Mort à crédit et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Mort à créd... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Amazon rachète votre
article EUR 3,00 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Mort à crédit Poche – 24 septembre 1985


Voir les 12 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 43,00
Relié
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 10,20
EUR 9,49 EUR 5,99
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 14,82

Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing

EUR 10,20 Livraison à EUR 0,01. En stock. Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Mort à crédit + D'un château l'autre + Nord
Prix pour les trois: EUR 28,20

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Amazon.fr

Deuxième grand roman de Louis-Ferdinand Céline, Mort à crédit, publié en 1936, raconte l'enfance du Bardamu de Voyage au bout de la nuit, paru quatre ans auparavant. Après un prologue situant son présent, médecin dans les années trente, le héros narrateur, Ferdinand, se rappelle ses jeunes années, dans un milieu petit bourgeois, vers 1900. Il est fils unique, élevé dans un passage parisien entre une grand-mère éducatrice fine et intuitive, une mère sacrificielle propriétaire d'un petit magasin de dentelles et objets de curiosité et un père violent et acariâtre, employé dans une compagnie d'assurances. Il grandit maladroitement, sans cesse victime des reproches amers de ses parents, multiplie les apprentissages et les échecs sentimentaux et professionnels, séjourne dans un collège anglais avant de voir son destin basculer avec la rencontre d'un inventeur loufoque, Léonard de Vinci de la fumisterie scientifique, pour vivre des aventures toujours tragi-comiques...

Texte des origines, marqué par le sceau de l'image maternelle, Mort à crédit est un parcours initiatique, tout en violence et en émotion, où les souvenirs s'accompagnent des misères et des révoltes de l'enfance. C'est aussi une formidable évocation de Paris au tournant du siècle, drôle et riche de cocasseries irrésistibles, dans un style propre à Céline, fait d'exclamation, cassant la syntaxe traditionnelle, transposant le parler populaire dru et vert dans le langage écrit. --Céline Darner

Quatrième de couverture

Un roman foisonnant où Céline raconte son enfance et sa jeunesse : «C'est sur ce quai-là, au 18, que mes bons parents firent de bien tristes affaires pendant l'hiver 92, ça nous remet loin.C'était un magasin de "Modes, fleurs et plumes". Y avait en tout comme modèles que trois chapeaux, dans une seule vitrine, on me l'a souvent raconté. La Seine a gelé cette année-là. Je suis né en mai. C'est moi le printemps.»


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 3,00
Vendez Mort à crédit contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 3,00, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 622 pages
  • Editeur : Gallimard; Édition : Gallimard (24 septembre 1985)
  • Collection : Folio
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070376923
  • ISBN-13: 978-2070376926
  • Dimensions du produit: 17,5 x 10,7 x 3,3 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (32 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 26.171 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Médecin et écrivain français, Louis-Ferdinand Céline (1894-1961) a fait scandale par ses pamphlets antisémites et son attitude pro-allemande pendant l'Occupation, ce qui lui valut, à la Libération, d'être emprisonné au Danemark où il se trouvait alors. Il est aujourd'hui considéré comme l'auteur d'une des œuvres les plus importantes du XXe siècle.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

35 internautes sur 36 ont trouvé ce commentaire utile  Par IceKhube le 9 mai 2009
Format: Poche
L'action de Mort à crédit se situe chronologiquement avant les événements narrés dans le Voyage. On y retrouve notre ami Ferdinand Bardamu enfant puis adolescent, ses soucis scolaires, professionnels, son univers oppressant du Passage Choiseul, la pauvreté familiale. Nous le quittons sur le point de s'engager : la boucle est bouclée.

Au fur et à mesure que se déroule son œuvre, Céline va de plus en plus loin dans son attitude de fossoyeur des normes littéraires, à l'image de l'auteur qui s'enfonce chaque année un peu plus dans la déchéance. S'il raconte des événements antérieurs au Voyage, il constitue une étape supplémentaire dans cette longue descente aux enfers, de cet enlisement de plus en plus prononcé qui caractérise si bien la vie et l'œuvre de Louis-Ferdinand Céline.

Le style Céline commence véritablement maintenant. Ainsi ne soyez pas surpris que le roman soit un tantinet plus difficile d'accès que le Voyage. Un livre pour tous ceux qui ont aimé le Voyage, qu'il faut tout de même avoir lu et aimé avant de songer à s'attaquer à Mort à crédit.

C'est dans son ordre de parution qu'il faut lire l'œuvre de Céline; ne commencez pas par celui-là, vous risqueriez d'être déçu. Vous ne le serez pas si vous avez aimé le Voyage, Mort n'en est qu'à la fois le prologue dramatique et la suite stylistique logique.

Et puis la couverture est comme d'habitude superbe, n'est-ce pas?
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par Mixed up as a milkshake le 4 juin 2012
Format: Poche
Dans la lignée de "Voyage au bout de la nuit", mais où les horizons sont moins vastes, où la misère, la crasse, les saloperies, le langage, même, sont encore plus crus. Une sorte de crudité bien concentrée, bien épaisse. Comme pour le Voyage, "Mort à crédit", c'est la vérité de l'existence la plus basse, ce sont les hommes et les femmes dans leurs aspects les plus rebutants tout en parvenant à provoquer de la sympathie. On se dit parfois : "Les pauvres bougres, ils sont vraiment pas gâtés par l''existence quand même..." On y croise des personnages hauts en couleur, on se trouve dans des situations impossibles, paroxystiques, comiques à souhait, et en même temps tellement tristes, quand elles ne sont pas profondément sordides.
Pas de salades avec Céline, pas de happy end, pas de mensonges. Ça rigolait pas au début du 20e siècle pour les classes moyennes. La vie, c'était la mort à petit feu, la mort à crédit, par petits bouts. Toujours à repousser l'échéance, toujours l'endettement, les inquiétudes liées au travail, aux sous, l'épuisement... Lire du Céline c'est comme faire un marathon, une fois qu'on est lancé, si on veut aller jusqu'au bout, il faut être endurant, et être capable de s'enfoncer en soi-même, dans un endroit sûr, pour ne pas décrocher, parce que vraiment, ça fuse à toutes les pages, on en prend plein les yeux ! ça n'arrête pas, ça grouille de partout !
Lire la suite ›
2 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par A. CHIASSON le 19 mai 2011
Format: Poche
Ce roman, en autant que vous en faites l'expérience dans le calme et la paix intérieure, est d'une richesse inégalé... Qu'on pense à Proust et à quelques autres, le nom de Céline donne à votre pays son auteur du XXème... Mort à crédit m'a totalement ébloui.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par Lilian le 5 juillet 2012
Format: Poche
Ce second roman de Louis-Ferdinand prend aux tripes. L'argotique fait une nouvelle fois son effet. C'est le désespoir qui est mis en mots. C'est l'abondance de rien, la malchance en tout, le sceau du destin qui vous frappe. J'ai été touché en plein coeur par le style "Célinien". S'il diffère du Voyage au bout de la nuit par son caractère plus encore personnel et pénétrant, Mort à crédit est tout à fait fascinant et l'égal du Voyage. Ferdinand (qui n'est autre que Bardamu enfant) est accablé de tous les maux par des parents dépassés et éreintés, victime d'un univers insalubre et grouillant. Ce gamin de la ville va passer par de nombreuses péripéties, des boulots de misère parisiens (quand on en trouve !) à l'internat anglais, d'homme de main d'un savant(-fou ?) fantasque à la campagne froide du Beauvaisis. Une constante : le sort s'acharne. Gamin perturbé, enfant perdu ? Dure époque, c'est certain.
Un roman qui vaut la peine d'être lu. Je regrette seulement qu'il se termine si sèchement.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
27 internautes sur 29 ont trouvé ce commentaire utile  Par Bubo le 22 octobre 2010
Format: Poche
Le monde a comporté suffisamment de grands écrivains (Flaubert, Cortazar, Biely, Nabokov, Burroughs, Joyce, Cervantès,...)pour égayer notre imaginaire. Mais est arrivé cet aérolithe nommé Céline qui en 2 monstrueux livres (le voyage et Mort à crédit)a ébranlé notre certitude dans les écrivains qu'on vénérait. Ou l'histoire d'un géant marchant sur des liliputiens. De tous ses livres, Mort à Crédit est le plus grand à mon sens. Sans doute car il transpose et pousse les situations les plus cocasses et dramatiques à leur paroxysme. De tout ça, il en ressort un livre inouï, grouillant de vie, de rire, de désespoir. Mais ce qui est le plus inouï encore, c'est que l'on décide de ne pas célébrer le cinquantenaire de la disparition du plus grand écrivain de tous les temps. Certes, l'homme n'était pas forcément recommandable mais il faut savoir faire la part des choses. Et à mon sens, de toute façon, Céline avait tout dit dans ses 2 premiers livres et le reste de son oeuvre est très loin d'être à la hauteur de ces derniers.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?