardive le plonge dans la rage.

Cette autobiographie voudrait résumer la maladie et les problèmes à des causes purement psychosomatiques. Névrosé, incapable d'être heureux, de rire, sexuellement frustré, impuissant, Zorn se décrit sans fard ; aucune lumière dans ce désespoir.

Mais de cette noirceur obsédante, Zorn cherche avant tout à signifier comment la peur de la vie peut conduire à la mort. Que le refus de côtoyer le monde, inculqué par ses parents, aboutit à sa disparition physique de ce monde. Ayant passé sa vie à côté de celle des autres, Zorn se sait ainsi condamné à finir dans l'oubli.

Décédé à trente-deux ans d'avoir été "éduqué à mort".
Triste constat.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par M. Marconnet Thibault TOP 500 COMMENTATEURS sur 19 mai 2013
Format: Poche Achat vérifié
Mars: «Je suis jeune et riche et cultivé ; et je suis malheureux, névrosé et seul...», de Fritz Zorn est une œuvre "unique", au sens plein de ce terme.

Unique parce que la seule que cet écrivain ait eu le temps d'écrire.

Mort à 32 ans d'un cancer, celui dont le nom de famille était "Angst", ce qui signifie "Peur" en allemand, s'est offert une renaissance, en choisissant comme nouveau nom de baptême celui de "Zorn", qui signifie "Colère".

Le "crabe" marche toujours de côté.

Après l'annonce de son "cancer", Fritz Zorn quant à lui, est allé droit de l'avant piétiner le vieil héritage mortifère de sa famille : le legs d'une société étouffant au sein d'une morale chrétienne maladive, qui a toujours cru bon de devoir se séparer de la sexualité, de la nier et de lui ôter tout plaisir, tout érotisme ; d'en faire une chose vide et inerte, un acte laid et sale dont on répugne même à mentionner l’existence.

Fritz Zorn s'est débarrassé de la peau morte d'une vie castrée et, avant que de mourir, il s'est rebaptisé par la foudre.

En revêtant les oripeaux de Mars et en brandissant son épée vengeresse, il a témoigné en vivant pugnace, en homme libre : dans une juste colère.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
18 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile  Par Swiss Made sur 8 juillet 2005
Format: Poche
"Je me déclare en état en guerre totale". Cette phrase est tirée d'un livre qui continue près de 30 ans après sa sortie, à la fin des années 70, à marquer la littérature. Incontournable référence pour de nombreux auteurs, texte lourd écrit sans lourdeur, on perçoit la rage, l'amertume et une envie folle de crier une vie qui se termine avant même d'avoir commencé, par un homme que l'ont sent au-delà de la sincerité, qui se livre à vif. Vous aimez Céline ? Lisez ce livre. Il conserve tout son mordant.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
20 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile  Par Arnaud Zucker sur 7 mai 2003
Format: Poche
Récit au bord du vide d'un homme qui se suicide lentement, par la maladie, pour enfin sortir du silence.
Ou : révélation, pour un homme sans histoire, que l'ame a besoin d'air, de cri, et parfois de violence.
Ou : il existe un goulag intérieur.
Ou : biographie de M. Touvabien
Ou simplement : Le non-dit tue.
Cet homme accueille sa maladie (et peu importe qu'il s'agisse d'un cancer) comme un enfant, comme un complice et comme une chance : elle est un miroir tendu, à cet homme uniformément tiède, pour qu'il puisse y voir l'image possible de celui qu'il aurait pu etre, qu'il est donc un peu, si la peur de vivre qui a formaté son existence n'avait pas toujours tout fait pour éviter le conflit et censurer la voix intérieure. En tirant sa révérence, il tire aussi son chapeau à sa maladie, qui l'a arraché au vide, lui a permis de se révolter contre la vie absurde qu'il s'est fait et qu'on lui a fait vivre,
qui lui a enfin donné des mots, presque une langue.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?