Mieczyslaw Weinberg : Sym... a été ajouté à votre Panier
Version MP3 incluse GRATUITEMENT
Quantité :1

Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 7,99

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Mieczyslaw Weinberg : Symphonie n° 19
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Mieczyslaw Weinberg : Symphonie n° 19


Prix conseillé : EUR 5,04
Prix : EUR 4,90 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Économisez : EUR 0,14 (3%)
Tous les prix incluent la TVA.
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Hors cadeaux ou produits vendus par des vendeurs tiers. Voir Conditions sur les coûts en cas d'annulation de commande.
Il ne reste plus que 7 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
21 neufs à partir de EUR 4,90 2 d'occasion à partir de EUR 7,15

Vous cherchez un CD de Musique Classique ?

CD Musique Classique
Retrouvez tous nos CD au sein de notre Boutique Musique Classique.
EUR 4,90 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails Il ne reste plus que 7 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement). Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Mieczyslaw Weinberg : Symphonie n° 19 + Mieczyslaw Weinberg : Symphonie n° 8, Op.83 "Polish Flowers" + Weinberg : Symphonie n° 6
Prix pour les trois: EUR 14,70

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • Orchestre: St Petersburg State Symphony Orchestra
  • Chef d'orchestre: Vladimir Lande
  • CD (15 novembre 2012)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Naxos
  • ASIN : B009F2CWOQ
  • Autres éditions : Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 39.179 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


1. Symphony no. 19, op. 142, "the bright may": - -
2. Symphony no. 19, op. 142, "the bright may": adagio -
3. Symphony no. 19, op. 142, "the bright may": 3 bars before [38]
4. The banners of peace, op. 143

Descriptions du produit

     L écoute « à l aveugle » de la 19e symphonie de Mieczyslav Weinberg ne permet guère de la dater de 1985 : on penserait éventuellement à des époques bien plus anciennes, l Entre-deux-guerres peut-être, lorsque les compositeurs soviétiques n avaient guère accès à la musique la plus échevelée de l Ouest. Pourtant, Weinberg était parfaitement au courant de ce qui se faisait alors de l autre côté du Rideau de fer, et c est donc en toute connaissance de cause qu il se refuse à adopter les diktats du tout-sériel que, d ailleurs, bien des compositeurs ont alors déjà envoyé paître avec délectation. S il faut chercher quelques sources, ce serait éventuellement du côté de Chostakovitch, mais du Chosta non-râpeux, non-éperdu, non-clown-triste ; plutôt du Chosta lyrique, un peu résigné, mais tellement profond. L ouvrage s articule en un seul mouvement d une ample demi-heure, même si l on peut distinguer trois grands segments d une dizaine de minutes chaque ; la fin pourrait parfois évoquer Mahler dans ses orchestrations les plus légères, celles des Lieder.
     Dans le second ouvrage du CD, Les Drapeaux de la paix, le ton parfois quasi-baroque pourra (agréablement) surprendre ; Weinberg s y distancie très nettement de son ami et mentor Chostakovitch. Ecrit en 1986, il est dédié au 27e Congrès du Parti communiste soviétique un « parti » qui n avait plus que quelques années à vivre avant d imploser et de rejoindre tant de mammouths au cimetière des cruelles utopies politiques.
     Pour mémoire, Weinberg est né en Pologne en 1919. Il dut s enfuir devant l occupation nazie en 1939, d abord à Minsk, puis à Tashkent puis à Moscou en 1943, avec l appui de Chostakovitch qui resta toujours un soutien fidèle. L étoile de Weinberg devait pâlir au cours des dernières années de sa vie, jusqu à sa disparition quasi-inaperçue en 1996. On redécouvre maintenant sa musique, et ce n est que justice.
©Abeille Musique 2012

