undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_ss16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles4
3,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoile
0
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:8,99 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

500 PREMIERS RÉVISEURSle 3 décembre 2012
Cet ouvrage propose une histoire "non officielle" de la Maison des Idées, depuis ses origines avec Martin Goodman dans les années 1930, jusqu'à l'ère des crossovers systématiques et des triomphes hollywoodiens d'aujourd'hui.
L'auteur Sean Howe n'adopte ni le ton d'un exégète universitaire ni celui d'un écrivain qui romance son récit mais celui du journaliste qu'il est et qui interviewe acteurs, témoins et ayant-droits, ou bien cite ses emprunts. De fait, la quantité des notes de bas de page, des sources (20 pages de références !) et des noms des personnes interviewées impressionne.
Pour le fan naïf, l'entreprise est évidemment une oeuvre de désacralisation. Sachez pour commencer que le "Merry Marvel Bullpen" (auquel l'ouvrage est dédié), ce bureau au sein duquel collaboraient dans la joie et la bonne humeur tous les salariés du Marvel des années 1960, n'a jamais existé que dans les textes de Stan Lee et peut-être dans vos têtes pré-adolescentes. Il y a eu beaucoup de bagarres au fil du temps et elles sont largement évoquées dans cet ouvrage. Parfois au détriment des réussites artistiques, même si, par exemple, on sent de la part de l'auteur bien du regret par rapport aux chamailleries entre Stan Lee et Jack Kirby, à partir de la fin des années 1960, sur le mode de "qui a créé quoi" sachant que de toute façon la propriété des personnages restait à Marvel Comics. L'émergence est soulignée de toute une génération d'auteurs et de dessinateurs, souvent très jeunes, extraits purement de la glèbe des fans autodidactes des comics de super-héros signés Lee/Kirby mais aussi de sex & drugs & rock & roll... Les allées et retours Marvel/DC des scénaristes, dessinateurs et "éditeurs" sont largement retracés. Mais aussi, même si très rapidement, les parcours de ceux qui sont partis "ailleurs", comme Steve Ditko et bien d'autres. La période iconoclaste d'"Howard The Duck" donne lieu à de nombreux développements. La période Jim Starlin aussi. La période Frank Miller également. La création d'Image Comics est bien sûr abordée. Celles d'Epic puis d'Icon. Toutes les trahisons, les luttes intestines et les camarillas. Les oukases de certains des propriétaires successifs de Marvel Comics. La crise des années 1990. Les 30 ans d'efforts à Hollywood avant le succès incontestable des 'Spider-man' de Sam Raimi. Tous les auteurs qui comptent dans les comics de super-héros sont évoqués, bien que passés la création des "Ultimates" et le succès du film des Avengers, le XXIè siècle trop proche soit relativement peu creusé.
Ce livre assez épais, strictement chronologique, sérieux, est d'une lecture relativement aisée bien que sans aucune illustration (cf. le caractère "non autorisé"), si ce n'est une photographie montrant Lee et Kirby ensemble et souriants, comme on aimerait qu'ils aient toujours été, dans un "What If?" idéal.
44 commentaires|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 janvier 2013
Les Comics Books sortent enfin du Ghetto culturel dans lesquels la bien pensance les avaient plongé depuis -quoi- une soixantaine d'années . Les films Marvel qui innondent le marché Ad Nauseam auront eu au moins le mérite de décomplexer une génération qui lisaient les aventures de Spider Man sous cape de peur d'être taxés d'attardés.

L'ironie est que cette culture mineure est en passe de devenir majeure encensée par les mêmes médias qui la flinguaient il n' y a pas si longtemps . Les Super Héros sont le vecteur ideal pour aborder des sujets sociologiques , mytholgiques voire existenciels .Et la Marvel s'est toujours fait forte d'instaurer des paramètres d'identification à ses demi dieux . Qui dit Super Pouvoirs , dit Super Problèmes . Il est clichesque de dire que les héros Marvel sont les plus nuancés du marché : un avocat aveugle comme la justice , un adolescent responsable de la mort de son oncle , un mentor humaniste cloué sur un fauteuil roulant et un idéologue rescapé d'Auschwitz . Le moins que l'on puisse dire est que la Maison des Idées n'en a jamais manqué .

Alors ? Tout est donc parfait au pays du spandex Marvel? voici venir un poil à gratter qui risque de démanger Stan Lee encore longtemps : la Biographie non officielle .

