ARRAY(0xa56d6c6c)
 

Mogwai

 

Top albums (Voir les 46)


Voir les 46 albums de Mogwai

Mogwai : top des titres MP3

 
Tous les titres
1 - 10 titres sur 246 titres
Trier par
Titre Album Durée Prix
Écouter1. Heard About You Last NightRave Tapes 5:24EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter2. Hungry FaceLes Revenants Soundtrack 2:24EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter3. San PedroHardcore Will Never Die, But You Will 3:27EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter4. Letters To The MetroHardcore Will Never Die, But You Will 4:40EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter5. This Messiah Needs WatchingLes Revenants Soundtrack 4:37EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter6. I Chose HorsesMr. Beast 5:15EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter7. Auto RockMiami Vice tracks 4:20EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter8. RemurderedRave Tapes 6:25EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter9. Auto RockMr. Beast 4:20EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter10. Rano PanoRano Pano 5:16EUR 1,29  Acheter le titre 
1 - 10 titres sur 246 titres
« Précédent| Page: 12345...|Suivant »
Vendu par Amazon Media EU S.à r.l. En passant une commande, vous acceptez nos conditions d'utilisation.



Image de Mogwai
Fourni par l'artiste ou son représentant

Dernier Tweet

mogwaiband

Coachella today. We play at 10-05 at the Mojave stage.


Biographie

Le groupe Mogwai se forme en 1995 sous la houlette du guitariste Stuart Braithwaite. Afin de faire paraître leurs premiers singles, les membres du groupe créent alors leur propre label Rock Action (en référence à Scott Asheton, batteur des Stooges, qui se faisait appeler Rock ou Rock Action lors de l'ultime et désastreuse tournée du groupe). Ainsi, paraissent en 1996 « Tuner/Lower », « Angels vs Aliens » et « Summer », qui annoncent avec force le son Mogwai.

En 1997 ils font paraître Ten Rapid, une compilation de ces premiers singles qui leur permet de dépasser le cercle fermé des premiers ... Lire la suite

Le groupe Mogwai se forme en 1995 sous la houlette du guitariste Stuart Braithwaite. Afin de faire paraître leurs premiers singles, les membres du groupe créent alors leur propre label Rock Action (en référence à Scott Asheton, batteur des Stooges, qui se faisait appeler Rock ou Rock Action lors de l'ultime et désastreuse tournée du groupe). Ainsi, paraissent en 1996 « Tuner/Lower », « Angels vs Aliens » et « Summer », qui annoncent avec force le son Mogwai.

En 1997 ils font paraître Ten Rapid, une compilation de ces premiers singles qui leur permet de dépasser le cercle fermé des premiers fans et de se faire connaître. Le public découvre alors un groupe totalement innovant qui joue à la frontière entre bruit et mélodie, entre furie et symphonie. Le groupe s'exprime peu. Il propose sa vision de la musique avec une rare intransigeance esthétique. Pour les membres du groupe la musique doit être ressentie dans les tripes et faire appel aux sens.

Post rock

Lorsque paraît en 1997 un premier vrai album, Young Team (sur le label Chemikal Underground), l'effet de surprise est total et le groupe si novateur que l'on a du mal à le classifier. Il fait alors preuve d'une rare maturité. Guitares rugissantes, mais ambiances sophistiquées ; les guitares tourbillonnent et s'entrelacent pour une montée en puissance jusqu'aux limites du possible, avec larsens et distorsion maximale, puis retour au calme. Selon leurs propres termes ils créent une « musique sérieuse à guitares ». La presse va rapidement estampiller post-rock leur musique expérimentale à guitare, à l'image de Tortoise, Labradford ou Aerial M. Et, même s'ils se disent plus rock que la plupart des groupes, ils admettent sentir des affinités avec nombre de collectifs affiliés au mouvement.

Lentement le groupe va muter sans pour autant renier sa marque de fabrique. L'alternance de vacarme savamment orchestré et de plages d'accalmie va devenir plus subtile, moins évidente et radicale. En 1999, avec l'album Come On Die Young, le groupe échafaude des montées de tension lentes et progressives, des oppositions moins tranchées : « Il y a davantage de progression et de calme sur ce disque, certains morceaux comme « Ex-Cowboy », peuvent prendre de l'intensité, atteindre des pics sonores assez élevés, mais l'ascension se fait de manière beaucoup plus graduelle... On s'est concentré sur la texture de la musique, son épaisseur, sa densité, plutôt que sur sa linéarité ou ses accidents de parcours », déclare alors l'un des membres.

