undrgrnd Cliquez ici Baby ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Montres soldes Bijoux Soldes

  • Mue
  • Commentaires client

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles21
4,6 sur 5 étoiles
Format: CDModifier
Prix:6,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 17 mars 2014
Emilie Simon, qui a signé quelques galettes extraordinaires comme "Végétal", nous revient avec "Mue".

Le programme du cd repose sur deux styles :
- un style très james bondien / kate bushien pour "Encre" (quelle mélodie !!), "Quand vient le jour", "Des larmes", "Eye of the moon", "Menteur", la sublime "Perdue dans tes bras" (ça fait du bien d'avoir des artistes français capables de nous écrire de telles musiques")
- un style plus "musique américaine des années 50" avec "Paris j'ai pris perpète", "Le diamant", "Les étoiles de Paris", avec parfois des accents très français des années 50-60

Les arrangements sont très bien ficelés, les mélodies redoutables. Emilie Simon maitrise autant une écriture fine et ultra travaillée qu'une voix toute en douceur et en technicité.

Souhaitons une longue vie à cette nouvelle fournée :D
0Commentaire13 sur 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Depuis la sortie de son essentiel premier album éponyme, je suis pas à pas la carrière de la petite montpelliéraine devenue grande. De Végétal à La Marche De L Empereur, des Black Sessions, de son Live à l'Olympia à ses tournées, j'ai régulièrement été épaté par ce petit bout de bonne femme à l'angélique voix et aux capacités créatrices très au-dessus de la moyenne. Alors qu'importe la relative déception d'un Big Machine un poil sur-joué ou d'un Franky Knight un peu en pilote automatique, la nouvelle de la sortie d'un nouvel opus de cette artiste chérie m'a mis dans tous mes états. Avec, en plus, une pochette pareille, rappelant celle de son tout premier béni des muses, et un titre semblant promettre une renaissance, vous comprendrez l'enthousiasme initial du zélote "Simonien" que je concède bien volontiers être.

Parce que la musique d'Emilie Simon, c'est quand même quelque chose ! Un hybride de pop supra-efficace et de musique électronique aux qualités organiques rares, un peu plus standardisée les années et les sorties discographiques faisant, mais du travail d'orfèvre, dans tous les cas.
Et donc Mue, cru 2014, 3 ans après Franky Knight, après le deuil... Une renaissance ? Intimement, on la lui souhaite, l'espère accomplie, musicalement, c'est loin d'être évident. Et ce n'est peut-être pas illogique considérant que le style d'Emilie, qui a évolué mais est fondamentalement resté le même, est partie intégrante de son art et que, donc, s'en éloigner trop serait se perdre.
Ceci dit, qui dit style ne dit pas forcément immobilisme, ce que chaque album d'Emilie a prouvé en ayant sa propre personnalité, son propre son. Mue ne fait pas exception à la règle. Présentement, Emilie a décidé de déshabiller ses chansons, de les offrir bien arrangées mais exemptes de cette emphase instrumentale qui avait fini par envahir sa production. Et c'est une bonne nouvelle parce que la voix et les mélodies de la montpelliéraine, et sa propension à créer des arrangements délicats et épurés, se suffisent largement à elles mêmes.
Côté chansons, ça donne une sélection de très belle qualité où, une fois encore, un cousinage mélodique entre Emilie et Kate Bush s'impose comme l'évidence... C'est un compliment. Déjà, il y a une tessiture voisine, ensuite il y a l'emploi d'icelle pour la création d'une musique mélodique mais formellement toujours un peu prospective. Pop forward, dirait-on. parce qu'Emilie, dont on connaît le bagage académique, aime à triturer les éléments formateurs de sa pop, d'ajouter des larmes de cordes à son émoi (Paris j'ai pris perpète), des acrobaties percussives péri-africaines et des guitares funk (Menteur), des ambiances orientalistes et mélodramatiques à la fois (Encre), de délicates constructions acoustiques (The Eye of the Moon)... etc., parce qu'on ne s'ennuie pas une seconde sur un album varié, mélodique, tirant globalement vers la douceur mais se ménageant quelques utiles crescendos. Une vraie belle collection, avec une jolie reprise du Wicked Game de Chris Isaak en prime, plus délicatement maîtrisée que ses deux devancières, un poil plus inspirée aussi, d'où la globale satisfaction.

Plus qu'un changement de peau, Mue donne l'impression d'une remise à zéro des compteurs, d'un redémarrage de la machine. On y retrouve finalement une Emilie inchangée qui a simplement décidé, en apparence en tout cas, de tout simplifier et, ce faisant, de laisser ses chansons respirer. Une excellente idée pour un excellent album !

Emilie Simon - voix, claviers, guitare, lame sonore
Simon Edwards - basse
Martin Barker, Raphaël Seguinier - batterie
Henri-Charles Caget - percussions, harmonium
Nicolas Bauguil - guitares
Tahiti Boy - claviers
Cyrille Brissot - chœurs, programmations additionnelles
Catherine Michel - harpe
Leon Michels - optigan
Gary Barnacle - saxophone soprano et ténor, flûte
Nick Carter - saxophone baryton et alto, clarinette
Jack Birchwood - trompette, flugelhorn
Steven Fuller - trombone
Sally Herbert - direction cordes
Natalia Bonner, Calina de la Mare, Alison Dodd, Richard George, Ian Humphries, Rick Koster, Everton Nelson, Tom Piggot-Smith, Julia Singleton, Lucy Wilkins - violon
Nick Barr, Charlie Cross, Claire Orsier, Bruce White - alto
Ian Burdge, Sophie Harris, Sarah Wilkinson, Chris Worsey - violoncelle
Richard Pryce, Lucy Shaw - contrebasse
0Commentaire13 sur 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juin 2014
Un magnifique album ou émilie semble retrouver la grace et la poésie de ses débuts qu'elle semblait avoir perdu avec The Big machine. Un retour au sources salvateur qui nous offre de magnifiques pépites (Les étoiles de Paris, Les amoureux de minuit, Perdue dans tes bras, Quand vient le jour...)
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mars 2015
Tout comme "Francky knight", bien que différent, cet album est un bijou que j'aime déguster dans mon bain, en rentrant du boulot en voiture ou lorsque je peins.
Quelle voix et quelles subtilités dans la musique....ici aussi, chaque chanson me transporte dans son univers plein de poésie....
Emilie Simon est comment dire...une sorte de fée "zèbre" de l'espace...
Enfin, si vous voyez ce que je veux dire :-) Non, non je n'ai pas fumé ^^ D'ailleurs' avec ses petits chefs d'oeuvres, aucun besoin de produits licites ou pas pour qui désire se détendre et planer...
Ravie de mon achat donc là encore et vais m'offrir d'autres albums de cette artiste, c'est certain.
La bo de 'La marche de l'empereur" je pense qui semble magique et "Végétale" je crois bien....
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 février 2015
Cet album est très bon, il sonne plus " variété " que les autres, il est très romantique et glamour ( Ha Paris la ville de l'amour ). On retrouve aussi quelques sons électronique de notre belle Emilie qui fait son charme.
Elle se renouvelle sans cesse dans cet album, elle test les instruments de musique comme la Harpe, Violon ou encore quelques instru latinos pour une chanson.
Elle emmène toujours son public dans son monde et elle dépasse toujours une grande panoplie de chanteurs et chanteuses du moment en France, ce bijou est l'un des meilleurs disques français de l'année 2014 et de loin.
Quand Vient le jour est le tube de cet album, dommage que les victoires de la musique ne l'a pas nommée ( mais vu qu'elle a déjà trois victoires ce n'est pas très grave ).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juillet 2014
Bel album, j'espère qu'il y aura une captation des concert de l'été, tendresse romantisme et toujours cette finesse musical, bravo !
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 mai 2014
Heureuse de ce retour... Après the Big machine et Franky night, je m'étais un peu éloignée d'Emilie... Mais " Mue" m'a rattrapé directement grâce à " Paris j'ai pris perpette" qui m'a littéralement fait tourner la tête !!!! Et de ce fait, j'ai acheté l'album et il se révèle contenir de vrais bijoux!!!! À écouter tous les jours...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 juillet 2015
De très belles créations qui mettent en avant ses talents de chanteuses et d'écrivaine je le concède..mais je reste nostalgique de ses créations électroniques tel quel l'album végétal qui reste pour moi le meilleur! A quand un retour de ses fabuleux mélanges sonores et vocaux qui ont su si bien valoriser ses textes.
Quelle artiste!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 décembre 2015
Cette femme est extraordinaire... Je deviens addict. Je découvre peu à peu ses CD et celui-ci, indiscutablement un des meilleurs avec Vegetal. Une autre époque, une autre recherche musicale, mais c'est excellent. Vivement le prochain, avec si possible une tournée, ce dont elle ne semble pas très "friante".
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 juin 2014
C'est un disque aux vertus presque physiques, porté par des mélodies vivifiantes comme des bourrasques, une production brillante où chaque son se détache, une voix fluide qui jamais ne rate ses loopings d'hirondelle. Faut-il déduire du titre (et de la pochette dénudée) que la chanteuse a changé ? Oui et non. Sans marquer de rupture, ce sixième album est l'expression la plus aboutie de son agilité musicale, jouant des références, affichant des sonorités cubaines, asiatiques ou orientales, naviguant entre la pop-électro, la ballade romantique et l'emphase symphonique. Surtout, il marque une ouverture, presque une renaissance, deux ans après Franky Knight qu'elle avait dédié à un amoureux disparu. Aujourd'hui, c'est la vie, et les perpétuelles surprises de l'amour que la jeune femme célè­bre. D'ailleurs son disque démarre en trombe, avec un Paris j'ai pris perpète sévèrement addictif. Et s'il se calme ensuite, c'est pour mieux reprendre de la vigueur sur sa fin, suivant la courbe si souvent sinusoïdale des sentiments... Tant pis alors si les textes sont légers ; ce qui nous emporte, c'est la vitalité de la musique, l'éclat de la réalisation (qu'Emilie Simon, petite fée des sons, cosigne avec Tahiti Boy et Ian Caple) et la richesse d'une interprétation digne d'une comédienne, à la fois gouailleuse et sophistiquée. Dans la pop, c'est rare. — Valérie Lehoux
0Commentaire2 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

11,99 €
6,99 €
6,99 €
9,68 €