Michel Colombier


Michel Colombier : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 115
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Michel Colombier
Fourni par l'artiste ou son représentant

Biographie

Michel Colombier Inclassable et libre...

"La genèse de ce 33 tours est assez insolite : au départ, il y avait l'idée du producteur Denny Diante de m'associer à trois musiciens américains, dont le guitariste Larry Carlton, pour enregistrer un album thématique sur les saisons. Il voulait confier une saison à chaque compositeur afin d'obtenir, à l'arrivée, une sorte d'équivalent jazz-rock des Quatres Saisons de Vivaldi ! Le projet m'a effrayé : il risquait de ressembler davantage à un patchwork qu'à un disque cohérent et homogène. On m'a alors proposé de le co-écrire intégralement avec Larry ... Lire la suite

Michel Colombier Inclassable et libre...

"La genèse de ce 33 tours est assez insolite : au départ, il y avait l'idée du producteur Denny Diante de m'associer à trois musiciens américains, dont le guitariste Larry Carlton, pour enregistrer un album thématique sur les saisons. Il voulait confier une saison à chaque compositeur afin d'obtenir, à l'arrivée, une sorte d'équivalent jazz-rock des Quatres Saisons de Vivaldi ! Le projet m'a effrayé : il risquait de ressembler davantage à un patchwork qu'à un disque cohérent et homogène. On m'a alors proposé de le co-écrire intégralement avec Larry ... Lire la suite

Cette biographie a été fournie par l'artiste ou son représentant.

Jeune prodige musical, il cotoie dès 6 ans toutes les disciplines de la musique et présente très tôt une inclination pour le jazz. Rejetant des études trop classiques, il est engagé en 1961 par le compositeur d'avant-garde Michel Magne qui lui permettra de passer du piano à l'arrangement musical et le présentera à Eddy Barclay, qui l'engagera immédiatement comme directeur musical.

Il commence par travailler sur le premier album en langue anglaise de Charles Aznavour (produit par Quincy Jones pour les U.S.). Sa rencontre avec Serge Gainsbourg marque le début d'une longue et amicale ... Lire la suite

Michel Colombier Inclassable et libre...

"La genèse de ce 33 tours est assez insolite : au départ, il y avait l'idée du producteur Denny Diante de m'associer à trois musiciens américains, dont le guitariste Larry Carlton, pour enregistrer un album thématique sur les saisons. Il voulait confier une saison à chaque compositeur afin d'obtenir, à l'arrivée, une sorte d'équivalent jazz-rock des Quatres Saisons de Vivaldi ! Le projet m'a effrayé : il risquait de ressembler davantage à un patchwork qu'à un disque cohérent et homogène. On m'a alors proposé de le co-écrire intégralement avec Larry Carlton. Malgré mon amitié pour Larry, j'ai refusé. A l'exception de Gainsbourg, je n'ai jamais pu composer en collaboration... et le tout a donné lieu à deux albums distincts : un 33 tours Larry Carlton, un 33 tours Colombier. Voilà comment on est passé de quatre à deux compositeurs, puis de deux à deux fois un ! (rires)"

Pour conclure Michel Colombier rajoute :

"Un compostieur peut-être idéaliste qui essaye d'abolir les frontières... On ne m'a donc jamais collé une étiquette particulière, on ne m'a jamais associé à un genre musical exclusif. Et, vingt ans après son enregistrement, le présent album confirme pleinement ce statut".

Cette biographie a été fournie par l'artiste ou son représentant.

Michel Colombier Inclassable et libre...

"La genèse de ce 33 tours est assez insolite : au départ, il y avait l'idée du producteur Denny Diante de m'associer à trois musiciens américains, dont le guitariste Larry Carlton, pour enregistrer un album thématique sur les saisons. Il voulait confier une saison à chaque compositeur afin d'obtenir, à l'arrivée, une sorte d'équivalent jazz-rock des Quatres Saisons de Vivaldi ! Le projet m'a effrayé : il risquait de ressembler davantage à un patchwork qu'à un disque cohérent et homogène. On m'a alors proposé de le co-écrire intégralement avec Larry Carlton. Malgré mon amitié pour Larry, j'ai refusé. A l'exception de Gainsbourg, je n'ai jamais pu composer en collaboration... et le tout a donné lieu à deux albums distincts : un 33 tours Larry Carlton, un 33 tours Colombier. Voilà comment on est passé de quatre à deux compositeurs, puis de deux à deux fois un ! (rires)"

Pour conclure Michel Colombier rajoute :

"Un compostieur peut-être idéaliste qui essaye d'abolir les frontières... On ne m'a donc jamais collé une étiquette particulière, on ne m'a jamais associé à un genre musical exclusif. Et, vingt ans après son enregistrement, le présent album confirme pleinement ce statut".

Cette biographie a été fournie par l'artiste ou son représentant.

Jeune prodige musical, il cotoie dès 6 ans toutes les disciplines de la musique et présente très tôt une inclination pour le jazz. Rejetant des études trop classiques, il est engagé en 1961 par le compositeur d'avant-garde Michel Magne qui lui permettra de passer du piano à l'arrangement musical et le présentera à Eddy Barclay, qui l'engagera immédiatement comme directeur musical.

Il commence par travailler sur le premier album en langue anglaise de Charles Aznavour (produit par Quincy Jones pour les U.S.). Sa rencontre avec Serge Gainsbourg marque le début d'une longue et amicale collaboration avec des musiques de film, la comédie musicale télévisée « Anna », et en point d'orgue le tube « Elisa ». Autre grande amitié dans le travail que celle qui le lie à Barbara, ils travaillerons ensemble jusqu'au décès de la chanteuse et co-écrirons le fameux « Aigle noir ».

En 1967, il compose avec Pierre Henry la célèbre musique de la « Messe pour le temps présent » de Béjart. Passionné par la danse, il travaille pour de nombreux ballets ou étoiles, comme Mikhail Baryshnikov ou Roland Petit. Herb Alpert, propriétaire d'A&M, lui fera signer son premier contrat d'artiste-compositeur, prélude au succès international de son premier album Wings en 1971. Grand prix de l'académie Charles Cros, l'album, réalisé avec la collaboration du violoniste Jean-Luc Ponty et de l'orchestre de l'Opéra de Paris, reçoit de nombreuses autres distinctions. Il est qualifié de « première symphonie pop », mêlant électrique et acoustique, jazz-rock et classique. Wings est d'ailleurs connu sans le savoir de millions de téléspectateurs français : c'est un des extraits de l'album, « Emmanuel », qui illustre un dessin animé de Folon, générique de la chaîne Antenne 2. Le travail d'illustration de Colombier pour Folon continuera d'ailleurs bien au delà de cet exercice.

De retour en France au début des années 70, ils se consacrera plus aux musiques de film avec des réalisateurs comme Jean-Pierre Melville ou Jacques Demy. Dans ce domaine, ses compositions seront nombreuses, parfois célèbres comme le « Purple rain » de Prince. En dehors de ses musiques de film et de ballet, Colombier a écrit des chansons, de la musique de chambre, des œuvres symphoniques, quatre concertos et quatre operas-videos (videoperas).Outre les artistes cité ci-dessus il a travaillé avec Madonna, le Kronos Quartet, Jaco Pastorius, Supertramp, Petula Clark, Barbra Streisand, Charles Trenet, The Beach Boys, Branford Marsalis, Herbie Hancock, Jean-Pierre Rampal, Earth Wind & Fire et Stéphane Grappelli.

Copyright 2014 Music Story Sophie Lespiaux


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page