Quantité :1
O-de-Lay a été ajouté à votre Panier
Version MP3 incluse GRATUITEMENT
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par TUNESUS
État: D'occasion: Comme neuf
Commentaire: Vendeur américain. CD, DVD, jeux vidéo, disques vinyles et plus! Livraison rapide! Tous les articles garantis!
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 9,49

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • O-de-Lay
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

O-de-Lay Import


Prix : EUR 32,28 LIVRAISON GRATUITE Détails
Tous les prix incluent la TVA.
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Hors cadeaux ou produits vendus par des vendeurs tiers. Voir Conditions sur les coûts en cas d'annulation de commande.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
11 neufs à partir de EUR 6,76 14 d'occasion à partir de EUR 0,01

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Beck

Discographie

Image de l'album de Beck

Photos

Image de Beck

Biographie

Bek David Campbell dit Beck Hansen, dit Beck, voit le jour le 8 juillet 1970, à Los Angeles (Californie).

Son père, David Campbell, d'origine canadienne, est chef d'orchestre, et arrangeur pour cordes. Quant à sa mère, Bibbe Hansen, Norvégienne, elle est aux très riches heures de la Factory d'Andy Warhol (au milieu des années ... Plus de détails sur la Page Artiste Beck

Visitez la Page Artiste Beck
48 albums, 7 photos, discussions, et plus.

Produits fréquemment achetés ensemble

O-de-Lay + Mellow Gold + Modern Guilt
Prix pour les trois: EUR 70,39

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (18 juin 1996)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Import
  • Label: Mis
  • ASIN : B000003TBP
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 262.376 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


1. Devils Haircut
2. Hotwax
3. Lord Only Knows
4. The New Pollution
5. Derelict
6. Novacane
7. Jack-Ass
8. Where It's At
9. Minus
10. Sissyneck
11. Readymade
12. High 5 (Rock The Catskills)
13. Ramshackle

Descriptions du produit

Amazon.fr

Le touche-à-tout de génie délaisse le bricolage et passe la vitesse supérieure. Beck ne veut pas se laisser enfermer dans l'image de fainéant-traîne-les-pieds que le succès de "Loser" lui avait collée sur le dos. D'entrée, avec "Devil's Haircut" et son intro samplée sur les Them de Van Morrison, il annonce la couleur : ça va chauffer ! Son de guitare saturée façon sixties, batterie groove, cassures rythmiques surprises, sons de synthés désuets : Odelayest un disque énergique et dansant, enregistré par les producteurs des Beastie Boys ; un disque qui ne se prend pas au sérieux mais visite tout de même quelques pans magnifiques de la musique américaine puisqu'on y croise aussi bien Charlie Haden, le célèbre contrebassiste de jazz, que l'allumé Jon Spencer, un sample hip-hop de Mantronix ou Greg Leisz, grand joueur de pedal steel, instrument country par excellence. Beck a le sens du collage et du mélange des genres mais il n'y glisse pas d'ironie facile. Toutes les musiques se valent quand elles font danser et procurent du bonheur. --Hubert Deshouse

Critique

Les critiques ont salué d’un jet de fiel la sortie de Mellow Gold (1994), n’y décryptant que la faconde d’un fabriquant de hit, unique qui plus est (« Loser »). Comme tout artiste majeur, Beck s’est empressé de ne pas les écouter, produisant coup sur coup, et pour des labels indépendants, comme l’autorise son contrat d’artiste, un disque de noise (Stereopathic Soulmanure), et une production, en souvenir d’un récent séjour à Washington, franchement axée sur ses racines folk (One Foot In The Grave).

Puis, il a sifflé la fin de la récréation, optant dans Odelay pour une synthèse identique aux aventures précédentes de ses goûts et couleurs, mais dans la même chanson. Ainsi, prenant l’exact contre-pied de l’ensemble de ses confères du rock alternatif et indépendant américain (on définit un nouveau dogme, et on s’y tient, le petit doigt sur la couture du pantalon), il s’attache à débuter une chanson (« Where It’s At », par exemple), par quelques lampées de soul, indexées sur un jazz ancestral, puis de les faire suivre par un durcissement hérité du funk, et un achèvement en apothéose rap.

Ainsi, on pourra, à l’instar de certains grands magasins, trouver de tout chez Beck (de la country avec « Lord Only Knows », du folk dans « Ramshackle », ou du rock, à travers « Novacane »). La saveur du projet reste, bien évidemment, que, par sa fulgurance, et son intensité, ces chansons n’appartiennent qu’à Beck, et à lui seul.

