Naissance:Roman et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus

Acheter neuf

ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Acheter d'occasion
D'occasion - Bon Voir les détails
Prix : EUR 16,99

ou
 
   
Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 9,61
Amazon Rachète cet article
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Commencez à lire Naissance:Roman sur votre Kindle en moins d'une minute.

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Naissance: Roman - Prix Renaudot 2013 [Broché]

Yann Moix
3.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (49 commentaires client)
Prix : EUR 26,00 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 12 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le mardi 2 septembre ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle EUR 16,99  
Broché EUR 26,00  
Broché --  
Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 9,61
Vendez Naissance: Roman - Prix Renaudot 2013 contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 9,61, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Description de l'ouvrage

28 août 2013 Littérature Française

La naissance ne saurait être biologique : on choisit toujours ses parents. Naître, c'est semer ses géniteurs. Non pas tuer le père, mais tuer en nous le fils. Laisser son sang derrière, s'affranchir de ses gènes. Chercher, trouver d'autres parents : spirituels. Ce qui compte, ce n'est pas la mise au monde, mais la mise en monde. Naître biologiquement, c'est à la portée du premier chiot venu, des grenouilles, des mulots, des huîtres. Naître spirituellement, naître à soi-même, se déspermatozoïder, c'est à la portée de ceux-là seuls qui préfèrent les orphelins aux fils de famille, les adoptés aux programmés, les fugueurs aux successeurs, les déviances aux descendances. Toute naissance est devant soi. C'est la mort qui est derrière. Les parents nous ont donné la vie ? A nous de la leur reprendre. Le plus tôt possible.


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Naissance: Roman - Prix Renaudot 2013 + Au revoir là-haut - Prix Goncourt 2013
Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Extrait

J'allais naître. Pour moi, l'enjeu était de taille. Si c'était à refaire, je naîtrais beaucoup moins - on naît toujours trop.
- Il surnaît ! s'était indigné mon père à ma sortie des viscères maternels.
On devrait arriver en silence, faire son entrée sur la pointe des pieds. Se faire oublier d'avance. On n'est jamais si prétentieux qu'en naissant. Il n'y a pourtant pas de quoi : mon père, lassé par un jeu télévisé où des vachettes locales entraient en excitation sous les huées d'un parterre de campeurs méchants, s'était dirigé, braguette ouverte, vers la salle de bains où ma mère glissait du fil dentaire entre deux douloureux chicots. Il avait soulevé le tulle de sa nuisette rose praline, s'était frayé un passage dans la pilosité de sa femme puis, entre deux râles de marcassin balancé sur une ligne haute tension, avait dégoisé des insanités en la secouant comme un flipper. Mouillé comme une éponge, rouge comme un chasseur de perdrix compressé dans son gilet après une dégustation de pomerol, il vérifia l'exagération de ses propres grimaces dans la glace, propulsa dans les entrailles de ma mère changée en cyclotron un jet de spermatozoïdes fusant à la vitesse des quarks, puis s'affaissa sur elle tel un figurant de film de guerre au coup de sifflet. Il était minuit.
- Il surécrit ! s'était scandalisé mon père à la sortie de mon premier roman. Je ne comprends pas qu'on ait pu donner le Goncourt, même des bacs à sable, à une telle surenchère d'outrancières épithètes ! Nul. Zéro. À dégager ! Qu'on ne compte pas sur ma mansuétude, ni sur ma pitié, pour ranger cette cagade dans ma bibliothèque. Cela contaminerait les vrais livres qui s'y tiennent, eux, avec la dignité requise. Si j'étais critique littéraire, fils ou pas fils, je lui aurais brisé les dents. Balancez-moi ça dans la poubelle ! Nous avons pour habitude, dans cette maison, de ne point faire collection de produits avariés.
Cet écrivain nul, cher lecteur, vient d'achever le livre que tu tiens entre les mains - ce livre est épais, glanduleux, visqueux, radical, oblong, coupant, muni de poils étoiles, il est (grossièrement) denté, il est purpurin, jaune pâle, tube, il est bracté, il est cilié.
- Je te fourre mon billet que vous ne le terminerez pas, messieurs mesdames, ce roman ! ricana mon père. Il est des écrivains autrement plus urgents à lire que les diarrhées de cette espèce d'imbécile. D'ailleurs, la critique est unanime, voire unanimissime, pour crier que ça sent le navet.

Après trois essais de mauvais goût, Yann Moix, fasciné par Yann Moix (il ne partage, au monde, ce triste privilège qu'avec lui-même), revient avec un roman autobiographique qui se voudrait grand, mais qui, in fine, n'est que gros. Revenant à cette enfance qui ne nous intéresse pas, la sienne, il multiplie les effets, abuse des facilités, sollicite toutes les redondances pour nous infliger, nous qui étions déjà depuis longtemps affligés, les interminables délires d'une prose qui se voudrait poétique, mais ne parvient dans le meilleur des cas (sans le vouloir) qu'à être pathétique. Nous recommandons à cet auteur (tout vaut mieux que de le qualifier d'écrivain) de persister dans le cinéma, art qui se prête plus judicieusement à la vulgarité de ses dons. Car il a des dons, Yann Moix, au premier rang desquels, celui, parce que nous veillons en ces colonnes à rester polis en toutes circonstances, de nous agacer.

Gilbert-Alain Néhant, Le Libre Lombric du 27 août.

Pauvre petit Moix, pauvre petit chimpanzé. Que faire de ce gars ? Il est perdu pour la littérature, n'est-il pas ? Tellement perdu tout court, verbiage à la main, colère au cou, prêt à vomir la terre entière, lui si minuscule, si ridicule, si chose en «ule», si ventricule, si tubercule, j'oserais dire si pustule. Si vérule et si pédoncule. Nous le vomissons.

Jean-Flegme Anonyme, Viande magazine du 1er septembre.

Revue de presse

Il fait le portrait d'une France provinciale des années 70, rencontre au passage Bataille, Gide, Alain-Fournier. Il est, aussi (surtout ?), une méditation sur la judaïté, sur la procréation, la naissance et la mort, sur le processus de l'écriture et l'invention du lecteur, sans que l'on sache toujours quand la voix du narrateur devient celle de l'auteur - ou quand l'esprit de sérieux prend le pas sur le foutraque. (Marion Cocquet - Le Point du 22 août 2013)

S'agit-il d'un «roman total» ? Assurément non, puisqu'il se limite aux premières années de l'enfant prodige. Assurément oui, dans son ambition d'embrasser tous les genres, dans ses fulgurances poétiques, dans ses mille et une trouvailles descriptives : «il devint rouge comme en banlieue de Leeds la brique misérable des maisonnées de supporters» ; «un croquis lâché dans la nature» ; «son col anglais, enrubanné d'un noeud d'ascot, est pris dans l'amidon comme une felouque dans les glaces de la baie de Baffin»... Une chose est sûre : je n'ai pas envie de connaître Yann Moix. Parce qu'un tel livre est nécessairement plus grand que son auteur. Parlez-moi de lui, il n'y a que cela qui m'intéresse, mais, d'abord, lisez-le ! (Joseph Macé-Scaron - Le Magazine Littéraire, septembre 2013)

L'auteur livre avec Naissance un roman époustouflant où le tragique est indissociablement lié au burlesque...
Chez Moix, tout est surdimensionné comme dans une autre galaxie : monologues infinis, dialogues infinis, énumérations infinies, personnages infinis. Car il s'agit de naître et on n'en finit pas d'essayer !...
En fait, on l'a compris, le véritable sujet est une seconde naissance, ici, celle de l'écrivain. Écrire c'est réengendrer son nom, devenir le père de sa généalogie...
Voilà un tsunami dont il faut profiter, il ne tue pas ! Laissez-vous surfer sur la vague géante de la littérature sans bornes. (Patrick Grainville - Le Figaro du 5 septembre 2013)

Dire qu'il y en a qui n'ont fait que naître ! Avec Moix, cela aurait suffi à alimenter une épopée. Là, il renaît carrément. C'est dantesque. Page 87, l'accouchement proprement dit s'achève : il est né Page 232, on est toujours en salle de travail quand on s'aperçoit que le petit Yann est apparu déjà circoncis...
Et ainsi de suite. Qu'elles soient amusantes ou déplaisantes, incongruités et vérités vont se succéder pendant des centaines de pages et mêler entre elles Brian Jones et Charles Péguy, Charlot et l'Esprit saint, Babylone et Orléans (qui passe un très sale quart d'heure)... A force, on a le tournis, et tant d'idées donnent au livre un air d'énorme «premier roman» où l'auteur proclame au monde tous ses goûts et ses dégoûts. Sauf que ce premier roman est écrit par un grand pro qui en fait une folie enthousiasmante. (Gilles Martin-Chauffier - Paris-Match, septembre 2013)

Le prix Renaudot a été attribué à Yann Moix pour son roman «Naissance» (Grasset)...
Doté de dialogues hilarants, méchant et grotesque, le roman de Yann Moix dynamite de l'intérieur toute forme de bien-pensance et de sentimentalisme liés à la famille. Famille je vous hais ? L'enfer, c'est les autres ?...
Moix prouve ici qu'il a enfin trouvé sa voie : le burlesque et l'absurde. (Nelly Kaprièlian - Les Inrocks, novembre 2013)

On rit, en prenant dans la figure le pavé Moix. On s'énerve, aussi, parfois, des digressions, des énumérations loufoques. De quoi devenir, à l'occasion, aussi méchant que ses personnages. Alors on se retient. Il ne faudrait pas qu'il espère, l'animal, nous faire entrer dans sa ménagerie... Et pourtant il y parvient. Il faut un peu de temps pour le traverser, le pavé. Alors on s'installe dedans, on note des formules. On rumine ses méditations sur la vie, on y repense la nuit, s'imaginant que la confrérie des immondes d'Orléans, tout difformes de l'intérieur, se penche sur soi comme sur un berceau. 1 148 pages dans la tête de Yann Moix, c'est un shoot au long cours, un bain moussant hallucinogène. Une potion magique qu'il nous fait partager, lui qui n'en a plus besoin, puisqu'il est tombé dedans il y a bien longtemps. À la naissance, justement. (Étienne Gernelle - Le Point du 7 novembre 2013)

Détails sur le produit

  • Broché: 1152 pages
  • Editeur : Grasset (28 août 2013)
  • Collection : Littérature Française
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2246713218
  • ISBN-13: 978-2246713210
  • Dimensions du produit: 24 x 15,4 x 5,4 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (49 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 9.342 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

Commentaires client les plus utiles
14 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un bonheur! 1 décembre 2013
Par Clara
Format:Broché
"Naissance" une œuvre magistrale! Et c'est mon point de vue, moi lectrice! Oui nous avons la faculté de raisonner, de penser, de ressentir par nous même, nous n'avons que faire de vos critiques messieurs "ses détracteurs" Inclinez-vous! Yann vous me donnez l'envie de me réconcilier avec l'humanité, ce roman a fait écho en moi, ce n'est pas de violence dont il est question, mais d 'une vérité criante, la mise en évidence de ce que l'absurde et le médiocre peuvent provoquer comme séisme chez des êtres sans défenses. Yann, vous avez toute ma considération et surtout, surtout, ne changez rien!
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
9 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une Renaissance 23 novembre 2013
Par david
Format:Broché
Naissance et un livre précieux, manifeste d'une Renaissance actuelle de la Littérature, aux confins des arts et de la culture. Il nous prend aux tripes avec la question toujours brûlante de nos identités, avec le retour en butée sur le fait incontournable de naitre biologiquement, politiquement, religieusement. On peut le lire de plusieurs manières. En l'ouvrant au hasard on tombe sur une page qui vous saute au visage, tant sa réflexion est pertinente, souvent drôle. Dans une prose dans laquelle se coule une poésie, une ardeur juvénile et jubilatoire qui traversent tout le tissage de l'œuvre.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
Par Jean-Luc TOP 500 COMMENTATEURS
Format:Broché
Découpé en court chapitre qui s'imbriquent en petits morceaux étincelants dans un phénoménale ensemble, brillant de mille aphorismes, pertinentes réflexions, éruditions profondes, jeu de mot, mots qui jouent, qui se stylisent, qui sortent des pages, trop à l'étroit.
Moix semble toujours trop à l'étroit, les idées trop grandes essaient plusieurs costumes de mots, synonymes, paraphrases, toujours trop petits, les mots se font listes, les listes dégoulinent du roman, le roman se fait essai philosophique, la philosophie déborde sur la mystique...

Alors tout est excès « Je n'adore que ce qui est en crue, se barre, dénote, détruit l'ensemble, gâche, emporte. Le hors sujet, voilà mon sujet de prédilection ».

Moix tente de transcender la littérature de Bataille, Rabelais, Joyce ou Gide, l'humour de Desproges, la psychanalyse de Lacan, la philosophie de Wilber, le christianisme finalement pour réinstituer le Saint-Esprit, le Christ engendrant Dieu le Père, le père pour être son propre père et le fils pour être son propre fils.

Livre qui ne se lit pas forcément selon les règles, que l'on pourrait commencer au milieu, chapitres que l'on parcoure en diagonale ou que l'on relit plusieurs fois.
Il faut s'autoriser en tant que lecteur à "sous-lire" voir à ne pas lire à "surlire" ou même à relire en boucle.
On saute, on revient en arrière, on le referme puis on y revient...ou pas.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
18 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Epoustouflant Spectacle littéraire burlesque 18 novembre 2013
Par BBreuls
Format:Broché
Actuellement nous pouvons lire plein d avis différents sur le livre "Naissance"
Tant que vous n avez pas lu ce livre vous ne pouvez émettre de jugements car l interprétation de celui ci sera différent en fonction de votre vécu , de votre propre naissance... Bien sur ce "pavé" de plus de mille pages pourrait en effrayer plus d un.. Moi même d ailleurs
étant blonde et belge j ai hésité avant de l acheter..mais n ayez crainte, il peut se lire par parcimonie, partout, on peut le laisser le reprendre, relire un passage, passer les passages qui nous plaisent moins..seul inconvénient son poids et taille car je l ai emmené lors de mes différents voyages et il prend un peu de place..
Ce roman est complètement différent et original, c est un concentré de démesure, cela nous change des romans bien lisse..moi qui aime les spectacles humoristique, le théâtre, l opéra, le cinéma, j ai découvert un spectacle littéraire burlesque!
Monsieur Moix a choisi l humour pour nous parler de choses ignobles tout en gardant le plaisir du bon mot...
Dans ce monde où tout doit aller très vite, où nous sommes tous accros à nos écrans de Smartphone de télévision, quel bonheur de se plonger dans ce pavé où notre imagination peut vagabonder, quel délice de prendre le temps d une pure stimulation intellectuelle et au final aussi revivre notre naissance et commencer notre renaissance..
A consommer sans modération..
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
52 internautes sur 70 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Il fallait oser !!! 8 septembre 2013
Format:Broché
Il fallait oser, c'est le moins que l'on puisse dire... Comme l'indique l'auteur, on n'est pas obligé de lire les 1152 pages mais en réalité lorsque l'on débute la lecture c'est comme si l'on était pris dans un tourbillon, on ne veut plus rien manquer.
S'agissant des critiques figurant sous l'extrait, j'invite ceux qui sont convaincus de posséder le "savoir universel" à produire au moins une de leurs oeuvres; je m'interroge sur l'éventualité d'atténuation immédiate de leur verve dès lors qu'ils se seront exposés...

jpaul ungerman.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Commentaires client les plus récents
3.0 étoiles sur 5 Il aurait fallu élaguer
Une diarrhée verbale, souvent trop automatique, mais semée de pépites. Il aurait fallu élaguer un peu, et même beaucoup. On se lasse rapidement.
Publié il y a 21 jours par Jean-Luc
4.0 étoiles sur 5 Livre en assez bon état
bon rapport qualité prix pour une occasion , couverture moyennement propre mais l' intérieur est impeccable , le livre n'a pas été lu. Envoi rapide ... Lire la suite
Publié il y a 2 mois par ZOE
3.0 étoiles sur 5 Long...
La qualité littéraire de ce livre est indéniable, l'auteur écrit tout à fait bien et, lorsqu'on connait son histoire, on comprend beaucoup de... Lire la suite
Publié il y a 2 mois par Martin Amaury
1.0 étoiles sur 5 une mascarade
j'ai détesté ce livre qui ne présente aucun intérêt.
C'est mal écrit et d'un style très lourd. Lire la suite
Publié il y a 2 mois par Marie
5.0 étoiles sur 5 merveilleux
très bonne écriture avec un esprit fin beaucoup d'humour et de plaisir a prendre lors de cette lecture bravo a yann moix
Publié il y a 3 mois par catherine le grand
1.0 étoiles sur 5 Alors courage!
Je n'ai peu la force d'aller jusqu'au bout. J'attendais le déclic qui n.est pas venu.
Indigeste à un point insoupçonné.
Publié il y a 4 mois par Marie 33
5.0 étoiles sur 5 Naissance de Yann moix
Très belle écriture, de la vrai littérature comme attendu, auteur de caractère et d'une grande vivacite
Pas de langue de bois
Publié il y a 4 mois par bernadette raynaud
1.0 étoiles sur 5 Remboursé !
Ce livre est une mascarade. On dirait que l'auteur a jeté des mots du langage soutenu totalement au hasard en essayant d'arranger ça pour obtenir des phrases... Lire la suite
Publié il y a 5 mois par Arnaud Le Bourdais
1.0 étoiles sur 5 Grosse arnaque marketing
Une seule page du livre est sympa, celle qui est proposé en extrait. Le reste est déprimant, faite de redondances. Je regrette de mettre fait avoir . Lire la suite
Publié il y a 6 mois par heitutaki
1.0 étoiles sur 5 Impossible.
Ce truc peut tuer !
J'en ai lu quelques pages et un message est apparu : "dans 7 jours, vous serez mort !". Lire la suite
Publié il y a 6 mois par kepula
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?