undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes
Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Plus d'options
Master Of Reality
 
Agrandissez cette image
 

Master Of Reality

28 mars 2014 | Format : MP3

EUR 9,99 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 22,12 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre
Durée
Popularité  
30
1
5:04
30
2
5:26
30
3
0:28
30
4
5:17
30
5
1:30
30
6
5:25
30
7
5:01
30
8
6:10
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

Commentaires en ligne

4.3 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par orion TOP 500 COMMENTATEURS le 23 janvier 2011
Format: CD
Allez hop, pour les 40 ans de cet album de légende, un petit com'.

"Master of reality" (1971), troisième album du Sab' fait suite aux deux premiers monuments du groupe, parus tous les deux l'année précédente. Et devant le succès de Paranoid, il convenait de ne pas se planter car le groupe était attendu au tournant, autant par ses fans que par ses détracteurs. Bah oui, si on pouvait un peu casser ce groupe qui, contrairement à toute attente (des médias), remportait un succès grandissant...

Mais, hélas pour ces derniers (qui trouveront quand même des choses à redire), Black Sabbath a réussi son pari. L'album, certes très court, est une réussite. Le sulfureux "Sweat leaf" qui ouvre le bal suivi de "After forever" va mettre tout le monde d'accord. La guitare, accordée bien bas, donne aux riffs une profondeur jamais atteinte pour l'époque. Deux morceaux d'anthologie, qui vont faire la renommée du groupe. Tout comme "Children of the grave", introduit par le petit instrumental "Embryo". Ce titre est sans doute l'un des plus emblématique du Sab', un des plus joué par le groupe sur scène (ainsi que par Ozzy en solo) et repris un nombre incalculable de fois par d'autres groupes.
"Lord of this world" qui suit (également introduit par un autre bref instrumental) montre le côté le plus Heavy du groupe avec son riff d'une lourdeur implacable.
Lire la suite ›
6 commentaires 8 sur 8 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Barbuz TOP 1000 COMMENTATEURS le 21 novembre 2005
Format: CD
Cet album est le troisième de Black Sabbath et est le successeur de "Paranoid" (Paranoid).
Difficile de succéder à "Paranoid", sur lequel tout a été dit et écrit ou presque. "Master of Reality" est cependant une oeuvre importante dans l'histoire du groupe.
Tout d'abord, cet opus est riche en titres phares : "Sweet Leaf" est une ouverture magistrale, suivie des excellents "After Forever", "Children Of The Grave", du fabuleux "Lord Of This World" et du génial "Into The Void", sans doute un des meilleurs morceaux jamais écrits par le groupe, que Monster Magnet a repris sur le second volet d'une compilation hommage, "Nativity in Black" (voir : Nativity In Black 2 - A Tribute To Black Sabbath).
Ensuite, on a l'impression que Tony Iommi commence à exprimer son penchant pour les expérimentations en écrivant des instrumentaux ("Embryo", franchement dispensable et médiocre et "Orchid", déjà nettement meilleur) et des ballades comme "Solitude", superbe de mélancolie et aux arrangements très réussis.

On le sait, ce sont les divergences musicales entre Iommi (désirant aller plus loin dans l'expérimentation) et Osbourne (voulant retourner au son originel du groupe) qui ont créé des dissensions au sein du groupe.
Le groupe changera ensuite de producteur pour l'album suivant, "Vol. 4" (voir : Black Sabbath Vol.4 (2009 Remaster)), fera évoluer son style progressivement sans jamais vraiment en changer - avec un certain bonheur pendant quelques années avant le départ d'Osbourne...
Remarque sur ce commentaire 15 sur 16 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Barclau TOP 500 COMMENTATEURS le 23 janvier 2012
Format: CD
Je ne vais pas faire dans la redite, Orion a bien résumé! J'écris juste pour affirmer mon allégeance à cet album qui contient des classiques en puissance. Il comprend aussi une évolution notable, comme l'a souligné Orion, car l'accordage grave des guitares allait donner une toute nouvelle résonance au style et affirmer un des trais stylistiques les plus distinctifs du metal en général. Les groupes de l'époque, hard rock, ou heavy, étaient encore très tributaires du blues (Led Zep), du rock'n'roll, et piochaient leurs harmonies dans le classiques pour repousser leurs frontières (Deep Purple). Tout comme Black Sabbath dans ses deux premiers opus, qui contenaient déjà une rupture avec son époque, mais pas sur l'intégralité des disques (deux chefs d'œuvre d'ailleurs). Avec Master of reality, Black Sabbath se distingue définitivement et ouvre à grandes eaux les possibilités d'inondation du metal. Black Sabbath est le metal, le doom, le stoner en particulier, mais bien au delà, traversant les frontières mieux que n'importe quel groupe.

Je l'ai en deux éditions, une vinyle de l'époque, et une réédition remasterisée cd avec la black box. Hé bien je ne partage pas l'enthousiasme pour la remasterisation. Même si la batterie y gagne, j'ai comparé, et le LP est bien supérieur en lourdeur, rondeur, profondeur. Je ne suis pas un aficionado du vinyle, même si j'affectionne en priorité cet objet, mais là vraiment y'a une certaine différence. Et puis, même si la démarche est celle d'un perfectionnement du son, j'ai toujours préféré les masters originaux, pris dans leur époque. Je comprend les remasters quand le groupe qui le fait a eu un réel problème avec le son d'origine (Jethro tull).
Remarque sur ce commentaire 3 sur 3 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Rechercher des articles similaires par rubrique