Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Plus d'options
Mozart: Sonata in D Major for Two Pianos & Schubert: Fantasia in F Minor for Piano, Four Hands, D. 940 (Op. 103)
 
Agrandissez cette image
 

Mozart: Sonata in D Major for Two Pianos & Schubert: Fantasia in F Minor for Piano, Four Hands, D. 940 (Op. 103)

19 octobre 1992 | Format : MP3

EUR 9,99 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 13,18 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre
Durée
Popularité  
30
1
8:24
30
2
7:55
30
3
6:12
30
4
19:18


Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 16 janvier 1986
  • Date de sortie: 16 janvier 1986
  • Label: Sony Classical
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 41:49
  • Genres:
  • ASIN: B006MOK31E
  • Moyenne des commentaires client : 4.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (6 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 44.272 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne

4.8 étoiles sur 5
5 étoiles
5
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 6 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Luc Mandraud sur 20 février 2011
Format: CD
La Sonate en ré majeur K.448, l'une des deux rares compositions de Wolfgang Amadeus MOZART pour deux pianos seuls, est un pur moment d'allégresse.
La Fantaisie en fa mineur D.940 Op.103 pour piano à quatre mains de Franz SCHUBERT, composée l'année de sa mort, est sublime.
Murray Perahia et Radu Lupu sont des pianistes absolument merveilleux, sinon divins.
Leur interprétation de cette sonate de MOZART, à la sonorité claire et lumineuse, est d'une étincelante beauté.
Mélancolie et turbulences oscillent sous leurs doigts dans l'intimité orageuse de la Fantaisie de SCHUBERT. C'est bouleversant.(le thème d'ouverture très émouvant et réapparaissant.. peut nous rapprocher irrésistiblement de la cavatine "l'ho perduta,me meschina" des Noces de Figaro de MOZART).
C'est avec la Fugue en ut mineur K.426, l'autre composition de MOZART pour deux pianos seuls, que l'on aimerait prolonger l'enchantement musical de ce disque magnifique (au programme trop court). Murray Perahia et Radu Lupu ne l'ont à ma connaissance jamais enregistrée.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Savinien COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 10 COMMENTATEURS sur 27 décembre 2011
Format: CD
En 1984 Murray Perahia et Radu Lupu signent leur premier album de musique à deux pianos ou à quatre mains, avec une oeuvre de Mozart et de Schubert : ce sera un véritable jalon discographique.

Mozart ne composa que deux oeuvres pour deux pianos seuls : la Fugue en ut mineur K426, et cette Sonate pour deux pianos en ré majeur K448. Les deux musiciens y atteignent une complicité quasi osmotique, mêlant goût exquis et intelligence poétique, digitalité parfaite et élégance raffinée. Un Mozart lumineux et jubilatoire, dont le contraste avec le Schubert qui suit est comme une mise en perpective grandiose.
Schubert composa sa Fantaisie en fa mineur D940 en 1828, l'ultime année de sa trop courte vie. Les deux pianistes y font montre d'une unité véritablement exceptionnelle, car s'il y a bien quatre mains il n'y aura jamais qu'une seule intention, un seul esprit, et en définitive on pourrait presque dire un seul pianiste. Dès les premiers accords, les musiciens poètes semblent se partager le secret d'une indicible tristesse, et il paraît bien impossible à l'auditeur de ne pas adhérer avec compassion à cette aura mélancolique. Un Schubert introverti, intime et intense, sensible et pudique; une merveille dont on ne peut se lasser.

Finalement le seul reproche que l'on peut faire à l'encontre de ce programme est d'être un peu court pour l'ère du CD (à peine 42 minutes !).
Un disque de musique pure, unanimement acclamé, maintes fois réédité, et toujours aussi indispensable.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Gerard Muller TOP 100 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 23 janvier 2014
Format: CD
Mozart : Sonate pour deux pianos K 448
Schubert : Fantaisie pour piano à quatre mains D 940
Murray Perahia & Radu Lupu
Sony
Mozart a très peu composé pour deux pianos : la sonate K 448 et la fugue K 426 uniquement.
Cette sonate au ton très léger écrite à Vienne en 1781 entre dans la catégorie des œuvres galantes. En ré majeur, Mozart exprime parfaitement ce sentiment de majesté superficielle. Cette divertissante sonate est aussi brillante par la virtuosité qu’elle requiert.
A noter pour l’anecdote que cette sonate est utilisée en musicothérapie en raison de ses vertus stimulantes et notamment antiépileptiques.
Schubert, lui, écrivit beaucoup pour piano à quatre mains.
La Fantaisie de Schubert écrite en 1828, l’année de la mort du compositeur, d’entrée séduit par cette tendresse sous-jacente, naissant au ras du silence et créant une sorte d’envoûtement. Un climat nostalgique et mélancolique, résigné et puis succède à cet allegro un largo tel un duo amoureux entre les quatre mains. Le thème initial revient dans le finale allegro empli de détresse et d’émotion. Une belle construction polyphonique. Sublime moment de musique !
Deux œuvres particulièrement abouties et interprétées de façon magistrale.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique