Motörhead

Les clients ont également acheté des articles de

Metallica
Black Sabbath
Mastodon
Judas Priest
Megadeth
Sepultura
Led Zeppelin
Iced Earth

Top albums (Voir les 246)


Voir les 246 albums de Motörhead

Motörhead : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 1051
Titre Artiste Album  
30
Motörhead
30
Motorhead
30
Motorhead
30
Motorhead
30
Motorhead
30
Motorhead
30
Motorhead
30
Motorhead
30
Motorhead
30
Motorhead

Image de Motörhead
Fourni par l'artiste ou son représentant

Dernier Tweet

myMotorhead

Motörgranny and Motörhead For Life!!!! http://t.co/4zXU88PYLs


Biographie

Être roadie relève davantage du sacerdoce que de la simple activité professionnelle. Ian Fraiser Kilmister, fils de pasteur anglican bon teint le découvre très jeune, lui le fan absolu des Beatles qui, cependant, pense qu'il « manque » quelque chose aux sonorités des quatre Scarabées dans le vent pour être parfaitement en accord avec l'esprit du rock'n'roll.

Bassiste dans une infinité de groupes sans lendemain (The Saphires, The DeeJays, The Rainmakers...), Ian, qui se fait déjà surnommer « Lemmy » (un sobriquet qui lui vient de l'expression « lemme a fiver » - soit « file-moi un bifton » - ... Lire la suite

Être roadie relève davantage du sacerdoce que de la simple activité professionnelle. Ian Fraiser Kilmister, fils de pasteur anglican bon teint le découvre très jeune, lui le fan absolu des Beatles qui, cependant, pense qu'il « manque » quelque chose aux sonorités des quatre Scarabées dans le vent pour être parfaitement en accord avec l'esprit du rock'n'roll.

Bassiste dans une infinité de groupes sans lendemain (The Saphires, The DeeJays, The Rainmakers...), Ian, qui se fait déjà surnommer « Lemmy » (un sobriquet qui lui vient de l'expression « lemme a fiver » - soit « file-moi un bifton » - qu'il utilisait alors qu'il était dans la dèche), gagne ses premiers salaires en devenant le roadie d'artistes comme Jimi Hendrix entre deux répétitions dans les caves aux côtés de The Rockin' Vicards, groupe dont il devient guitariste en 1965, jusqu'à sa dissolution en 1967.

En 1972, il intègre Hawkwind, groupe de rock psychédélique très marqué par la science-fiction, qui adapte dans ses textes l'univers de l'écrivain britannique Michael Moorcock (lequel vient d'ailleurs régulièrement les accompagner sur scène pour les besoins de « Black Blade », un morceau tiré de sa propre saga Elric le Nécromancien). Mais Lemmy a pris quelques sales habitudes et notamment celle de consommer du LSD et des amphétamines en dose industrielle, ce qui l'amène bientôt au clash avec les autres membres de Hawkwind qu'il quitte en 1975... emportant avec lui une partie de leur matériel de scène au passage, capital de départ lui permettant de monter sa propre formation en compagnie de Larry Wallis à la guitare et de Lucas Fox à la batterie : Motörhead est né après un accouchement dans la douleur.

Unglorious bastards

À l'instar de nombreux groupes de heavy metal, Motörhead connaît quelques années de rude galère à ses débuts et le groupe vole de concerts devant des salles aux trois quarts vides en bastons avec des spectateurs trop alcoolisés... lorsque ce ne sont carrément pas les membres de Motörhead qui sont eux-mêmes trop défoncés pour jouer correctement. Les débuts de la formation sont placés les auspices du célèbre triptyque « sex, drug and rock'n'roll » et Motörhead n'enregistre qu'un seul disque en 1975, lequel met quatre ans avant de sortir.

Cependant, l'attitude de bad boy de Lemmy et de sa bande (en évolution constante : Phil « Philthy Animal » Taylor venant remplacer Lucas Fox et « Fast Eddie » Clarke étant recruté comme second guitariste) leur valent d'être qualifiés de « plus mauvais groupe de l'année 1977 » par un magazine spécialisé, ce qui, ironiquement, contribue énormément à susciter l'intérêt du public. Un peu à la manière d'un Ed Wood dont le cinéma ne fut popularisé qu'après avoir été traité de « plus mauvais réalisateur du monde » par la critique, Motörhead décolle grâce à cette popularité ironique, même si Wallis quitte l'aventure au passage, faisant du quatuor un nouveau trio.

Motörhead, enregistré en 1977, est leur premier album. S'il reste très limité artistiquement (du « gros son » sur lequel Lemmy pose sa voix éraillée, puissante et rogomme), le style Motörhead est déjà posé et quelques titres issus de l'album (« Leaving Kids », « Motörhead », « The Train Kept A-Rollin' ») s'écoulent correctement auprès des fans de hard rock. Moins orienté « fantasy » que beaucoup de groupes de l'époque, Motörhead, plus brut et plus sauvage, tant dans son apparence que dans ses compositions, se rapproche davantage du style punk et touche également cette audience, globalement hostile au hard rock en temps normal (trop de glam, trop de poudre aux yeux).

C'est ensuite Overkill qui paraît en 1979 et permet au groupe de se faire une place sous le soleil du hard rock, car l'album est un tel succès qu'il permet à la maison de disques du groupe de sortir les tout premiers enregistrements de Motörhead dans la foulée sous le titre de On Parole. Bomber, en 1980 place Motörhead au pinacle des plus gros vendeurs de disques dans la catégorie hard rock et Lemmy y affine sa technique qui consiste à jouer de la basse comme s'il s'agissait d'une guitare donnant au final un son très « lourd » aux morceaux de Motörhead, groupe par ailleurs connu pour le volume assourdissant de ses performances live.

Ace of Spades, puis l'immense classique metal, le live No Sleep 'Til Hammersmith mettent la bande à Kilmister au même plan de notoriété que Black Sabbath ou Iron Maiden et le groupe devient une référence incontournable du genre. Cependant, l'entente entre les membres est bancale car Lemmy, particulièrement lorsqu'il est sous l'emprise de la drogue ou la boisson, s'avère difficile à vivre et peut même se montrer violent envers ses partenaires. « Fast Eddie » Clarke claque la porte très rapidement et Brian « Robbo » Robertson lui succède à la guitare.

La drogue commence d'ailleurs à représenter un réel problème pour Lemmy Kilmister, qui gobe des amphétamines comme d'autres se gavent de sucreries et arrive de plus en plus régulièrement ivre mort sur scène. Un vice dans lequel il est suivi par Robertson, guitariste intuitif et doué mais dont la mémoire souffre parfois des abus de drogues. À plusieurs reprises, sur scène, ce dernier confond les morceaux qu'il est censé jouer ou décide subitement d'improviser un solo sans rien demander à personne, provoquant de beaux chaos harmoniques avec les autres membres du groupe. En dépit d'un Another Perfect Day plus léché que les précédents opus de Motörhead, mais qui ne plaît guère aux fans (car jugé trop « glam rock » sous l'influence de « Robbo » Robertson est congédié du groupe en 1984, un coup de bouteille de bière vide sur la tête ayant - selon la légende - fait office de lettre de licenciement.

The Lemmy Show

En remplacement de Brian Robertson, Motörhead s'adjoint les services de deux autres guitaristes, Phil « Wizzo-Zoom » Campbell et Mick « Würzel » Burston et redevient de fait un quatuor, rompant avec les habitudes du passé. Mais si Lemmy se tient exceptionnellement tranquille face aux nouveaux arrivants, c'est Taylor, cette fois, qui ne supporte pas les deux guitaristes. Plusieurs séances d'enregistrement tournent au pugilat et le batteur décide de quitter le groupe à son tour pour être remplacé par Peter Gill.

Mais le groupe, et Lemmy et premier lieu, cherche à évoluer et à sortir du carcan « gros son qui tache et qui ne se rattrape pas à la machine ». 1916, qui sort en 1991 voit Motörhead associer les synthétiseurs à ses rythmiques traditionnelles et le groupe se lancer dans la mode du slow lénifiant, ce qui ne plaît guère à son public en dépit de quelques titres bien plus intéressants comme « R.A.M.O.N.E.S. », plus orientés « punk » que le reste de l'album. Cet album marque le début d'une époque plus ramollo pour Motörhead, cédant à la mode des morceaux harmoniques et des slows, comme une grande partie des groupes de metal de l'époque (Metallica ou les Guns N' Roses, en particulier), au grand dam des fans. « Philthy Animal » Taylor quitte le groupe en 1992 et Michael Kiriakos Delaoglou (dit « Mikkey Dee ») lui succède à la batterie.

Speed Metal

En 1993, Bastards corrige le tir et abandonne définitivement la tentation « glam rock ». Revenu à un metal des plus... heavy, le groupe renoue avec les gigantesques tournées drainant un public toujours fidèle où se mêlent jeunes pogoteurs et headbangers et vieux de la vieille, qui suivent Motörhead depuis ses débuts. De toute façon, l'imagerie lourdaude du hard-rock imprègne bien trop le groupe pour qu'un éventuel changement soit désormais possible, à moins de se trahir totalement.

Mick Burston quitte lui aussi Motörhead en 1995 et la formation redevient un trio car Lemmy Kilmister ne souhaite pas remplacer le partant. Overnight Sensation, l'année suivante, renoue avec le style des débuts, bien que les textes soient de plus en plus ciselés, teintés d'humour vachard et de références complexes. Pendant que les fans s'étripent et que les magazines - souvent éphémères - spécialisés dans divers (sous-)genres musicaux se multiplient, Motörhead ne s'en sort pas trop mal, gardant l'image d'un groupe resté intègre. Ce que confirme coup sur coup Eveything Louder Than Everyone Else (1999), puis We Are Motörhead (2000).

Une série de compilations sort également dans les premières années du nouveau millénaire, alors que Lemmy est suivi médicalement pour tous ses excès de jeunesse (alcool, amphétamines, héroïne...) et s'avère moins présent sur scène et en studio. Il faut attendre 2002 pour que Hammerhead ne vienne prouver que « l'ancien » est encore en forme et prêt à reprendre le chemin des salles de concert. Inferno, en 2004 vient confirmer la bonne santé de Motörhead, même si Lemmy est contraint par l'âge et son état de santé de lever le pied sur les substances prohibées et les liquides à bulles qui moussent. Cette même année, il participe au projet (hommage au) metal de Dave Grohl, Probot, posant sa voix sur le motörheadien « Shake Your Blood ».

Kiss Of Death, en 2006 est le point de départ d'une nouvelle tournée triomphale, prélude à la sortie de plusieurs compilations et autres lives, ressortis fort opportunément des placards. Fin août 2008, paraît Motörizer, vingtième album studio du groupe. Lemmy Kilmister et Motörhead apparaissent au fil des années comme de véritables icônes d'un rock métallique supposé pur. Allant jusqu'à verser dans une sorte d'auto-mystique, Motörhead rêve de conquête planétaire avec The World Is Yours en 2010. Le monde du rock leur appartient bel et bien. 

The World Is Ours - Vol, 1 sous titré Everything Further than Everyplace Else rend compte en 2011 de la précédente tournée triomphale de l'increvable Motörhead. Obligé de reporter une partie de sa tournée 2013 en raison des ennus de santé de Lemmy Kilmister, Motörhead est au rendez-vous en octobre avec l'album Aftershock. Copyright 2014 Music Story Benjamin D'Alguerre

Être roadie relève davantage du sacerdoce que de la simple activité professionnelle. Ian Fraiser Kilmister, fils de pasteur anglican bon teint le découvre très jeune, lui le fan absolu des Beatles qui, cependant, pense qu'il « manque » quelque chose aux sonorités des quatre Scarabées dans le vent pour être parfaitement en accord avec l'esprit du rock'n'roll.

Bassiste dans une infinité de groupes sans lendemain (The Saphires, The DeeJays, The Rainmakers...), Ian, qui se fait déjà surnommer « Lemmy » (un sobriquet qui lui vient de l'expression « lemme a fiver » - soit « file-moi un bifton » - qu'il utilisait alors qu'il était dans la dèche), gagne ses premiers salaires en devenant le roadie d'artistes comme Jimi Hendrix entre deux répétitions dans les caves aux côtés de The Rockin' Vicards, groupe dont il devient guitariste en 1965, jusqu'à sa dissolution en 1967.

En 1972, il intègre Hawkwind, groupe de rock psychédélique très marqué par la science-fiction, qui adapte dans ses textes l'univers de l'écrivain britannique Michael Moorcock (lequel vient d'ailleurs régulièrement les accompagner sur scène pour les besoins de « Black Blade », un morceau tiré de sa propre saga Elric le Nécromancien). Mais Lemmy a pris quelques sales habitudes et notamment celle de consommer du LSD et des amphétamines en dose industrielle, ce qui l'amène bientôt au clash avec les autres membres de Hawkwind qu'il quitte en 1975... emportant avec lui une partie de leur matériel de scène au passage, capital de départ lui permettant de monter sa propre formation en compagnie de Larry Wallis à la guitare et de Lucas Fox à la batterie : Motörhead est né après un accouchement dans la douleur.

Unglorious bastards

À l'instar de nombreux groupes de heavy metal, Motörhead connaît quelques années de rude galère à ses débuts et le groupe vole de concerts devant des salles aux trois quarts vides en bastons avec des spectateurs trop alcoolisés... lorsque ce ne sont carrément pas les membres de Motörhead qui sont eux-mêmes trop défoncés pour jouer correctement. Les débuts de la formation sont placés les auspices du célèbre triptyque « sex, drug and rock'n'roll » et Motörhead n'enregistre qu'un seul disque en 1975, lequel met quatre ans avant de sortir.

Cependant, l'attitude de bad boy de Lemmy et de sa bande (en évolution constante : Phil « Philthy Animal » Taylor venant remplacer Lucas Fox et « Fast Eddie » Clarke étant recruté comme second guitariste) leur valent d'être qualifiés de « plus mauvais groupe de l'année 1977 » par un magazine spécialisé, ce qui, ironiquement, contribue énormément à susciter l'intérêt du public. Un peu à la manière d'un Ed Wood dont le cinéma ne fut popularisé qu'après avoir été traité de « plus mauvais réalisateur du monde » par la critique, Motörhead décolle grâce à cette popularité ironique, même si Wallis quitte l'aventure au passage, faisant du quatuor un nouveau trio.

Motörhead, enregistré en 1977, est leur premier album. S'il reste très limité artistiquement (du « gros son » sur lequel Lemmy pose sa voix éraillée, puissante et rogomme), le style Motörhead est déjà posé et quelques titres issus de l'album (« Leaving Kids », « Motörhead », « The Train Kept A-Rollin' ») s'écoulent correctement auprès des fans de hard rock. Moins orienté « fantasy » que beaucoup de groupes de l'époque, Motörhead, plus brut et plus sauvage, tant dans son apparence que dans ses compositions, se rapproche davantage du style punk et touche également cette audience, globalement hostile au hard rock en temps normal (trop de glam, trop de poudre aux yeux).

C'est ensuite Overkill qui paraît en 1979 et permet au groupe de se faire une place sous le soleil du hard rock, car l'album est un tel succès qu'il permet à la maison de disques du groupe de sortir les tout premiers enregistrements de Motörhead dans la foulée sous le titre de On Parole. Bomber, en 1980 place Motörhead au pinacle des plus gros vendeurs de disques dans la catégorie hard rock et Lemmy y affine sa technique qui consiste à jouer de la basse comme s'il s'agissait d'une guitare donnant au final un son très « lourd » aux morceaux de Motörhead, groupe par ailleurs connu pour le volume assourdissant de ses performances live.

Ace of Spades, puis l'immense classique metal, le live No Sleep 'Til Hammersmith mettent la bande à Kilmister au même plan de notoriété que Black Sabbath ou Iron Maiden et le groupe devient une référence incontournable du genre. Cependant, l'entente entre les membres est bancale car Lemmy, particulièrement lorsqu'il est sous l'emprise de la drogue ou la boisson, s'avère difficile à vivre et peut même se montrer violent envers ses partenaires. « Fast Eddie » Clarke claque la porte très rapidement et Brian « Robbo » Robertson lui succède à la guitare.

La drogue commence d'ailleurs à représenter un réel problème pour Lemmy Kilmister, qui gobe des amphétamines comme d'autres se gavent de sucreries et arrive de plus en plus régulièrement ivre mort sur scène. Un vice dans lequel il est suivi par Robertson, guitariste intuitif et doué mais dont la mémoire souffre parfois des abus de drogues. À plusieurs reprises, sur scène, ce dernier confond les morceaux qu'il est censé jouer ou décide subitement d'improviser un solo sans rien demander à personne, provoquant de beaux chaos harmoniques avec les autres membres du groupe. En dépit d'un Another Perfect Day plus léché que les précédents opus de Motörhead, mais qui ne plaît guère aux fans (car jugé trop « glam rock » sous l'influence de « Robbo » Robertson est congédié du groupe en 1984, un coup de bouteille de bière vide sur la tête ayant - selon la légende - fait office de lettre de licenciement.

The Lemmy Show

En remplacement de Brian Robertson, Motörhead s'adjoint les services de deux autres guitaristes, Phil « Wizzo-Zoom » Campbell et Mick « Würzel » Burston et redevient de fait un quatuor, rompant avec les habitudes du passé. Mais si Lemmy se tient exceptionnellement tranquille face aux nouveaux arrivants, c'est Taylor, cette fois, qui ne supporte pas les deux guitaristes. Plusieurs séances d'enregistrement tournent au pugilat et le batteur décide de quitter le groupe à son tour pour être remplacé par Peter Gill.

Mais le groupe, et Lemmy et premier lieu, cherche à évoluer et à sortir du carcan « gros son qui tache et qui ne se rattrape pas à la machine ». 1916, qui sort en 1991 voit Motörhead associer les synthétiseurs à ses rythmiques traditionnelles et le groupe se lancer dans la mode du slow lénifiant, ce qui ne plaît guère à son public en dépit de quelques titres bien plus intéressants comme « R.A.M.O.N.E.S. », plus orientés « punk » que le reste de l'album. Cet album marque le début d'une époque plus ramollo pour Motörhead, cédant à la mode des morceaux harmoniques et des slows, comme une grande partie des groupes de metal de l'époque (Metallica ou les Guns N' Roses, en particulier), au grand dam des fans. « Philthy Animal » Taylor quitte le groupe en 1992 et Michael Kiriakos Delaoglou (dit « Mikkey Dee ») lui succède à la batterie.

Speed Metal

En 1993, Bastards corrige le tir et abandonne définitivement la tentation « glam rock ». Revenu à un metal des plus... heavy, le groupe renoue avec les gigantesques tournées drainant un public toujours fidèle où se mêlent jeunes pogoteurs et headbangers et vieux de la vieille, qui suivent Motörhead depuis ses débuts. De toute façon, l'imagerie lourdaude du hard-rock imprègne bien trop le groupe pour qu'un éventuel changement soit désormais possible, à moins de se trahir totalement.

Mick Burston quitte lui aussi Motörhead en 1995 et la formation redevient un trio car Lemmy Kilmister ne souhaite pas remplacer le partant. Overnight Sensation, l'année suivante, renoue avec le style des débuts, bien que les textes soient de plus en plus ciselés, teintés d'humour vachard et de références complexes. Pendant que les fans s'étripent et que les magazines - souvent éphémères - spécialisés dans divers (sous-)genres musicaux se multiplient, Motörhead ne s'en sort pas trop mal, gardant l'image d'un groupe resté intègre. Ce que confirme coup sur coup Eveything Louder Than Everyone Else (1999), puis We Are Motörhead (2000).

Une série de compilations sort également dans les premières années du nouveau millénaire, alors que Lemmy est suivi médicalement pour tous ses excès de jeunesse (alcool, amphétamines, héroïne...) et s'avère moins présent sur scène et en studio. Il faut attendre 2002 pour que Hammerhead ne vienne prouver que « l'ancien » est encore en forme et prêt à reprendre le chemin des salles de concert. Inferno, en 2004 vient confirmer la bonne santé de Motörhead, même si Lemmy est contraint par l'âge et son état de santé de lever le pied sur les substances prohibées et les liquides à bulles qui moussent. Cette même année, il participe au projet (hommage au) metal de Dave Grohl, Probot, posant sa voix sur le motörheadien « Shake Your Blood ».

Kiss Of Death, en 2006 est le point de départ d'une nouvelle tournée triomphale, prélude à la sortie de plusieurs compilations et autres lives, ressortis fort opportunément des placards. Fin août 2008, paraît Motörizer, vingtième album studio du groupe. Lemmy Kilmister et Motörhead apparaissent au fil des années comme de véritables icônes d'un rock métallique supposé pur. Allant jusqu'à verser dans une sorte d'auto-mystique, Motörhead rêve de conquête planétaire avec The World Is Yours en 2010. Le monde du rock leur appartient bel et bien. 

The World Is Ours - Vol, 1 sous titré Everything Further than Everyplace Else rend compte en 2011 de la précédente tournée triomphale de l'increvable Motörhead. Obligé de reporter une partie de sa tournée 2013 en raison des ennus de santé de Lemmy Kilmister, Motörhead est au rendez-vous en octobre avec l'album Aftershock. Copyright 2014 Music Story Benjamin D'Alguerre

Être roadie relève davantage du sacerdoce que de la simple activité professionnelle. Ian Fraiser Kilmister, fils de pasteur anglican bon teint le découvre très jeune, lui le fan absolu des Beatles qui, cependant, pense qu'il « manque » quelque chose aux sonorités des quatre Scarabées dans le vent pour être parfaitement en accord avec l'esprit du rock'n'roll.

Bassiste dans une infinité de groupes sans lendemain (The Saphires, The DeeJays, The Rainmakers...), Ian, qui se fait déjà surnommer « Lemmy » (un sobriquet qui lui vient de l'expression « lemme a fiver » - soit « file-moi un bifton » - qu'il utilisait alors qu'il était dans la dèche), gagne ses premiers salaires en devenant le roadie d'artistes comme Jimi Hendrix entre deux répétitions dans les caves aux côtés de The Rockin' Vicards, groupe dont il devient guitariste en 1965, jusqu'à sa dissolution en 1967.

En 1972, il intègre Hawkwind, groupe de rock psychédélique très marqué par la science-fiction, qui adapte dans ses textes l'univers de l'écrivain britannique Michael Moorcock (lequel vient d'ailleurs régulièrement les accompagner sur scène pour les besoins de « Black Blade », un morceau tiré de sa propre saga Elric le Nécromancien). Mais Lemmy a pris quelques sales habitudes et notamment celle de consommer du LSD et des amphétamines en dose industrielle, ce qui l'amène bientôt au clash avec les autres membres de Hawkwind qu'il quitte en 1975... emportant avec lui une partie de leur matériel de scène au passage, capital de départ lui permettant de monter sa propre formation en compagnie de Larry Wallis à la guitare et de Lucas Fox à la batterie : Motörhead est né après un accouchement dans la douleur.

Unglorious bastards

À l'instar de nombreux groupes de heavy metal, Motörhead connaît quelques années de rude galère à ses débuts et le groupe vole de concerts devant des salles aux trois quarts vides en bastons avec des spectateurs trop alcoolisés... lorsque ce ne sont carrément pas les membres de Motörhead qui sont eux-mêmes trop défoncés pour jouer correctement. Les débuts de la formation sont placés les auspices du célèbre triptyque « sex, drug and rock'n'roll » et Motörhead n'enregistre qu'un seul disque en 1975, lequel met quatre ans avant de sortir.

Cependant, l'attitude de bad boy de Lemmy et de sa bande (en évolution constante : Phil « Philthy Animal » Taylor venant remplacer Lucas Fox et « Fast Eddie » Clarke étant recruté comme second guitariste) leur valent d'être qualifiés de « plus mauvais groupe de l'année 1977 » par un magazine spécialisé, ce qui, ironiquement, contribue énormément à susciter l'intérêt du public. Un peu à la manière d'un Ed Wood dont le cinéma ne fut popularisé qu'après avoir été traité de « plus mauvais réalisateur du monde » par la critique, Motörhead décolle grâce à cette popularité ironique, même si Wallis quitte l'aventure au passage, faisant du quatuor un nouveau trio.

Motörhead, enregistré en 1977, est leur premier album. S'il reste très limité artistiquement (du « gros son » sur lequel Lemmy pose sa voix éraillée, puissante et rogomme), le style Motörhead est déjà posé et quelques titres issus de l'album (« Leaving Kids », « Motörhead », « The Train Kept A-Rollin' ») s'écoulent correctement auprès des fans de hard rock. Moins orienté « fantasy » que beaucoup de groupes de l'époque, Motörhead, plus brut et plus sauvage, tant dans son apparence que dans ses compositions, se rapproche davantage du style punk et touche également cette audience, globalement hostile au hard rock en temps normal (trop de glam, trop de poudre aux yeux).

C'est ensuite Overkill qui paraît en 1979 et permet au groupe de se faire une place sous le soleil du hard rock, car l'album est un tel succès qu'il permet à la maison de disques du groupe de sortir les tout premiers enregistrements de Motörhead dans la foulée sous le titre de On Parole. Bomber, en 1980 place Motörhead au pinacle des plus gros vendeurs de disques dans la catégorie hard rock et Lemmy y affine sa technique qui consiste à jouer de la basse comme s'il s'agissait d'une guitare donnant au final un son très « lourd » aux morceaux de Motörhead, groupe par ailleurs connu pour le volume assourdissant de ses performances live.

Ace of Spades, puis l'immense classique metal, le live No Sleep 'Til Hammersmith mettent la bande à Kilmister au même plan de notoriété que Black Sabbath ou Iron Maiden et le groupe devient une référence incontournable du genre. Cependant, l'entente entre les membres est bancale car Lemmy, particulièrement lorsqu'il est sous l'emprise de la drogue ou la boisson, s'avère difficile à vivre et peut même se montrer violent envers ses partenaires. « Fast Eddie » Clarke claque la porte très rapidement et Brian « Robbo » Robertson lui succède à la guitare.

La drogue commence d'ailleurs à représenter un réel problème pour Lemmy Kilmister, qui gobe des amphétamines comme d'autres se gavent de sucreries et arrive de plus en plus régulièrement ivre mort sur scène. Un vice dans lequel il est suivi par Robertson, guitariste intuitif et doué mais dont la mémoire souffre parfois des abus de drogues. À plusieurs reprises, sur scène, ce dernier confond les morceaux qu'il est censé jouer ou décide subitement d'improviser un solo sans rien demander à personne, provoquant de beaux chaos harmoniques avec les autres membres du groupe. En dépit d'un Another Perfect Day plus léché que les précédents opus de Motörhead, mais qui ne plaît guère aux fans (car jugé trop « glam rock » sous l'influence de « Robbo » Robertson est congédié du groupe en 1984, un coup de bouteille de bière vide sur la tête ayant - selon la légende - fait office de lettre de licenciement.

The Lemmy Show

En remplacement de Brian Robertson, Motörhead s'adjoint les services de deux autres guitaristes, Phil « Wizzo-Zoom » Campbell et Mick « Würzel » Burston et redevient de fait un quatuor, rompant avec les habitudes du passé. Mais si Lemmy se tient exceptionnellement tranquille face aux nouveaux arrivants, c'est Taylor, cette fois, qui ne supporte pas les deux guitaristes. Plusieurs séances d'enregistrement tournent au pugilat et le batteur décide de quitter le groupe à son tour pour être remplacé par Peter Gill.

Mais le groupe, et Lemmy et premier lieu, cherche à évoluer et à sortir du carcan « gros son qui tache et qui ne se rattrape pas à la machine ». 1916, qui sort en 1991 voit Motörhead associer les synthétiseurs à ses rythmiques traditionnelles et le groupe se lancer dans la mode du slow lénifiant, ce qui ne plaît guère à son public en dépit de quelques titres bien plus intéressants comme « R.A.M.O.N.E.S. », plus orientés « punk » que le reste de l'album. Cet album marque le début d'une époque plus ramollo pour Motörhead, cédant à la mode des morceaux harmoniques et des slows, comme une grande partie des groupes de metal de l'époque (Metallica ou les Guns N' Roses, en particulier), au grand dam des fans. « Philthy Animal » Taylor quitte le groupe en 1992 et Michael Kiriakos Delaoglou (dit « Mikkey Dee ») lui succède à la batterie.

Speed Metal

En 1993, Bastards corrige le tir et abandonne définitivement la tentation « glam rock ». Revenu à un metal des plus... heavy, le groupe renoue avec les gigantesques tournées drainant un public toujours fidèle où se mêlent jeunes pogoteurs et headbangers et vieux de la vieille, qui suivent Motörhead depuis ses débuts. De toute façon, l'imagerie lourdaude du hard-rock imprègne bien trop le groupe pour qu'un éventuel changement soit désormais possible, à moins de se trahir totalement.

Mick Burston quitte lui aussi Motörhead en 1995 et la formation redevient un trio car Lemmy Kilmister ne souhaite pas remplacer le partant. Overnight Sensation, l'année suivante, renoue avec le style des débuts, bien que les textes soient de plus en plus ciselés, teintés d'humour vachard et de références complexes. Pendant que les fans s'étripent et que les magazines - souvent éphémères - spécialisés dans divers (sous-)genres musicaux se multiplient, Motörhead ne s'en sort pas trop mal, gardant l'image d'un groupe resté intègre. Ce que confirme coup sur coup Eveything Louder Than Everyone Else (1999), puis We Are Motörhead (2000).

Une série de compilations sort également dans les premières années du nouveau millénaire, alors que Lemmy est suivi médicalement pour tous ses excès de jeunesse (alcool, amphétamines, héroïne...) et s'avère moins présent sur scène et en studio. Il faut attendre 2002 pour que Hammerhead ne vienne prouver que « l'ancien » est encore en forme et prêt à reprendre le chemin des salles de concert. Inferno, en 2004 vient confirmer la bonne santé de Motörhead, même si Lemmy est contraint par l'âge et son état de santé de lever le pied sur les substances prohibées et les liquides à bulles qui moussent. Cette même année, il participe au projet (hommage au) metal de Dave Grohl, Probot, posant sa voix sur le motörheadien « Shake Your Blood ».

Kiss Of Death, en 2006 est le point de départ d'une nouvelle tournée triomphale, prélude à la sortie de plusieurs compilations et autres lives, ressortis fort opportunément des placards. Fin août 2008, paraît Motörizer, vingtième album studio du groupe. Lemmy Kilmister et Motörhead apparaissent au fil des années comme de véritables icônes d'un rock métallique supposé pur. Allant jusqu'à verser dans une sorte d'auto-mystique, Motörhead rêve de conquête planétaire avec The World Is Yours en 2010. Le monde du rock leur appartient bel et bien. 

The World Is Ours - Vol, 1 sous titré Everything Further than Everyplace Else rend compte en 2011 de la précédente tournée triomphale de l'increvable Motörhead. Obligé de reporter une partie de sa tournée 2013 en raison des ennus de santé de Lemmy Kilmister, Motörhead est au rendez-vous en octobre avec l'album Aftershock. Copyright 2014 Music Story Benjamin D'Alguerre


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page