Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  
EUR 16,52
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par dodax-online-fr.
Quantité :1
EUR 16,52 + EUR 2,49 Livraison
Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 16,51
+ EUR 2,49 (livraison)
Vendu par : RAREWAVES USA
Ajouter au panier
EUR 16,52
+ EUR 2,49 (livraison)
Vendu par : zoreno-france
Ajouter au panier
EUR 16,52
+ EUR 2,49 (livraison)
Vendu par : nagiry
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 17,98

Mozart: The last three symphonies

4 étoiles sur 5 4 commentaires client

20 neufs à partir de EUR 15,81 7 d'occasion à partir de EUR 12,50

Vous cherchez un CD de Musique Classique ?

CD Musique Classique
Retrouvez tous nos CD au sein de notre Boutique Musique Classique.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Frans Brüggen


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Mozart: The last three symphonies
  • +
  • Joyce DiDonato : Stella di Napoli
Prix total: EUR 23,51
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • Orchestre: Orchestra of the Eighteenth Century
  • Compositeur: Wolfgang Amadeus Mozart
  • CD (6 mai 2014)
  • Nombre de disques: 2
  • Label: Note 1 Music Gmbh
  • ASIN : B00J587L14
  • Autres versions : Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5 4 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 53.283 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

  • Ecouter les extraits (Extrait)
1
30
11:13
Album uniquement
2
30
8:24
Album uniquement
3
30
3:42
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,89
 
4
30
8:05
Album uniquement
5
30
6:51
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,89
 
6
30
6:47
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,89
 
7
30
3:48
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,89
 
8
30
4:55
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,89
 
Disc 2
1
30
11:42
Album uniquement
2
30
10:27
Album uniquement
3
30
4:18
Ecouter le titre Acheter : EUR 0,89
 
4
30
11:39
Album uniquement

Descriptions du produit

Description du produit

Plus de trente ans (!) après leur premier disque des dernières symphonies de Mozart, Frans Brüggen et l'Orchestre du XVIIIe siècle ont décidé de publier une nouvelle version de ces oeuvres contrastées et à la fois complémentaires dans la série The Grand Tour chez Glossa. Au cours de sa longue carrière à la tête de l'Orchestre du XVIIIe siècle, le maître hollandais a assidument fréquenté la musique du génie salzbourgeois dont les symphonies ont été fréquemment programmées en concert. Rien ne prouve que ces trois symphonies - K551 Jupiter, K543 en mi bémol majeur et K550, universellement connue comme « la 40e de Mozart » - aient été interprétées du vivant du compositeur mais elles font partie de ses oeuvres les plus connues. Frans Brüggen les revisite avec une fraîcheur qui semble éternelle, et qui imprègne ses derniers disques, toujours réalisés en concert : les concertos pour cor, pour violon, le concerto pour clarinette et le Requiem. Ce nouvel album des trois dernières symphonies de Mozart, en deux CDs enregistrés live a Rotterdam, témoigne de l'art unique de Brüggen équilibrant l'expressivité et la spontanéité requises par ces chefs-d'oeuvre de 1788. Un essai informatif signé par Stefano Russomanno complète cette nouvelle production de Glossa.

Critique

ALBUM OF THE WEEK 'The veteran Dutch flautist/conductor recorded the mature Mozart symphonies 20 years ago for the now defunct Philips label, but he returned to the famous last three in E flat major, G minor and C major, the Jupiter at live concerts in Rotterdam in 2010, now issued ahead of his 80th birthday. Brüggen s Mozart always seemed an attempt to straddle period practice and the weighty tradition of Austro-German interpretations. His 1990s recordings seemed closer in spirit to, say, Otto Klemperer than to John Eliot Gardiner or Christopher Hogwood. These performances seem even more so, although Brüggen in his seventies sounds sprightlier in allegros than Klemperer at a similar age. Here, there is the same ideal balance between strings and winds, a bracing sense of momentum in the first movements of the E flat and C major symphonies, an almost frenetic restlessness in the opening molto allegro of the G minor. For Brüggen, these works, miraculously completed within two months, are dramatic precursors of late Haydn, Beethoven and Schubert: Mozart s crowning achievement in orchestral music, and thrilling here in Jupiter s great fugal finale, with braying trumpets and kettledrums that make you sit up in your seat.' --Hugh Canning, The Sunday Times 11 May 2014

'Until now, I ve thought of the Dutch conductor as a master of detail, but, as an interpreter of Mozart and Beethoven, rather uninteresting. Not here. These live recordings, from Rotterdam in 2010, are tinglingly alive and directed with superb conviction. Brüggen sets tempos that aren t trying to prove a theory, but are simply natural. His first bassoon is a little weak, and, at times, I would like more of Mozart s beloved violas. But the orchestra as a whole plays magnificently. A feast.' --David Cairns, The Sunday Times 29 June 2014

'Anyone who admires Bruggen s approach [...] is going to be delighted with these performances. Very impressive achievement. Wonderful sound ... these performances have such imagination and stature. The live recorded sound is excellent.' --Nigel Simeone, International Record Review, September 2014


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
1
Voir les 4 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par dd le 31 juillet 2014
Format: CD Achat vérifié
Redécouverte de ces symphonies avec un orchestre dirigé avec "science, expérience et patience" par ce Maitre du 18eme.
Saveur douceur énergie.......tout y est
Remarque sur ce commentaire 4 sur 5 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
Cet enregistrement est magnifique. Meilleur encore que les précédentes versions de ces trois symphonies par le même Orchestre du 18ème siècle.
Frans Brüggen, malgré son âge et sa santé fragile, reste éternellement jeune et génial.

Henri Ganty
Remarque sur ce commentaire 3 sur 4 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
superbe relecture des trois dernières symphonies de Mozart par bruggen ; c'est beau et envoûtant ;merveilleux testament laissé par un grand musicien.
Remarque sur ce commentaire 1 sur 2 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Pas acheté, juste écouté des extraits et c'est toujours la même chose: une musique squelettique, sans chair ni sang mais une espèce de mécano instrumental même pas assemblé. Alors, il faut bien en revenir à la question qui fâche : qu'est ce que c'est que ces hollandais qui, depuis plus de 30 ans, massacrent sous le beau nom de "relecture", la musique des autres (principalement des "germaniques", et pour cause): ils n'ont aucun compositeur dans leur histoire! Qu'ils s'occupent de leurs peintres: ils ont de quoi faire (les plus grands du monde et à coup sûr le plus grand de tous les temps) et qu'ils laissent la musique à ceux qui y ont quelque compétence pour être nés dedans.
En France demanderait-on son avis à un corse sur le camembert ?
2 commentaires 1 sur 17 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus utiles sur Amazon.com (beta)

Amazon.com: HASH(0x9924a60c) étoiles sur 5 1 commentaire
1 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
HASH(0x98f5e714) étoiles sur 5 Franz Bruggen / Mozart Festival CD 7 12 septembre 2014
Par Bernard Michael O'Hanlon - Publié sur Amazon.com
Format: CD
Of late, the ghost of Franz Bruggen has been bugging me. That's annoying enough. Worse still, he flaunts his full set of hair which has become even more plush in the afterlife. Harried and hapless, I consulted my mate JL, the Chief Procurement Officer of the Australian Knappertsbusch Association. "Do I need an exorcist?" I asked wearily. "Haven't I suffered enough? What does he want?" "Let's find out!" JL replied jovially and pulled out his Ouija board. Franz was a chatty bugger in life and remains so in death. This much we learnt: he was mightily annoyed at Nikolaus Harnoncourt, the Wild Man of Borneo. He was about to elaborate when the connection was lost. We spent the next few days in thought. Matters worsened as Franz took a lively interest in my saucepans and cutlery. At last, truth came to JL: FB was annoyed at the hullaballoo accorded to Harnoncourt's infamous "Instrumental Oratorium" Symphonies Nos 39 40 & 41 when his own recordings of the triptych had gone a'begging. It was time to offer redress.

Look, it's an unpropitious time to hear these dedicated, warm-hearted performances when I am still afire from Last Concert 1988 Mozart & Brahms which is the equivalent of a solar flare. The recording is excellent. As ever, Bruggen is no cold fish: there is a baseline warmth to these performances which makes them listenable and mitigates the minimal use of vibrato. Within its parameters, the Orchestra of the Eighteenth Century plays lustrously, supported by a strong bass-line. Nor is it a Harnoncourt-ish Trial by Endless Repeats: wisdom prevails. Bruggen rightly spurns the Usain-Bolt-within by treating the opening Adagio of K 543 with respect and reverence. Sad to say, the slow movement of K 550 is prosaic (is this now par for course? Has our age lost its hardwire connection to this kerygma?); much the same could be said of its counterpart in the Jupiter.

Not one of these performances is the Word. Much to my relief, they're less mannered than Harnoncourt's recent atrocities (which ain't hard in itself). Will I return to them any time soon? Probably not. Nevertheless they have their place in the scheme of things. May peace be upon Franz Bruggen, his scalp so luxuriant and all members of the AKA far and wide.
Ce commentaire a-t-il été utile ? Dites-le-nous

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?