• Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Nymphéas noirs a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par -betterworldbooks-
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Ancien livre de bibliothèque. Peut contenir des étiquettes « de bibliothèque » Le dos et les coins peuvent montrer des signes d'usure. Les pages peuvent inclure des notes et quelques signes de feutre. Sous garantie de remboursement complet. Plus de plus d'un million clients satisfaits! Votre alphabétisation dans le monde achat avantages!
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Nymphéas noirs Broché – 20 janvier 2011

4.2 étoiles sur 5 577 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 21,50
EUR 21,50 EUR 16,82

nouveautés livres nouveautés livres


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Nymphéas noirs
  • +
  • Ne lâche pas ma main
  • +
  • Un avion sans elle - Prix Maison de la Presse 2012
Prix total: EUR 65,00
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

- PREMIER JOUR -
13 mai 2010
(Giverny)

Attroupement

L'eau claire de la rivière se colore de rose, par petits filets, comme l'éphémère teinte pastel d'un jet d'eau dans lequel on rince un pinceau.
- Non, Neptune !
Au fil du courant, la couleur se dilue, s'accroche au vert des herbes folles qui pendent des berges, à l'ocre des racines des peupliers, des saules. Un subtil dégradé délavé...
J'aime assez.
Sauf que le rouge ne vient pas d'une palette qu'un peintre aurait nettoyée dans la rivière, mais du crâne défoncé de Jérôme Morval. Salement défoncé, même. Le sang s'échappe d'une profonde entaille dans le haut de son crâne, nette, bien propre, lavée par le ru de l'Epte dans lequel sa tête est plongée.
Mon berger allemand s'approche, renifle. Je crie à nouveau, plus fermement cette fois :
- Non, Neptune ! Recule !
Je me doute qu'ils ne vont pas tarder à trouver le cadavre. Même s'il n'est que 6 heures du matin, un promeneur va sans doute passer, ou bien un peintre, un type qui fait son jogging, un ramasseur d'escargots... un passant, qui va tomber sur ce corps.
Je prends garde à ne pas m'avancer davantage. Je m'appuie sur ma canne. La terre devant moi est boueuse, il a beaucoup plu ces derniers jours, les bords du ru sont meubles. A quatre-vingt-quatre ans, je n'ai plus vraiment l'âge de jouer les naïades, même dans un ruisseau de rien du tout, de moins d'un mètre de large, dont la moitié du débit est détournée pour alimenter le bassin des jardins de Monet. D'ailleurs, il paraît que ce n'est plus le cas, qu'il existe un forage souterrain pour alimenter l'étang aux Nymphéas, maintenant.
- Allez, Neptune. On continue.
Je lève ma canne vers lui comme pour éviter qu'il ne colle sa truffe dans le trou béant de la veste grise de Jérôme Morval. La seconde plaie. Plein coeur.
- Bouge ! On ne va pas traîner là.
Je regarde une dernière fois le lavoir, juste en face, et je continue le long du chemin. Rien à dire, il est impeccablement entretenu. Les arbres les plus envahissants ont été sciés à la base. Les talus sont désherbés. Il faut dire, quelques milliers de touristes le fréquentent chaque jour, ce chemin. On y passerait une poussette, un handicapé en fauteuil, une vieille avec une canne. Moi !
- Allez, viens, Neptune.

Revue de presse

Bussi, l'auteur fondu de Normandie, invite à aimer ce hameau-Disneyland où cohabitent roses trémières et parkings goudronnés. Mais au prétexte régionaliste et à l'anecdote d'histoire de l'art, il ajoute une intrigue savamment ficelée qui défie le temps et celui qui voudrait trouver l'astuce avant le dernier chapitre (Julie Malaure - Le Point du 20 janvier 2011)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

« Mes lecteurs, je dois les emmener au bord du précipice, les lâcher, les rattraper au dernier moment... »


Professeur de géographie à l'université de Rouen, Michel Bussi est l'auteur aux Presses de la Cité de Nymphéas noirs (2011), Un avion sans elle (2012) et Ne lâche pas ma main (2013).


Vos influences... « Tout à la fois des grands romanciers populaires français comme Sébastien Japrisot, Pierre Magnan, Barjavel, Robert Merle et quelques autres, pour le style, l'atmosphère, l'intrigue et la poésie. Harlan Coben, Linwood Barclay, Dennis Lehane pour le rythme et l'efficacité (...). »

Vos sujets d'inspiration de prédilection... « Les petits meurtres en famille, les tabous, les non-dits, les vengeances, les secrets, les engrenages... Une vie qui bascule sur un détail, un choix, un silence... Le passé qui ressurgit. Le présent comme un compromis. Les rêves qu'on négocie. »

Votre plus grand plaisir d'écrivain... « Écrire la fin de Nymphéas noirs, baptisée "Exposition", cinquante pages jubilatoires pour faire passer le lecteur par toutes les émotions : la stupeur, la colère, la peine, les larmes... l'espoir. »

