• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Numéro six a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Numéro six Broché – 22 août 2002

3.7 étoiles sur 5 6 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 11,20
EUR 7,64 EUR 0,01
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 6,50 EUR 3,94

Romans et littérature

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Numéro six
  • +
  • Bord de mer : Suivi de Numéro six
Prix total: EUR 15,70
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Amazon.fr

Entre famille je vous hais et famille je vous aime ! Ainsi navigue ce nouvel opus de Véronique Olmi, taraudée par les rapports entre les générations, sinon tourmentée. Petite dernière d'une famille catholique, Fanny est le numéro six. Une enfant du retour d'âge, inattendue, qu'on prévoyait tarée ou mort-née. Une prévision qu'elle va trimbaler avec elle sa vie durant, à travers une existence moins glorieuse que celle de ses frères et sœurs, beaucoup plus âgés qu'elle. Aujourd'hui, observatrice de cette tribu, elle s'adresse à son père, presque centenaire, "l'homme de sa vie", qu'elle n'a pas toujours su comprendre mais auquel elle voue une admiration sans borne. En de brefs tableaux, elle évoque son rapport dit et non dit avec lui, les silences suivant les regards, ses lettres de la Grande Guerre retrouvées qui sont l'occasion de mieux saisir cet homme… Avec Bord de mer, son précédent roman, Véronique Olmi avait creusé les comportements maternels chez une femme engouffrée dans la dépression. Cette fois-ci, avec la même écriture, réaliste et brute, elle arrache au verbe le sentiment filial entre une fille et son père. Sans douleur et dans la sérénité. Avec un brio remarquable. --Céline Darner

Extrait

Ils sont tous sur la plage. On dirait qu'elle est à eux. La famille Delbast. Le père. La mère. Les six enfants - oui, le fils aîné est là, quelle surprise ! Les autres, les baigneurs, les touristes, sont rentrés chez eux. C'est le soir. Maria, la bonne, se tient à l'écart et regarde la mer en rêvant à l'Espagne.
On décide de faire une photo de famille. Le soleil n'est pas encore couché, la lumière est belle. Le père a retroussé son pantalon, il a les deux pieds dans l'eau, il va prendre la photo. Les enfants s'agglutinent autour de la mère : les plus jeunes à ses pieds, les aînés debout, derrière elle, comme s'ils la protégeaient. Le père leur demande de ne plus bouger, de sourire à l'objectif. Il regarde dans son Leica. Quelques secondes, puis il relève la tête, inquiet. Il les regarde tous. Il les compte. Il les recompte. Son cœur s'emballe. La dernière, Fanny, n'est pas sur la photo. N'est pas dans le groupe. N'est pas sur la plage.
J'ai marché lentement dans la mer. Je n'ai pas eu froid. Je n'ai pas eu peur. La mer ne m'a pas surprise, elle m'a accueillie, elle s'est ouverte pour moi.
J'ai avancé en tenant des deux mains le chapeau bleu qui allait si bien avec la robe. J'ai avancé en regardant droit devant moi. Très vite, l'eau a caché la robe. Je n'avais toujours pas peur. La mer n'était pas immense. Elle était à ma mesure, je ne m'y perdais pas, je m'y promenais. Je me suis accrochée plus fort à mon chapeau quand l'eau a pris mon visage, aussi. C'était doux. Un grand silence. Il n'y avait plus rien. Je suis tombée.
Tu as vu mon chapeau bleu à la surface de la mer déserte. Tu as lâché ton appareil photo. Tu as plongé.
Tu m'as ramenée sur le sable.
Je vis.

Ma place, c'est la dernière. La dernière de la famille, la numéro six comme on me présente quelquefois. Je suis venue sur le tard. Maman se croyait délivrée de ses grossesses, sa ménopause s'annonçait. Mais je suis arrivée.
Patrice, l'aîné, avait vingt ans, il s'apprêtait à quitter la famille, Christophe, le cinquième en avait dix, je venais clore un cercle qui s'était déjà ouvert.
Toi, mon père, tu avais cinquante ans.
Mon âge aujourd'hui.
C'est un peu notre anniversaire…
On pensait que je naîtrais mongolienne, un bébé fabriqué avec un ovule fatigué, des chromosomes peu vaillants. Pas question d'avortement. On est catholiques pratiquants. Je n'ai pas d'illusion : la fausse couche a dû être souhaitée.
Je me suis accrochée.
Ma naissance n'a pas effacé les soupçons. Pendant trois jours on m'a fait passer des tests : est-ce que je tiens ma tête, est-ce que je bois avec vigueur, est-ce que je réagis aux stimuli ?
Je suis normale.
La queue de la comète.

Tu as cent ans. Depuis longtemps déjà, chaque année passée te fragilise un peu plus. Chaque minute qui s'écoule t'use lentement. Tu es un vieux caillou poli par le temps. Je te garde. C'est moi qui ai trouvé la maison de retraite, tout près de chez moi. Personne ne pouvait te prendre. Les aînés ont de grands appartements et des vies mouvementées : les enfants, les petits-enfants, les voyages, les œuvres de bienfaisance… J'ai un minuscule appartement que je partage avec ma fille de quinze ans, Agathe, et des horaires de secrétaire.
J'ai mis toute mon énergie à trouver cet endroit. Je te voulais près de moi. Dépendant de moi. Quel soulagement pour les aînés, ils n'y croyaient pas, ils ont dit qu'ils pouvaient payer, que le prix ne devait pas être un obstacle, surtout que rien ne m'arrête dans mes recherches.
Rien ne m'a arrêtée.
Et toi, aujourd'hui, tu ne parles plus. Presque plus.
Mais tu es là.

Aujourd'hui c'est samedi. Je ne travaille pas. Tu déjeunes chez moi. Je t'ai aidé à t'asseoir au salon. Tu es assis et tu attends.
Sais-tu qui tu attends ? Agathe, moi, ta femme, ta mère ? L'absence nous réunit, les vivantes et les mortes, ce qui te manque c'est un visage aimé, mais qui aimes-tu ? Souvent tu me demandes où est maman, tu me forces à répéter l'histoire de sa mort : "Maman est morte il y a eu dix ans à Noël, papa." Tu le sais déjà mais tu ne t'y fais pas, tu demandes confirmation, tu dis : "C'est terrible… terrible…" et tu me regardes, ahuri, étonné.
Est-ce que je vais passer ma vie à annoncer la mort de ma mère ?
Aujourd'hui c'est Agathe qui viendra s'asseoir à tes côtés. Elle te prendra la main et vous ne direz rien.
Oui, elle sera là. Un peu. Pour le déjeuner au moins. Après… Après je me ferai du souci. Elle sera avec sa bande de copains. Je les connais à peine. Je veux les connaître et je ne veux pas. Je veux maîtriser la situation et je veux laisser Agathe libre. Je veux la mettre en garde et j'ai peur de voir le mal partout. Est-ce que le mal est partout ? Tout ce qui se lit dans le journal : le viol, les tournantes, la drogue, le racket, tout ça arrive, personne n'est prédestiné à ça, le mal est toujours une surprise, une intrusion dans la vie qu'on avait rêvée. Où ma fille passe-t-elle ses après-midi ? Je pose des limites. Elle les transgresse. Dans mes bons jours je me dis qu'on apprend dans la transgression. Dans les moments noirs je me dis qu'elle me ment. Est-ce moi qui la pousse à mentir, est-ce que je lui coupe les ailes ou est-ce que je la protège ?
Plus tard, elle me le dira. Viendra l'heure des reproches.
Je ne te reproche rien.
Je me souviens.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.7 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché
Vingt années séparent Fanny de son frère aîné lorsqu'elle vient au monde. C'est la "numéro six", celle que l'on ne nomme jamais faute de ne pas se souvenir de son prénom. Fanny grandit entre un père médecin, souvent absent, et une mère peu aimante. Devenue femme et mère à son tour, elle évoque cet étrange rapport au père, ancien combattant et médecin, qu'elle aime et qu'elle admire y compris dans sa vieillesse et sa dépendance. On retrouve ici le style poétique et la sensibilité de Bord de mer. Une très belle histoire d'amour et de famille à découvrir si l'on ne connait pas Véronique Olmi...
Remarque sur ce commentaire 6 sur 6 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Laure COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 100 COMMENTATEURSVOIX VINE le 3 août 2007
Format: Broché
Fanny Delbast est la petite dernière d'une famille de 6 enfants. A sa naissance, son frère aîné a déjà 20 ans. Son arrivée est inattendue, mais on fait avec, dans cette famille catholique. Le père est médecin et ancien de la guerre de 14, la mère, plutôt absente.
Aujourd'hui, Fanny a 50 ans, et c'est elle qui prend soin de son vieux père qui en a 100. Ce petit livre est une déclaration d'amour en même temps qu'un cri de douleur à ce père qui ne s'est pas occupé d'elle, on lit Fanny jalouse de l'amour entre ses parents, Fanny qui relit les lettres du front envoyé par ce tout jeune homme à l'époque, les horreurs hélas bien réelles tout juste esquissées, Fanny qui à présent garde son père tout près et rien que pour elle, Fanny qui veut le protéger d'une famille trop nombreuse, 5 frères et soeurs qui ont eu à eux tous 20 enfants et à leur tour 58 petits-enfants, Fanny qui elle n'a qu'une fille, Agathe, sans même l'ombre d'un père.
Ce qui touche chez Véronique Olmi, c'est cette précision quasi lapidaire de l'écriture, ces phrases courtes et simples qui vous touchent au coeur. Certaines pages sont d'une telle beauté qu'on les relit avec l'envie de les garder précieusement. Une forte histoire d'amour filial qui sortira gagnante malgré les tourments et les rancoeurs.
Remarque sur ce commentaire 1 sur 1 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
La sixième d'une famille bourg et catho qui adore son père pour lequel elle reste dans la transparence et qui va se le réapproprier par la suite, le veillant dans sa vieillesse.
La sixième, la dernière, la non-désirée...
Ce récit est le long monologue d'une fille qui s'adresse à son père avec un style débarrassé de tout pathos, dans une grande justesse, fluide, une écriture laconique, sèche, où les sentiments coulent dans le flot du désespoir qu'elle tente de retenir. Son espérance que son père puisse l'aimer est frêle, mais elle veut croire à une réconciliation, même si elle arrive bien tard.
Recueil très touchant par sa sensibilité, empli de tant de tourments et tant d'amour. L'héroïne rejetée qui pourtant s'accroche à l'indifférence, acharnée qu'elle est de cet amour absolu. Le roman reste dans l'écart, tout en retenu, dans l'acceptation de l'amour fou pour un être réac à qui elle pardonne parce qu'aimer c'est ça, c'est accepter les êtres tels qu'ils sont en non tels qu'on aimerait qu'ils soient. V. OLMI nous décrit ici un amour pathologique en nous contant le couple (père/fille) de la réparation. L'on pourrait presque dire qu'elle évolue dans un inceste inconscient, à aimer un homme qui n'est pas le sien.
Un discernement à nous geler le sang, un récit bouleversant.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?