Ajoutez à votre liste d'envies
Mozart: Piano Concertos Nos. 21 & 22
 
Agrandissez cette image
 

Mozart: Piano Concertos Nos. 21 & 22

28 novembre 2005 | Format : MP3

EUR 7,99 (TVA incluse le cas échéant)
Également disponible en format CD
Titre
Durée
Popularité  
1
15:09
2
7:40
3
7:25
4
13:53
5
9:37
6
10:44

Détails sur le produit

  • Performers: Various artists
  • Conductors: Various artists
  • Date de sortie d'origine : 2 février 2004
  • Date de sortie: 2 février 2004
  • Label: Warner Classics
  • Copyright: (C) 2004 EMI Records Ltd.
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 1:04:28
  • Genres:
  • ASIN: B002589N76
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 262.747 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne 

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Mélomaniac 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 10 COMMENTATEURS on 3 septembre 2008
Format: CD
C'est l'avatar mozartien le plus matur, le moins badin -le plus
beethovénien ?, que nous faisait entendre Annie Fischer dans ces deux Concertos captés en 1958 dans les studios londoniens d'Abbey Road.

Son approche réservée et sobre n'est guère encline à faire sourire les Allegros du 22°, mais quel admirable maintien, quelle profondeur de pensée dans l'Andante !
Aidée par une acoustique ample, la direction de Wolfgang Sawallisch déploie des atours très symphoniques, parfois trop rigides à mon goût (le Maestoso du 21°). Les somptueuses couleurs du Philharmonia semblent hélas quelque peu acidifiées par le report en CD de ces bandes demi-séculaires.

Sans concession au décoratif, la pianiste hongroise trace un docte sillon, parfois aux confins du spéculatif, jusqu'à choisir les déroutantes cadences de Busoni. Et quand son clavier prend la parole dans le célèbre Andante du K. 467, il est un des rares qui puisse nous apprendre autre chose que nous ne sachions déjà.
Fischer a incontestablement marqué la discographie de ces deux opus d'une forte et inimitable empreinte : celle de la plus austère exigence artistique, qui est le meilleur guide pour extraire Mozart de l'ornière de ses clichés trop entendus.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Les images de produits des clients

Rechercher

Rechercher des articles similaires par rubrique