Plus d'options
Milhaud: Saudades Do Brazil / La Muse Menagere / L'Album De Madame Bovary
 
Agrandissez cette image
 

Milhaud: Saudades Do Brazil / La Muse Menagere / L'Album De Madame Bovary

3 novembre 1995 | Format : MP3

EUR 7,99 (TVA incluse le cas échéant)
Également disponible en format CD

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre Artiste
Durée
Popularité  
30
1
1:28
30
2
1:39
30
3
1:53
30
4
2:33
30
5
1:48
30
6
1:27
30
7
1:51
30
8
1:46
30
9
1:42
30
10
1:08
30
11
1:12
30
12
2:11
30
13
1:18
30
14
0:47
30
15
0:53
30
16
1:52
30
17
0:44
30
18
1:08
30
19
1:10
30
20
1:34
30
21
1:08
30
22
1:10
30
23
1:26
30
24
1:45
30
25
1:16
30
26
1:16
30
27
1:46
30
28
1:15
30
29
1:07
30
30
1:38
30
31
1:22
30
32
1:28
30
33
2:08
30
34
1:02
30
35
1:32
30
36
1:06
30
37
0:40
30
38
1:37
30
39
1:18
30
40
1:58
30
41
1:10
30
42
1:47
30
43
1:39
30
44
1:29

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Performers: Darius Milhaud, Madeleine Milhaud, Alexandre Tharaud
  • Composers: Darius Milhaud
  • Date de sortie d'origine : 3 novembre 1995
  • Label: Naxos
  • Copyright: (C) 1995 Naxos
  • Durée totale: 1:04:32
  • Genres:
  • ASIN: B0022SXEQK
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 212.886 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 3 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

Par Saverio sur 20 septembre 2014
Format: CD Achat vérifié
C'est un tout jeune pianiste qui enregistre, ici, une œuvre rare - j'entends ainsi, que sans être confidentielle, on ne puisse dire que les solistes se précipitent pour l'interpréter! - lumineuse, exotique au sens premier du terme et non dénuée d'humour.
Alexandre Tharaud y excelle déjà avec un toucher suave et respectueux des " textes" qu'il sait colorer différemment ; retenu et habité tour à tour ; quant à Madeleine Milhaud il est tout à fait émouvant de l'entendre décliner, dans un anglais délicat, les états d'âme d'Emma!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par ritard34 sur 13 janvier 2014
Format: CD Achat vérifié
Un des compositeurs les plus prolifiques de notre époque, Darius Milhaud n'a pas beaucoup écrit pour le piano. Les Saudades do Brasil sont une œuvre extrêmement plaisante, tant à jouer qu'à écouter. Exemple presque scolaire de polytonalité, ces danses croustillent sous la dent et les dissonances résultant de superpositions audacieuses font penser à une cuisine tropicale comme on en trouve en Amérique du sud. A écouter de plus près, la subtilité des agrégats polytonaux est fort séduisante.
Dans le reste du CD, la contribution de Madeleine Milhaud, en plus de son talent propre, s'intègre à une musique elle aussi typique de son auteur et souligne la valeur humaine de l’œuvre de Darius Milhaud.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par Amazon clientèle sur 15 janvier 2009
Format: CD
Darius Milhaud (1892-1974) affirmait être né à Aix-en-Provence mais, selon d'autres sources, il serait en réalité né à Marseille. De 1909 à 1915, il est élève du Conservatoire de Paris, où il a comme professeurs Charles-Marie Widor (1844-1937), André Gédalge (1856-1926) et Paul Dukas (1865-1935), et fait à cette époque la rencontre du Paul Claudel en 1912. Atteint de rhumatismes, il est réformé de l'armée. Claudel, ministre plénipotentiaire à Rio de Janeiro, l'invite alors à devenir son secrétaire ; Milhaud accepte, et c'est à cette occasion qu'il découvre les musiques sud-américaines, pour lesquelles il s'enthousiasme et dont on retrouve des traces dans plusieurs de ses oeuvres. De retour à Paris, il s'associe au « Groupe des Six », groupe de compositeurs parrainé par Erik Satie (1866-1925) et qui comprend également Louis Durey (1888-1979), Arthur Honegger (1892-1955), Germaine Tailleferre (1892-1983), Francis Poulenc (1899-1963) et Georges Auric (1899-1983). Il a également fréquenté les poètes Léo Latil, Francis Jammes, et André Gide. Il voyage énormément, et découvre le jazz aux Etats-Unis en 1922. Il s'intéresse également au cinéma, pour lequel il écrit plusieurs musiques de film. Parce qu'il est juif, il part en 1940 pour les Etats-Unis, et ne reviendra en France qu'en 1947 ; il se verra alors offrir un poste de professeur de composition au Conservatoire de Paris. Il est mort à Genève mais, selon ses souhaits, il est enterré à Aix-en-Provence.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer