EUR 19,25
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Ajouter au panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus

Mourir Broché – 14 janvier 2002


Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 19,25
EUR 17,00 EUR 6,78

Offres spéciales et liens associés


Les clients ayant consulté cet article ont également regardé


NO_CONTENT_IN_FEATURE

Détails sur le produit

  • Broché: 276 pages
  • Editeur : P.O.L. (14 janvier 2002)
  • Collection : Fiction
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2867448573
  • ISBN-13: 978-2867448577
  • Dimensions du produit: 20,4 x 14 x 2,2 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 740.791 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne 

3.0 étoiles sur 5
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
2
Voir les 4 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par Un client on 26 novembre 2003
Format: Broché
Voici le meilleur roman de Belletto depuis des années. Construit de façon faussement dispercée, ce livre est un vrai régal pour l'esprit. Il permet de se faire rencontrer les amateurs de mystère à haute teneur littéraire. Moins long que les premiers roman de l'auteur qui datent des années 80, ce nouveau livre est très brillant. Même si, une chose est sure : Belletto ne parvient pas à s'extirper de ses obsessions. Et ce, pour le plus grand plaisir de ses lecteurs !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par Renaud Jourdan on 27 janvier 2002
Format: Broché
Elegance pure , epuration stylistique de l'art d'ecrire concu comme un art plastique, Belletto touche de nouveau au sublime. Roman en deux parties qui se refletent et renvoient a toute son oeuvre ( notamment Film Noir, Remarques II et Le Temps mort). Ancien Testament, paru en nouvelle dans Elle l'annee derniere et qui reprend la description totalement delirante d'un concert de musique classique tiree de Film Noir, ouvre ce nouveau voyage a l'interface du reve, de l'Histoire et de la realite. Derives sentimentales et errances geographiques, maladie mysterieuse, enlevement et meurtres precipitent notre heros ( Belletto lui meme !) dans un voyage hesitant, au volant d'une sublime voiture rouge ( une sublima S24) qui l'emmenera, apres un passage par Rumilly vers une ultime impasse Lyonnaise qui pourrait bien donner au titre sa justification.
C'est un roman d'acces toutefois assez facile qui nous plonge directement au coeur des preoccupations de l'auteur. La fatalite du destin, le jeu de l'amour et de la mort, les univers miroirs et bien sur, le plaisir de la conduite de splendides bolides rouges. Sublime, simplement sublime.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par MR DAMIEN BOUTARD on 29 septembre 2002
Format: Broché
J'ai enfin achevé la lecture de ce livre et je me sens libéré ! Je vais pouvoir me consacrer à d'autres lectures plus intéressantes. En effet, j'ai été profondément déçu par "Mourir" qui pourtant m'avait laissé espérer un texte passionnant. Il n'en est rien. La structure est confuse, on a l'impression d'être dispersé sans but concret et du coup, la lecture en devient pénible... La première partie est attrayante puis peu à peu l'intérêt tombe devant les longueurs et l'ennui de plus en plus fréquents... le pire reste avant tout l'exposé étymologique du mot prison qui a de quoi faire pâlir de jalousie l'industrie du somnifère... Ce livre sent l'érudition ostentatoire mais inintéressante... A éviter !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
0 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par René Perceur on 2 décembre 2006
Format: Broché Achat vérifié
Mourir, texte étrange au titre durassien, lorgne vers le Nouveau Roman mais sans véritable cohérence, ni dans le propos, ni dans le style.
Dans LES styles, devrais-je dire. Le début ressemble à du Beckett ou à du Pinget : on y découvre un hôtel miteux symbole de l'existence inauthentique du narrateur, de la médiocrité que celui-ci a acceptée, donc choisie, par peur de mourir. Plus loin, page 208, une période maladroite nous montre Belletto s'essayant aux « fausses antilogies » à la manière de Blanchot, et voilà ce que ça donne : « nous marcherions, errants à jamais, sans possibles ni retour à l'ancien royaume, qui serait toujours plus celui de la mort, mais toujours plus encore (sic), ni maintien dans le nouveau, qui n'était pas celui de la vie. »
Que de lourdeurs dans l'écriture, et que de redondances... Ici et là, on tombe sur une période qui échoue à engager toutes ses roues sur les rails. La preuve, p. 215 : « Si - bien que je susse Anita capable de rendre coup pour coup, dans l'impitoyable mêlée qui nous unissait, dès lors qu'il s'agissait de sauver notre amour - ainsi avais-je été capable de tout, et le serais-je de beaucoup plus encore, dépassant les frontières de l'imaginable, pour sauver ce même amour ! »... Je n'invente rien.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Les images de produits des clients

Rechercher

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?