ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 

Mendelssohn : Symphonie n° 4 "Italienne" & n° 5 "Réformation" [Hybrid SACD] [Super Audio CD, Import]

Felix Mendelssohn , Boston Symphony Orchestra , Charles Munch CD
4.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
Prix : EUR 17,01 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le lundi 3 novembre ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.

Vous cherchez un CD de Musique Classique ?

CD Musique Classique
Retrouvez tous nos CD au sein de notre Boutique Musique Classique.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Mendelssohn : Symphonie n° 4 "Italienne" & n° 5 "Réformation" [Hybrid SACD] + Gershwin (Living stereo) : Rhapsody in Blue
Acheter les articles sélectionnés ensemble


Détails sur le produit

  • Interprète: Charles Munch
  • Compositeur: Felix Mendelssohn, Boston Symphony Orchestra
  • CD (20 mars 2006)
  • : Requires SACD-compatible hardware
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Super Audio CD, Import
  • Label: RCA Living Stereo
  • ASIN : B000E1NWJG
  • Moyenne des commentaires client : 4.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 86.364 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


 
1. Disque 1 piste 1 - Charles Munch
2. Disque 1 piste 2 - Charles Munch
3. Disque 1 piste 3 - Charles Munch
4. Disque 1 piste 4 - Charles Munch
5. Disque 1 piste 5 - Charles Munch
6. Disque 1 piste 6 - Charles Munch
7. Disque 1 piste 7 - Charles Munch
8. Disque 1 piste 8 - Charles Munch
9. Disque 1 piste 9 - Charles Munch
10. I. allegro vivace
11. II. andante con moto
12. III. con moto moderato
13. IV. saltarello: presto
14. I. andante - allegro con fuoco
15. II. allegro vivace
16. III. andante
17. IV. chorale ("ein' feste burg ist unser gott"): andante con moto - allegro vivace
18. Octet in e-flat, op. 20 - III. scherzo: allegro leggierissimo
19. I allegro vivace
20. II andante con moto
Voir les 36 titres de ce disque


Commentaires en ligne

3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
4.7 étoiles sur 5
4.7 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Charles Munch et Mendelssohn 4 juillet 2012
Par Antoine Martin TOP 500 COMMENTATEURS
Un grand disque du chef alsaco-français .
C'est surtout la 5 ème symphonie qui est marquante: le 1 er mouvement si proche du prélude de Parsifal déclamé avec l'ampleur et le recueillement nécessaire par Boston et Munch; le scherzo retrouve le Munch endiablé (précurseur d'un Bernstein) que nous aimons et il n'y a plus aujourd'hui de chefs démiurges pouvant enflammer à ce point un orchestre.
La symphonie italienne est plus convenue, quand meme difficile à "rater "et la mécanique bostonienne est à l'aise dans ces mouvements lumineux.
Charles Munch se rappelle là peut etre de ses jeunes années ou il faisait partie du Gewandhaus de Leipzig, orchestre mendelssohnien s'il en est. Il a été violoniste du rang puis premier violon de cet orchstre d'exception à la fin des années 20.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Deux symphonies majeures de Mendelssohn. 8 mai 2013
Par Gerard Muller TOP 500 COMMENTATEURS VOIX VINE
Symphonie N°4 (Italienne) et 5 (Reformation) /Mendelssohn/Charles Munch & Boston symphony orcherstra. (Enregistrées en 1958 et 1957 et bien rythmé)
La symphonie italienne est sans doute la plus populaire des cinq grandes symphonies de Mendelssohn. Composée lors d’un séjour à Rome en 1832, elle lui fut inspirée par des danses populaires italiennes.
L’allegro vivace initial est riche d’une énergie quasi martiale et entrainante.
Le second mouvement Andante con moto offre une jolie ligne mélodique ample et fluide jouée par les violons.
Le troisième mouvement Con moto moderato bien enlevé est plein de panache et là encore les violons se font entendre largement.
Le quatrième mouvement commence par un coup de tonnerre : Saltarello presto, plein de rythme, ce mouvement très dynamique vient conclure une bien belle symphonie.
La symphonie N° 5, Reformation, fut composée lors d’un séjour au Pays de Galles en 1829, en prévision du trois centième anniversaire de la Confession d’Augsbourg (1530) qui devait être célébré en Allemagne, mais qui ne le fut pas pour des raisons historiques. Rappelons que cette constitution élabora les règles de la foi protestante.
Cette somptueuse symphonie est d’une grande richesse musicale, plus élaborée que l’Italienne.
L’andante initial est majestueux et solennel et contient des références symboliques à l’événement sus-cité. À noter quelques mesures que l’on retrouve dans le prélude de Parsifal de Wagner. Dix minutes d’une grande intensité avec l’allegro con Fuoco qui suit.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
2 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
Par Mélomaniac 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEUR TOP 10 COMMENTATEURS
Achat vérifié
Bien que portant le numéro 5, la symphonie "Réformation" fut achevée à Berlin en 1830, juste après la seconde, alors que Mendelssohn revenait d'un séjour au Pays de Galle.

Elle fut écrite pour commémorer le tricentenaire de la Confession d'Augsbourg, un des actes fondateurs du luthéranisme, ce qui lui vaut son titre, et explique la citation du thème de l'amen de Dresde dans l'andante initial, et du choral "ein feste Burg ist unser Gott" dans l'andante con moto.

Le langage musical y cultive solennité et un certain archaïsme qui se souvient de Bach, comme l'atteste la forme fuguée du finale.

Quelque mois plus tard, le compositeur entreprit un voyage au sud de l'Europe, qui le mena notamment à Naples, Amalfi, Sorrente et Capri.
Fasciné par ces paysages ensoleillés qu'il croquait au crayon, il ramena des ébauches qui servirent de matériau à ce qui deviendra la "symphonie Italienne".

Le caractère enjoué de l'allegro vivace et du presto (sur un rythme de saltarelle), le délié de l'andante et du menuet illustrent sans conteste une latinité que des chefs comme Toscanini, Cantelli ou Abbado faisaient chanter si naturellement.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?