• Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Mendiants et orgueilleux a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par L'Encre à Palabre
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Envoi dans les 24 heures depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

Mendiants et orgueilleux Broché – 31 octobre 2013

4.5 étoiles sur 5 18 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Album
"Veuillez réessayer"
EUR 24,90
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 16,50
EUR 16,50 EUR 13,49

nouveautés livres nouveautés livres


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Mendiants et orgueilleux
  • +
  • Les Hommes oubliés de Dieu
  • +
  • Les Fainéants dans la vallée fertile
Prix total: EUR 33,70
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Gohar était réveillé à présent; il venait de rêver qu'il se noyait. Il se souleva sur un coude et regarda autour de lui, les yeux emplis d'incertitude, encore hébété par le sommeil. Il ne rêvait plus, mais la réalité était si proche de son rêve qu'il demeura un instant perplexe, fortement conscient d'un danger qui le menaçait. «Par Allah ! c'est la crue ! pensa-t-il. Le fleuve va tout emporter.» Mais il ne tenta aucun geste de fuite devant l'imminence de la catastrophe; au contraire il resta accroché au sommeil comme à une épave, et ferma les yeux.
Il mit longtemps à se ressaisir, voulut se frotter les yeux, mais s'arrêta à temps : ses mains étaient mouillées et visqueuses. Il dormait entièrement habillé, à même le sol, sur une couche faite de minces piles de vieux journaux. L'eau avait tout submergé, recouvrait presque tout le sol dallé de la chambre. Elle coulait vers lui silencieusement, avec la fatalité oppressante d'un cauchemar. Gohar avait l'impression d'être sur une île entourée par les flots; il n'osait pas bouger. La présence inexplicable de cette eau le plongeait dans un profond étonnement. Cependant, sa frayeur du début s'atténuait à mesure qu'il reprenait conscience de la réalité. Il comprenait maintenant que son idée du fleuve en crue, dévastant tout sur son passage, n'était qu'une aberration. Il chercha alors à savoir d'où provenait cette eau mystérieuse et en découvrit très vite la source : elle filtrait de dessous la porte du logis voisin.
Gohar frissonna comme sous l'effet d'une indicible terreur : le froid. Il tenta de se lever, mais le sommeil était encore en lui, engourdissant ses membres, le retenant par d'indissolubles liens. Il se sentait faible et désemparé. Il essuya ses mains sur sa veste, aux endroits où l'étoffe n'était pas mouillée; à présent il pouvait se frotter les yeux. Il le fit avec calme, regarda la porte du logis voisin, pensa : «Ils doivent laver le dallage. Quand même, ils ont failli me noyer !» La soudaine propreté de ses voisins lui paraissait singulièrement grotesque et scandaleuse. Cela n'était jamais arrivé auparavant. Dans cette maison délabrée et sordide du quartier indigène, habitée par de pauvres êtres faméliques, on ne lavait jamais le dallage. Ces gens étaient sans doute des nouveaux locataires, des malins qui voulaient impressionner le quartier.
Gohar demeurait l'esprit inerte, comme frappé de stupeur par la révélation de cette propreté insensée. Il lui semblait qu'il fallait faire quelque chose pour arrêter cette inondation. Mais quoi ? Le mieux était d'attendre; un miracle se produirait certainement. Cette situation absurde réclamait un dénouement par des forces surnaturelles. Gohar se sentait d'avance désarmé. Il attendit quelques minutes, mais rien ne se produisit, aucune puissance occulte ne vint le secourir. Il se leva enfin, resta debout, immobile, dans une attitude d'halluciné, de rescapé d'un naufrage; puis, avec d'infinies précautions, il avança sur le sol détrempé et alla s'asseoir sur l'unique chaise qui meublait la chambre. A part cette chaise, il n'y avait rien d'autre qu'une caisse en bois retournée sur laquelle trônaient un réchaud à alcool, une cafetière et une gargoulette contenant de l'eau potable. Gohar vivait dans la plus stricte économie de moyens matériels. La notion du plus élémentaire confort était depuis longtemps bannie de sa mémoire. Il détestait s'entourer d'objets; les objets recelaient les germes latents de la misère, la pire de toutes, la misère inanimée; celle qui engendre fatalement la mélancolie par sa présence sans issue. Non pas qu'il fut sensible aux apparences de la misère; il ne reconnaissait à celle-ci aucune valeur tangible, elle demeurait toujours pour lui une abstraction. Simplement il voulait protéger son regard d'une promiscuité déprimante. Le dénuement de cette chambre avait pour Gohar la beauté de l'insaisissable, il y respirait un air d'optimisme et de liberté. La plupart des meubles et des objets usuels outrageaient sa vue, car ils ne pouvaient offrir aucun aliment à son besoin de fantaisie humaine. Seuls les êtres dans leurs folies innombrables, avaient le don de le divertir.

