Mozart: Klavierkonzerte 20 & 25 (Live) [+digital booklet]
 
Agrandissez cette image
 

Mozart: Klavierkonzerte 20 & 25 (Live) [+digital booklet]

10 février 2014

EUR 9,99 (TVA incluse le cas échéant)
  Titre Artiste
Durée
Popularité  
1
Mozart: Piano Concerto No.25 In C, K.503 - Cadenza: Friedrich Gulda - 1. Allegro maestoso (Live From KKL, Lucerne / 2013) Martha Argerich
14:18
2
Mozart: Piano Concerto No.25 In C, K.503 - 2. Andante (Live From KKL, Lucerne / 2013) Martha Argerich
7:01
3
Mozart: Piano Concerto No.25 In C, K.503 - 3. Allegretto (Live From KKL, Lucerne / 2013) Martha Argerich
9:22
4
Mozart: Piano Concerto No.20 In D Minor, K.466 - Cadenza: Ludwig van Beethoven - 1. Allegro (Live From KKL, Lucerne / 2013) Martha Argerich
14:04
5
Mozart: Piano Concerto No.20 In D Minor, K.466 - 2. Romance Martha Argerich
9:01
6
Mozart: Piano Concerto No.20 In D Minor, K.466 - Cadenza: Ludwig van Beethoven - 3. Rondo (Allegro assai) (Live From KKL, Lucerne / 2013) Martha Argerich
7:50
+
Digital Booklet: Mozart: Piano Concerto No.25 In C Major K.503; Piano Concerto No.20 In D Minor K.466 (Live)
-


Détails sur le produit

  • Label: Universal Music Division Classics Jazz
  • Copyright: (C) 2014 Deutsche Grammophon GmbH, Berlin
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 1:01:36
  • Genres:
  • ASIN: B00HZ7VM3A
  • Moyenne des commentaires client : 4.9 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (8 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 1.558 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne 

3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
4.9 étoiles sur 5
4.9 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
36 internautes sur 42 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Dernière rencontre de deux géants 15 février 2014
Par Tim TOP 1000 COMMENTATEURS
Format:Téléchargement MP3
Martha Argerich a dit plus qu'une fois que Mozart lui "filait des complexes", qu'elle entretenait une relation "ambivalente avec son oeuvre" et qu'elle croyait son jeu "ennuyeux" dans ce compositeur. Pourtant sa musique l'a accompagnée lors de toute sa vie, puisque la petite Martita jouait son concerto en ré mineur au cours de son premier concert officiel, à 8 ans au Theatro Colon à Buenos Aires. Depuis, elle a donné son concerto en si bemol K 456 en compagnie de Jochum, de fort belle manière et le grand do majeur K503 à Amsterdam, capté live par EMI. Peu après, elle a joué ce dernier concerto avec Kubelik et l'Orchestre Philharmonique de New York et le célèbre critique Harold Schonberg du New York Times a qualifié le jeu d'Argerich de "plutôt superficiel". La pianiste a confié lors d'une interview avec Dean Elder à quel point ce commentaire l'avait bouleversée. Cela l'a probablement amenée à abandonner Mozart en public, mis à part quelques sonates pour piano à quatre mains et celle pour deux pianos avec des partenaires différents.

C'est vrai que Beethoven, Chopin, Liszt, Schumann, Tschaikofsky, Rachmaninov et Ravel sont plutôt le "fief" d'Argerich, mais est-elle pour autant une mozartienne à côté de la plaque? Bien sûr que non, elle est bien trop intelligente pour qu'elle ne soit pas non plus une mozartienne convaincante. Et voilà, c'est chose faite dans cet enrégistrement, qui est hélas le dernier du chef Claudio Abbado.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
21 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 soleil couchant 19 février 2014
Par jean-marie lambert TOP 100 COMMENTATEURS
Format:CD|Achat authentifié par Amazon
Publié quelques jours après la disparition de Claudio Abbado,ce disque est le reflet d'un concert de 2013 à Lucerne (cf le commentaire vécu de Tim)qui réunissait de nouveau Abbado et Argerich,cinquante ans après leur premier triomphe,le merveilleux disque Ravel-concerto en sol/Prokofiev-concerto no 3. La pochette de ce disque Mozart contient de belles et émouvantes photos de Claudio Abbado et Martha Argerich.
Une oreille attentive (et qui tente d'être objective)ne peut que saluer cette réussite:le choix des oeuvres,tout d'abord,est particulièrement pertinent:les deux concertos les plus "symphoniques" de Mozart,le no 20 et le no25,rarement appariés.
Claudio Abbado n'avait que moyennement réussi sa rencontre avec l'immense Rudolf Serkin,et sa version avec Pires manquait d'engagement.Au-delà des circonstances,qui confèrent à ce concert une valeur de "testament",nous sommes ici face à une superbe interprétation,car la lecture des deux oeuvres est à la fois investie et concentrée;Argerich et Abbado s'entendent à merveille au service d'un Mozart complet,voire préromantique,et les deux concertos si opportunément réunis trouvent ici l'une de leurs références.
Très beau disque,au-delà des modes interprétatives,comme les trop rares Pollini-Böhm.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Dommage pour la qualité audio 19 avril 2014
Par socoa
Format:CD|Achat authentifié par Amazon
Dernier enregistrement public d'Abbado et Argerich -très bonne version des deux concertos avec une Argerich en pleine forme - qualité audio de l'enregistrement moyenne
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
8 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
Format:CD|Achat authentifié par Amazon
Bien sûr, toute écoute est - heureusement d'ailleurs - subjective; bien sûr de superbes versions de ces deux grands concertos de Mozart nous sont déjà proposés, et il n'est pas question d'établir un bien aléatoire et inutile classement; mais comment ne pas céder à l'émotion en retrouvant à leur meilleur, pour leur ultime rencontre et pour l'ultime enregistrement de Claudio Abbado, comme si presque cinquante ans n'avaient pas existé, avec la même joie de jouer ensemble, le duo Abbado-Argerich. Inutile, après les commentaires très pertinents, d'entrer dans l'analyse de détail. Mais il est certain que l'orchestre, sous la direction d'Abbado donne une réplique tantôt sensible, tantôt fougueuse, au piano de Martha Argerich qui prouve son immense talent dans sa capacité à épouser un registre inhabituel dans sa discographie. Comment a-t-on pu à ce point la complexer en lui faisant croire qu'elle n'était pas une mozartienne? Et quel confrère jaloux et mesquin a-t-il pu dire qu'elle avait bâti sa carrière sur quelques concertos?
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Rechercher des articles similaires par rubrique

ARRAY(0xaecaec9c)