New York Dolls
 
Agrandissez cette image
 

New York Dolls

3 décembre 2012

EUR 8,49 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 7,99 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version MP3 de cet album sur Cloud Player.
  Titre
Durée
Popularité  
1
Personality Crisis
3:41
2
Looking For A Kiss
3:18
3
Vietnamese Baby
3:38
4
Lonely Planet Boy
4:08
5
Frankenstein
5:58
6
Trash
3:08
7
Bad Girl
3:03
8
Subway Train
4:20
9
Pills
2:47
10
Private World
3:38
11
Jet Boy
4:40

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Label: IMS
  • Copyright: (C) 1973 The Island Def Jam Music Group
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 42:19
  • Genres:
  • ASIN: B0025AYCVQ
  • Moyenne des commentaires client : 4.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (7 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 42.135 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne 

4.1 étoiles sur 5
4.1 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
17 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Punks à paillettes 30 janvier 2007
Par Lester Gangbangs TOP 500 COMMENTATEURS VOIX VINE
Format:CD
Le meilleur disque (de toute façon ils n''en ont fait que deux, et oubliez la reformation actuelle des deux survivants just for the money) d'un des groupes les plus essentiels des années 70.

Souvent assimilés et réduits à leurs excès (le look ahurissant pour l''époque, les défonces à tous les étages), l''importance des Dolls se situe au niveau strictement musical.

La doublette introductive de ce Cd (« Personality crisis », « Looking for a kiss ») est stupéfiante de perfection plus de trente ans après. Johansen (plus encore que l''autre lippu américain Steven Tyler d''Aerosmith) est par son magnétisme le clone parfait de Mick Jagger, les guitares rageuses de Thunders et du trop souvent sous-estimé Syl Sylvain incrustent le danger dans tous les morceaux, et la rythmique enclume sévère. Le tout superbement produit par Todd Rundgren qui a du se souvenir de ses années garage avec Nazz pour leur concocter ce son de déglingue rock'n'roll.

Une hystérique tournée anglaise (avec mort du batteur par OD) allait donner plein d''idées de groupes à tous les morveux british. Le punk était en route.

Que vous ayez 20 Cds ou 20 000, celui-là doit être dans le lot.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
18 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Wham bam! 23 juin 2006
Par Jean Bal TOP 50 COMMENTATEURS
Format:CD
Ce disque est certainement l'un des plus influents de la scène rock du début des 70s. Poussant à l'extrême les clichés crades du courant "stonesien" de la période Let It Bleed/Exile On Main Street, cet enregistrement va littéralement être à l'origine du mouvement punk américain, inauguré par les Ramones dès 74 au CBGB de New York. Plus "trash" que véritablement "glam", il est avec Fun House des Stooges l'une des bibles musicales qui va aussi conduire toute une génération de jeunes britanniques à se lancer dans une musique primaire et provoquante, qui secouera la fin de la décennie et changera à jamais la face du rock.
Non, ce disque n'a rien à voir avec du hard-rock, même si le look des Dolls a très certainement incité les Kiss à jouer avec le maquillage de leurs frangines. C'est un manifeste de rock adolescent, mal maîtrisé, mais bouillonnant de testostérone. Une sorte de cri ultime, adressé par une génération paumée à une société qui s'effondre dans les miasmes du Vietnam et la faillite des valeurs hippies.
Rageuse, exhubérante et totalement dénuée du moindre bon goût, cette musique élémentaire a prouvé - dans la tradition des garage bands des 60s - qu'on pouvait s'amuser comme des fous même si on ne savait jouer que trois riffs sur une guitare désaccordée et si on chantait comme un chat en rut.
De « Personnality Crisis » à « Frankenstein », en passant par « Jetboy », voilà un recueil de morceaux passionnants, et souvent mal fichus, qui n'a pas pris une ride en 35 ans. Du rock "fun" et énergétique, crasseux comme un peep show sur Bowery, tonique comme une baston entre gangs du Queens. Rock'n'roll, vous dis-je!
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Rock and roll sissification 14 mars 2014
Format:Album vinyle
S'habiller en nanas fanfreluchées pour faire du rock and roll , il n'y a que des mecs pour avoir cette idée-là !
Mais c'est pas si bête : le rock and roll est une musique de nanas , j'en démords pas .
On a eu d'autres cas : Little Richard ( qui s'arrêtait au rimmel ) les lourdingues Alice Cooper , Twisted Sisters ... la bande à Basile , Ange , Fancy chez nous , Pavid Mochwie dans l'englisherie , Abba ( seulement deux sur les quatre , parité oblige ) Motorhead ... de bocherie aussi autrefois , toute la gestapette paraît-il ...
Bon , c'est pas le tout , le rouge à babines , les bottes en skaï , les plumes , les frisettes , c'est bien joli , mais après , faut assurer "musicalement" comme disent les nazes prétentieux ...
Pas de problème avec les New York Dolls , ils assurent . Ils ont de très longs cheveux ! Ils sont teigneux , mal embouchés , Johnny Volume ( son premier faux nom ) fout du tonnerre dans sa rapière et David Johansen nous promet des renversements très sexués : si c'est pas des trucs pour filles , ça , je revends ma harpe en rubis et en nylon d'Aquitaine au premier manchot qui passe !
Les Dolls comme leur nom l'indique viennent de New York , ce qui pour un groupe de rock and roll est la moindre des choses . C'est presque tous un peu des gros babanes aux origines diverses ... plutôt prolétaires ( Queens , Bronx , Brooklyn ... ) irlandaises , norvégiennes , italiennes , juives , colombiennes : un bon creuset de hargne .
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Légendaire 21 mai 2006
Par DelAlba
Format:CD
Ce que j'aime dans cet album c'est ce mélange entre l'impression de "rareté", d'originalité de ce groupe et en même temps ce petit air familier qui ressort de son écoute. Un look glam improbable qui contraste totalement avec le côté particulièrement musclé de leur musique, qui préfigure (créé ?!) le punk-rock, qui n'est pas non plus sans rappeler parfois les Stones, le groupe aura une immense influence, sur des groupes aussi divers par exemple que les B52's et les Guns 'n Roses. Au total, l'album procure un sentiment de grande homogénéité dans son énergie sauvage ("Jet Boy" qui clôture l'album est un très grand moment). A noter, "Frankenstein" est une perle qui évoque déjà le Blue Oyster Cult de "Spectres".
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Rechercher des articles similaires par rubrique

ARRAY(0xa7f85048)