Revue de presse

Cossery entretenait une réputation de dilettante. La réédition de son oeuvre permet au contraire de (re)découvrir une écriture puissante et précise...
Pour célébrer le centenaire de sa naissance, l'éditrice Joëlle Losfeld fait reparaître l'intégralité de son oeuvre. Et propose notamment une édition augmentée de ses Mendiants et orgueilleux, incluant une préface de Roger Grenier, les premières pages d'un roman inachevé et quelques photos de cet adepte de la bohème : profil aigu comme son ironie, mèche rebelle, cravate délicatement nouée. (Christine Ferniot - Télérama du 13 novembre 2013)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché
c'est le premier livre d'Albert Cossery que j'ai lu et je suis tombée sous le charme : de la poésie, de l'humour et de l'amour . La misère des bas fonds du Caire telle qu'elle est décrite devient mystique et esthetique. Cossery ressemble à Victor Hugo lorsqu'il décrit la misère ; mais contrairement à Hugo la misère de Cossery devient symbole de l'injustice et de la révolte et non pas acceptation d'un destin.
Remarque sur ce commentaire 11 sur 11 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Cela arrive souvent : on lit des choses et d'autres sans grande passion, par habitude, en se disant parfois qu'on a peut-être fait le tour de tous les grands ducs. Et puis on découvre Cossery. Quelle joie !
Remarque sur ce commentaire 9 sur 9 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Un client le 28 mai 2005
Format: Broché
Je ne connaissais pas Cossery. Je n'en avais jamais entendu parler. Ainsi, le premier contact était celui d'un sceptique : je ne savais pas à quoi m'attendre. Mais, quelle fut ma surprise après les 20 premières pages! Un meurtre dont on s'en fout. Des révolutionnaires paresseux. Un homme-tronc (!!). Et ce personnage génial, attachant, haut en couleurs : GOHAR. Depuis, j'ai lu la majorité des livres de Cossery. Ça a souvent été un régal!
Remarque sur ce commentaire 10 sur 11 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
J'ai adoré ce livre qui m'a fait totalement voyagé, dans le temps, l'espace ainsi que dans le mode de pensée.

Livre écrit après guerre, en France, par un égyptien.
Les personnages principaux -à l'exception du policier- mènent une vie de bohème et vivent dans un dénuement total, cela par choix pour Gohar, qui enseignait la philosophie à l'université, El Kordi, employé au ministère mais révolutionnaire dans l'âme, préférant dilapider son salaire à payer ses subalternes pour faire son travail qu'il estime indigne de lui.
Le Caire de années 40, avec ses infirmes, ses mendiants, ses bordels, ses ramasseurs de mégots et ses terrasses de cafés. La ville, comme les personnages sont hauts en couleurs et assez drôles. Ils possèdent un fort sens de l'humour et de la dérision et sont volontiers sarcastiques.
Ses hommes vivent de rien, et surtout jouissent de cette liberté infini, de ne craindre personne car ils n'ont plus rien à perdre.
Ils ont leur propre morale, ils peuvent commettre des crimes sans même s'en étonner, mais feraient tout pour leurs amis, allant jusqu'à donner leur vie, sans réfléchir non plus.

Livre drôle et décalé sur l'amitié, la pauvreté et le sens de la vie;les plus heureux ici sont des mendiants et un homme tronc.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Album
Albert Cossery ne se soucie guère des conventions dans sa peinture des aventures d'une poignée de déclassés. Comme dans la plupart de ses autres romans, il nous fait découvrir un laboratoire moral où les personnages incarnent des choix philosophiques originaux confinant au "réalisme magique". Ce faisant, il fournit également une critique subtile, ironique et souvent savoureuse des sociétés actuelles. L'humour le dispute à l'imagination dans ce roman qui est un modèle de liberté d'écriture.
Remarque sur ce commentaire 5 sur 6 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Un quartier pauvre du Caire. Une foule nonchalante, indolente, fataliste, essayant de sauver une certaine apparence pourtant inutile : le seul fait d'être vivant est déjà un dignité ! Ces gueux sont orgueilleux de ce qu'ils pourraient être si la paresse et leurs conditions de vie n'étaient pas ce qu'elles sont. Finalement être mendiant ici est synonyme de sagesse et de paix.
Un livre étonnant !
Remarque sur ce commentaire 1 sur 1 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Albert Cossery a toujours dit qu'il écrivait "pour que quelqu'un qui lise ses livres n'aille pas au bureau le lendemain".

Vous voilà prévenu.
Remarque sur ce commentaire 9 sur 11 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Un client le 5 octobre 2003
Format: Broché
Albert Cossery signe là, l'un de ces meilleurs livres, il nous livre l'histoire d'une bande de "mendiants et orgueilleux", composée de Gohar, un philosophe en retrait de sa société, une personne ayant rejeté tous, afin de vivre en paix; El Kordi, un jeune "fonctionnaire" tétu, amoureux d'une prostituée proche de la mort, un jeune qui ne cessera d'apprendre, de mouler sa manière de voir les choses; Yéghen, un personnage très intéréssant, il n'a pas un beau visage, celà lui donne donc un avantage pour percevoir le regard des gens, lui aussi ne croit pas aux besoins matériels...; Nour El Dine, un policier homosexuel, essayant de vivre une relation avec Samir, cette relation n'est pas sans difficulté...
Un ensemble de personnage, qui vivent à leur maniere, parmis ces personnages, il n'est pas impossible que vous vous reconnaissiez à une période de votre vie...Enormement d'idées sont formulées, j'en ai trop dis , maintenant à vous de découvrir le reste ;) Jetez vous dessus !!
ps: Pour les féministes (:p) ce livre est extrement mysogine :s, n'hésitez pas à le lire tout de même ;)
Remarque sur ce commentaire 10 sur 13 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?