Michel Delpech

Top albums (Voir les 42)


Voir les 42 albums de Michel Delpech

Michel Delpech : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 461
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30


Biographie

Au départ, il n'avait pas ce qu'on appelle un nom de scène. Jean-Michel Delpech, dit Michel Delpech né le 26 janvier 1946 à Courbevoie, mène une enfance paisible auprès d'un père artisan et d'une mère au foyer. Fasciné par Aznavour et Bécaud, ses premières idoles, il monte un petit groupe avec des copains de lycée. En 1964, Michel Delpech tente sa chance en passant une audition pour les Disques Vogue : il n'a que dix-huit ans lorsqu'il enregistre un quatre titres dénommé « Anatole ». Mais Delpech claque rapidement la porte quand son directeur artistique veut faire de lui un chanteur de rock ... Lire la suite

Au départ, il n'avait pas ce qu'on appelle un nom de scène. Jean-Michel Delpech, dit Michel Delpech né le 26 janvier 1946 à Courbevoie, mène une enfance paisible auprès d'un père artisan et d'une mère au foyer. Fasciné par Aznavour et Bécaud, ses premières idoles, il monte un petit groupe avec des copains de lycée. En 1964, Michel Delpech tente sa chance en passant une audition pour les Disques Vogue : il n'a que dix-huit ans lorsqu'il enregistre un quatre titres dénommé « Anatole ». Mais Delpech claque rapidement la porte quand son directeur artistique veut faire de lui un chanteur de rock 'n' roll. Il fait alors une rencontre déterminante, celle avec Roland Vincent qui deviendra le compositeur de ses plus grands succès. Celui-ci se charge des musiques d'un autre 45-tours quatre titres « Elle se moque de moi », nouvelle tentative discographique de Delpech en novembre 1964 sur le label Festival.

En 1965, Delpech joue avec sa future femme Chantal Simon dans la comédie musicale Copains Clopant, un spectacle resté six mois à l'affiche qui lui permet d'obtenir son premier succès « Chez Laurette ». Ce souvenir d'adolescent emprunt de nostalgie demeure gravé dans la mémoire collective. L'année suivante, il impose son style doux-amer avec « Inventaire 66 » dont chaque fin de couplet se ponctue par « Et toujours le même président », en référence au Général de Gaulle. Quarante et un an après, en pleine campagne présidentielle, il dédie « Que Marianne était jolie » à Ségolène Royal, présente à un de ses concerts au Grand Rex. Il participe aussi à son meeting de soutien au stade Charléty.

Delpech is Delpech

En 1966, Delpech ne fait rien moins que la première partie de Brel qui fait ses adieux à l'Olympia. L'impresario Johnny Stark, prend alors sa carrière en mains et l'emmène en tournée avec Mireille Mathieu en Allemagne, U.R.S.S. et à New York. Delpech signe également un nouveau contrat chez Barclay. Puis, il obtient le Grand Prix du disque de l'académie Charles-Cros pour « Il y a des jours où on ferait mieux de rester au lit », co-écrit par Jean-Jacques Debout. Un an après Mai 68, il sort un titre « hippie-hippie-pie », le planant « Wight is Wight » en hommage au festival pop anglais qui accueille Bob Dylan en 1969. Le disque se vend à trois millions d'exemplaires ! Delpech enchaîne avec un tribut à une légende dans « Et Paul chantait Yesterday » au moment de la séparation des Beatles. Le chanteur ne cesse d'accumuler les succès, quand arrive en 1971 une ritournelle romantique et entraînante « Pour un flirt », face B du 45-tours « Le Blé en herbe ».

Sourire éclatant, rouflaquettes, voix de velours, le chanteur possède un indéniable charisme. Pourtant, Delpech ne se contente pas de flirter. Il s'illustre aussi dans des chansons à caractère social, voire politique, sa marque de fabrique au sein de la variété seventies. « Inventaire 66 » avait déjà donné le ton. En 1972, « Que Marianne était jolie », co-écrite avec Boris Bergman et Claude Papadiamandis, évoque avec poésie les cinq enfants de la jeune femme, autrement dit l'évolution de la République. En 1973, « Les Divorcés » co-écrit avec Jean-Michel Rivat, relate une séparation presque « idéale » à une époque où le sujet reste tabou. Entre temps, Michel Delpech qui n'est plus sous l'aile de Stark, est monté en vedette sur scène à l'Olympia durant trois semaines, ce qui donne lieu à un disque en public (1972).

