undrgrnd Cliquez ici Bests nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 22 janvier 2013
Je découvre tout à coup que j'ai ce CD dans ma bibliothèque ainsi qu'une autre version de la même œuvre. Je compare...
Le CD de Hoeprich et Brüggen l'emporte haut la main. L'excellente prise de son permet à la clarinette de toujours bien se détacher et d'être équilibrée par rapport à l'orchestre. Joué sur instruments anciens, le concerto possède une magnifique palette sonore. L'interprétation inspirée, sur un tempo pas trop rapide, fait respirer la musique et rend toutes les nuances émotionnelles de cette œuvre qui exprime à la fois la gaité, la malice, la nostalgie et la gravité.
Le long déroulement de la parole de la clarinette est un délice.

PS. Je certifie sur l'honneur n'avoir aucun lien avec les personnes qui proposent de vendre ce CD d'occasion.
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Concerto pour clarinette K 622 et quintette pour clarinette K 581/W.A.Mozart
Orchestre du XVIIIé siècle/Frans Brüggen /Eric Hoeprich à la clarinette
Ce sublime concerto, un des sommets de son œuvre, est le dernier que composa Mozart en octobre 1791 quelques semaines avant sa mort en décembre. Comme disait un musicologue, il semble être un chant intime déjà accordé à l’Au-delà.
Beaucoup de tendresse et de détresse dans l’adagio de ce concerto qui chaque fois que je l’écoute me rappelle avec émotion le film « Out of Africa » lorsque Meryl Streep attend désespérément son aviateur, Robert Redford.
Cet œuvre fait partie pour moi des indispensables de toute discothèque.
Le quintette K 581 composé en 1789 et également un des sommets de la musique de Mozart. Après un allegro initial tout en délicatesse et retenue, écoutez le larghetto de six minutes au lyrisme exacerbé et bouleversant qui vous transporte dans un autre monde. Le charme magique du menuet vient parachever dans un style galant l’envoûtement qui vous gagne depuis le début avant que l’allegretto final en de riches variations ne vienne conclure de manière apaisée et plus gaie ce moment de pur bonheur, le clarinettiste faisant alors montre de toute sa virtuosité.
À noter que cette magnifique interprétation est jouée sur instruments anciens.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus