undrgrnd Cliquez ici Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles24
3,5 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:4,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1000 PREMIERS RÉVISEURSle 25 février 2013
L'approche est un peu plus compliquée que les autres ouvrages du cycle de l'invisible. Cette fois-ci, l'auteur nous emmène à réfléchir au bouddhisme. C'est à nouveau un exploit dans le sens où les mots nous emmènent très rapidement (tant mieux car le roman est court, 1h30 de lecture) dans l'esprit philosophique du bouddhisme.

J'ai trouvé que ce roman était plus compliqué, probablement parce qu'il est construit comme un conte. Il est plus éloigné de mon quotidien, plus spirituel. Les personnages m'ont moins embarquée, même si l'auteur offre toujours cette dualité puissance des sentiments/finesse des personnages.

Un roman totalement à sa place dans le cycle de l'invisible.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 juillet 2006
Le Dharma et le bouddhisme tels sont les concepts qu'Eric-Emmanuel Schmitt évoque à travers Simon et Svastika. Ce livre est un peu plus dure que les trois autres de son cycle de l'invisible. Par contre, il est beaucoup plus court. C'est une véritable expérience humaine, qui nous initie lentement et avec douceur aux joies et à la complexité du Bouddhisme. Bref, c'est du Schmitt et du bon! A lire!
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 mai 2007
Après avoir relu Oscar et la dame rose, j'ai été toute enthousiasmée par Eric-Emmanuel Schmitt et je me suis directement lancée dans Milarepa. Changement radical d'univers avec ce petit conte philosophique.

Tout commence par un rêve, un rêve qui se répète. Et puis il y a une dame vaguement floue que Simon rencontre dans un café et qui l'appelle Svastika. Simon se plonge alors dans une sorte de vie antérieure qui est en fait une vie parallèle comme dans un rêve... On y rencontre Svastika (qui n'est autre que Simon) et son ennemi juré Milarepa. Puis tout devient flou, le narrateur commence à s'identifier à Milarepa. On se demande très souvent qui est ce "je": Simon? Milarepa? ou Svastika? Le narrateur doit raconter son histoire et celle de Milarepa une dernière fois (mais est-ce bien la dernière?) afin de rompre une sorte d'envoûtement qui l'empêche de reposer en paix et le force à se réincarner encore et toujours. Inspiration boudhiste donc...

Je n'ai pas vraiment réussi à comprendre cette haine que voue Svastika à Milarepa son neuveu... Pour moi, tout reste trop flou ... comme dans un rêve. Les contes philosophiques c'est peut être pas pour moi... mais je n'abandonne en aucun cas l'auteur dont j'ai très envie de lire les pièces de théâtre!
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 mai 2011
Cette nouvelle, bien que courte, contient une belle histoire sur la sagesse du bouddhisme. Contrairement à ce qui a été dit dans les autres commentaires, je ne l'ai pas trouvée difficile à comprendre.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 octobre 2014
Milarepa est un est un des 6 romans du cycle des invisibles d'Eric-Emmanuel Schmitt. Loin d'être le meilleur de la série, il n'en reste pas moins agréable et nous invite à réfléchir.
Cette nouvelle ne vous engagera pas dans de longues heures de lectures mais vous invitera à découvrir des thématiques phares d'Eric-Emmanuel Shmitt : les croyances et la réflexion générale sur la vie.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 janvier 2014
Je ne suis pas du tout entrée dans l'histoire bien qu'elle s'apparente à une légende et qu'à l'ordinaire je ne suis pas rétive aux légendes. Mais là....je ne sais pas... En fait je ne sais pas expliquer pourquoi le charme n'a pas opéré. Peut-être parce que je n'y ai pas retrouvé EES?
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 26 novembre 2015
L’écriture est simple et belle, le livre se lit d’une traite. Les 60 pages sont avalées en une bonne heure, mais la digestion est plus longue. En fait je n’ai pas beaucoup aimé l’histoire. Bien contée, mais on ne se retrouve aucunement dans les personnages. Peut-être cela vient-il de ma culture profondément chrétienne ? Peut-être que je n’accepte pas qu’on ne puisse pas avoir d’influence sur son destin ? Mais en tous les cas, je ne comprends pas la haine de Svastika, je ne comprends pas non plus la femme floue et Simon me semble sans personnalité. Qui irait raconter cent mille fois un rêve pour casser un destin dont on ne comprend pas la source, l’intérêt ou la fin. C’est comme si j’étais hermétiquement fermé à cette histoire, ne comprenant pas les actions de ses personnages. Je relirais cependant du Schmitt pour sa belle plume.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mai 2015
J ai découvert cet auteur qui m'a bouleversée de part son côté humaniste et curieux de tout, aimant la vie et les gens! bcp de tendresse. Simple et facile à lire. En une ou deux soirées c'est fini ! A lire !!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 novembre 2006
Simon fait chaque nuit le même rêve. Jusqu’au jour où enfin, une femme énigmatique lui en livre la clé : il est la réincarnation de Svastika, l’oncle d’un célèbre ermite du XIième siècle, Milarepa. Pour se libérer du samsara, le cycle des réincarnations, il doit se vider de toute haine, et raconter cette histoire, qui est aussi la sienne, cent mille fois. C’est ainsi que pour la dernière fois, l’auteur nous narre l’histoire de Milarepa, ce sage qui fut initié au bouddhisme par un Lama, devint ermite et atteignit à son tour le stade de véritable bodhisattva.

Ce conte pourrait présenter une sorte d’initiation rapide au bouddhisme tibétain. Y sont évoqués la réincarnation, le détachement vis à vis des biens matériels et des sentiments humains, ainsi que certaines doctrines majeures : « Rien n’est permanent, rien n’est réel » ; « Un esprit qui saurait se contenter, limiter son désir de rencontre, cet esprit-là serait un maître ». Malheureusement, cette introduction un peu légère s’adresse déjà à des initiés. En effet, il arrive que l’on se perde dans le vocabulaire spécifique de la religion ou dans les rites par lesquels le jeune ermite doit conquérir sa foi.

Ce roman, bien que très court, reste malgré tout pourvu d’une certaine force et offre une lecture plaisante. Tout au long du récit, le « je » et le « il » se confondent pour ne plus former qu’une seule et même âme nourrie de personnages différents. Né en 1960, Eric-Emmanuel Schmitt est devenu en dix ans l'auteur de théâtre le plus joué en France comme à l'étranger. Mais pour découvrir ce célèbre écrivain, je n’ai certainement pas commencé par le meilleur…
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Milarepa/Eric Emmanuel Schmitt
Simon rêve de façon récurrente qu’il est la réincarnation de l’oncle de Milarepa, le célèbre yogi poète tibétain qui vivait au XI é siècle, et qui fut un maître du bouddhisme, un des deux grands saints avec Padmasambhava. Je ne vais pas en dire plus sur les démêlés de Milarepa avec son oncle ; la présentation du livre et le quatrième de couverture le font très bien.
Je dirai juste que grand amateur des écrits de EES, et notamment des ouvrages du Cycle de l’Invisible (Monsieur Ibrahim, Oscar et la Dame Rose, l’Enfant de Noé), j’ai trouvé Milarepa un ton en dessous des autres. Je ne suis pas parvenu après deux lectures espacées à rentrer dans cette histoire, ce conte philosophique, qui certes nous propose une réflexion capable de nous conduire sur la voie de la sagesse, après un bel effort de lecture ( !), mais brouille les cartes en ce sens que l’on ne sait plus parfois qui est qui . Je ne suis peut-être pas assez initié à la pensée bouddhiste pour saisir toutes les subtilités de ces 70 pages assez hermétiques. Avis aux amateurs
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

5,20 €