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché Achat vérifié
Que dire sur "Nymphéas noirs" dont on comprend aisément le succès qu'il a rencontré si ce n'est qu'il s'agit là d'un petit bijou.
L'histoire se déroule dans le village de Giverny, célèbre village de Monet. La quiétude de ce joli petit village va être troublée par l'assassinat de Jérôme Morval, l'ophtalmologue du village.
Le jeune inspecteur Laurenç Sérénac va alors prendre les reines de l'enquête aidé par son adjoint Sylvio Bénavidès.
On suit alors les 13 jours d'investigations qui vont nous plonger dans la vie de trois femmes, trois générations de femmes qui habitent Giverny,. La première s'appelle Fanette, âgée de 11 ans elle se passionne pour la peinture. La deuxième Stéphanie, âgée d'une trentaine d'années est l'institutrice du village. La dernière est une vieille femme aigrie qui épie tout le monde. Ces trois femmes qui aspirent toutes à quitter ce joli village de carte postale.
L'histoire est menée d'une main de maître et la fin des plus bluffantes. Ce huis-clos est l'un des meilleurs livres qu'il m'ait été donné de lire tant la construction et l'histoire sont brillantes est originales, l'écriture d'une fluidité et d'une qualité littéraire remarquables.
Michel Bussi est incontestablement l'un des meilleurs auteurs actuels de thrillers français.
Remarque sur ce commentaire 8 sur 8 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
A Giverny, où Monet termina sa vie, un meurtre a été commis. Trois femmes gravitent autour de cette intrigue, sans que l'on sache exactement de quelle manière elles sont impliquées dans ce drame... Les pièces du puzzle se croisent, s'entrechoquent, mais le but de l'auteur est bien évidemment de nous empêcher de voir comment elles s'imbriquent. Il n'y réussi que partiellement. D'une part, on soupçonne assez rapidement ce qui unit ces trois femmes, même si Michel Bussi a le chic de glisser des indices qui sèment le doute. D'autre part, on a le sentiment que l'auteur s'est tellement attaché à nous embrouiller que son histoire en devient alambiquée et n'est plus crédible et que, surtout, certains personnages essentiels manquent cruellement d'épaisseur. Si les enfants du village ou la vieille dame bougonne sont crédibles, on a du mal, par contre, à croire à ce jeune inspecteur qui ressemble plus à un acteur de série américaine qu'à un véritable policier, et qui d'ailleurs mène son enquête en dépit du bon sens. On a du mal également à se sentir touché par cette belle institutrice qui nous est présentée à la fois comme une femme intelligente et sensible, mais qui a des attitudes de vamp issue des fantasmes masculins les plus communs... Ces personnages inconsistants renforcent l'impression que ce livre est plus un jeu de l'esprit qu'une véritable histoire. Dommage, car l'intrigue aurait pu être palpitante et l'histoire très attachante si elles avaient été conduites l'une et l'autre avec plus de subtilité et de sensibilité
3 commentaires 12 sur 13 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Après avoir dévoré 'un avion sans elle', je me suis commandée ce livre et qu'elle bonne idée j'ai eu!! il est génial..il nous entraîne et nous interesse dans un art pour moi, peu connu, la peinture, et dans un suspens....et à la fin, on ne s'y attends pas...et c'est génial...je ne trouve pas d'autres mots...je l'ai déjà prêté à une collègue, elle m'a dit exactement la même chose...les mêmes mots..
Un conseil: ne passez pas à côté..faites vous plaisir ou offrez le.
Nadine
2 commentaires 64 sur 72 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Jean-Luc TOP 500 COMMENTATEURS le 17 avril 2013
Format: Broché Achat vérifié
Les Nymphéas noirs est un huis-clos qui se déroule dans le village de Giverny, où Claude Monet a passé de nombreuses années à peindre ses célèbres Nymphéas. Son roman remporte de très nombreux prix (prix des lecteurs du festival Polar de Cognac, prix du polar méditerranéen, prix Michel Lebrun, prix des lecteurs du festival Sang d'Encre, Grand prix Gustave Flaubert )devenant ainsi le roman policier français le plus primé en 2011. Rien que ça !
L'histoire commence par le meurtre d'un médecin volage. Dans sa poche une carte postale d'un Nymphéa avec, au verso, un vers d'Aragon, autre Givernois célèbre.

Tout d'abord les points négatifs :

Maintenant les points positifs :

Michel Bussi nous délecte d'une plume merveilleusement soignée. Une écriture en phrases courtes, précises, taillées comme des joyaux, souvent délicieusement poétiques.

L'histoire d'une flamboyante originalité, dont il est impossible d'en révéler quelque chose sans déflorer l'époustouflante intrigue, nous emmène dans des ambiances saisissantes et un récit extraordinairement palpitant.
Lire les quelques pages du prologue c'est la certitude que l'on ne lâcheras plus cette oeuvre, tant il est surprenant.
L'intrigue est construite comme une toile où l'artiste ajoute touche par touche des petits coups de pinceaux délicats et précis pour laisser apparaitre peu à peu tout le tableau et permettre au lecteur de construire des hypothèses crédibles sur l'enquête, jusqu'à la fin qui est...
Lire la suite ›
3 commentaires 100 sur 116 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?