Murena - tome 4 - Ceux qui vont mourir et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 11,99
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Amazon rachète votre
article EUR 3,00 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

Murena, tome 4 : Ceux qui vont mourir... Album – 14 septembre 2002


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Album
"Veuillez réessayer"
EUR 11,99
EUR 11,99 EUR 8,49

A court d'idées pour Noël ?

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Murena, tome 4 : Ceux qui vont mourir... + Murena, tome 3 : La meilleure des mères + Murena, tome 5 : La déesse noire
Prix pour les trois: EUR 35,97

Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Amazon.fr

An 58 de notre ère. Rome, l'impérieuse cité, étend son pouvoir sur le monde. À sa tête, l'empereur Néron. Les rumeurs les plus audacieuses sont colportées dans son sillage. On murmure qu'il aurait ordonné l'empoisonnement de Britannicus, son demi-frère. On murmure aussi qu'Agrippine, sa mère, serait prête à tout pour rentrer en grâce auprès de son fils. Et même, avancent certains, à lui ouvrir sa couche... Néron, lui, pense surtout à Acté, la belle prostituée qu'il a arrachée à Pallas, l'affranchi grec favori de sa mère. En marge de ces destins de puissants, d'autres vies poursuivent leur cours bien souvent tumultueux. Comme celle de Murena, héros de cette série historique où se mêlent le souffle de l'épopée et le tragique du quotidien. Néron l'a pardonné et se dit prêt à le voir rentrer à Rome. Mais Murena n'a pas oublié : il demande à Néron de lui accorder la tête de Draxus, celui qui assassina sa mère. C'est l'occasion que choisit Néron pour imaginer un plan qui le mettra définitivement à l'abri des machinations machiavéliques de sa mère...
Ce quatrième volet marque l'achèvement du premier cycle de Murena, baptisé Le Cycle de la mère. Le second est d'ores et déjà programmé : il s'appellera Le Cycle de l'épouse. En quatrième de couverture, les auteurs citent Sénèque : "La vie n'est qu'une pièce de théâtre. Ce qui compte, ce n'est pas qu'elle dure longtemps mais qu'elle soit bien jouée". Dans Murena, la vie prend plus volontiers les couleurs de la tragédie – antique, comme il se doit. Les jeux et les enjeux de pouvoir font peu de cas des trajectoires individuelles. Ici, le lecteur est bien loin des aventures d'Alix : la cruauté, la perversité, les ambitions dévorantes et la violence constituent le quotidien des protagonistes. Avec suffisamment de réalisme pour faire dire à Michael Green, professeur d'histoire au King's College d'Oxford et "conseiller historique" sur le film Gladiator, que la série représente "la meilleure fresque historique" qu'il ait lue. Beau compliment. Une fresque historique qui, selon lui, n'est peut-être pas si éloignée de nous : à l'en croire, elle met en scène une "humanité affolée si semblable à la nôtre". Une leçon d'histoire à méditer... --Gilbert Jacques

Biographie de l'auteur

Jean Dufaux est l'auteur d‘une oeuvre importante comprenant près de 200 titres, une oeuvre originale, à l'écart des modes, plus complexe qu'il n'y paraît : "Complainte des landes perdues, Double masque, Murena, Rapaces, Djinn, Croisades, Barracuda, Sortilèges, Loup de Pluie, Le Bois des vierges, Conquistador, ..." Le monde de Jean Dufaux s'orchestre autour de quelques thèmes récurrents qui structurent ses récits : le pouvoir et la folie, la solitude et ses miroirs, les égarements du temps, les blessures du passé. Cette mosaïque immense qui ne refuse ni les jubilations du roman-feuilleton ni les ellipses cinématographiques se veut avant tout une oeuvre de plaisir, d'enchantement, au sens féerique et occulte du terme. Ces albums, vendus à des millions d'exemplaires, couronnés par de nombreux prix et récompenses, diffusés dans une douzaine de pays (Europe, Japon, Etats-Unis), elle déploient leurs charmes, se parant du graphisme des meilleurs européens et s'appuyant un art du dialogue qui épouse et repousse l'image dans un même mouvement. Parmi les nombreux prix, dont certains pour son oeuvre complète, qui qu'a reçus Jean Dufaux, citons : Le prix Calibre 38, (prix du meilleur polar) pour HAMMETT, aux éditions Glénat, en 1996. Le prix de la Société des gens de lettres pour MURENA, aux editions Dargaud, en 2007. Le prix Cheverny (meilleur roman graphique "Histoire") pour MURENA en 2011. Jean Dufaux est, par ailleurs, président du jury des prix Diagonale qui, en Belgique, récompensent chaque année des artistes de la bande dessinée. En 2009, son oeuvre est exposée lors des « Regards croisés de la bande dessinée belge » dans les musées royaux des Beaux-Arts de Belgique. Jean Dufaux a été nommé chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres en 2009.

Né à Tournai (Belgique) en 1961, Philippe Delaby possède des talents innés de dessinateur. C'est à l'âge de 8 ans cependant, après avoir reçu de son père son tout premier album, que naît sa passion pour la BD. Dès lors, les histoires à bulles ne le quitteront plus ! À 14 ans, il entre à l'académie des Beaux-Arts de sa ville natale, où il développe et perfectionne ses dons. Fasciné par Ingres et les maîtres flamands, il y apprend non seulement le dessin, mais aussi la peinture à l'huile. Son attirance pour la bande dessinée prend néanmoins le dessus et, à 18 ans, il est le lauréat d'un concours pour jeunes dessinateurs qui lui ouvre les pages du journal Tintin. Pour l'hebdomadaire des 7 à 77 ans devenu Hello Bédé, il met en images, sur des scénarios d'Y. Duval, Arthur au royaume de l'Impossible et Richard Coeur de Lion, deux épopées qui lui vaudront le prix Clio au Salon de l'Histoire à Paris en 1993. La même année, il met en images Bran, un récit écrit par J.-L. Vernal, qui raconte l'histoire d'un jeune Gaulois. En 1994, avec le romancier L. Delisse, il publie au Lombard L'Étoile polaire, un thriller fantastique médiéval. En 1997, encouragé par le scénariste Jean Dufaux, il ressuscite de façon magistrale la Rome impériale de Néron dans Murena, péplum édité par Dargaud et primé dans plusieurs festivals. Le succès grandissant, Philippe Delaby accepte de s'évader dans la Complainte des landes perdues, monde fantastique imaginé par son compère Jean Dufaux et par Grzegorz Rosinski. Philippe Delaby décède le 29 janvier 2014.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 3,00
Vendez Murena, tome 4 : Ceux qui vont mourir... contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 3,00, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Album: 48 pages
  • Editeur : Dargaud (14 septembre 2002)
  • Collection : Murena
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2871294577
  • ISBN-13: 978-2871294573
  • Dimensions du produit: 29,8 x 22,7 x 1,1 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (11 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 33.846 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Dans ce livre (En savoir plus)
Première phrase
L'oeil du dieu s'ouvre sur Rome, la metropole aux 7 collines. Lire la première page
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Extrait | Quatrième de couverture
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.6 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Amazon Customer sur 4 janvier 2004
Format: Album
Si Dufaux m'a quelque peu déçue dans la conclusion du premier cycle de la série "Rapaces", il m'a, au contraire, enthousiasmée dans ce quatrième tome de "Murena", qui clôt en beauté le premier cycle relatant l'ascension de Neron.
Comme toujours dans cette série, le graphisme remarquable est à la hauteur d'un scénario romancé apparemment richement documenté. Les notes de fin d'album complètent et explicitent intelligemment les références qui apparaissent au fil des pages.
L'intrigue historique et politique est astucieusement ramenée à hauteur d'hommes, deux amis, l'un qui a réellement existé (Neron), l'autre inventé par le scénariste (Murena), qui vont finir par se confronter.
Ce premier cycle, dense, qui s'achève aura permis au lecteur de s'attacher à ces deux destins, amenés à se confronter, et à cerner la personnalité complexe de Neron, présenté ici comme un jeune homme perverti par l'ambition dévorante de sa mère Aggripine (personnage très intéressant).
Sexe, violence, nudité sont montrés sans complaisance ni mauvais goût. Une série forte, passionnante dont j'attends le second cycle avec impatience.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par "mileg" sur 3 mai 2003
Format: Album
Le mot n'est pas trop lourd. Ce premier cycle de 4 tomes se conclut en beauté. Murena c'est un récit historique très détaillé et très riche en informations sur la Rome Antique. Mais attention cela n'a rien à voir avec Alix - sans vouloir critiquer le travail de Jacques Martin, on sent que Dufaux a mis des semaines pour rechercher l'information la plus exacte possible pour nous servir les déchirements entre Néron et ses proches dans leur lutte pour le pouvoir. Le dessin est superbe avec de très belles couleurs très adaptés au récit et à l'époque traitée.
Si vous aimez un tant soit peu ce qui touche à l'histoire, il n'y a pas à hésiter, c'est bien plus ludique qu'un livre d'Histoire.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par samako sur 16 décembre 2002
Format: Album
si vous aimez l'Histoire, la rigueur d'un scénario, des détails et des dessins alors plongez vous dans le monde de Murena
tout simplement excellent
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Format: Format Kindle Achat vérifié
Exemple d erreur : Murena croise un voyageur nommé Pierre, qui lui dit avoir vu crucifier un homme de Nazareth, et Murena s étonne qu' il vienne de si loin !
Or Nazareth était un minuscule village qu' aucun Romain ne pouvait connaître (au contraire de Jérusalem) !
Et toujours toutes ces statues non peintes !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Blue Boy TOP 500 COMMENTATEURS sur 6 octobre 2013
Format: Album
Comme le laisse deviner le titre de cet épisode clôturant le premier cycle, la sang va couler, et cette fois Agrippine n’y coupera pas, récoltant en quelque sorte les fruits de ses forfaits passés. La fascination de Néron pour le feu, comme le prétend la légende, sera retranscrite dans une scène saisissante et prémonitoire, suite à la vengeance de ce dernier envers sa mère. Le dessinateur y traduit parfaitement la folie qui gagne doucement le jeune empereur.

J’ai été enchanté par cette saga antique au scénario efficace et au dessin plaisant, où l’Histoire se mêle subtilement à la fiction. Il faut insister sur le sérieux du projet, qui a bénéficié des conseils des spécialistes de la Rome antique. Cet épisode est même préfacé par un chercheur au King’s college, Michael Green, qui n’est pas avare d’éloges : « Oui, j’admire Murena, en tant qu’historien, car la série fera connaître l’Antiquité romaine, plus vite et sans doute mieux que tous les livres d’histoire – y compris ceux que j’ai commis. Murena va clore le bec à tous ces écrivains stipendiés de Rome, qui n’avaient pas leur pareil pour salir la mémoire de ceux dont ils traçaient la biographie… en oubliant de préciser que le commanditaire du texte était souvent l’assassin qui avait pris illégitimement la place de son prédécesseur. » A méditer…
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Guilhem sur 27 février 2013
Format: Album Achat vérifié
Serie géniale. Tous les tomes sont de très bonne qualité. Le dessin sert admirablement une histoire bien écrite et (très) bien documentée. A acheter ou offrir les yeux fermés.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?