• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
New York Trilogie, Tome 1... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

New York Trilogie, Tome 1 : La Ville Album – 5 mars 2008

3.7 étoiles sur 5 6 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Album
"Veuillez réessayer"
EUR 15,50
EUR 12,51 EUR 9,49

Boutique BD Boutique BD


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • New York Trilogie, Tome 1 : La Ville
  • +
  • New York Trilogie, Tome 2 : L'Immeuble
  • +
  • New York Trilogie, Tome 3 : Les Gens
Prix total: EUR 45,50
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Will Eisner est né le 6 Mars 1917 à Brooklyn, New York. Au moment de sa mort le 3 Janvier 2005, Will Eisner a été reconnu internationalement comme l'un des géants dans le domaine de l'art séquentiel , un terme qu'il a inventé .

Dans une carrière qui s'étend sur près de huit décennies - depuis l'aube de la bande dessinée à l'avènement de la bande dessinée numérique - Will Eisner était vraiment le «Père du roman graphique » et le « Orson Welles de la bande dessinée . Il a innové dans le développement du récit visuel et le langage de la bande dessinée et a été le créateur de l'Esprit, John Law , Lady Luck , Mr. Mystic, Oncle Sam, Blackhawk , Sheena , et d'innombrables autres .

Au cours de la Seconde Guerre mondiale , Will Eisner utilisé le format comic de développer la formation et les manuels d' entretien du matériel pour l'armée américaine. Après la guerre, cela a continué comme "PS Magazine " de l'armée qui est toujours produite aujourd'hui . Will Eisner a enseigné l'art séquentiel à la New York School of Visual Arts pendant 20 ans. Les manuels qu'il écrivait étaient basées sur son parcours et sont toujours best-sellers. En 1978 , Will Eisner a écrit « Un contrat avec Dieu », le premier roman graphique moderne. Elle a été suivie par près de 20 romans graphiques supplémentaires au cours des 25 années suivantes .

Le "Oscars" de l'industrie Comic sont appelés les Eisner Awards , et nommé d'après Will Eisner . Les Eisners sont présentés chaque année devant une salle des fêtes comble à San Diego Comic-Con, la plus grande convention comics de l'Amérique.

Le magazine Wizard nommé Eisner " artiste comique le plus influent de tous les temps . " Prix ​​Pulitzer roman gagnant " Kavalier et Clay » de Michael Chabon est basé en grande partie sur Eisner . En 2002, Eisner a reçu le prix Lifetime Achievement de la Fédération nationale de la culture juive , présentée par le Prix Pulitzer Art Spiegelman dessinateur gagnante .

Comme le Facebook officiel Will Eisner page et visiter www.WillEisner.com pour plus d'informations à propos de Will Eisner.
(We're working on a better translation)

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.7 étoiles sur 5

Meilleurs commentaires des clients

Par Ouhman COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 100 COMMENTATEURS le 8 mars 2011
Format: Album
En 1981, Will Eisner avait déjà 64 ans lorsqu'il commença à faire paraître les courtes histoires contenues dans ce volume. Autrement dit, la ville représentée ici n'est pas exactement le New York des années 80, mais un mélange de tous ceux que le dessinateur aura connus au cours de son existence. Rassemblées par thèmes, les anecdotes, plus ou moins inventées, sont autant de petites touches sur un tableau dessinant au final la Ville, ce mélange difficile à définir de chair et de béton, où les gens finissent par donner un peu de leur vie aux objets qui les entourent.

Sans être un spécialiste, j'avancerais que Will Eisner représente, pour la BD, ce que l'âge du muet est au cinéma. Dans les histoires qu'il raconte, les dialogues sont rares, n'ayant le plus souvent qu'une importance de bruit de fond, et l'expressivité des personnages frappe, tant leurs visages et leurs corps se mettent entièrement au service des émotions à exprimer. La façon de représenter l'eau est également remarquable : que ce soit sous la forme de pluie, de jet, ou de larmes, Will Eisner ne connaît que le ruissellement, et dès qu'une case contient du liquide, elle se trouve inondée.

Cela me fait toujours un peu rigoler quand on parle de "BD adulte" au sujet de Batman. La vraie BD adulte, selon moi, c'est quand le drame suinte au fil des pages et que la noirceur naît du malheur ordinaire. Cette BD ne s'imposera pas immédiatement à vous comme un chef d'oeuvre, mais soyez sûr que vous y reviendrez et que vous n'avez pas fini d'en faire le tour.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 6 sur 6 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Blue Boy TOP 500 COMMENTATEURS le 6 novembre 2012
Format: Album
Ces historiettes illustrant la vie quotidienne new yorkaise sont un régal d’humour, avec toujours une pointe de critique sociale. Will Eisner décrit le plus souvent les quartiers déshérités de New York, où l’on comprend que si la vie n’est pas rose tous les jours, elle est plus animée, plus turbulente, et se glisse plus volontiers sous la plume de l’auteur. On sent bien que celui-ci a beaucoup écumé les trottoirs de la mégalopole, et qu’il l’aime autant qu’il peut la détester, avec son bouillonnement, son exubérance mais aussi ses injustices et ses drames de la pauvreté. Le trait est vif et les mouvements bien sentis, les personnages ont des dégaines se prêtant au burlesque. La poésie n’est pas en reste et évoque parfois celle de Sempé, autre croqueur de scènes urbaines.

Quant à la mise en page, elle est peu conventionnelle. L’auteur recourt rarement au découpage en cases et n’hésite pas à superposer décors et personnages sans que cela ne gêne en rien la lecture (voir la scène du « Labyrinthe », très caractéristique). Car c’est aussi ça, le talent d’Eisner. J’ai toutefois relevé une ou deux petites incohérences, qui paradoxalement n’avaient aucun rapport avec la mise en page mais plus avec le dessin, par exemple le strip où un vieil homme invalide observe ce qui se passe dans l’immeuble en face. Là, je n‘ai pas compris qui cassait le carreau de la voisine et dans quel but, il y a en outre un petit problème de perspective… Mais cela n’est pas fondamentalement gênant, la poésie d’Eisner faisant oublier ce genre de défaut.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 sur 2 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Album
Par sa façon de capturer de drôles de moments de vie, par l'hyper-expressivité de ses personnages, Will Eisner rappelle un peu Sempé.
Quelques unes des histoires proposées sont des petits bijoux dignes des plus belles fables de Dickens, la surenchère misérabiliste en moins. On retiendra ainsi les quatre fantômes de l'immeuble ou encore l'histoire de l'homme qui apprit sa mort dans le journal...
Mais ce qu'il faudra surtout retenir c'est la puissance du trait d'un des plus grands génies graphiques que l'histoire ait comptés !
À mettre entre toutes les mains d'amateurs d'art, quelque soit son âge. Un tel génie est intemporel.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?