Ma pauvre Cécile, j'ai 73 ans

Si Michel Delpech se sépare de sa première femme, il ne perd pas l'amour du public. « Le Chasseur » (1974) et « Le Loir-et-Cher » (1977) sont de gros succès. Delpech écolo avant l'heure ? Une fois encore, le chanteur s'engage notamment dans « Le Chasseur », un texte plus proche du court-métrage que du manifeste. Il ose également la liberté de ton sur les mœurs amoureuses dans « Nous n'habitons pas ensemble » (1974) et « Fais un bébé » (1977). Il clôt cette extraordinaire décennie avec l'adaptation française de chansons anglo-saxonnes dans 5000 kilomètres (1979). Il y reprend entre autres Paul Simon, Carole King et Elton John.

Le 3 janvier 1976, une émission des Carpentier montre Michel Delpech grimé, le cheveu gris, en petite laine, assis sur un rocking-chair. Il interprète « Quand j'étais chanteur », le récit de la vie d'une vedette après des années de gloire. La réalité rattrape parfois la fiction ; Delpech entame une traversée du désert et sombre dans une longue dépression. Le chanteur mène alors une vraie quête spirituelle se tournant vers le bouddhisme, avant de trouver son salut dans la foi catholique. Il écrira un livre sur ce parcours L'homme qui avait construit sa maison sur le sable. Au début des années 1980, il est de retour avec « Animaux animaux » (1983) et « Loin d'ici » (1984), puis retrouve l'amour grâce au peintre Geneviève Garnier-Fabre. En 1986, il sort Oubliez Tout Ce Que Je Vous Ai Dit en collaboration avec Pierre Grosz et Didier Golemanas. L'album sonne comme un nouveau départ mais il n'obtient qu'un succès confidentiel.

Le roi de rien

Après une compilation baptisée Les Grandes Chansons et le 45-tours remarqué « J'étais un ange », Michel Delpech opte pour un registre musical inattendu, la world music. Il avait rendu hommage aux songwriters, cette fois il loue Les Voix du Brésil, titre de l'album sorti en 1991. Michel Fugain chante « Les Sud-américaines », Delpech « Corcovado » et « Chico Mendes ». Le chanteur réinvestit alors l'Olympia en octobre 1992 où il interprète ce répertoire atypique. Après un long silence, Delpech est de retour en 1997 avec un album réalisé auprès d'artistes à priori loin de son univers dont Pascal Obispo et Jean-Louis Murat. On y trouve de jolies chansons dont le single « Le Roi de rien ». Mais le public boude cet album qui tente de s'éloigner un peu du « Loir-et-Cher ». Delpech fait tout de même le Casino de Paris et reçoit le 24ème Oscar de la Chanson française décerné par l'Union National des Auteurs-Compositeurs.

Au mois de février 2004, Bénabar, fan inconditionnel et digne successeur de Delpech l'invite au Grand Rex pour un duo sur « Quand j'étais chanteur ». La fameuse chanson donne d'ailleurs en 2006, son titre à un film de Xavier Giannoli avec Gérard Depardieu et Cécile de France. En novembre 2004, Delpech tente un come-back avec Comme Vous, un album blues-folk qui reçoit un très bon accueil. Il monte trois soirs sur la scène du Bataclan en février 2005, ce qui donne Ce Lundi-là au Bataclan, un live en clin d'œil à un de ses titres de 1975.

Inventaire 2006

En novembre 2006, le chanteur décide de refaire un tour du côté de « Chez Laurette ». Il fête ses quarante ans de carrière d'abord avec une biographie Michel Delpech mis à nu par Pascal Louvrier. Il sort également un best-of Inventaire 2006 et un coffret de cinq CD Inventaires. Enfin, en décembre, l'artiste prend un bain de jouvence avec l'album Michel Delpech &... qui revisite les standards de son répertoire dans des duos avec des figures anciennes et nouvelles de la chanson française. Il interprète « Chez Laurette » avec Bénabar, « Pour un flirt » avec Cali et « Le Loir et Cher » avec Francis Cabrel. Certes, on a encore le droit au répertoire d'antan mais l'album rencontre un incroyable succès. Le public ne se lasse pas de revenir sur « l'île de Wight ». Les 30 et 31 mars 2007, Delpech se produit au Grand Rex à Paris ; le DVD de ce spectacle est nommé aux Victoires de la Musique 2008, sans obtenir le prix. L'infatigable chanteur, après avoir été opéré d'une péritonite aiguë, reprend la route et ce jusqu'à la fin du mois d'avril 2008. Il y aura toujours un « Chez Laurette » quelque part en France pour l'accueillir après ses concerts.