L'album fait clairement référence à Iggy Pop et aux origines punk du groupe. Si Mogwai ne sonne pas comme un groupe punk, il « ne fait pas de la musique pour étudiants des Beaux-Arts ». C'est aussi ce que rappelait alors Stuart Leslie Braithwaite : « Il y a dans ce que nous faisons un côté animal, spontané que nous n'abandonnerions pour rien au monde ».

En 2001 paraît Rock Action, un album étonnamment plus pop et moins violent comprenant même certains morceaux acoustiques justifiés par les membres du groupe par leur goût pour le country-blues de Skip James ou Robert Johnson. Mais l'album n'est pas au niveau du précédent et déçoit les fans.

Musique monstre

La sortie de Happy Songs for Happy People, en 2003, voit le groupe revenir aux guitares saturées poussées au larsen de leurs débuts. Et si cet album ne représente pas une nouveauté ou une avancée par rapport aux précédents disques, il démontre que Mogwai parfaitement son style. « Beaucoup de groupes jouent leurs chansons toujours de la même manière. Nous, nous essayons autant que possible de donner chaque fois des versions différentes de chaque morceau. Nous sommes assez bons musiciens pour que cela conserve un intérêt ... ». On note toutefois sur ce disque l'apparition de sonorités électroniques nouvelles.

Malgré ce nouveau disque, les années 2004-2005 sont celles des interrogations pour Mogwai et des doutes parmi les adeptes du groupe. On s'interroge alors sur leur capacité à vieillir, à « ne pas devenir qu'un « simple tribute band instrumental à The Cure ». La parution en 2005 de la rétrospective des Peel Sessions Government Commissions - BBC Sessions 1996-2003 rappele à ceux qui douteraient de la capacité du groupe à évoluer, que le parcours des Ecossais, intègres et fidèles à leur credo et à leur foi dans la musique, leur a permis de produire des prestations intenses et qu'ils maîtrisent mieux que personne l'exercice live.

Une bête douée

L'année 2006 est une année particulièrement féconde pour le groupe. Les mois de janvier et février 2006, entre deux tournées, le groupe s'attèle à un projet original puisqu'il s'agit de composer la bande originale du film des artistes visuels Douglas Gordon et Philippe Parreno sur Zinedine Zidane. Mais le film, intitulé Zidane, un portrait du XXIè siècle, reste confinée surtout aux cinémas d'art et essai et la musique, nappage d'electro, de claviers et de guitares, si elle fonctionne avec l'image, s'avère d'une appréhension difficile lorsqu'elle en est séparée.

Le groupe participe également à la bande-son du troisième film de Darren Aronofsky, The Fountain, au côté du Kronos Quartet et sous la direction du metteur en son attitré du réalisateur new-yorkais, Clint Mansell (ex-Pop Will Eat Itself). Enfin, la même année voit paraître Mr. Beast, un nouvel album sans surprise majeure. Le groupe y conserve ses compositions caractéristiques avec toutefois un son plus brut que celui figurant sur les précédents disques du groupe.

Mogwai apparaît en 2007 sur la compilation hommage aux Pixies Dig for Fire avec le titre « Gouge Away » (initialement présent sur l'album Doolittle).  L'année 2008 marque le retour du groupe en première ligne, avec la sortie de « Kicking a Dead Pig », une compilation des principaux titres du groupe, remixés par leurs amis d'Arab Strap, mais aussi notamment par My Bloody Valentine ou le Français Kid Loco.

En septembre 2008 paraît l'album The Hawk is Howling (précédé d'un EP de trois titres comprenant une collaboration avec Roky Erickson, ancien membre de 13th Floor Elevators). Il est suivi en février 2011 de Hardcore Will Never Die, But You Will, assemblage de compositions élaborées via internet. Mogwai redéfinit son mode de création et sait encore surprendre. Huit titres de Hardcore Will Never Die, But You Will sont remixés pour aboutir en novembre 2012 à l'album A Wrenched Virile Lore à l'intérêt modéré. En 2013, le quintette écossais sert une magnifique trame sonore pour la série télévisée française Les Revenants, diffusée sur Canal+. Après une tournée où le groupe joue pour la première fois des extraits de la bande originale Zidane: A 21st Century Portrait, l'album Rave Tapes sorti en janvier 2014 et précédé de l'extrait « Remurdered » et de la vidéo pour «The Lord Is Out of Control », poursuit l'exploration d'un rock électronique, parfois planant. Copyright 2014 Music Story Christophe Deniau

Le groupe Mogwai se forme en 1995 sous la houlette du guitariste Stuart Braithwaite. Afin de faire paraître leurs premiers singles, les membres du groupe créent alors leur propre label Rock Action (en référence à Scott Asheton, batteur des Stooges, qui se faisait appeler Rock ou Rock Action lors de l'ultime et désastreuse tournée du groupe). Ainsi, paraissent en 1996 « Tuner/Lower », « Angels vs Aliens » et « Summer », qui annoncent avec force le son Mogwai.

En 1997 ils font paraître Ten Rapid, une compilation de ces premiers singles qui leur permet de dépasser le cercle fermé des premiers fans et de se faire connaître. Le public découvre alors un groupe totalement innovant qui joue à la frontière entre bruit et mélodie, entre furie et symphonie. Le groupe s'exprime peu. Il propose sa vision de la musique avec une rare intransigeance esthétique. Pour les membres du groupe la musique doit être ressentie dans les tripes et faire appel aux sens.

Post rock

Lorsque paraît en 1997 un premier vrai album, Young Team (sur le label Chemikal Underground), l'effet de surprise est total et le groupe si novateur que l'on a du mal à le classifier. Il fait alors preuve d'une rare maturité. Guitares rugissantes, mais ambiances sophistiquées ; les guitares tourbillonnent et s'entrelacent pour une montée en puissance jusqu'aux limites du possible, avec larsens et distorsion maximale, puis retour au calme. Selon leurs propres termes ils créent une « musique sérieuse à guitares ». La presse va rapidement estampiller post-rock leur musique expérimentale à guitare, à l'image de Tortoise, Labradford ou Aerial M. Et, même s'ils se disent plus rock que la plupart des groupes, ils admettent sentir des affinités avec nombre de collectifs affiliés au mouvement.

Lentement le groupe va muter sans pour autant renier sa marque de fabrique. L'alternance de vacarme savamment orchestré et de plages d'accalmie va devenir plus subtile, moins évidente et radicale. En 1999, avec l'album Come On Die Young, le groupe échafaude des montées de tension lentes et progressives, des oppositions moins tranchées : « Il y a davantage de progression et de calme sur ce disque, certains morceaux comme « Ex-Cowboy », peuvent prendre de l'intensité, atteindre des pics sonores assez élevés, mais l'ascension se fait de manière beaucoup plus graduelle... On s'est concentré sur la texture de la musique, son épaisseur, sa densité, plutôt que sur sa linéarité ou ses accidents de parcours », déclare alors l'un des membres.

L'album fait clairement référence à Iggy Pop et aux origines punk du groupe. Si Mogwai ne sonne pas comme un groupe punk, il « ne fait pas de la musique pour étudiants des Beaux-Arts ». C'est aussi ce que rappelait alors Stuart Leslie Braithwaite : « Il y a dans ce que nous faisons un côté animal, spontané que nous n'abandonnerions pour rien au monde ».

En 2001 paraît Rock Action, un album étonnamment plus pop et moins violent comprenant même certains morceaux acoustiques justifiés par les membres du groupe par leur goût pour le country-blues de Skip James ou Robert Johnson. Mais l'album n'est pas au niveau du précédent et déçoit les fans.

Musique monstre

La sortie de Happy Songs for Happy People, en 2003, voit le groupe revenir aux guitares saturées poussées au larsen de leurs débuts. Et si cet album ne représente pas une nouveauté ou une avancée par rapport aux précédents disques, il démontre que Mogwai parfaitement son style. « Beaucoup de groupes jouent leurs chansons toujours de la même manière. Nous, nous essayons autant que possible de donner chaque fois des versions différentes de chaque morceau. Nous sommes assez bons musiciens pour que cela conserve un intérêt ... ». On note toutefois sur ce disque l'apparition de sonorités électroniques nouvelles.

Malgré ce nouveau disque, les années 2004-2005 sont celles des interrogations pour Mogwai et des doutes parmi les adeptes du groupe. On s'interroge alors sur leur capacité à vieillir, à « ne pas devenir qu'un « simple tribute band instrumental à The Cure ». La parution en 2005 de la rétrospective des Peel Sessions Government Commissions - BBC Sessions 1996-2003 rappele à ceux qui douteraient de la capacité du groupe à évoluer, que le parcours des Ecossais, intègres et fidèles à leur credo et à leur foi dans la musique, leur a permis de produire des prestations intenses et qu'ils maîtrisent mieux que personne l'exercice live.

Une bête douée

L'année 2006 est une année particulièrement féconde pour le groupe. Les mois de janvier et février 2006, entre deux tournées, le groupe s'attèle à un projet original puisqu'il s'agit de composer la bande originale du film des artistes visuels Douglas Gordon et Philippe Parreno sur Zinedine Zidane. Mais le film, intitulé Zidane, un portrait du XXIè siècle, reste confinée surtout aux cinémas d'art et essai et la musique, nappage d'electro, de claviers et de guitares, si elle fonctionne avec l'image, s'avère d'une appréhension difficile lorsqu'elle en est séparée.

