Acheter d'occasion
EUR 7,11
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par BetterWorldBooksFr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Expedié du Royaume-Uni. Ancien livre de bibliothèque. Quelques signes d'usage, et marques à l'intérieur possibles. Sous garantie de remboursement complet. Votre achat aide a lutter contre l'analphabetisme dans le monde.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

No logo : La tyrannie des marques Broché – 1 août 2004


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 7,11

Il y a une édition plus récente de cet article:


livres de l'été livres de l'été


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Aujourd'hui, les compagnies ne nous vendent plus seulement des produits, mais surtout un mode de vie, une marque. À la télévision et dans la presse, dans les rues et jusque dans les écoles, les marques sont omniprésentes. Les multinationales ont ainsi peu à peu investi toutes les sphères de la vie privée. L'émergence de ces " super-marques " s'est accompagnée d'une dégradation des conditions de
travail, que ce soit en Occident, où se multiplient les différentes formes de travail précaire, ou dans de nombreux pays du tiers-monde qui assistent, impuissants, à la montée d'un nouveau type d'esclavage. Face à cette situation, de nombreuses voix s'élèvent pour dénoncer les abus des multinationales et prôner la reconquête d'un espace vierge. Un nouveau militantisme à l'échelle mondiale qui nous montre qu'il est encore temps de dire non à la tyrannie des marques...

Quatrième de couverture

Aujourd'hui, le village est "planétaire", l'adolescent "mondial" et la société de consommation dominée par les marques. Les espaces publicitaires traditionnels qu'elles se sont de tout temps montré promptes à coloniser - panneaux d'affichage, télévision, cinéma, presse écrite - sont désormais devenus trop restreints pour des logos frappés d'expansionnisme galopant.
En plantant leurs drapeaux sur des territoires jusqu'à présent vierges de toute publicité, en substituant au simple objet de consommation une image capable de le faire accéder à la dimension du mythe, les multinationales ne se sont pas contentées de bouleverser les mentalités et le monde du travail, elles ont modifié l'économie de nombreux pays.
Dans cette course au profit, beaucoup sont en effet passés maîtres dans l'art de bafouer les droits de l'homme : l'esclavage moderne existe dans les zones franches industrielles ou dans certains Etats du Tiers-Monde, véritables paradis fiscaux pour sociétés capitalistes. Pendant ce temps, en Occident, les usines ferment les unes après les autres et migrent sous des cieux plus complaisants, les mises à pied massives se succèdent à un rythme effréné, les contrats à temps partiel ou intérimaires remplacent les emplois permanents, les acquis sociaux sont laminés, voire disparaissent. Mais le nombre augmente de ceux qui prônent l'urgence d'une mobilisation vigilante, et qui dénoncent les abus commis par les grandes sociétés. Venant de partout, ils se rencontrent, se regroupent et s'organisent sur l'Internet : ils veulent récupérer l'espace, la rue, la forêt dont on les a privés, ils réclament des emplois et des conditions de travail décents, un partage plus équitable des énormes bénéfices des multinationales, ils refusent d'acheter des produits pour lesquels d'autres, à des milliers de kilomètres de chez eux, paient le tribut de la sueur et parfois du sang.
Ce nouveau militantisme, reflet de la pluralité sociale et ethnique de bon nombre de pays, a déjà gagné des batailles contre les logos mastodontes. Les événements de Seattle ou de Prague l'ont prouvé : il est encore temps de dire non à la tyrannie des marques. Ce texte se rapporte à l'édition Broché.



Détails sur le produit

  • Broché: 570 pages
  • Editeur : J'ai lu (1 août 2004)
  • Collection : J'ai lu Document
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2290333123
  • ISBN-13: 978-2290333129
  • Dimensions du produit: 17,8 x 11 x 2,3 cm
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 113.789 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

34 internautes sur 36 ont trouvé ce commentaire utile  Par bluesbeauty le 10 janvier 2005
Format: Broché
"No logo" est un livre passionnant à lire et ce pour plusieurs raisons. Tout d'abord, la verve présente dans l'exposé de Naomi Klein nous donne réellement l'impression de l'avoir face à nous en chair et en os. Ensuite, il est à noter la qualité du contenu. Cette qualité touche à l'analyse, à la réflexion, à la critique et quelques fois même à l'autocritique faites par l'auteur. Enfin, le sujet abordé, la tyrannie des marques (sous-titre du livre), touche en plein cœur la vie de tout un chacun.
Les stratégies de "branding", l'accaparation des espaces publics par le privé, la récupération des modes de vie et même de contestation, la recherche du monopole (en totale opposition d'ailleurs avec tous les beaux discours des entreprises nous vantant la saine concurrence), la politisation des marques ainsi que l'accroissement exponentiel de leur pouvoir sur la vie des gens en général, sont autant de thèmes abordés, analysés, décortiqués et illustrés d'exemples criants dans les deux premières parties du livre ("zéro espace" et "zéro choix").
La troisième partie, "zéro boulot", traite d'un sujet grave puisqu'elle aborde le thème de l'exploitation de l'être humain qui va jusqu'au non respect des droits de l'homme, sévices corporels compris, infligée par les sous-traitants des zones franches industrielles (les zones franches industrielles sont des sortes de Guantanamo de l'industrie, des zones où le droit n'a pas sa place) situées dans les pays pauvres.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?