Pas de Photos , de dessins , une couverture ultra kitsch et l'intégralité du texte en anglais : il y a de quoi vouloir donner quelques coups de Mjolnir à l'auteur.
Mais au delà des apparences , les informations compilées par Sean Howe sont impressionantes de rigueur : tout y est , de la genèse Lee-Kirby à l'ère Quesada en passant par la tyranie effrayante de Jim Shooter durant le Silver Age . Car , les révélations du livre ne vous feront pas rêver , l'envers du décor de nos comics étant à peu près aussi bidon que le monde de Disney , qui , tiens ! le monde étant petit! , vient de racheter Marvel .

Du combat fratricide entre Lee et Kirby qui se disputèrent pendant 20 ans la paternité des plus grands héros jusqu'à la mort du dessinateur à la maltaitance des artistes qui donnerait des sueurs froides aux syndicats français! On s'en doutait déjà : il existe rarement d'artistes heureux chez Marvel ; tous ont été préssés comme des citrons avant d'être jetés comme un vieux collant puant : Romita , Buscema , Byrne le cupide , Simonson , Adams , Lein Wein , qui à ce jour , n' a pas touché une centime pour avoir créer Wolverine , Chris Claremont qui après 16 ans au service des Xmen est remercié du jour au lendemain pour laisser la place aux jeunes tocards d'Image , Frank Miller à qui il avait été promis qu'Elektra resterait morte . Les dessinateurs à qui il est demandé de revoir l'intégralité des planches la veille du bouclage , des scénaristes qui voient des pans de dialogues réecrits par l'éditeur , des histoires ruinées par l'apât du gain . Et l'inévitable : au moins 5 collaborateurs meurent de crises cardiaques suite à la pression insuportable de la compagnie de Stan Lee .

Paradoxalement , l'amour des Comics en ressort grandi , car les auteurs arrivent à nourrir leurs créations de ces affres : Roy Thomas qui cache à Stan Lee qu'il va tuer Gwen Stacy qu'il trouve trop parfaite , Jim Starlin à qui Jim Shooter demande de tuer tous ses personnages qui vendent mal , accouche de la Mort de Captain Marvel , Chris Claremont est obligé de remanier la fin de Jean Grey pour lui éviter les humiliations que Shooter veut imposer à son personnage , Frank Miller qui défie son éditeur en imposant la mort d'Elektra , les crises de rires des scénaristes qui découvrent du même Shooter le script des Guerres Secrètes .

Certaines anecdotes sont croustillantes : on apprend que le personnage préféré de Stan Lee est Ant Man à la stupéfaction des artistes , que Frank Miller a eu l'idée de Born Again suite à un cambriolage et que Chris Claremont était un artisan attachant fasciné par ses Xmen qui préférait cumuler les séries plutôt que de confier ses bébés.

La suprise aura été d'apprendre que Frederico Fellini était fou des Comics Marvel , tant et si bien que lors d'une promo américaine , il débarque à l'improviste dans le bureau de Stan Lee ... qui ne le connait pas !

On apprend également que Lee a quitté ses séries pour écrire un film avec ....Alain Resnais qui ne vit jamais le jour ! Enfin , mais on le savait déjà , il est pathétique de voir les arnaques bling bling de la bande à Rob Liefeld qui aura viré des artistes compétents de Marvel en préendant pouvoir écrire des Comics sans histoires ....

Stan Lee court après les honneurs , Bob Harras embauche Joe Quesada pour son carnet d'adresse , Steve Ditko est aussi ombrageux que Peter Parker .
Comme le monde du Rock et du Cinéma , les coulisses de l'industrie qui nous a tant fait rêver est un univers impitoyable qui depuis 20 ans se suicide en voulant faire du profit . Le constat de Howe est terrible : malgré le carton des films , Marvel ne vend pas plus de Comics !

Un livre qui vous fera aimer vos classiques et vous donnera la force de boycotter certaines séries artistiquement douteuses . Car chez Marvel , comme en politique , le pire ennemi de l'éditeur , c'est l'abstention ...
77 commentaires|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 juillet 2014
Excellent travail de la part de Sean Howe. Je savais déjà que Stan Lee était surtout un beau parleur, et je ne connaissais que le différent qui l'a opposé à Jack Kirby, en ce qui concerne la création artistique, mais là, j'ai découvert que c'était un gros parasite avide de renommée et, surtout, d'argent, qui a bien exploité les talents, mais a tout ramené à lui, se faisant un max de blé par rapport à Kirby, Ditko, Wood, etc, qui ne sont vus que comme de simples exécutants. Un grand dialoguiste, un excellent manager, mais pas le génie des comics qu'il prétend être.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 décembre 2012
This book starts well but quickly gets bogged down in Fanboy detail. If you're interested in Marvel letterers and Marvel middle management then it's for you. For anyone else it's a laborious read.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)