Le groupe participe également à la bande-son du troisième film de Darren Aronofsky, The Fountain, au côté du Kronos Quartet et sous la direction du metteur en son attitré du réalisateur new-yorkais, Clint Mansell (ex-Pop Will Eat Itself). Enfin, la même année voit paraître Mr. Beast, un nouvel album sans surprise majeure. Le groupe y conserve ses compositions caractéristiques avec toutefois un son plus brut que celui figurant sur les précédents disques du groupe.

Mogwai apparaît en 2007 sur la compilation hommage aux Pixies Dig for Fire avec le titre « Gouge Away » (initialement présent sur l'album Doolittle).  L'année 2008 marque le retour du groupe en première ligne, avec la sortie de « Kicking a Dead Pig », une compilation des principaux titres du groupe, remixés par leurs amis d'Arab Strap, mais aussi notamment par My Bloody Valentine ou le Français Kid Loco.

En septembre 2008 paraît l'album The Hawk is Howling (précédé d'un EP de trois titres comprenant une collaboration avec Roky Erickson, ancien membre de 13th Floor Elevators). Il est suivi en février 2011 de Hardcore Will Never Die, But You Will, assemblage de compositions élaborées via internet. Mogwai redéfinit son mode de création et sait encore surprendre. Huit titres de Hardcore Will Never Die, But You Will sont remixés pour aboutir en novembre 2012 à l'album A Wrenched Virile Lore à l'intérêt modéré. En 2013, le quintette écossais sert une magnifique trame sonore pour la série télévisée française Les Revenants, diffusée sur Canal+. Après une tournée où le groupe joue pour la première fois des extraits de la bande originale Zidane: A 21st Century Portrait, l'album Rave Tapes sorti en janvier 2014 et précédé de l'extrait « Remurdered » et de la vidéo pour «The Lord Is Out of Control », poursuit l'exploration d'un rock électronique, parfois planant. Copyright 2014 Music Story Christophe Deniau

Le groupe Mogwai se forme en 1995 sous la houlette du guitariste Stuart Braithwaite. Afin de faire paraître leurs premiers singles, les membres du groupe créent alors leur propre label Rock Action (en référence à Scott Asheton, batteur des Stooges, qui se faisait appeler Rock ou Rock Action lors de l'ultime et désastreuse tournée du groupe). Ainsi, paraissent en 1996 « Tuner/Lower », « Angels vs Aliens » et « Summer », qui annoncent avec force le son Mogwai.

En 1997 ils font paraître Ten Rapid, une compilation de ces premiers singles qui leur permet de dépasser le cercle fermé des premiers fans et de se faire connaître. Le public découvre alors un groupe totalement innovant qui joue à la frontière entre bruit et mélodie, entre furie et symphonie. Le groupe s'exprime peu. Il propose sa vision de la musique avec une rare intransigeance esthétique. Pour les membres du groupe la musique doit être ressentie dans les tripes et faire appel aux sens.

Post rock

Lorsque paraît en 1997 un premier vrai album, Young Team (sur le label Chemikal Underground), l'effet de surprise est total et le groupe si novateur que l'on a du mal à le classifier. Il fait alors preuve d'une rare maturité. Guitares rugissantes, mais ambiances sophistiquées ; les guitares tourbillonnent et s'entrelacent pour une montée en puissance jusqu'aux limites du possible, avec larsens et distorsion maximale, puis retour au calme. Selon leurs propres termes ils créent une « musique sérieuse à guitares ». La presse va rapidement estampiller post-rock leur musique expérimentale à guitare, à l'image de Tortoise, Labradford ou Aerial M. Et, même s'ils se disent plus rock que la plupart des groupes, ils admettent sentir des affinités avec nombre de collectifs affiliés au mouvement.

Lentement le groupe va muter sans pour autant renier sa marque de fabrique. L'alternance de vacarme savamment orchestré et de plages d'accalmie va devenir plus subtile, moins évidente et radicale. En 1999, avec l'album Come On Die Young, le groupe échafaude des montées de tension lentes et progressives, des oppositions moins tranchées : « Il y a davantage de progression et de calme sur ce disque, certains morceaux comme « Ex-Cowboy », peuvent prendre de l'intensité, atteindre des pics sonores assez élevés, mais l'ascension se fait de manière beaucoup plus graduelle... On s'est concentré sur la texture de la musique, son épaisseur, sa densité, plutôt que sur sa linéarité ou ses accidents de parcours », déclare alors l'un des membres.