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.2 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 4 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Pierrafeu TOP 500 COMMENTATEURS le 7 décembre 2012
Format: CD Achat vérifié
Je ne suis pas d'accord avec le commentaire ci-dessus qui parle de médiocrité (et surtout pas avec ses exemples sur Schosta)
Il faut être dans le contexte historique pour comprendre que pour ces gens là, écrire de temps en temps de la musique "exemplaire" du point de vue du "réalisme soviétique" était non seulement une obligation, mais une question de survie ! Alors, bien sûr, ils se reposaient sur le métier, plus que sur l'inspiration, mais sur ce terrain, on peut évoquer KABALEVSKY , Khatchaturian (qui lui a pris l'excuse "traditionnel" pour pouvoir écrire des choses moins formatées) et même Prokofiev, qui a plié aussi et écrit quelques oeuvres pas toujours dignes de lui, mais c'était la vie, et si on voulait manger ou même continuer à vivre, il fallait en passer par là...la médiocrité est pour moi autre chose, et l'académisme a sévit autant en France à d'autres temps (D'indy, MAssenet...), et puis Mozart, même, avant sa rencontre avec Johan Christian Bach c'était quand même qu'un tout petit compositeur.
Il y aura aussi toujours le débat de penser que Schosta, par exemple, n'aurait certainement pas écrit tous ces magnifiques quatuors sans cette pression.
bref, tout cela pour dire que la musique de Weinberg ne cesse de m'enchanter car elle est diverse, intelligente, et même académique, elle est trés bien écrite, l'un n'est pas forcément exclusif de l'autre (La cantate "à la gloire de Staline" de Prokofiev, dont le texte est un monceau d'ânerie, est musicalement magnifique!!)
Le CD est excellent, les interprètes sont sincères et impliqués. Je trouve admirable que l'on commence cette intégrale (?) chez NAXOS....à suivre.
Bonne écoute
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Cetalir TOP 50 COMMENTATEURS le 24 février 2013
Format: CD
Cet enregistrement à prix compétitif nous permet de découvrir deux des oeuvres orchestrales tardives de celui qui fut l'ami et l'aiguillon créatif de Shostakovich. Si ce ne sont pas des oeuvres absolument majeures dans l'immense production de Weinberg qui nous est enfin peu à peu révélée, il faut bien se remémorer qu'elles ont été composées à un moment clé de l'ex URSS, juste au détour des années quatre-vingt sous Gorbatchev alors que le pays commençait peu à peu à s'ouvrir et à se réveiller de décennies de tyrannies diverses. D'où nécessairement un caractère encore un peu formaliste d'autant qu'il s'agit d'oeuvres de circonstances ou commémoratives.

La symphonie n°19 fut créée en 1986. Ecrite en trois mouvements qui s'enchaînent, elle est un hymne à la fin de la Grande Guerre Patriotique. Beaucoup moins austère que la plupart des autres symphonies de Weinberg, elle alterne des passages presque pastoraux, très champêtres et joyeux (comme le préfigure son sous titre "Bright May" qui signifie "Mai Joyeux" ou bien encore "Mai lumineux") comme dans le premier mouvement, avec des séquences beaucoup plus martiales ou violentes rappelant les scènes de guerre comme dans le deuxième ou le troisième mouvement par exemple.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par F. Crespeau le 13 décembre 2012
Format: CD Achat vérifié
Bon enregistrement d'œuvres qui ne sont peut être pas parmi les plus palpitantes de M.Weinberg par ailleurs formidable compositeur russo-polonais en pleine résurgence après une longue période de purgatoire... collection à suivre
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par NMN le discophage TOP 500 COMMENTATEURS le 25 novembre 2012
Format: CD Achat vérifié
La symphonie 19 de Weinberg fait partie de la dernière décennie créatrice. Rien ne laisse supposer dans son langage qu'elle a été écrite en 1985.
Le premier mouvement commence par un unisson des cordes aboutissant sur un contrepoint. Sur une ponctuation espacée mais régulière de la timbale, les cuivres entrent pour soutenir harmoniquement par de longues tenues le chant des cordes et commencent eux aussi à contrepointer. Le chant des cordes est très soutenu au milieu d'une intensité sonore permanente. Les trompettes s'échappent quelque peu avant l'entrée des bois (3'30) en forme d'appels et de réponses aux cuivres. Une chute à 4'00 fait entrer la flûte piano sur des pizzicati réguliers et contrechante avec la clarinette : il s'agit d'une espèce de détente folklorisante. Les mélismes sont bientôt repris par les cordes et par le hautbois, mais moins d'une minute après la détente est à nouveau interrompue par la reprise rythmée entendue à l'entrée. Les cuivres luttent avec les cordes. Trois notes rapides en forme de rire sardonique aux vents apparaissent, soutenues par les percussions. Un nouvel apaisement (8'30) fait rentrer la flûte et des cordes semblent chercher une nouvelle voie face aux interrogations mélismatiques des bois dans un jeu de questions-réponses. Flûte, clarinette et clarinette basse filent une mélodie. Tout s'apaise finalement et s'enchaîne sur une note tenue de la clarinette avec le second mouvement. On entend alors un chant lyrique des cordes seules.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?