undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle cliquez_ici Jeux Vidéo

Plus d'options
Mellon Collie and the Infinite Sadness (2012 - Remaster) [Explicit]
 
Agrandissez cette image
 

Mellon Collie and the Infinite Sadness (2012 - Remaster) [Explicit]

3 décembre 2012 | Format : MP3

EUR 15,69 (TVA incluse le cas échéant)

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre
Durée
Popularité  
30
1
2:52
30
2
4:14
30
3
3:01
30
4
2:40
30
5
3:45
30
6
4:18
30
7
4:17
30
8
4:51
30
9
4:22
30
10
2:50
30
11
4:46
30
12
3:43
30
13
9:21
30
14
2:54
Disc 2
30
1
4:23
30
2
4:12
30
3
4:10
30
4
4:12
30
5
4:26
30
6
3:45
30
7
7:38
30
8
2:54
30
9
7:07
30
10
4:05
30
11
4:18
30
12
3:31
30
13
4:48
30
14
4:24
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 30 novembre 2012
  • Date de sortie: 3 décembre 2012
  • Nombre de disques: 2
  • Label: Virgin Records
  • Copyright: (C) 2012 Virgin Records
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 2:01:47
  • Genres:
  • Format: paroles explicites
  • ASIN: B00AEV2KZ8
  • Moyenne des commentaires client : 4.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (26 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 12.954 en Albums (Voir les 100 premiers en Albums)

Commentaires en ligne

4.8 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

15 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile  Par sebdoolittle le 5 décembre 2007
Format: CD
Je me souviens très bien de la première fois où j'ai vu le clip de « Bullet With Butterfly Wings » à la télévision. Je m'étais dit « C'est pas possible, encore un pseudo groupe grunge qui ne propose rien de neuf ! ». Il faut dire qu'à l'époque, les radios s'emparaient d'insipides grossoyeurs du fameux son de Seattle à la chaîne... Et puis, comment s'intéresser aux Smashing Pumpkins alors que Pavement venait de sortir « Wowee Zowee » ?
C'est tout de même la curiosité qui m'a poussé à écouter d'une oreille plus attentive ce double album, écoute qui s'est révélée au bout du compte extrêmement admirative. Bien sûr, au départ, on se dit qu'il s'agit d'un mix plus ou moins avoué de trois piliers fondamentaux du rock (le côté hard-rock de Black Sabbath - voire des premiers Led Zeppelin, la versatilité de la pop psychédélique et des mélodies parfois inspirées des Beatles, et les soubresauts gothiques des années Cure, Bauhaus et autres Bunnymen). Et puis, en fin de compte, la magie opère incontestablement. On se dit non seulement que cette oeuvre est importante (variété de styles étourdissante), que Billy Corgan a un timbre de voix non pas agaçant mais devenant LE point fort du disque, mais aussi que ces citrouilles ont finalement leur propre son (leurs fameuses distorsions de guitare présentes sur ZERO, reconnaissables entre mille !
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
23 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile  Par Pykchnetz le 10 octobre 2004
Format: CD
Pour sa première collaboration avec Flood (ils remettront le couvert pour MACHINA), Billy Corgan évita de nous sortir un autre Siamese Dream (album précédent porteur du fédérateur Today) et nous gratifia plutôt d'un double album ambitieux (mais n'est pas le cas de tout double album, toujours un brin mégalo ?) et surprenant.
Quel fan des Smashing Pumpkins, après la douce complainte d'ouverture au piano, n'a en effet pas été étonné des envolées de tonight, tonight ? Le pauvre hère ira cependant de surprises en surprises, avec moments franchement inattendus (les guitares cybernétisées de love, la pluie d'étoiles de cupid de locke). Certains morceaux, de part leur structure, rappellent Siamese Dream; mais traités par le génial Flood, ils acquièrent une nouvelle couleur qui les éloigne à cent lieues du son propre et évident des deux premiers opus de nos chères citrouilles. Ici, tout est plus sombre, plus triste, plus désabusé. De nombreuses sensations se bousculent, du nihilisme de zero à la détresse de galapagos, de la simplicité désarmante de thirty-three à la nostalgie de 1979. Les textes de Corgan sont tantôt déroutants (stumbleline), tantôt pessimistes (bodies), et les guitares cristallines se métamorphosent souvent en riffs incisifs (an ode to no-one, jellybelly) et lourds (where boys fear to thread, x.y.u). On n'oubliera pas d'épingler le majestueux throu the eye of ruby, le doux-amer we only come out at night et le très beau farewell and good night, berceuse touchante qui clôt, une larme au coin de l'oeil, cette grand-messe du rock '90.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
22 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile  Par M. Cyrille VOIX VINE le 30 décembre 2003
Format: CD
A l'époque je n'aimais pas les Smashing. Qu'est-ce qu'était Today comparé à n'importe quel titre de Pavement ou de Nirvana ? Un tube trop propre, pile-poil calibré pour les radios. Puis Mellon Collie est arrivé. Et ce fut une grande claque. Sûrement grâce au deuxième disque, plus expérimental, plus sombre, plus rock, plus torturé. Deux heures et 28 titres, je ne pensais pas pouvoir les ingurgiter, et pourtant, une écoute inattentive chez un ami m'a fait tendre l'oreille. Et puis il a débarqué chez moi. J'ai du battre en retraite, avoué que je m'étais trompé. Les Smashing étaient un grand groupe, leurs compositions tenaient toutes seules, même lorsqu'elles étaient compliquées ("Thru The Eyes Of Ruby", un superbe opéra de 7 minutes), et la voix de canard de Billy Corgan ne gâchait étrangement rien. "1979" est un des dix meilleurs morceaux que j'ai dû entendre depuis ma naissance. Et puis ils démontraient enfin qu'ils faisaient du rock. Les morceaux sont ici variés : psychédéliques ou gothiques, métal ou ballades, sans une seule faiblesse. Le disque est devenu de chevet. Je me suis transformé en un fervent adepte des Citrouilles, je les ai tous achetés depuis ce double chef d'oeuvre. Au bout d'un an d'écoute il m'apparaissait clairement que c'était leur "Double Blanc", varié, puissant, grandiloquent, définitivement très loin de la mêlée. Finalement c'était pas que pour les radios.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Rechercher des articles similaires par rubrique