Acheter d'occasion
EUR 0,87
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Misère de la prospérité Poche – 4 février 2004

4 étoiles sur 5 4 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 0,48

Livre de poche, nouveautés poche Livre de poche, nouveautés poche


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Amazon.fr

Jamais, depuis la chute du mur de Berlin, le credo libéral n'avait eu autant d'adeptes. Qu'on s'en réjouisse, comme les idéologues libéraux, ou que l'on s'y résigne, comme beaucoup de dirigeants politiques, le libre marché est en voie d'atteindre une expansion planétaire et jouit déjà, dans les esprits, d'un monopole idéologique. Wall Street sera-t-il le dernier de nos temples ? Devons-nous accepter de nous laisser transformer en homo oeconomicus, abandonnant aux bons soins de la concurrence la tâche de réguler tous les secteurs de la société ?
C'est en citoyen et en honnête homme que Pascal Bruckner prend position contre la démission intellectuelle et morale que représente la religion du marché. À ceux qui affirment que le capitalisme est le système le plus avantageux, y compris pour les désavantagés, il répond : "Pourquoi l'enrichissement général devrait-il toujours se traduire par un surplus d'inégalités ?". Car il ne lui est pas difficile de montrer, après d'autres, que les prétendus progrès de la mondialisation s'apparentent bien plutôt au développement d'un néo-féodalisme où les plus pauvres, individus ou États, sont asservis comme jamais. Faut-il alors crier, avec Vivian Forrester, à L'Horreur économique ?
La singularité du propos de l'auteur est de ne pas vouloir faire chœur avec les sirènes anticapitalistes qui, à leur façon, concèdent trop à leur adversaire et participent à la sacralisation de l'économie. Savoir poser un regard cru et cynique sur les vertus et les vices du système libéral ; résister autant à la complaisance des louanges qu'à celle de l'imprécation ; critiquer le mal, sans espérer le guérir : difficile sagesse, ambiguë, dira-t-on. Mais que gagne-t-on à refuser le monde, si ce n'est à le laisser inchangé ?
Voir également du même auteur : L'Euphorie perpétuelle et La Tentation de l'innocence. --Emilio Balturi --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Présentation de l'éditeur

" Dans la débâcle des croyances et des idéologies, il en est une qui résiste : l'économie. Elle a cessé d'être une science aride, une froide activité de la raison pour devenir la dernière spiritualité du monde développé. C'est une religiosité austère, sans élans particuliers, mais qui déploie une ferveur proche du culte. De cette mythologie, les nouveaux mouvements contestataires sont partie prenante : s'ils soulignent à bon droit les injustices du marché, ils continuent d'en faire le moteur de l'Histoire et de lui imputer les moindres désordres de la planète. Une même croyance soude donc les " néo-libéraux " et leurs détracteurs. Ils se croient ennemis ; ils sont partenaires. Ce n'est pas du capitalisme qu'il faut sortir, mais d
l'économisme. De la glorification, par tous les camps, d'une discipline qui prétend régir la société entière, nous transformer en hamsters laborieux, réduits au simple rôle de producteurs, consommateurs ou actionnaires. Remettre les activités marchandes à leur place, retrouver la place de ce qui n'est pas marchand : il en va tout simplement du sens de nos vies. " P. B

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché Achat vérifié
Enthousiasmant! Enfin un regard original porté sur la protestation anti-mondialisation. Pascal Bruckner nous propose une réflexion nourrie de très nombreuses références (Baudrillard, Bourdieu...)
Remarque sur ce commentaire 9 sur 10 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Voilà un texte sur l'économie qui sort de l'ordinaire. D'excellents moments de lecture en perspectives. L'ouvrage m'est parvenu en excellent état.
Remarque sur ce commentaire 1 sur 1 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par PAQUET le 5 septembre 2002
Format: Broché
Très bonne approche sur le fonctionnement et la dérive de l'économie mondiale, sans prise de postionnement.
L'analyse s'appuie sur une bibliographie approfondie.
Remarque sur ce commentaire 6 sur 9 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Pascal Bruckner critique l'anti-mondialisation, ainsi que les penchants "turpides" de l'économie et notamment le consumérisme. Malheureusement, il ne s'agit la que de suite de constats peu originaux qui ne débouchent sur aucunes grandes propositions.
Remarque sur ce commentaire 4 sur 10 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus utiles sur Amazon.com (beta)

Amazon.com: HASH(0x98f7175c) étoiles sur 5 2 commentaires
HASH(0x98e7b72c) étoiles sur 5 Camarade, pense à autre chose� 13 juin 2005
Par essai21.com - Publié sur Amazon.com
Format: Broché
Pascal Bruckner attaque le débat sur la mondialisation de biais. Il établit sa position d'intellectuel nuancé, s'attachant à décrire les excès rhétoriques des radicaux de chaque camp. Cependant, les conservateurs de l'ordre économique établi sont moins écorchés que les contempteurs à tout crin du système qui, selon lui, démonisent le capitalisme et l'Amérique, n'arrivant qu'à produire un discours primaire et artificiel, dénué des ambitions d'un projet réformateur réel. Cette position est intéressante, parce qu'elle oblige à aller au-delà des stéréotypes et des slogans selon lesquels la révolte contre le "Système" est toujours méritoire, mais elle pose du même coup la question de l'action politique. Car, s'il est vrai que les partisans anti-mondialisation ont parfois un discours flou et par trop polysémique, ils descendent tout de même dans la rue et créent un nouveau symbolisme : ce combat contre une autorité sans visage, moins américaine finalement que transnationale, reste à notre sens important même s'il implique forcément une bonne part de partisanerie intellectuelle.
Bruckner touche davantage au cœur du problème lorsqu'il dénonce les méfaits de l'économisme, cette "élévation d'une discipline particulière au rang de science totale"(1) . Cette omniprésence du discours économique dans tous les argumentaires, de droite comme de gauche, représente peut-être le plus grand danger totalitaire, qui réduit la diversité de la vie humaine à une approche comptable de la réalité. Bruckner avance l'idée, très forte et très paradoxale, qu'"être anti-capitaliste, c'est d'abord cesser d'être obsédé par le capitalisme, c'est penser à autre chose"(2) . Sans prôner aucunement un désintérêt pour les solutions concrètes, il réaffirme la primauté du politique sur l'économique. Les utopies sont dangereuses, avance finalement Bruckner dans son essai, qu'elles soient d'allégeance économique, idéologique ou technique (Non, Internet ne sauvera pas l'Afrique !). Seul un scepticisme salutaire peut en arriver à préserver la dignité humaine face à la stérilité des ambitions ésotériques de l'économisme (langue parlée par tous les camps, sur tous les fronts).
Écrit dans une urgence manifeste de capter le présent, cet ouvrage a le mérite d'aborder la question du libéralisme dans une perspective philosophique assez large. De plus, le livre est ponctué d'encarts qui touchent en contrepoint à un aspect particulier de plusieurs des questions abordées. Malheureusement, il s'agit peut-être de la partie plus faible de l'essai, car ceux-ci relèvent souvent d'un traitement plus superficiel, qui recourt fréquemment à une rhétorique caricaturale que l'auteur dénonce par ailleurs. Malgré cela, malgré certains raccourcis parfois abrupts, ce livre reste essentiel dans l'analyse qu'il fait de la notion de Progrès en Occident. Bruckner affirme très justement que seule la conscience simultanée de notre double héritage de prospérité ET de misère humaine peut nous éviter de tomber dans le piège de la foi aveugle en l'avenir.
Pour un résumé complet, visitez essai21.com
HASH(0x991a2d50) étoiles sur 5 Camarade, pense à autre chose� 13 juin 2005
Par essai21.com - Publié sur Amazon.com
Format: Poche
Pascal Bruckner attaque le débat sur la mondialisation de biais. Il établit sa position d'intellectuel nuancé, s'attachant à décrire les excès rhétoriques des radicaux de chaque camp. Cependant, les conservateurs de l'ordre économique établi sont moins écorchés que les contempteurs à tout crin du système qui, selon lui, démonisent le capitalisme et l'Amérique, n'arrivant qu'à produire un discours primaire et artificiel, dénué des ambitions d'un projet réformateur réel. Cette position est intéressante, parce qu'elle oblige à aller au-delà des stéréotypes et des slogans selon lesquels la révolte contre le "Système" est toujours méritoire, mais elle pose du même coup la question de l'action politique. Car, s'il est vrai que les partisans anti-mondialisation ont parfois un discours flou et par trop polysémique, ils descendent tout de même dans la rue et créent un nouveau symbolisme : ce combat contre une autorité sans visage, moins américaine finalement que transnationale, reste à notre sens important même s'il implique forcément une bonne part de partisanerie intellectuelle.
Bruckner touche davantage au cœur du problème lorsqu'il dénonce les méfaits de l'économisme, cette "élévation d'une discipline particulière au rang de science totale"(1) . Cette omniprésence du discours économique dans tous les argumentaires, de droite comme de gauche, représente peut-être le plus grand danger totalitaire, qui réduit la diversité de la vie humaine à une approche comptable de la réalité. Bruckner avance l'idée, très forte et très paradoxale, qu'"être anti-capitaliste, c'est d'abord cesser d'être obsédé par le capitalisme, c'est penser à autre chose"(2) . Sans prôner aucunement un désintérêt pour les solutions concrètes, il réaffirme la primauté du politique sur l'économique. Les utopies sont dangereuses, avance finalement Bruckner dans son essai, qu'elles soient d'allégeance économique, idéologique ou technique (Non, Internet ne sauvera pas l'Afrique !). Seul un scepticisme salutaire peut en arriver à préserver la dignité humaine face à la stérilité des ambitions ésotériques de l'économisme (langue parlée par tous les camps, sur tous les fronts).
Écrit dans une urgence manifeste de capter le présent, cet ouvrage a le mérite d'aborder la question du libéralisme dans une perspective philosophique assez large. De plus, le livre est ponctué d'encarts qui touchent en contrepoint à un aspect particulier de plusieurs des questions abordées. Malheureusement, il s'agit peut-être de la partie plus faible de l'essai, car ceux-ci relèvent souvent d'un traitement plus superficiel, qui recourt fréquemment à une rhétorique caricaturale que l'auteur dénonce par ailleurs. Malgré cela, malgré certains raccourcis parfois abrupts, ce livre reste essentiel dans l'analyse qu'il fait de la notion de Progrès en Occident. Bruckner affirme très justement que seule la conscience simultanée de notre double héritage de prospérité ET de misère humaine peut nous éviter de tomber dans le piège de la foi aveugle en l'avenir.
Pour un résumé complet, visitez essai21.com
Ces commentaires ont-ils été utiles ? Dites-le-nous


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?