L'album fait clairement référence à Iggy Pop et aux origines punk du groupe. Si Mogwai ne sonne pas comme un groupe punk, il « ne fait pas de la musique pour étudiants des Beaux-Arts ». C'est aussi ce que rappelait alors Stuart Leslie Braithwaite : « Il y a dans ce que nous faisons un côté animal, spontané que nous n'abandonnerions pour rien au monde ».

En 2001 paraît Rock Action, un album étonnamment plus pop et moins violent comprenant même certains morceaux acoustiques justifiés par les membres du groupe par leur goût pour le country-blues de Skip James ou Robert Johnson. Mais l'album n'est pas au niveau du précédent et déçoit les fans.

Musique monstre

La sortie de Happy Songs for Happy People, en 2003, voit le groupe revenir aux guitares saturées poussées au larsen de leurs débuts. Et si cet album ne représente pas une nouveauté ou une avancée par rapport aux précédents disques, il démontre que Mogwai parfaitement son style. « Beaucoup de groupes jouent leurs chansons toujours de la même manière. Nous, nous essayons autant que possible de donner chaque fois des versions différentes de chaque morceau. Nous sommes assez bons musiciens pour que cela conserve un intérêt ... ». On note toutefois sur ce disque l'apparition de sonorités électroniques nouvelles.

Malgré ce nouveau disque, les années 2004-2005 sont celles des interrogations pour Mogwai et des doutes parmi les adeptes du groupe. On s'interroge alors sur leur capacité à vieillir, à « ne pas devenir qu'un « simple tribute band instrumental à The Cure ». La parution en 2005 de la rétrospective des Peel Sessions Government Commissions - BBC Sessions 1996-2003 rappele à ceux qui douteraient de la capacité du groupe à évoluer, que le parcours des Ecossais, intègres et fidèles à leur credo et à leur foi dans la musique, leur a permis de produire des prestations intenses et qu'ils maîtrisent mieux que personne l'exercice live.

Une bête douée

L'année 2006 est une année particulièrement féconde pour le groupe. Les mois de janvier et février 2006, entre deux tournées, le groupe s'attèle à un projet original puisqu'il s'agit de composer la bande originale du film des artistes visuels Douglas Gordon et Philippe Parreno sur Zinedine Zidane. Mais le film, intitulé Zidane, un portrait du XXIè siècle, reste confinée surtout aux cinémas d'art et essai et la musique, nappage d'electro, de claviers et de guitares, si elle fonctionne avec l'image, s'avère d'une appréhension difficile lorsqu'elle en est séparée.

Le groupe participe également à la bande-son du troisième film de Darren Aronofsky, The Fountain, au côté du Kronos Quartet et sous la direction du metteur en son attitré du réalisateur new-yorkais, Clint Mansell (ex-Pop Will Eat Itself). Enfin, la même année voit paraître Mr. Beast, un nouvel album sans surprise majeure. Le groupe y conserve ses compositions caractéristiques avec toutefois un son plus brut que celui figurant sur les précédents disques du groupe.

Mogwai apparaît en 2007 sur la compilation hommage aux Pixies Dig for Fire avec le titre « Gouge Away » (initialement présent sur l'album Doolittle).  L'année 2008 marque le retour du groupe en première ligne, avec la sortie de « Kicking a Dead Pig », une compilation des principaux titres du groupe, remixés par leurs amis d'Arab Strap, mais aussi notamment par My Bloody Valentine ou le Français Kid Loco.

En septembre 2008 paraît l'album The Hawk is Howling (précédé d'un EP de trois titres comprenant une collaboration avec Roky Erickson, ancien membre de 13th Floor Elevators). Il est suivi en février 2011 de Hardcore Will Never Die, But You Will, assemblage de compositions élaborées via internet. Mogwai redéfinit son mode de création et sait encore surprendre. Huit titres de Hardcore Will Never Die, But You Will sont remixés pour aboutir en novembre 2012 à l'album A Wrenched Virile Lore à l'intérêt modéré. En 2013, le quintette écossais sert une magnifique trame sonore pour la série télévisée française Les Revenants, diffusée sur Canal+. Après une tournée où le groupe joue pour la première fois des extraits de la bande originale Zidane: A 21st Century Portrait, l'album Rave Tapes sorti en janvier 2014 et précédé de l'extrait « Remurdered » et de la vidéo pour «The Lord Is Out of Control », poursuit l'exploration d'un rock électronique, parfois planant. Copyright 2014 Music Story Christophe Deniau


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page