undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

15
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
14
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
1
Mozart : Les Sonates pour Piano (Coffret 6CD)
Format: CDModifier
Prix:27,99 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

54 sur 56 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 décembre 2006
Je possèdais déjà l'intégrale de sonates pour piano de Mozart par Claudio Arrau : "hors normes", majestueuse, de bronze, beethovénienne et dramatique.

Je possède également celle par Lili Kraus : là, les tempi sont trop rapides à mon gôut, le jeu parfois "mécanique".

Voici enfin, à un prix plus qu'abordable, la réédition de l'intégrale enregistrée par Maria Joao Pirès dans les années 90. Selon moi, la plus belle version des sonates de Mozart, tout simplement : toute en finesse, légèreté, grâce, mélodieuse, chantante. A acquérir en priorité, les yeux fermés, et à consommer sans modération !
44 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
37 sur 39 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
100 PREMIERS RÉVISEURSle 25 juillet 2007
A ce prix-là, et avec cette qualité d'exécution-là, on serait en tort de ne pas avoir cette belle intégrale des sonates de Mozart. Le phrasé musical de Maria Joao Pires donne au texte mozartien une légereté incomparable. Il y aura sans doute moins de tragédie ou d'emphase que pour d'autres interprétations (Arrau), peut-être moins de grâce que dans certaines autres (Haskil), mais la pianiste a compris le principal de la sonate mozartienne : être fluide, belle, élégante et légère dans le récitatif : comme la robe et les bulles de Champagne. De la pure poésie qui s'écoute à toute heure du jour et de la nuit. Bravo !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
34 sur 36 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ne cherchez plus, c'est celle-ci. j'en ai écouté des versions, Hé bien voila le tiercé gagnant :
1) Pirès enregistrement de 1989 (celui de ce commentaire) chez DG
2) Pirès enregistrement des années 70 chez Denon ou Brillant Classics
3) Brendel (dernière version année 90) chez Philips
Pirès reste incontestablement la personne qui joue le plus naturellement Mozart, c'est une seconde nature chez elle, c'est la perfection absolue. Si la première version annonçait déjà une affinité élective, la version DG touche au sublime, la maturité apportant cette touche à l'immense aspect juvénile de la première vision.
Brendel est souverain avec des tempos justes et une vision très cérébrale, même les silences deviennent passionnant avec lui.
Il faudrait aussi parler de Arrau avec son intégrale marmoréenne. il Joue Mozart comme Beethoven l'aurait sans doute joué !
1212 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
18 sur 20 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 février 2012
Jusqu'à présent je possédais 2 intégrales des sonates pour piano de Mozart, celle de Christian Zacharias (EMI) que je ne suis jamais parvenu à écouter jusqu'au bout et dont j'ai fini par me séparer, et de surcroît guère aidé par une prise de son de piano cotonneuse dont EMI est trop souvent coutumier; et celle de Claudio Arrau (Philips). Autant dire tout de suite que l'approche du pianiste chilien pourra au départ en rebuter plus d'un, nous sommes aux antipodes du Mozart gorgé de sucre, style bonbonnière avec ruban rose d'une Ingrid Haebler dans les années 60. Arrau, c'est tout d'abord une sonorité d'airain, des tempi lentissimes, et une approche très métaphysique de la musique de Mozart, où les zones d'ombre notamment sont mises en relief, c'est en quelque sorte les sonates de Mozart jouées par Beethoven. Vision passionnante, mais très univoque, que je recommande pourtant sans réserves, mais il faut lui chercher un complément, et ce complément idéal c'est précisément l'intégrale de Maria Joao Pires: un pur bonheur! Ce qui frappe d'emblée lors de la 1ère écoute, c'est qu'elle fait bien ressortir l'évolution de l'écriture et du style mozartiens, depuis les premières sonates où l'influence du clavecin est encore très présente, en passant par celles de la période médiane où il s'en est affranchi et affirme vraiment son propre style pianistique, jusqu'aux dernières où la pure virtuosité semble s'effacer derrière une sorte de dépouillement qui vise à l'essentiel: "Mozart, l'amour, la mort" pour reprendre le titre du remarquable ouvrage de Jean-Victor Hocquard. Pour vous en convaincre, écoutez la sonate K.545 dite "facile", bien connue des jeunes débutants qui s'y font les doigts, et admirez comment derrière cette facilité presque simpliste, Pirès prend le risque d'aller voir derrière le rideau des apparences, pour nous révéler toute la profondeur et les ombres de cette musique: c'est sublime!... Un mot enfin sur la prise de son très fine et pleine de relief, un modèle du genre, merci aux ingénieurs de DG!...
Pour terminer, un mot sur l'intégrale de Mademoiselle Uchida, en général très cotée et appréciée par la critique musicale, et que j'ai longuement comparée avant d'opter pour celle de Maria Joao Pirès. C'est techniquement très bien joué, mais personnellement cela ne m'émeut à aucun moment, c'est parfois un peu sec, et surtout on n'y retrouve pas le charme ravageur et la profondeur de la vision de la pianiste portugaise.
En guise de conclusion, je reprends celle d'un autre commentateur que je partage tout à fait: à consommer sans retenue!!! et j'ajoute n'oubliez surtout pas la vision opposée mais très complémentaire de Claudio Arrau.
88 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 21 novembre 2012
Madame Maria Joao Pires a un jeu aérien tout simplement merveilleux. Elle nous fait comprendre la bonté de Mozart. Pas d'autre commentaire.

Georges Duquin. Villeneuve-sur-Lot
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
13 sur 16 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 24 juillet 2010
Maria Joao Pires donne tout: la grâce, le sourire, le sourire entre les larmes. Son Mozart serait-il une apothéose des interprétations féminines, stricto censu? Question niaise en apparence...à mon avis seulement en apparence. On a la fluidité d'Haskil, l'énergie contrôlée de Lily kraus. Et quelque chose en plus...cet en plus...la saudade? Je conçois le raccourci...mais il y a de çà.
Le son: mordoré, mais pas trop. Fluide, sans frime, toujours juste quant à l'esprit. Du champagne, oui, mais qui sait que les fêtes finissent.
Tant de justesse, de pétulance retenue, de connivence avec un compositeur...évoquent un Kempff féminin.
Avec celle d'Arrau (métaphysique partout, mais qui l'assume comme aucun...il est d'ailleurs le seul),cette intégrale est prioritaire. Elle vous accompagnera partout et toujours.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 31 janvier 2015
Maria Joao, c'est la petite soeur de Wolfgang, celle qui le connait le mieux, qui connait ses joies et ses peines et qui en 'parle' le mieux, qui en a eu son lot aussi, et qui ne s'interpose pas entre le compositeur et l'auditeur; qui n'impose aucun pathos, mais décrit simplement les facettes du talent et, par fines touches(!), de la psychologie de son génial petit "frère"!

c'est la modestie alliée à la virtuosité et à la noblesse des sentiments qui fait le prix de cette intégrale; c'est pour cela aussi qu'elle nous permet de suivre avec émotion l'évolution de l'état d'esprit de Mozart, pour lequel ces sonates n'étaient surement pas son grand oeuvre, mais des témoignages sur différents moments de sa vie, avec les tournants des K284, K310, K457, les 2 dernières laissant poindre un peu d'amertume,..;
cette intégrale est une merveille
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 février 2012
N'hésitez pas, s'il y a une intégrale des sonates de Mozart à acheter en ce moment, c'est bien celle là.

Non seulement la prise de son est excellente,mais surtout, l'interprétation est magistrale.

Maria Joao Pires excelle dans ce répertoire : un des derniers grands interprètes capables d'allier la tradition et une sensibilité hors norme.

Bien plus accessible que les versions très personnelles de Arrau ou Gould, ou bien encore de l'interprétation presque trop sage de Barenboim.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 mai 2014
bravo, une redécouverte, que dire de plus lorsque les mots ne suffisent plus il reste à écouter et se taire
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 11 mai 2015
Je ne suis ni pianiste ni même musicien, mais ce coffret, où que je le prenne, fait mon bonheur. Grâce à Mozart bien sûr, mais aussi sans doute à MJ Pires. On ne se prend pas la tête et ce n'est pas non plus un Mozart "bonbon sucré". A réécouter sans modération, sur l'île déserte ou plus simplement chez soi. Mais à écouter vraiment : ce n'est pas une musique de fond !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Mozart : Intégrale des Sonates pour piano
Mozart : Intégrale des Sonates pour piano de Wolfgang Amadeus Mozar (CD - 2011)