• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Melville : Oeuvres, tome ... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par leninco
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: F31 (L) Avec boite, sans rhodoïd. Avec nom du propriétaire en page de garde.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Melville : Oeuvres, tome 1 Cuir/luxe – 14 janvier 1997


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Cuir/luxe
"Veuillez réessayer"
EUR 63,50
EUR 61,94 EUR 49,98

Notre boutique La Pléiade

Notre boutique La Pléiade
Retrouvez des éditions de référence des plus grandes œuvres du patrimoine littéraire et philosophique français et étranger, imprimées sur papier bible et reliées sous couverture pleine peau dorée à l'or fin, dans notre boutique dédiée.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Melville : Oeuvres, tome 1 + OEuvres, II : Redburn - Vareuse-Blanche + OEuvres, IV : Bartleby le scribe - Billy Budd, marin et autres romans
Prix pour les trois: EUR 177,50

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

En 1842, la Dolly fait escale en rade de l'île de Nuku-Hiva, après plusieurs mois de chasse à la baleine. À son bord, Herman Melville, accablé par cette pénible vie, projette de déserter. La baie de Taiohae était alors investie par la flotte de l'amiral Dupetit-Thouars qui annexait par ce coup de force les îles Marquises au territoire français. La nuit venue, Melville accompagné d'un camarade, Toby, rejoint la rive à la nage. Deux tribus vivent sur l'île, l'une douce et pacifique, l'autre cannibale. Le hasard va les conduire chez cette dernière.Taïpi et Omou retracent le récit des pérégrinations d'Herman Melville en Polynésie. C'est à la fois une relation d'aventures et une ouvre d'anthropologue - ouvrages documentaires et surtout véridiques alors particulièrement appréciés du public. Certains passages furent taxés d'invraisemblance (il est vrai que l'auteur prit quelque liberté avec les faits), puis d'indécence, enfin une campagne de presse dénonça l'acerbe critique faite des missions américaines dans le Pacifique. Lassé de ces polémiques et soucieux de mettre à l'épreuve sa capacité d'invention, Melville décide, en cours de rédaction de la suite de son voyage dans le Pacifique, intitulé Mardi, d'échapper au récit autobiographique pour s'aventurer dans le roman, un « dessein hardi » où il puisse laisser libre cours à son imagination, à son goût pour l'allégorie et à la satire. De livre en livre les personnages du futur Moby-Dick prennent forme, les obsessions se précisent, les objets de la quête se matérialisent.

Quatrième de couverture

En 1842, la Dolly fait escale en rade de l'île de Nuku-Hiva, après plusieurs mois de chasse à la baleine. À son bord, Herman Melville, accablé par cette pénible vie, projette de déserter. La baie de Taiohae était alors investie par la flotte de l'amiral Dupetit-Thouars qui annexait par ce coup de force les îles Marquises au territoire français. La nuit venue, Melville accompagné d'un camarade, Toby, rejoint la rive à la nage. Deux tribus vivent sur l'île, l'une douce et pacifique, l'autre cannibale. Le hasard va les conduire chez cette dernière.Taïpi et Omou retracent le récit des pérégrinations d'Herman Melville en Polynésie. C'est à la fois une relation d'aventures et une œuvre d'anthropologue - ouvrages documentaires et surtout véridiques alors particulièrement appréciés du public. Certains passages furent taxés d'invraisemblance (il est vrai que l'auteur prit quelque liberté avec les faits), puis d'indécence, enfin une campagne de presse dénonça l'acerbe critique faite des missions américaines dans le Pacifique. Lassé de ces polémiques et soucieux de mettre à l'épreuve sa capacité d'invention, Melville décide, en cours de rédaction de la suite de son voyage dans le Pacifique, intitulé Mardi, d'échapper au récit autobiographique pour s'aventurer dans le roman, un «dessein hardi» où il puisse laisser libre cours à son imagination, à son goût pour l'allégorie et à la satire. De livre en livre les personnages du futur Moby-Dick prennent forme, les obsessions se précisent, les objets de la quête se matérialisent.



Détails sur le produit

  • Cuir/luxe: 1488 pages
  • Editeur : Gallimard (14 janvier 1997)
  • Collection : Bibliothèque de la Pléiade
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070106810
  • ISBN-13: 978-2070106813
  • Dimensions du produit: 18,2 x 11,5 x 3,7 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (5 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 298.964 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.6 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

Par KIWI le 18 mai 2015
Format: Poche Achat vérifié
Texte mi romanesque, mi vécu de l'auteur de Moby Dick qui à peut-être un peu vieilli dans la forme d'écriture, mais demeure un livre à posséder dans sa bibliothèque avec son pendant Omoo. Où l'on découvre le peuple marquisien au cœur du XIXe siècle leurs moeurs et leurs coutumes.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Artwork Atelier le 26 février 2014
Format: Poche Achat vérifié
J'ai essayé de le lire quand j'étais ado; je n'ai pas aimé. C'est un livre extraordinaire, d'un language exquis. Faut le lire dans le silence. Descriptions de paysage magnifiques. Un apprentissage de ce que c'est "l'autre". Hermann Melville, un homme, un vrai.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par zybine, amateur éclairé TOP 100 COMMENTATEURS le 1 septembre 2009
Format: Poche
Taïpi (1846) est le premier roman de l'auteur de Moby Dick. il retrace la captivité d'un marin au sein d'une tribu polynésienne d'une île des Marquises. Il ne se passe à vrai dire pas grand chose : notre marin, qui a déserté son navire, passe quatre mois à craindre d'être mangé, à admirer la beauté des vahinés, à s'initier aux moeurs des indigènes, à planifier son évasion. Le roman vaut naturellement pas son aspect anthropologique : aucun des aspects de la vie sociale de ses hôtes (nourriture, vie sexuelle, croyances) ne lui échappe; il vaut aussi par la mythologie qu'il a, largement en premier, créée : les bons sauvages n'ont qu'à se baisser pour ramasser les fleurs du paradis, l'indolence et la douceur des indigèhes n'ont d'égales que leur beauté et leur force et, naturellement, les femmes sont lascives au soleil des Marquises. Littérairement, on peut être plus circonspect : si le style est agréable et tenu, les digressions, les non événements, la torpeur générale du récit peuvent susciter un léger ennui - bien en rapport avec la société observée.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Daniel Gauthier VOIX VINE le 5 février 2010
Format: Poche
Le premier roman du génial Melville, écrit à 25 ans, enjolive son séjour (réel) chez les Taïpis aux Marquises : sea, sex and sun.
Nous sommes en 1842 et découvrons, à travers le regard ébloui d'un jeune Occidental, les charmes primitifs de la vie sous les Tropiques, en compagnie d'excellents sauvages - dont Melville décrit par le menu les moeurs et les coutumes.
Face à eux, les colonialistes, les missionnaires, grossièrement persuadés de la supériorité de la "Civilisation".
Face à eux également, Les Happas, de la tribu voisine, que les Taïpis dégustent en rôti après les avoir vaincus.
Il est temps pour notre héros de déguerpir - avant de manger ou d'être mangé à son tour...
Morale de l'histoire : la société parfaite n'existe pas.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Papasam TOP 1000 COMMENTATEURS le 14 février 2010
Format: Poche
Si vous voulez perdre votre temps !

Ce livre a peut-être intéressé quelques lecteurs à sa sortie mais aujourd'hui qui peut encore y trouver de l'intérêt ? En cherchant bien je ne vois que des étudiants en ethnologie qui auraient à faire un pensum sur l'évolution de la notion de sauvage à travers les âges...

Récit superficiel, étiré et dilué de la courte période que Melville a passé sur une île du Pacifique; Mauvais roman d'aventure sans aventures; Journal, qui n'en est pas un, où l'on attend vainement que l'auteur nous transmette ce qu'il a pu ressentir s'il a ressenti quelquechose; Etude de moeurs frustrante, surtout livresque, et peu vécue; Chronique historique bienvenue pour les premiers lecteurs; Critique de l'influence néfaste des sectes protestantes sur la culture indigène malheureusement bien atténuée... Un peu de tout !
En lisant ce livre je me suis dis plusieurs fois que si Melville vivait de nos jours il serait digne de devenir producteur d'une émission de "télé-aventure" . Le sujet de son livre ne pourrait-il pas en effet être résumé de la façon suivante : comment exploiter au mieux dans un minimum de temps un sujet exotique en diable et très vendeur comme "vahinés, cannibalisme et noix de coco" ?

Heureusement le lecteur d'aujourd'hui dispose d'autres livres avec nettement plus de matière comme celui de Segalen ou comme celui de M. Mead (collection "Terre humaine" chez Plon). Il y a aussi celui de Stevenson, mais ce dernier a passé beaucoup plus qu'une quarantaine de jours sur la sienne...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?