Produit par The Dust Brothers, ces John King et Mike Simpson qui savent s’atteler aux disques historiques (Paul’s Boutique des Beastie Boys), aux productions anecdotiques (Hanson), ou aux ultimes déflagrations (les Rolling Stones de Bridges To Babylon), Odelay accueille quelques prestigieux invités, comme Charlie Haden, c'est-à-dire l’un des plus grands contrebassistes de l’histoire du jazz.

Entraînée par cinq singles héroïques, l’entreprise se verra gratifiée de deux Grammy Awards, dont celui de la meilleure chanson de l’année (pour « Where It’s At »), et celui de meilleur album de rock alternatif de l’année. Accessoirement, l’ensemble se vendra à deux millions d’exemplaires.

En 2008, Odelay connaît une nouvelle vie et reconnaissance par le biais d'une plantureuse réédition en format Deluxe, comprenant un deuxième CD de titres rares ou inédits.



Christian Larrède - Copyright 2015 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 4 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

15 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile  Par Corentin le 14 janvier 2003
Format: CD
C'est le meilleur qualificatif pour ce gringalet, ce blanc-beck, ce ptit blond qu'un berçage trop près du mur a surement rendu maniaque du son. Si Mellow Gold, son précédent opus, était plutot sombre, vulgaire et (volontairement) brouillon dans son mixage, Odelay joue la carte du son parfait, des samples à ne plus savoir qu'en faire, et enfin d'un eclectisme jamais atteint depuis la consecration des Beastie Boys et de leur Licensed To Ill. La voix grave de Beck sait faire beaucoup de chose, que ce soit du rap énervé (Novocane), du chant pop 70's (Devil's Haircut, The New Pollution) ou du blues à la Dylan (Hotwax). Les bases de la musique contemporaine se retrouvent toutes dans cette album, qui m'apparait comme le meilleur de Beck (après Midnite Vultures, coup de coeur perso).
A acheter les yeux bandés, ça oui.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par sebdoolittle le 3 décembre 2007
Format: CD
Odelay marque incontestablement la période la plus féconde en matière de création du prodige blondinet californien. Beck y explore une multitude de directions avec une agaçante facilité : ici, quasiment tous les styles admis de la musique depuis sa création y sont mélangés, absorbés et digérés, avec un dynamisme saisissant. Grâce à Odelay, Beck révolutionne carrément le rock : celui-ci devra désormais prendre en compte blues, rap, folk, pop, jazz, techno, musique industrielle, funk, metal, new-wave, country, bossa, krautrock, et même R&B (probablement en raison de la participation des Dust Brothers à la production - on se rappellera d'ailleurs de leur travail pour les Beastie Boys, qui dix ans plus tôt avaient effectué un exercice similaire très réussi, Licensed to Ill, curieux mélange de rap, hip-hop et rock).
Le plus déconcertant dans Odelay, c'est avant tout cette insolente facilité qu'a Beck de fusionner différents genres (et jamais les mêmes!) à l'intérieur de chaque piste : blues et hip-hop pour « Hotwax », rock furieux et easy-listening pour « Devil's Haircut » (tiré d'un morceau de Them de 1966), jazz et techno pour « The New Pollution »... Le tout entre agréables sons vintage et modernisme déroutant.
Cette importante prise de risques artistique est avec Odelay totalement concluante : le mélange des genres fait mouche presqu'à chaque fois (il y a bien sûr quelques plantages par ci-par là, largement excusés grâce aux nombreuses perles du disque...) et il se dégage d'Odelay une sautillante insouciance qui donne du baume au coeur.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Stefy TOP 1000 COMMENTATEURS le 8 octobre 2013
Format: CD
Après l'énorme succès de "Loser", il semble que Beck est décidé de tout montrer sur cet album. Clairement, le petit gars sait y faire. A l'image du single "Where It's At", Beck mélange tout, faisant se côtoyer tous les styles, et ça marche. Il n'empêche qu'au bout de la troisième écoute, on est un peu moins estomaqué. Poudre aux yeux, miroir aux alouettes, Beck a donc décidé d'épater la galerie, certes avec brio, mais tout cela tient plus du singe savant que de l'artiste touché par la grâce. On déplore, encore aujourd'hui, ses tous débuts, morceaux courts mais étonnamment cohérents car formant une œuvre et dévoilant un artiste singulier. On perd beaucoup ça ici. Un style de musique, c'est une lente maturation et un long processus, qui donne du sens. Il n'y en a pas ici. L'album est plaisant, certes, puisque inventif et bien foutu, bricolage amusant, mais on reste à ce stade. M'est avis qu'il vaudra toujours mieux une excellente composition, dans n'importe quel style de musique, qu'un collage malin.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
0 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par frachou le 1 septembre 2000
Format: CD
Voila un album qu'il faut avoir absolument. Original: je le redecouvre a chaque ecoute. N'hesitez pas une seconde
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?