Copyright 2014 Music Story Paula Haddad

Au départ, il n'avait pas ce qu'on appelle un nom de scène. Jean-Michel Delpech, dit Michel Delpech né le 26 janvier 1946 à Courbevoie, mène une enfance paisible auprès d'un père artisan et d'une mère au foyer. Fasciné par Aznavour et Bécaud, ses premières idoles, il monte un petit groupe avec des copains de lycée. En 1964, Michel Delpech tente sa chance en passant une audition pour les Disques Vogue : il n'a que dix-huit ans lorsqu'il enregistre un quatre titres dénommé « Anatole ». Mais Delpech claque rapidement la porte quand son directeur artistique veut faire de lui un chanteur de rock 'n' roll. Il fait alors une rencontre déterminante, celle avec Roland Vincent qui deviendra le compositeur de ses plus grands succès. Celui-ci se charge des musiques d'un autre 45-tours quatre titres « Elle se moque de moi », nouvelle tentative discographique de Delpech en novembre 1964 sur le label Festival.

En 1965, Delpech joue avec sa future femme Chantal Simon dans la comédie musicale Copains Clopant, un spectacle resté six mois à l'affiche qui lui permet d'obtenir son premier succès « Chez Laurette ». Ce souvenir d'adolescent emprunt de nostalgie demeure gravé dans la mémoire collective. L'année suivante, il impose son style doux-amer avec « Inventaire 66 » dont chaque fin de couplet se ponctue par « Et toujours le même président », en référence au Général de Gaulle. Quarante et un an après, en pleine campagne présidentielle, il dédie « Que Marianne était jolie » à Ségolène Royal, présente à un de ses concerts au Grand Rex. Il participe aussi à son meeting de soutien au stade Charléty.

Delpech is Delpech

En 1966, Delpech ne fait rien moins que la première partie de Brel qui fait ses adieux à l'Olympia. L'impresario Johnny Stark, prend alors sa carrière en mains et l'emmène en tournée avec Mireille Mathieu en Allemagne, U.R.S.S. et à New York. Delpech signe également un nouveau contrat chez Barclay. Puis, il obtient le Grand Prix du disque de l'académie Charles-Cros pour « Il y a des jours où on ferait mieux de rester au lit », co-écrit par Jean-Jacques Debout. Un an après Mai 68, il sort un titre « hippie-hippie-pie », le planant « Wight is Wight » en hommage au festival pop anglais qui accueille Bob Dylan en 1969. Le disque se vend à trois millions d'exemplaires ! Delpech enchaîne avec un tribut à une légende dans « Et Paul chantait Yesterday » au moment de la séparation des Beatles. Le chanteur ne cesse d'accumuler les succès, quand arrive en 1971 une ritournelle romantique et entraînante « Pour un flirt », face B du 45-tours « Le Blé en herbe ».

Sourire éclatant, rouflaquettes, voix de velours, le chanteur possède un indéniable charisme. Pourtant, Delpech ne se contente pas de flirter. Il s'illustre aussi dans des chansons à caractère social, voire politique, sa marque de fabrique au sein de la variété seventies. « Inventaire 66 » avait déjà donné le ton. En 1972, « Que Marianne était jolie », co-écrite avec Boris Bergman et Claude Papadiamandis, évoque avec poésie les cinq enfants de la jeune femme, autrement dit l'évolution de la République. En 1973, « Les Divorcés » co-écrit avec Jean-Michel Rivat, relate une séparation presque « idéale » à une époque où le sujet reste tabou. Entre temps, Michel Delpech qui n'est plus sous l'aile de Stark, est monté en vedette sur scène à l'Olympia durant trois semaines, ce qui donne lieu à un disque en public (1972).

Ma pauvre Cécile, j'ai 73 ans

Si Michel Delpech se sépare de sa première femme, il ne perd pas l'amour du public. « Le Chasseur » (1974) et « Le Loir-et-Cher » (1977) sont de gros succès. Delpech écolo avant l'heure ? Une fois encore, le chanteur s'engage notamment dans « Le Chasseur », un texte plus proche du court-métrage que du manifeste. Il ose également la liberté de ton sur les mœurs amoureuses dans « Nous n'habitons pas ensemble » (1974) et « Fais un bébé » (1977). Il clôt cette extraordinaire décennie avec l'adaptation française de chansons anglo-saxonnes dans 5000 kilomètres (1979). Il y reprend entre autres Paul Simon, Carole King et Elton John.

Le 3 janvier 1976, une émission des Carpentier montre Michel Delpech grimé, le cheveu gris, en petite laine, assis sur un rocking-chair. Il interprète « Quand j'étais chanteur », le récit de la vie d'une vedette après des années de gloire. La réalité rattrape parfois la fiction ; Delpech entame une traversée du désert et sombre dans une longue dépression. Le chanteur mène alors une vraie quête spirituelle se tournant vers le bouddhisme, avant de trouver son salut dans la foi catholique. Il écrira un livre sur ce parcours L'homme qui avait construit sa maison sur le sable. Au début des années 1980, il est de retour avec « Animaux animaux » (1983) et « Loin d'ici » (1984), puis retrouve l'amour grâce au peintre Geneviève Garnier-Fabre. En 1986, il sort Oubliez Tout Ce Que Je Vous Ai Dit en collaboration avec Pierre Grosz et Didier Golemanas. L'album sonne comme un nouveau départ mais il n'obtient qu'un succès confidentiel.

Le roi de rien

Après une compilation baptisée Les Grandes Chansons et le 45-tours remarqué « J'étais un ange », Michel Delpech opte pour un registre musical inattendu, la world music. Il avait rendu hommage aux songwriters, cette fois il loue Les Voix du Brésil, titre de l'album sorti en 1991. Michel Fugain chante « Les Sud-américaines », Delpech « Corcovado » et « Chico Mendes ». Le chanteur réinvestit alors l'Olympia en octobre 1992 où il interprète ce répertoire atypique. Après un long silence, Delpech est de retour en 1997 avec un album réalisé auprès d'artistes à priori loin de son univers dont Pascal Obispo et Jean-Louis Murat. On y trouve de jolies chansons dont le single « Le Roi de rien ». Mais le public boude cet album qui tente de s'éloigner un peu du « Loir-et-Cher ». Delpech fait tout de même le Casino de Paris et reçoit le 24ème Oscar de la Chanson française décerné par l'Union National des Auteurs-Compositeurs.

Au mois de février 2004, Bénabar, fan inconditionnel et digne successeur de Delpech l'invite au Grand Rex pour un duo sur « Quand j'étais chanteur ». La fameuse chanson donne d'ailleurs en 2006, son titre à un film de Xavier Giannoli avec Gérard Depardieu et Cécile de France. En novembre 2004, Delpech tente un come-back avec Comme Vous, un album blues-folk qui reçoit un très bon accueil. Il monte trois soirs sur la scène du Bataclan en février 2005, ce qui donne Ce Lundi-là au Bataclan, un live en clin d'œil à un de ses titres de 1975.

Inventaire 2006

En novembre 2006, le chanteur décide de refaire un tour du côté de « Chez Laurette ». Il fête ses quarante ans de carrière d'abord avec une biographie Michel Delpech mis à nu par Pascal Louvrier. Il sort également un best-of Inventaire 2006 et un coffret de cinq CD Inventaires. Enfin, en décembre, l'artiste prend un bain de jouvence avec l'album Michel Delpech &... qui revisite les standards de son répertoire dans des duos avec des figures anciennes et nouvelles de la chanson française. Il interprète « Chez Laurette » avec Bénabar, « Pour un flirt » avec Cali et « Le Loir et Cher » avec Francis Cabrel. Certes, on a encore le droit au répertoire d'antan mais l'album rencontre un incroyable succès. Le public ne se lasse pas de revenir sur « l'île de Wight ». Les 30 et 31 mars 2007, Delpech se produit au Grand Rex à Paris ; le DVD de ce spectacle est nommé aux Victoires de la Musique 2008, sans obtenir le prix. L'infatigable chanteur, après avoir été opéré d'une péritonite aiguë, reprend la route et ce jusqu'à la fin du mois d'avril 2008. Il y aura toujours un « Chez Laurette » quelque part en France pour l'accueillir après ses concerts.

Copyright 2014 Music Story Paula Haddad

Au départ, il n'avait pas ce qu'on appelle un nom de scène. Jean-Michel Delpech, dit Michel Delpech né le 26 janvier 1946 à Courbevoie, mène une enfance paisible auprès d'un père artisan et d'une mère au foyer. Fasciné par Aznavour et Bécaud, ses premières idoles, il monte un petit groupe avec des copains de lycée. En 1964, Michel Delpech tente sa chance en passant une audition pour les Disques Vogue : il n'a que dix-huit ans lorsqu'il enregistre un quatre titres dénommé « Anatole ». Mais Delpech claque rapidement la porte quand son directeur artistique veut faire de lui un chanteur de rock 'n' roll. Il fait alors une rencontre déterminante, celle avec Roland Vincent qui deviendra le compositeur de ses plus grands succès. Celui-ci se charge des musiques d'un autre 45-tours quatre titres « Elle se moque de moi », nouvelle tentative discographique de Delpech en novembre 1964 sur le label Festival.

En 1965, Delpech joue avec sa future femme Chantal Simon dans la comédie musicale Copains Clopant, un spectacle resté six mois à l'affiche qui lui permet d'obtenir son premier succès « Chez Laurette ». Ce souvenir d'adolescent emprunt de nostalgie demeure gravé dans la mémoire collective. L'année suivante, il impose son style doux-amer avec « Inventaire 66 » dont chaque fin de couplet se ponctue par « Et toujours le même président », en référence au Général de Gaulle. Quarante et un an après, en pleine campagne présidentielle, il dédie « Que Marianne était jolie » à Ségolène Royal, présente à un de ses concerts au Grand Rex. Il participe aussi à son meeting de soutien au stade Charléty.

Delpech is Delpech

En 1966, Delpech ne fait rien moins que la première partie de Brel qui fait ses adieux à l'Olympia. L'impresario Johnny Stark, prend alors sa carrière en mains et l'emmène en tournée avec Mireille Mathieu en Allemagne, U.R.S.S. et à New York. Delpech signe également un nouveau contrat chez Barclay. Puis, il obtient le Grand Prix du disque de l'académie Charles-Cros pour « Il y a des jours où on ferait mieux de rester au lit », co-écrit par Jean-Jacques Debout. Un an après Mai 68, il sort un titre « hippie-hippie-pie », le planant « Wight is Wight » en hommage au festival pop anglais qui accueille Bob Dylan en 1969. Le disque se vend à trois millions d'exemplaires ! Delpech enchaîne avec un tribut à une légende dans « Et Paul chantait Yesterday » au moment de la séparation des Beatles. Le chanteur ne cesse d'accumuler les succès, quand arrive en 1971 une ritournelle romantique et entraînante « Pour un flirt », face B du 45-tours « Le Blé en herbe ».

Sourire éclatant, rouflaquettes, voix de velours, le chanteur possède un indéniable charisme. Pourtant, Delpech ne se contente pas de flirter. Il s'illustre aussi dans des chansons à caractère social, voire politique, sa marque de fabrique au sein de la variété seventies. « Inventaire 66 » avait déjà donné le ton. En 1972, « Que Marianne était jolie », co-écrite avec Boris Bergman et Claude Papadiamandis, évoque avec poésie les cinq enfants de la jeune femme, autrement dit l'évolution de la République. En 1973, « Les Divorcés » co-écrit avec Jean-Michel Rivat, relate une séparation presque « idéale » à une époque où le sujet reste tabou. Entre temps, Michel Delpech qui n'est plus sous l'aile de Stark, est monté en vedette sur scène à l'Olympia durant trois semaines, ce qui donne lieu à un disque en public (1972).

Ma pauvre Cécile, j'ai 73 ans

Si Michel Delpech se sépare de sa première femme, il ne perd pas l'amour du public. « Le Chasseur » (1974) et « Le Loir-et-Cher » (1977) sont de gros succès. Delpech écolo avant l'heure ? Une fois encore, le chanteur s'engage notamment dans « Le Chasseur », un texte plus proche du court-métrage que du manifeste. Il ose également la liberté de ton sur les mœurs amoureuses dans « Nous n'habitons pas ensemble » (1974) et « Fais un bébé » (1977). Il clôt cette extraordinaire décennie avec l'adaptation française de chansons anglo-saxonnes dans 5000 kilomètres (1979). Il y reprend entre autres Paul Simon, Carole King et Elton John.

Le 3 janvier 1976, une émission des Carpentier montre Michel Delpech grimé, le cheveu gris, en petite laine, assis sur un rocking-chair. Il interprète « Quand j'étais chanteur », le récit de la vie d'une vedette après des années de gloire. La réalité rattrape parfois la fiction ; Delpech entame une traversée du désert et sombre dans une longue dépression. Le chanteur mène alors une vraie quête spirituelle se tournant vers le bouddhisme, avant de trouver son salut dans la foi catholique. Il écrira un livre sur ce parcours L'homme qui avait construit sa maison sur le sable. Au début des années 1980, il est de retour avec « Animaux animaux » (1983) et « Loin d'ici » (1984), puis retrouve l'amour grâce au peintre Geneviève Garnier-Fabre. En 1986, il sort Oubliez Tout Ce Que Je Vous Ai Dit en collaboration avec Pierre Grosz et Didier Golemanas. L'album sonne comme un nouveau départ mais il n'obtient qu'un succès confidentiel.

Le roi de rien

Après une compilation baptisée Les Grandes Chansons et le 45-tours remarqué « J'étais un ange », Michel Delpech opte pour un registre musical inattendu, la world music. Il avait rendu hommage aux songwriters, cette fois il loue Les Voix du Brésil, titre de l'album sorti en 1991. Michel Fugain chante « Les Sud-américaines », Delpech « Corcovado » et « Chico Mendes ». Le chanteur réinvestit alors l'Olympia en octobre 1992 où il interprète ce répertoire atypique. Après un long silence, Delpech est de retour en 1997 avec un album réalisé auprès d'artistes à priori loin de son univers dont Pascal Obispo et Jean-Louis Murat. On y trouve de jolies chansons dont le single « Le Roi de rien ». Mais le public boude cet album qui tente de s'éloigner un peu du « Loir-et-Cher ». Delpech fait tout de même le Casino de Paris et reçoit le 24ème Oscar de la Chanson française décerné par l'Union National des Auteurs-Compositeurs.

Au mois de février 2004, Bénabar, fan inconditionnel et digne successeur de Delpech l'invite au Grand Rex pour un duo sur « Quand j'étais chanteur ». La fameuse chanson donne d'ailleurs en 2006, son titre à un film de Xavier Giannoli avec Gérard Depardieu et Cécile de France. En novembre 2004, Delpech tente un come-back avec Comme Vous, un album blues-folk qui reçoit un très bon accueil. Il monte trois soirs sur la scène du Bataclan en février 2005, ce qui donne Ce Lundi-là au Bataclan, un live en clin d'œil à un de ses titres de 1975.

Inventaire 2006

En novembre 2006, le chanteur décide de refaire un tour du côté de « Chez Laurette ». Il fête ses quarante ans de carrière d'abord avec une biographie Michel Delpech mis à nu par Pascal Louvrier. Il sort également un best-of Inventaire 2006 et un coffret de cinq CD Inventaires. Enfin, en décembre, l'artiste prend un bain de jouvence avec l'album Michel Delpech &... qui revisite les standards de son répertoire dans des duos avec des figures anciennes et nouvelles de la chanson française. Il interprète « Chez Laurette » avec Bénabar, « Pour un flirt » avec Cali et « Le Loir et Cher » avec Francis Cabrel. Certes, on a encore le droit au répertoire d'antan mais l'album rencontre un incroyable succès. Le public ne se lasse pas de revenir sur « l'île de Wight ». Les 30 et 31 mars 2007, Delpech se produit au Grand Rex à Paris ; le DVD de ce spectacle est nommé aux Victoires de la Musique 2008, sans obtenir le prix. L'infatigable chanteur, après avoir été opéré d'une péritonite aiguë, reprend la route et ce jusqu'à la fin du mois d'avril 2008. Il y aura toujours un « Chez Laurette » quelque part en France pour l'accueillir après ses concerts.

Copyright 2014 Music Story Paula Haddad


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page